Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2015

Vaincu par la "race blanche" ?

Claude_Bartolone.jpgLes résultats contrastés du scrutin, hier soir, ont fait oublier la campagne électorale et ses dérapages révélateurs. Il faudra pourtant revenir sur les propos de Bartolone, quatrième personnage de l’Etat, qui accusa son adversaire LR-UDI-Modem de "défendre Versailles, Neuilly et la race blanche". Façon Morano, mais en pire. C’est bien plus grave que de promettre, comme le premier ministre, la "guerre civile" en cas de victoire du FN ! La France serait-elle donc coupée en deux, entre la "race blanche" et une population… métissée ? Les socialistes feraient peut-être bien de réfléchir avant de reconduire Bartolone au perchoir, comme on s’y attend, sous les applaudissements des caciques du PS !

07/10/2015

Trop d'indignation tue l'information

morano.jpgLa vie politique est devenue folle. Qu’une bourde lâchée devant un humoriste par une élue un peu vulgaire déclenche dix jours d’indignation médiatique et débouche sur un incroyable procès de Moscou dans son propre parti, voilà qui fait peur. Dans mon canton, personne n’a compris quel crime impardonnable a commis cette ex-candidate aux régionales : dans l’hystérie générale, aucun média n’a pris le temps d’expliquer l’historique du mot race, qui est pourtant très intéressante, et pas seulement depuis de Gaulle. Mais voilà : on ne peut pas s’indigner, tempêter, dénoncer, accuser, dresser des bûchers… et faire de l’information. C’est pourtant à cela que servait la presse, il n’y a pas si longtemps !

29/09/2015

On se fout de Morano !

Morano.jpgL’affaire Morano résume assez bien l’affligeante dérive des médias d’aujourd’hui. Une élue de province qui n’engage qu’elle, remise en lumière pour avoir été insultée publiquement par un humoriste de gauche, prononce le mot "race" sur un quelconque plateau télé, et c’est à qui en fera l’événement politique du mois, de Ruquier à Morandini, de Barthès à Hanouna ! A tous ces bateleurs irresponsables qui font profession d’antiracisme au nom de l’audimat, mais qui invitent du matin au soir, week-end compris, les membres de la famille Le Pen, bon clients eux aussi, dans l’espoir d’un dérapage qui fera le buzz et alimentera les réseaux sociaux, je hurle : assez ! Morano, bon sang de bois, on s’en fout !

12:04 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : morano, ruquier, audimat, race |  Facebook | | Lien permanent

11/03/2012

Fin de race

holland.jpgFrançois Hollande a enfin expliqué comment il allait rembourser la dette de la France et rétablir notre balance commerciale : il va faire rayer le mot "race" de la Constitution. Ce n’est pas un gag. Dans la foulée, on imagine qu’il fera retirer ce mot insupportable des dictionnaires, et aussi de l’Evangile ("Race de vipères !"), qu’il expurgera, dans la foulée, les oeuvres de Corneille, Racine, Baudelaire et Nietzsche, et qu’il interdira les livres de Voltaire ("La race des nègres est une espèce d‘hommes différente de la nôtre"). Au concours du plus beau rideau de fumée électoral, Hollande est nettement en tête des sondages !

09:29 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : hollande, race |  Facebook | | Lien permanent

06/04/2009

Frêche n'ira pas en prison

Georges-Freche_Segolene-Royal_11aout2006.jpgOn vit une époque formidable. Vous vous rappelez Georges Frêche, le président socialiste du Languedoc-Roussillon qui se vantait d’avoir berné ses propres électeurs ? Et qui avait traité les harkis de "sous-hommes" ? Eh bien, justement, il vient d’être relaxé. Alors qu’il était inculpé pour "injure qualifiée", la Cour de cassation a estimé que les harkis ne constituaient ni une ethnie, ni une nation, ni une race, ni une religion, ni une orientation sexuelle, ni un handicap, et qu’on pouvait donc les insulter sans qu’il y ait "injure qualifiée" ! Frêche, l’ami de Ségo, ne sera donc condamné ni à la prison ni même à une amende. Comme disait une amie de ma grand’mère, "y a de la justice que pour la racaille !" "Racaille" n'étant pas, on l'aura compris, une infure qualifiée...