Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2021

La contamination par l'image

dy-szq-woaeb3fh.jpgTous les jours, sur les mêmes chaines d’info, aux mêmes heures, les mêmes présentateurs nous montrent les mêmes images de groupuscules anti-vax envahissant une mairie, cassant une permanence de député, arborant des étoiles jaunes et expliquant que pour lutter contre le Covid-19, il faut virer Macron. Un enfant de huit ans peut comprendre que ces images qui reviennent en boucle sur les écrans sont le meilleur moyen d’encourager des gens un peu paumés à rejoindre ces manifs ultra-minoritaires qui n’ont d’autre effet que de diviser le pays au moment celui-ci a le plus besoin d’unité et de solidarité…

14/07/2021

La France du 14 juillet...

14-juillet-2015-4d8f17-0@1x.jpegC’est à l’occasion du 14 juillet qu’on mesure la différence entre la réalité du peuple français et l’image qu’en donnent souvent les médias. D’un côté, une immense majorité de gens très différents, de toutes origines, aux opinions diverses, qui se sentent appartenir, peu ou prou, à une nation : la France avec son histoire, sa langue, sa culture, etc. De l’autre, des minorités parfois infinitésimales qui détestent la Patrouille de France, les sapins de Noël, le Tour de France, les vaccins, le nucléaire, l’armée, les flics et, quel qu’il soit, le président de la République. Soyons clair : tant que ces minorités ne prennent pas le pouvoir, tout va bien…

20:28 Publié dans Blog | Tags : france, nation, minorités, peuple | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/04/2021

Et à la fin, qui c'est qui gagne ?

Trans.jpgEn fait, les Français se ficheraient des groupuscules extrémistes de tout poil, des promoteurs du racialisme ou de l’apartheid, des trans en colère et autres porte-voix de la "cancel culture" à l’américaine, si ceux-ci ne bénéficiaient de la complicité de certains milieux universitaires, du manque de courage des responsables politiques et, surtout, de la complaisance des grands médias. En contribuant à l’inquiétude croissante des braves gens attachés à la France, à la République, aux droits de l’homme et à la paix civile, les radios et les télés confortent le discours de Marine Le Pen à l’approche de 2022. Et c’est cela, moi, qui m’inquiète.

18/07/2020

Le triomphe des minorités actives (suite)

image.jpgSuite de mon blog d'hier. Ce qui accentue la désespérante dépolitisation des Français, c'est la désolante dérive de notre système médiatique : les chaînes d’info, pour faire de l’audience, bannissent désormais de leurs plateaux tout individu nuancé, pondéré, moyen, modeste, équilibré ou raisonnable… et privilégient jusqu’à s’en étourdir tous les extrêmes, marginaux, originaux, minoritaires, décalés, snipers, grandes gueules et autres "bons clients" qui détonnent et font le buzz. Depuis un ou deux ans, c’est devenu flagrant : la raison, la réflexion, le bon sens, quel ennui ! La normalité, voilà l’ennemi !

17/07/2020

Le triomphe des minorités actives

En-immersion.jpgCe qui fait peur, dans l’Enquête sur une société confinée de Jérôme Fourquet et Marie Gariazzo (En immersion, au Seuil), c’est l’irrépressible dépolitisation des Français. On en connaît les causes : individualisme marchand, méfiance tous azimuts, inculture historique, repli sur soi hédoniste, etc. Mais que restera-t-il de la démocratie si le peuple, le vrai, déserte aujourd’hui les urnes et abandonne la scène publique aux minorités actives – écolos extrémistes, ultra-féministes, black blocs, insoumis, militants Lgbt, groupes racialsés, anticapitalistes, islamistes, antispécistes, identitaires et intégristes de tout poil ?

05/05/2018

Le triomphe des minoritaires

minorités,médias,Mélenchon,Besancenot,RuffinComment voulez-vous que la France profonde n’en veuille pas aux médias parisiens de faire la publicité des ultra-minoritaires de ce pays ? La pub des 80 "bloqueurs" d’une université de 40.000 étudiants ; celle des 1.200 casseurs plombant une manif de 30.000 personnes ; celle de la CGT qui réunit 2,6 % des salariés français ; de Besancenot, Poutou et consort, qui représentent entre 1 et 2 % de l’électorat ; de Mélenchon, arrivé 4è au premier tour des présidentielles de 2017 ; de la gauche en général, qui, toute entière, du PS aux trotskistes en passant par Hamon, les Insoumis et tous les autres, a rassemblé aux dernières élections générales… 21 % des électeurs ?