Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2007

Oxymore de rire

La "rupture tranquille" de Sarko contre "l’ordre juste" de Ségo. Un oxymore de droite contre un oxymore de gauche. Cela ne fait plus rire personne. Toute campagne électorale, aujourd’hui, s’appuie sur des formules destinées à ratisser large.
Honneur aux grands anciens : en 1981, François Mitterrand avait été élu sur le slogan de la "force tranquille", imitant ainsi Valéry Giscard d’Estaing qui, en 1974, proposait "le changement dans la continuité".
En cette période de vœux, je souhaite qu’en 2007, le chef de l’Etat fasse preuve d’une détermination prudente, le gouvernement d’une audace courageuse, les policiers d’une fermeté souple, les juges d’une humanité inébranlable, les journalistes d’une rigueur imaginative et le pape d’un conservatisme innovant.

20/12/2006

Couple ou pas couple ?

L’affaire des propositions fiscales de François Hollande va précipiter une interrogation que personne, au sein des rédactions parisiennes, n’ose encore exprimer à haute voix : quelles sont les véritables relations entre François Hollande et Ségolène Royal ? Complot d’anciens énarques ? Ticket présidentiel ? Bill et Hillary à la française ? Bonnie and Clyde de la politique ? Duo machiavélique ? Famille unie ou entente forcée ? Vrai couple ? Faux couple ?
Il ne s’agit pas d’ "affaires privées", contrairement à ce que prétendent les bonnes âmes journalistiques, décidément peu curieuses. La candidate du PS et le premier secrétaire du PS ne pourront pas éternellement préserver l’opacité qu’ils entretiennent savamment autour de leurs véritables rapports et de leurs ambitions respectives…

17/12/2006

Les jeun's contre Sarko

Le PS met le turbo pour convaincre les jeunes de s’inscrire sur les listes électorales avant la fin de l’année. A la manoeuvre : Jack Lang, Cali, Joe Starr et les Guignols !
C’est que les moins de 25 ans, selon l'institut BVA, préfèrent nettement Ségo à Sarko : 34 % pour elle, 14 % pour lui (tous les autres étant loin derrière). Il se peut, en effet, que les jeunes électeurs fassent la décision. En 1974, Giscard avait battu Mitterrand de seulement 300.000 voix…
Curieux pays. Après avoir systématiquement bloqué, dans la rue, toutes les réformes destinées à améliorer leur sort (bac, universités, retraites, CPE, etc), les jeunes vont faire battre le seul candidat ayant un vrai projet pour les remettre au travail. Mais est-ce bien cela qu’ils souhaitent ?

15/12/2006

Ségo la Bourguignonne

Elle a été chaleureusement accueillie hier à Dijon par François Patriat, président de la région Bourgogne. Au poste de directeur de campagne, elle a nommé François Rebsamen, le maire de la cité des Ducs. L’un de ses porte-parole est Arnaud Montebourg, député de la Bresse. Dans son état-major de campagne figure Safia Otokoré, conseillère municipale d’Auxerre. Elle vient même de s’adjoindre le club Nouvelle Voix, animé par Gaëtan Gorse, député de la Nièvre. Décidément, Madame Royal a adopté le duché de Bourgogne ! Est-ce parce que ses enfants s’appellent Hollande ? Ou parce que le chabichou gagne à être accompagné de bon vin ?
Au passage, elle aura réalisé un miracle : que tous ces gens-là, dont les rivalités multiples tournent parfois à la haine, se retrouvent sur un projet commun. La dernière à avoir réussi cet exploit était la reine Brunehaut. Au VIIè siècle.

04/12/2006

Défense de Ségolène

La querelle faite à Ségolène Royal sur le Proche Orient est une mauvaise querelle. Tous ceux qui la critiquent avec suffisance, du ministre gaffeur Douste-Blazy à certains éditorialistes qui ignorent toujours la différence entre sunnites et chiites, devraient faire preuve de plus de retenue. Cette région du monde est une poudrière, y compris sémantique, et il n’est pas infâmant d’y butter sur les mots, surtout traduits de l’arabe. La France doit jouer son rôle dans l’inextricable processus destiné à instaurer un jour la paix dans la région : qu’une candidate à l’Elysée y fasse un premier tour de piste est légitime.
Ses détracteurs ont tort. Ils ont suffisamment de grain à moudre à l’intérieur des frontières pour ne pas se battre sur Israël, le nazisme ou la Shoah. Tiens, par exemple, quand Ségolène propose de "réformer la carte scolaire… sauf là où elle fonctionne" ! Voilà une superbe bourde et un vrai sujet de débat, non ?

