Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2019

L'ère de la castagne

Asterix-bagarre.jpgNotre village gaulois est mal barré. Quand il s’agit de dénoncer, de dézinguer, de critiquer, de détruire, tout le monde s’y met : des dirigeants de l’opposition au plus modeste "gilet jaune", on crie, on s’indigne, on vocifère. Hou ! Démission ! Tue, tue ! Mais quand il s’agit de proposer, d’écouter l’autre, de passer à l’acte, de mettre en forme, il n’y a plus grand monde. Ce vieux travers français s’est récemment généralisé avec l’internet qui permet, en un clic anonyme, de se faire un petit plaisir solitaire en insultant une personnalité, en proférant une énormité, en contestant une vérité, en crachant sur une institution. Fastoche : on ne risque ni la prison, ni une amende, ni même le ridicule !

11:55 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : débat, gaulois, internet, bagarre |  Facebook | | Lien permanent

08/02/2019

Populisme : l'exemple italien

affiche FN - Copie.jpgPetit rappel utile. En Italie, l’alliance des démagogues de droite et de gauche a gagné les élections de 2018 en promettant "l’aboliton de la pauvreté" grâce à l’institution d’un "revenu citoyen" destiné aux "cinq millions de démunis", le tout sans augmentation des impôts. Magnifique programme ! Sauf que le couple Di Maio-Salvini, arrivé au pouvoir, a découvert le réel. L’ "abolition de la pauvreté" est remise aux calendes, vu que le "revenu citoyen" ne profitera, au mieux, et seulement pendant dix-huit mois, qu’à une partie des familles concernées, et cela… grâce à une augmentation sensible de la pression fiscale ! Allez, tous ensemble, tous ensemble : "Macron, démission !"

09:46 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : italie, populisme, salvini, le pen |  Facebook | | Lien permanent

07/02/2019

Réduire le nombre des députés ?

echarpe-tricolore.jpgLa réduction du nombre de députés à l’Assemblée nationale est une proposition parfaitement démagogique qui va finir… par aboutir ! Outre que Macron l’avait inscrite à son programme en 2017, les "gilets jaunes" en ont fait une revendication partagée, et les organisateurs du "Grand débat" y trouveront un sujet de quasi consensus. Certes, son impact budgétaire est infime, mais elle est tellement dans l’air du temps ! Évidemment, il y a un os : cette diminution va exactement à l’encontre de la principale demande exprimée justement par les "gilets jaunes" : être davantage écoutés par les représentants du pouvoir ! On ne peut pas tout avoir…

06/02/2019

Fatigant, la politique !

girouette.JPGC’est fatigant, la politique. Les mêmes qui accusaient Macron de rester silencieux au plus fort de la contestation des "gilets jaunes" l’accusent aujourd’hui de trop parler en public. Le même qui a tout fait depuis son élection pour marginaliser les élus locaux s’appuie délibérément sur eux pour sortir de la crise. Les mêmes qui veulent davantage de services publics exigent de payer moins d’impôts. La même qui voulait que notre pays quitte carrément l’Europe ne veut même plus, aujourd’hui, sortir de la zone euro. Les mêmes qui applaudissaient au mot d’ordre de référendum brandi par les "gilets jaunes" sont massivement hostiles à l‘idée que Macron propose un référendum. Fatigant, je vous dis !

05/02/2019

Les voyages forment la jeunesse

maxime-nicolle.jpgEnfin un motif de franche rigolade dans cette crise anxiogène qui n’en finit pas ! Le jeune Maxime Nicolle, vous savez, le "gilet jaune" à la casquette à l’envers, a fixé un "ultimatum" au gouvernement : si celui-ci ne répond pas aux attentes des "gilets aunes" dans les 15 jours, c’est juré, il quitte la France ! On tremble devant une telle menace. Mais on voudrait surtout conseiller à ce futur exilé de bien choisir son point de chute : sait-il que dans les trois quarts des pays du monde, il aurait été depuis longtemps jeté en prison, en camp de travail, voire en hôpital psychiatrique ? Bon vent, Fly Rider : les voyages forment la jeunesse !

04/02/2019

De catastrophe en catastrophe...

referendum_2.jpgQuand on parle du référendum d’initiative citoyenne (RIC), qui semble avoir désormais la faveur de Macron, on ne peut s’empêcher d’évoquer les deux derniers référendums de l’histoire de la Vè République qui ont été, l’un et l’autre, des catastrophes : le premier, en 2000, a transformé le septennat en quinquennat (73 % de oui), déséquilibrant fâcheusement le régime semi-présidentiel établi par le général de Gaulle ; le second, en 2005, rejeta la constitution européenne pour de mauvaises raisons de politique intérieure (55 % de non), poussant le pouvoir à ignorer son résultat ! On a hâte, franchement, de savoir sur quoi portera la prochaine consultation…