Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2009

UMP, AXA, même combat

   Il paraît que mon post sur le courrier d’AXA a fait du sproumps. Tant mieux. Marre de toutes ces entreprises, institutions et organismes qui ont supprimé leur service du courrier au profit de logiciels aussi inhumains que faillibles. Résultat : plus personne ne relit jamais la moindre lettre. Je le souligne, il n’y a pas que les entreprises : mon amie Jeanine L., dans l’Yonne, vient de recevoir une lettre de Xavier Bertrand, secrétaire général de l’UMP, la félicitant pour son adhésion au parti de Nicolas Sarkozy. Sympa, la lettre. Chaleureuse et dynamique. Sauf que Jeanine L. a adhéré à ce parti, qui ne s’appelait pas comme cela à l’époque, en …1966. Elle n'est pas contente, Jeanine. Pas contente du tout.

03/06/2009

La Turquie n'est pas européenne

L'UMP ne refera pas l'erreur du scrutin européen de 2005 : ses dirigeants tonnent à l'envi contre l'entrée de la Turquie en Europe. Pareil du côté de chez Bayrou, Villiers, Dupont-Aignan, etc. La Turquie en Europe, c'est non ! Tiens, voici une citaion tirée du Figaro, le jeu consiste à deviner son auteur : "Historiquement et culturellement, la Turquie a peu de choses en commun avec l'Europe. Ce serait une grande erreur de l'incorporer à l'Union. Il vaudrait mieux que la Turquie joue un rôle de pont entre l'Europe et le monde arabe. La Turquie a un fondement islamique. Elle est très différente de l'Europe, qui est une collectivité d'Etats séculiers avec des fondements chrétiens..." La citation date d'août 2004. Elle est de Joseph Ratzinger, futur Benoît XVI. Cela ne vous fait pas rire ?

11/05/2009

Extravagant Kouchner

Croisé ce matin, sur le plateau de LCI, Christophe Barbier, qui n'est pas tendre pour Bernard Kouchner. Il faut dire qu'il est extravagant, franchement, d'entendre un ministre des affaires étrangères de Sarkozy se demander ouvertement s'il votera pour les listes de Sarkozy aux élections europénnes ! Le dossier Kouchner s'alourdit, explique justement Barbier. Hier, les militants UMP de l'Yonne que j'ai rencontrés au salon du livre de Saint-Sauveur sont sous le choc, et critiquent ouvertement l'ouverture, façon Elysée. Il devrait se méfier, Sarko : ça grogne à la base ! L'affaire Kouchner est un révélateur du malaise. La constitution des listes européennes s'est faite, dans l'Yonne, par-dessus la tête des élus locaux de l'UMP, qui ont du mal à garder le sourire. L'un me dit qu'il ne votera pas, l'autre qu'il votera Bayrou ! 

15/01/2007

Sarko citant Jaurès...

Sarko citant Jaurès, j’ai bien aimé. Le même Sarkozy aurait pu citer, pour le fun, un autre grand homme de gauche critiquant la façon dont les partisans de Marie-George Buffet veulent redistribuer les richesses sans se donner les moyens de les produire : "Les communistes (…) se trompent. Leur répartition tue la production. Le partage égal abolit l'émulation. Et par conséquent le travail. C'est une répartition faite par le boucher, qui tue ce qu'il partage. Il est donc impossible de s'arrêter à ces prétendues solutions. Tuer la richesse, ce n'est pas la répartir. Résolvez les deux problèmes, encouragez le riche et protégez le pauvre, (...) en deux mots sachez produire la richesse et la répartir ; et vous aurez tout ensemble la grandeur matérielle et la grandeur morale ; et vous serez dignes de vous appeler la France !"
Qui a écrit cela ? Ni Fabius ni Strauss-Kahn : c’est Victor Hugo, dans les Misérables. En 1862.

11/12/2006

On négocie ce qu'on peut

Bingo ! Jean-Pierre Chevènement (MRC), en ralliant Ségolène Royal, a obtenu 10 circonscriptions aux législatives. Christiane Taubira, en s’effaçant devant le PS, avait permis au MRG de présenter 35 candidats à la députation. A droite, Christine Boutin (FRS) n’en a obtenu que 3 de l'UMP, mais devrait se retrouver ministre après la victoire de Sarkozy…
Pourquoi cela ne marche-t-il pas à l’extrême gauche ? Parce qu’on voit mal Besancenot garantir à Bové dix circonscriptions gagnables ou Buffet assurer à Laguiller de la prendre dans son gouvernement ! Promettre l’exclusivité de la distribution de tracts devant Thomé-Génot à Nouzonville (Ardennes), ou le poste de vice-secrétaire de la cellule de la gare de Laroche-Migennes (Yonne), ce n’est donc pas suffisamment attractif ?

15/10/2006

Debré, c'est Rantanplan !

