Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2018

Comment ne pas parvenir au pouvoir

calmels.jpgL’éviction par Laurent Wauquiez de sa petite camarade Virginie Calmels, numéro 2 du parti Les Républicains, rappelle furieusement le mythique ouvrage "Que le meilleur perde !" de mon vieux pote Michel-Antoine Burnier, qui démontrait que le but secret des hommes et des femmes politiques est, en réalité, de ne pas accéder au pouvoir. Que l’aile droite de LR se prive brutalement de son aile centriste – sans laquelle LR ne peut gagner aucun siège nulle part – est une illustration aveuglante que Burnier avait raison : le gestion des affaires publiques est si difficile qu'en vrai, ces gens-là veulent à tout prix rester dans l'opposition !

09/03/2018

Et le César de l'hypocrisie est attribué à...

hommes.jpgIl était une fois un jeune président de la République qui décida d’en finir, une bonne fois pour toutes, avec l’inégalité hommes-femmes. Il demanda à son directeur de cabinet de réunir dans son bureau le Premier ministre, les présidents de l’Assemblée, du Sénat et du Conseil économique et social, les présidents du Conseil constitutionnel, du Conseil d’Etat et de la Cour des comptes, le président du CSA, les présidents des groupes LREM à l’Assemblée et au Sénat, et les présidents des deux principaux groupes d'opposition des deux chambres. Et là, il fallut bien poser la question qui démangeait les seize participants à ce prestigieux cénacle : "Et si on invitait aussi une femme ?"

28/10/2015

L'Etat compassionnel

 Etat.jpgDrôle de paradoxe : jamais l’Etat n’aura été aussi impuissant que sous la présidence d’un socialiste ! Impuissant face au chômage, à l’Europe, aux Américains, à Daech, aux clandestins déboutés de leur demande d’asile, aux gens du voyage qui incendient des voitures, à la grande criminalité marseillaise, aux dérives communautaristes, que sais-je ! D’où cette tendance à compenser en bidouillant dans l’institutionnel (les nouvelles régions), le sociétal (le mariage gay) et le compassionnel (l’accident de Puisseguin). On fait illusion, on déplore, on ruse, on piapiate, on réprouve, on dénonce, on compatit. Pas sûr que cela réponde aux attentes des citoyens ! 

28/09/2015

Un président, pour quoi faire ?

francois-hollande.jpgVu le long documentaire sur François Hollande, ce soir, sur France 3. Frappé par deux choses : 1) On ne voit jamais le président faire quelque chose de vraiment utile. Il préside, parle, visite, rédige, décore, déclame, lit les journaux, serre des mains, mais il ne décide jamais rien. Même dans les grands moments, on reste sur la forme, la communication, le protocole, le détail ! 2) Le rôle du dircom est devenu, aujourd’hui, terrifiant : la scène où Gaspard Gantzer dicte aux journalistes accrédités les deux mots choisis qu’ils reprendront ensuite devant leurs caméras, alignés en rang d’oignon, devant la façade de l’Elysée, donne un peu le vertige.

12/09/2014

Le pouvoir les a rendus fous

Mont-Fil.jpgLes frasques sexuelles de DSK, les mensonges de Cahuzac et les nuits du président chez Julie Gayet, ce n’était qu’un début ! Voici la pathétique vengeance littéraire de l’ex-Première dame. Puis la réponse minable de Hollande sur son amour des pauvres dans le Nouvel Obs. Puis les phobies fiscales de l’ex-ministre Thévenoud. Puis le stupéfiant népotisme du ministre Kader Arif. Puis les aigreurs assassines du conseiller Aquino Morelle. Puis les amours médiatiques, en forme de pied de nez, de Montebourg et Filippetti. On sait que le pouvoir rend fou, mais à ce point, ça fait peur !

10:51 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : pouvoir, ps, hollande, montebourg |  Facebook | | Lien permanent

17/06/2012

Tout le pouvoir au PS !

 AN.jpgFranchement, ça fait peur. Jamais un parti n’avait cumulé autant de pouvoirs, à lui tout seul, depuis le début de la Vè République. Je ne prends pas Hollande pour un dictateur, ni Ayrault pour un sectaire, mais j’ai bourlingué suffisamment longtemps en politique pour savoir que le PS n’est pas partageux, et qu’il a toujours voulu placer ses copains partout. On va bien voir, notamment à la tête des médias, s’il résiste à la tentation totalitaire. Le pire n’est jamais sûr, mais gardons à l’esprit l’un des plus vieux adages démocratiques, celui du Prince de Machiavel : "Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument". A bon entendeur...

23:39 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : ps, pouvoir, législatives |  Facebook | | Lien permanent