Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2009

La tentation de Babaorum

N’en déplaise aux grandes consciences qui découvrent régulièrement, de la terrasse du Flore, que le monde est peuplé de gens infréquentables, il fallait que la France – et que l’Europe, hélas – soit présente à "Durban II". Certes, il eût été préférable de ne pas laisser cette conférence mal s’emmancher en 1977, puis se dénaturer en 2001. Mais si l’ONU organise en 2009 une conférence sur le racisme, il faut y aller et dire ce qu’on pense, quitte à y entendre, parfois, des horreurs. Sauf à laisser les pays intolérants s’approprier durablement les Nations Unies – tragique retournement de l’Histoire ! Il serait si facile de nous replier, indignés et impuissants, sur notre petit territoire occidental désormais ultra minoritaire, à la façon d’Astérix : ce n’est pas la tentation de Venise, c’est la tentation de Babaorum…

04/04/2009

La faute de Villepin

J’ai du respect pour Dominique de Villepin, et même, je l’avoue, une certaine admiration. Je suis d’autant plus marri de le voir rejoindre Ségolène Royal et François Bayrou dans le club des DCNS (Détracteurs Compulsifs de Nicolas Sarkozy). Et, pis encore, de l’entendre dénoncer spectaculairement la politique étrangère du chef de l’Etat en l’accusant "d'amoindrir la voix de la France" le jour même où celui-ci défend les intérêts de notre pays, à Londres, à la réunion du G20. La jeunesse gauchiste de l’ancien premier ministre ne l’a donc pas dissuadé de "faire feu sur le quartier général" ? Est-ce la haine irrépressible qu’il éprouve pour Sarko qui a fait oublier à ce gaulliste qu’en remps de crise, une nation doit se rassembler autour de son chef ?

21/03/2009

Kouchner critique le pape

Dans la déferlante de propos indignés, désobligeants ou haineux à l’égard de Benoît XVI, je relève un communiqué vraiment surprenant : celui du… ministère français des Affaires étrangères, qui viole allégrement la laïcité républicaine en critiquant doctement la déclaration pastorale du chef de l’Eglise catholique dans un avion le menant en Afrique ! Serions-nous revenus, sans le savoir, au régime napoléonien du concordat ? Qu’aurait dit le Quai d’Orsay si le Vatican avait critiqué, dans un communiqué officiel, la rentrée de la France dans l’Otan ? Cette intervention inopinée de Bernard Kouchner est-il dû au dépit ? Il paraît que le ministre avait suggéré quelques conseils au pape concernant sa communication, mais à 2,5 millions d’euros le conseil, le Saint-Siège a décliné la proposition…

01/02/2009

La fin de Kouchner ?

506499IGF003D87.jpgLe nouveau livre de Pierre Péan, Le monde selon K, devrait mettre fin à la carrière de Bernard Kouchner et, peut-être, à celle de Christine Ockrent. Le scandale et la bagarre à venir promettent d’être sanglants. Le Monde avait récemment entrouvert le dossier Kouchner en révélant que le ministre et ses proches avaient réclamé au président Omar Bongo, à titre privé mais par des truchements officiels, un impayé de 817.000 euros pour des "conseils" concernant la réforme de la santé au Gabon, sur une facture totale supérieure à 2 millions d'euros. Au-delà des révélations atterrantes du livre de Pierre Péan, je me demande, moi, quels "conseils" donnés à un pays africain sont à ce point géniaux, décisifs, cruciaux, qu’ils soient facturés 2 millions d'euros !

08/09/2008

Les Russes ont gagné

5736ae8be52b589234d1954781d2358f.jpgLes frontières de l’immense Russie, depuis mille ans, sont celles que lui ont imposées ses voisins – par la force, par la ruse ou par la négociation. En validant le retrait des soldats russes du territoire géorgien "à l’exception de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud", Sarko et Barroso ont entériné la nouvelle carte du Caucase façon Poutine. Chacun va se réjouir, plus ou moins bruyamment, que la Russie n’envahisse pas toute la Géorgie - notamment tous les commentateurs qui hurlent bêtement au "retour de la guerre froide", et qui n’ont rien compris au film ! Que les futurs observateurs de l’Union européenne se voient interdire par le Kremlin les deux territoires contestés est significatif : les Russes sont décidément de remarquables joueurs d’échecs.

