Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2013

Guéant, c'est géant !

 Guéant.jpgJe ne comprends pas l’affaire Guéant. Est-il possible, devant pareilles accusations, d’avancer une défense aussi ridicule ? Ces enveloppes de billets, ces tableaux hollandais, c’est croquignolesque ! Un homme ayant exercé les plus hautes responsabilités, ayant géré les dossiers les plus pourris de la République, allons ! C’est aussi incompréhensible que la frénésie hystérique avec laquelle son ex-collègue Roselyne Bachelot l’enfonce sans vergogne sur tous les plateaux télé ! Cette affaire sent le roussi. Et comme l’atmosphère est à la castagne et à la politisation des juges, elle risque d’être agitée…

23:57 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : guéant, sarkozy, bachelot |  Facebook | | Lien permanent

08/02/2012

Un faux débat par jour (suite)

Holl-TV.jpgJe persiste et je signe. C’est flagrant. Mardi, les chiffres du commerce extérieur sont terrifiants : hop, Sarkozy justifie spectaculairement les très discutables propos de Guéant, que la gauche s’empresse, dans un magistral tohu-bohu, de traiter de nazi à l’Assemblée. Vendredi, on va parler de l’endettement abyssal des collectivités locales, majoritairement socialistes : hop, Hollande lance la réforme de la Cour de Justice de la République, sous les quolibets de l’UMP, et fait le buzz pendant deux jours. Un coup à gauche, un coup à droite. Echange de bons procédés. Ce n’est plus une campagne électorale, c’est un concours national du plus beau rideau de fumée !

07/02/2012

Un faux débat par jour...

guéant.jpgRentré chez moi, j’ai mesuré l’ampleur inouie de la polémique Guéant, que j’avais prise à la légère hier en rappelant, histoire de rire, que Léon Blum disait la même chose. Que les journalistes s’enflamment à partir d’une telle phrase – discutable, sans doute, mais confuse et sans aucune portée –  traduit bien le recul des médias devant les vrais sujets électoraux (l’endettement, le déficit commercial, l’euro) qui sont décidément trop difficiles à expliquer à la ménagère de plus de 50 ans. Chaque mot de travers prononcé par un proche de Sarko permet ainsi de gagner deux jours sur les véritables enjeux présidentiels. Encore trois mois à tenir, les gars !

06/02/2012

Le choc des civilisations

gueant.jpg"Toutes les civilisations ne se valent pas" : je n’aime pas cette phrase de Claude Guéant (dimanche devant les étudiants de l’Uni). "Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture" : je n’aime pas cette phrase de Léon Blum (devant le Parlement français en 1925). "La France a d’autant plus le droit de prolonger au Maroc son action économique et morale que la civilisation qu’elle représente en Afrique auprès des indigènes est certainement supérieure à l’état présent du régime marocain" : je n’aime pas cette phrase de Jean Jaurès (à la Chambre des députés en 1903). Etc. Etc. Ho ! On se calme !


08/01/2012

Attention, chute d'éléphants !

parachute.jpgLe parachutage n’est pas, en soi, une discipline indigne. Naguère, les jeunes énarques aspirant à faire carrière en politique allaient vaillamment conquérir leur écharpe en terre de mission : la génération Chirac en 1967, la génération Hollande en 1981 allaient "gagner" leur circonscription sur l’adversaire. Avec les dents. Aujourd’hui, le jeu consiste, pour de vieux chevaux de retour, à se faire parachuter d’autorité, façon soviétique, dans des circonscriptions présumées "faciles". Lang à Saint-Dié, Fillon à Paris, Royal à La Rochelle, Guéant à Boulogne. Tout en appelant, dans leurs discours électoraux, à un rajeunissement de la vie politique !

25/03/2011

Elle rigole, Marine !

cantonales.jpgMais qu’est-ce qui pousse autant de gens à voter pour des candidats FN qui n’existent même pas ? Rappelez-vous l’enquête que j’avais menée, en 2006, dans mon propre village de l’Yonne. En réalité, les trois raisons majeures qui poussent les électeurs à choisir le FN sont les suivantes : 1) Cela ne peut plus durer. 2) On n’en peut plus. 3) Mais enfin, Bernard, tu ne vois pas, tout ça, à la télé ? Pendant ce temps-là, les journalistes parisiens, incorrigibles, moulinent sur un mythique "front républicain", les dirigeants du PS mènent des polémiques absurdes avec Tarik Ramadan, et Claude Guéant veut interdire le métro aux bonnes sœurs en cornettes ! Vous entendez comme elle rigole, Marine ?