Michel Debré, le rédacteur de la Constitution de 1958, avait veillé à bien séparer l’exécutif du législatif. C’est sûrement par étourderie que son fiston, président de l’Assemblée Nationale, s’en est pris aussi violemment, dans le JDD, au ministre de l’Intérieur, numéro 2 du gouvernement.
C’est plus fort que lui : il avait déjà démoli le premier ministre précédent à l’époque de la décentralisation. Il est comme cela, le fils à Debré : il ne peut s'empecher de tirer contre son camp et de balancer des exocets sur sa propre maison ! Jean-Louis Debré, c'est le Rantanplan de la droite.
En 2007, si Jacques Chirac n’est plus là pour l’imposer à ses pairs, sa carrière politique va se terminer très vite. Alors il s’énerve. Les journalistes adorent les politiciens fébriles, gaffeurs ou suicidaires. Qui osera dire à Debré que, s’il est régulièrement interviewé, ce n’est pas exactement pour la profondeur de ses analyses politiques ?

11/10/2006

L'ordre règne à Cerisiers

A Cerisiers, un bourg de mille habitants situé pas très loin de chez moi, dans l’Yonne, le maire (UMP) est en accusation : un groupe de jeunes ayant plombé par leur violence la fête du village, et les gendarmes n’ayant pas répondu à ses appels, le premier magistrat de la commune – qui, en tant que représentant de l’Etat, est responsable de l’ordre public – a finalement coincé le meneur de la bande et, avec ses adjoints, lui a administré une correction musclée.
"Singulière conception de l'ordre", s'insurge avec fougue, ce matin, l'éditorialiste de l'Yonne Républicaine. Un maire peut-il jouer ainsi les justiciers à coups de poing ? Bon sujet ! L’excellent Jérôme Godefroy, sur RTL, aujourd'hui, a décidé aussitôt de consacrer à cette affaire son émission "Les auditeurs ont la parole" .
Malaise dans le studio : tous les appels et tous les SMS, sans exception, donnaient raison au maire !

08/09/2006

L'erreur Doc Gyneco

Retour sur le show de l’UMP à Marseille, et sur la présence de Doc Gyneco au premier rang des admirateurs de Sarko, non loin de Johnny Halliday.
Le type, né à Clichy-sous-Bois, a été rappeur de banlieue. Il s'appelle Bruno, et son pseudo grossièrement freudien rappelle qu’il ne peut pas croiser une meuf sans lui proposer de passer à la casserole. Macho, toxico, ex-coco puis jospino, incapable d’articuler une phrase normale, Bruno a récemment enregistré un duo avec Tapie pour vendre quelques CD. En vain. Il faut dire qu’il chante faux. Seul Marc-Olivier Fogiel l’invite encore dans ses émissions. Sans sa marionnette aux Guignols, plus personne ne parlerait de lui. Mais pourquoi diable Sarkozy est-il allé chercher un type aussi déjanté, mou, nul et has been ? Mystère.
Johnny avait sa place, lui, à l’UMP, car, au moins, il existe. La preuve : il a été plusieurs fois la vedette de la fête de l’Huma !

01/09/2006

UMP-UDF : j'ai fait un rêve...

Qu’est-ce qui oppose, sur le fond, des gens comme Bayrou, Raffarin, Borloo, Barnier, Fillon, Perruchot, Copé, Breton, de Sarnez, Perben, Bussereau, de Robien, Pécresse, Baroin ? Rien. Les principaux dirigeants de l’UMP et de l’UDF viennent des mêmes milieux, ils sont issus de la même histoire, ils partagent, à quelques nuances près, les mêmes convictions sociales et libérales.
J’ai fait un rêve. A l’approche des élections de 2007-2008, Nicolas Sarkozy et François Bayrou passaient un accord global : à chacun son positionnement politique, sa sensibilité, ses vedettes, son financement, son temps de parole ; au second tour de chaque scrutin, désistement réciproque automatique des candidats UMP et UDF ; puis partage des tâches et des postes en fonction des scores du premier tour.
Les deux partis largement victorieux composeraient une alliance en béton et se partageraient la responsabilité de gouverner la France, pour longtemps et au mieux de l’intérêt général. Un rêve, vous dis-je…

26/07/2006

Une méchante odeur de gaz...

Le projet de fusion GDF-Suez me fait frémir. Il contient tous les ingrédients pour nourrir, cet automne, une belle et bonne crise sociale comme nous en avons le secret, bien explosive, avec manifs et blocage des trains, qui risque fort de plomber sérieusement le début de la campagne présidentielle.
Faites l'inventaire : mâle assurance d’un gouvernement sûr de faire le bien du peuple, violation de promesses faites par le gouvernement précédent, graves divergences stratégiques au sein de la droite, thème ultra-mobilisateur pour l’ensemble de la gauche, forte implication de syndicats prets à se mobiliser, réticences prévisibles de l’opinion face à la "privatisation" d’un service public emblématique…
Le regroupement GDF-Suez est-il indispensable ? Je l'ignore. Mais si c'est le cas, dites-moi, pourquoi ne pas attendre les présidentielles ? Si Sarkozy passe, il lui sera beaucoup plus facile de réaliser l’opération sans trop de casse ; et si Ségolène passe, la gauche la réalisera aussi, sans tambours ni trompettes, comme d’hab !