Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2016

Nos ancêtres les Gaulois...

gaulois.jpgMarre de ces polémiques imbéciles, lancées dans le feu d’une campagne électorale insipide, qui suscitent des tombereaux d’arguments et de répliques débiles. Comme si la question de l’appartenance à une nation pouvait se traiter à coup de slogans et d’insultes ! Comme si l’on pouvait, à coup de petites phrases vachardes, résumer les centaines de livres qui ont été écrits sur le sujet depuis le XIXe siècle, et qu’aucun des animateurs de ces polémiques n’a lus, apparemment ! Les médias sont saturés de ces concours d’inculture. Allez, coupez la télé et venez en Bourgogne visiter Bibracte et Alésia : vous en apprendrez plus sur les Gaulois qu’en six mois de campagne électorale !

05/09/2016

I love French Television !

actuality.jpgLa télévision joue un rôle primordial face aux menaces qui pèsent sur les Français, leur culture et leur mode de vie. Le 19 août, ici même, je m’étonnais déjà que les dirigeants de chaîne manifestent tant de mépris pour la langue française, qui est pourtant un sacré facteur d’unité nationale : dans la ligne de Money Drop, The Voice ou Secret Story, la plupart des nouvelles émissions de TV sont baptisées en anglais ! Or, la situation empire : après Still Standing, Ninja Warior et Guess My Age, voici venir Actuality (sur France 2) et Punchline (sur C8) ! Quel responsable politique osera dénoncer cette lâcheté culturelle en arrivant sur le plateau d’une de ces émissions ?

 

24/05/2016

Ni identité, ni famille, ni passé !

Famille-cygnes.jpgDu passé faisons table rase ! Vous vous rappelez que la loi Taubira sur le mariage gay avait déjà institué l’effacement des origines biologiques (par la procédure de l’adoption plénière). Maintenant, on va bientôt pouvoir changer de prénom d’une simple formalité, hop, et tant pis pour le choix des parents à la naissance. D’une signature, aussi, on pourra changer de conjoint : le divorce se fera désormais sans l’avis d’un juge (et tant pis si beaucoup de femmes ont beaucoup à perdre dans cette réforme). On va pouvoir aussi changer de sexe à l’état civil sans attestation médicale (c'est super, demain, papa pourra être enceinte). L’individu enfin libre de tout lien, de toute référence, le progrès fait rage !

10:19 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : famille, identité, individu, sexe |  Facebook | | Lien permanent

07/02/2010

Religion et identité nationale

D’accord avec BHL dans L’Express : le problème de l’islam en France est crucial, mais ce n’est pas une affaire religieuse. Pourquoi mêle-t-on les religions à la question de l’identité nationale ? La religion, la foi, Dieu, l'universel, c’est tout sauf "national" : la prière, le culte, le pèlerinage, le jeûne, le sacré, toutes religions confondues, cela dépasse évidemment le cadre d’une nation ou les frontières d’un Etat. De même que les problèmes posés par l’immigration, la burqa, les minarets, l’extrémisme, etc, trop vite qualifiés de "religieux", tiennent d’abord à la démographie, à l’égalité homme-femme, à l’urbanisme, à la sécurité, à la culture, à la politique, etc. Considérer les supporters d’une équipe de foot du Maghreb comme des "musulmans", franchement, ce n’est pas très catholique. Ne mélangeons pas tout, nom de Dieu !

28/10/2009

Un débat bien "français"

Dans une société politico-médiatique manichéenne et réductionniste, tout débat est bon à prendre, surtout sur les fondamentaux. Mais j’ai peur que le futur "grand débat" sur l’identité nationale soit fichtrement mal emmanché. Que cette initiative vise ostensiblement à réparer les dégâts électoraux du scandale Frédéric Mitterrand, cela fragilise sa légitimité. Que ce soit un dissident du Parti socialiste, Eric Besson, qui monte au créneau, c'est assez suspect. Que le chef de l’Etat justifie le débat par la crise de la production laitière est un peu ambigu. Et que la gauche traite aussitôt l’adresse de Sarkozy aux agriculteurs de "pétainiste", voilà qui nous projette aussitôt en arrière. Voilà, me semble-t-il, de la politicaillerie bien... française !