12/11/2006

35 heures ? Ca va pas, non ?

L’affaire des propos imprudents tenus par Ségolène Royal sur le temps de travail des enseignants fait l’effet d’un séisme politique : quel est le traître qui a balancé le propos sur l’internet ? L’enregistrement est-il tronqué ? DSK va-t-il profiter de ce coup bas ? Les journaux, les télés, les radios en sont pleins !
Or, la vraie question est : pourquoi l’affaire a-t-elle pris soudain une telle ampleur ? Pourquoi le simple fait de suggérer que les enseignants travaillent davantage ébranle-t-il les fondements de la République ?
Je sais bien que les profs travaillent plus de 18 heures, qu’il y a les copies à corriger, des réunions avec les parents, etc, etc. Mais y a-t-il une autre profession où l’idée de travailler 35 heures est aussi indécent, sulfureux, insensé, scandaleux, monstueux, affolant, explosif ?

03/10/2006

La famille Royal

Touchante unanimité dans le Landernau politique : pas question d’utiliser contre Ségolène les révélations faites par son frère Antoine, qui explique que son autre frère Gérard a fait sauter le Raimbow Warrior il y a vingt ans !
Nul n’est responsable des agissements de sa famille, évidemment ! Qui oserait reprocher à Nicolas Sarkozy d’avoir un frère engagé au Medef ? Ou à Marine Le Pen d’être la fille de son père ? Ou à Béatrice Schönberg d’avoir un mari ministre ?
On a le droit d’en rire. « Quel malheur d’avoir un gendre ! » ironisaient les chansonniers en 1887, quand le président Jules Grévy dut démissionner parce que le mari de sa fille avait fait du trafic de décorations.
Et puis, je ne sais pas, j’ai le pressentiment que le dénommé Antoine Royal n’a pas fini de nous faire rigoler. On parie ?

28/08/2006

Titres de gloire

Quand on examine, dans Livres Hebdo, la liste des best-sellers de l'été, poches compris, on est frappé par une constante : plus le titre est vide de sens, plus le livre a du succès. Voyez les ouvrages de Marc Levy : Vous revoir, Et si c'était vrai, Où es-tu ? Voyez ceux de Guillaume Musso : Et après..., Seras-tu là ? Ou ceux d'Anne Gavalda : Ensemble, c'est tout, Je l'aimais. Sans parler du dernier Patricia Cornwell : Sans raison, ni du récent François de Closets : Plus encore ! Pourquoi cette nouvelle règle de marketing, particulièrement affligeante ? Mystère.
C'est pour l'appliquer, sans doute, que Nicolas Sarkozy a atteint les sommets de l'insipidité avec son livre intitulé Témoignage et que Ségolène Royal s'apprète à battre le record du titre le plus niais avec Désir d'avenir !

19/08/2006

La chasse à l'éléphant

La chasse à l’éléphant, en Bourgogne, est une vieille tradition locale. A gauche comme à droite. Demandez à Joxe, Chamant, Poujade, Soisson, Billardon, et quelques autres. A l'époque mitterrandienne, le Morvan était même une réserve. Aujourd’hui, c’est dans la Bresse qu’on fait les plus beaux cartons. La venue de Ségolène Royal à Frangy, ce week-end, sur les terres d’Arnaud Montebourg, en est la preuve.
En livrant clefs en main à Ségo une symbolique "aile gauche" intelligente et rebelle, Montebourg élimine du paysage politique, d’une seule salve, tous les éléphants qui prétendent encore incarner le PS traditionnel. A commencer par Fabius, qui fut premier ministre il y a vingt ans, et qui prend un sacré coup de vieux entre les deux yeux.
Montebourg, futur ministre de la chasse sous Ségolène ? On verra. Rien ne Bresse.