12/07/2008

Sarko, les GO et les GM

Grâces soient rendues à Jack Lang qui, sur Europe 1, ce matin, a rappelé une vérité première : défendre les droits de l’homme et défendre la paix, ce peut être contradictoire. Ben oui. La diplomatie, ce n'est pas simple. Si la Méditerranée n'était peuplée que de GO et de GM comme le club éponyme, cela se saurait. Autant Sarko s’est pris les pieds dans le tapis des JO de Pékin, autant il a raison de frayer avec le président syrien Bachar al-Assad s’il veut contribuer au dialogue au Proche Orient. De même on ne peut pas militer pour la paix en Méditerranée sans discuter avec Ben Ali et Kadhafi. C’est basique.
Grâces soient rendues aussi à Jack Lang pour ce dialogue avec le journaliste :
Jack Lang : -Vous êtes mal informé !
Le journaliste : - Mais je lis les dépêches !
Jack Lang : - Eh bien, vous êtes mal informé !

25/04/2008

La voix de la France

Pour regrouper les chaînes françaises émettant vers le reste du monde (France24, RFI, TV5) la marque "France Monde" était bien trouvée. Sauf que l’avocat Gilbert Collard, au nom d’une obscure ONG qui a France et Monde dans son intitulé, exige 15 millions d’euros à la holding publique dirigée par Alain de Pouzilhac (c’est-à-dire au contribuable) pour céder ce nom pourtant banal. 15 millions d’euros ! Y en a qui se mouchent pas du pied, comme on disait jadis dans ma campagne. Aux dernières nouvelles, la "voix de la France" s’appellera donc "Audiovisuel extérieur de la France". Un nom aussi fort, aussi poetique, c’est sûr, personne ne le revendiquera. Pourquoi pas "Organisme mondial télévisuel commun" ou "Emissions françaises horizon universel lointain francophone" ?

24/12/2007

Sarko tous azimuts

C’est vrai qu’il est agaçant, le Sarko. Qu’il n’arrête pas. Qu’il bouge les lignes. Qu’il n’a peur de rien. Qu'il n'y va pas de main morte. Ainsi en matière de politique étrangère : que peuvent bien dire François Hollande et consort face à un type qui, en un semestre de présidence, a sorti l’Europe de l’ornière grâce à son traité simplifié, a renoué de bonnes relations avec les USA, a contribué fortement à la libération des infirmières bulgares, a réhabilité au Vatican les catholiques français, a lancé le projet d’une Union de la Méditerranée, a débloqué le lancinant dossier d’Ingrid Betancourt, etc, etc ? On l’aime ou on ne l’aime pas, mais il faut vraiment ne jamais lire un journal pour affirmer que Sarkozy n'a rien fait depuis son élection !

19/09/2007

Mort aux bravaches !

J’ai écouté Kouchner, dimanche, sur RTL. J’ai rigolé en l’entendant expliquer qu’en Iran, il fallait éviter le pire et, relancé par le journaliste, que le pire, "c’est la guerre, Monsieur". Quand Kouchner appelle un journaliste "Monsieur", c’est qu’il a conscience qu’il vient de dire un gros mot.
Quelle aubaine pour tous les politiciens de gauche qui lui en veulent d’être passé à droite, ceux de droite qui lui en veulent d’être resté à gauche, ceux qui lui en veulent d’être ministre et pas eux, ceux qui n’ont rien à dire et qui en profitent pour affirmer, haut et fort, qu’ils préfèrent la paix à la guerre. Sans oublier, à l’étranger, tous ceux que le France énerve, ce qui fait du monde !
Il est bravache, Kouchner. Et pas diplomate pour deux sous. De là à l’accuser de fomenter une troisième guerre mondiale…

02/05/2007

Ce monde est dangereux

medium_quai_d_o.jpgExcellent débat ce matin, chez Elkabbach, entre Hubert Védrine et Michel Barnier. Il en ressort :
- qu’un président de la République consacre plus de 50 % de son temps à la politique étrangère (et plus en cas de crise internationale) ;
- que sur le Proche Orient, sur l’Iran et même sur l’Europe, à part quelques broutilles tactiques, la gauche ne se distingue pas de la droite ;
- que ce qui importe, donc, dans ce monde dangereux, c’est la maîtrise des dossiers, le tempérament et la "prévisibilité" des candidats à l'Elysée.
Or, sur ce point, il n’y a pas photo : avant cette campagne, serait-il jamais venu à l’idée de quiconque de nommer Mme Royal au Quai d’Orsay ?