Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2006

Le jour du Seigneur

Louis Vuitton, le magasin préféré des touristes japonais, aura-t-il finalement le droit d’ouvrir son magasin parisien le dimanche ? Voilà une polémique bien de chez nous. Car la réponse est dans les mains du juge administratif (que sa formation prédispose, comme au sait, au marketing), seul compétent pour juger les dérogations accordées par le préfet (autre spécialiste bien connu du commerce international) à l’application d’une loi datant de 1906.
Faut-il rappeler que si on ne travaille pas le dimanche, dans nos pays de culture judéo-chrétienne, c’est pour chanter la gloire de Dieu ? Toute autre justification égalitaire ou corporatiste est suspecte. Défendre les petits commerçants ? Mais c’est valable toute la semaine ! Protéger les salariés ? Il suffit de les payer double ! S’il y a des entrepreneurs, des vendeurs et des consommateurs pour ne pas respecter le "jour du Seigneur", est-ce bien à l’Etat laïc de les remettre dans le droit chemin ?

11/07/2006

Jack Lang, dircom du pape ?

Jack Lang s’est insurgé, en mai, contre le fait de considérer les homosexuels comme une "population à risque" en matière de don du sang. Le ministre de la santé vient de lui donner raison : "Ce n’est pas le fait d’être homosexuel, mais la pratique de relations sexuelles entre hommes qui constitue une contre-indication". Ce n’est pas chez les homos qu’il y a forte prévalence du sida, mais chez les hommes qui couchent avec des hommes. Nuance.
C’est exactement ce qu’a écrit le pape dans sa récente instruction sur le recrutement des séminaristes : ce n’est pas le fait d’être homosexuel qui pose problème, mais la pratique de relations sexuelles entre hommes, etc.
Le pape ne sera donc plus critiqué sur ce point. Benoît XVI devrait engager Jack Lang comme dircom.

29/06/2006

Dieu, Mammon, Jamel et Zizou

En "une", aujourd'hui, Le Monde annonce une interview du cardinal archevêque de Lyon, Philippe Barbarin, qui dénonce notamment "les rémunérations des grands dirigeants". En page 10, sur toute la largeur de la page, un titre confirme que le prélat "condamne les dérives de certains grands patrons". Le primat des Gaules serait-il devenu gauchiste ?
Pas exactement. Il suffit de lire le texte de l’interview pour constater que Barbarin s’indigne plus largement des "rémunérations incroyables de certains chefs d’entreprise, de sportifs ou d’artistes". Nuance ! Pourquoi les sportifs et les artistes ont-ils disparu de la titraille ?
Parce que taper sur les patrons, cela ne mange pas de pain, mais sur Gérard Depardieu et Jamel Debbouze, c’est beaucoup trop risqué ! De quoi je me mêle, l’archevêque ? Et s’en prendre à Zinédine Zidane ou Thierry Henry à trois jours de France-Brésil, non mais, il est fou ? Il faut le faire taire, ce cardinal !

22/06/2006

Sacré Giesbert !

Le dernier numéro de Culture et Dépendances, hier soir, sur France 3, était comme une bouffée d’air frais. L’ami Franz-Olivier Giesbert parlait pourtant de la France et de la politique avec des invités convenus. Mais le débat a pris un tour inhabituel. On a ainsi entendu un ancien porte-parole de Mitterrand (Max Gallo) expliquer : "En politique, la question du sacré et de l’espérance est décisive". Puis un ancien ministre de la culture (Maurice Druon) renchérir : "La grande menace qui pèse sur notre société, c’est la perte de la spiritualité". Puis un ministre de l’Intérieur, par ailleurs candidat aux présidentielles (Nicolas Sarkozy) : "Les croyants sont d’abord des gens qui espèrent, et cette espérance ne peut pas nuire à la République". Le tout ponctué par une prière chantée en arabe par Sœur Marie Keyrouz !
Rafraichissante soirée. Pourquoi cette émission est-elle supprimée ? On va te regretter, Franz !