Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2009

Rendez-vous en septembre !

BL Toucy.jpgVotre blogueur bourguignon préféré, qui doit terminer un nouveau livre pour le 1er septembre, se met en congé très provisoire. Rassurez-vous, amis lecteurs connus ou inconnus - qui êtes de plus en plus nombreux à venir picorer sur ce blog un peu de bon sens, d'indignation, d'irrévérence et de rigolade - je reprendrai mon billet quotidien en septembre. J'ai du mal, désormais, à ne pas me mettre à mon clavier après le café du matin pour cette petite gymnastique matinale qui, depuis mai 2006, vous est aveuglément et amicalement dédiée. Rendez-vous à la rentrée, donc.

D’ici là, si cela vous amuse, vous pouvez aller piocher dans mes archives : http://lecomte-est-bon.blogspirit.com/archives/

Bonne fin de vacances à tous !

 

11/08/2009

Vive la Puisaye-Forterre !

YR-août09.JPG   Très sympa, le papier que l'Yonne Républicaine consacre, ce matin, au petite livre publié par les Editions de Bourgogne sous le titre Il était une fois la Puisaye-Forterre (cf ci-contre sur ce blog). Le journaliste explique très bien que cet ouvrage, destiné au grand public, est à la fois une synthèse et une première. Il n’existait pas de présentation globale de la Puisaye : de son histoire mouvementée, de ses grands hommes, de ses atouts économiques et touristiques. Voilà un vide comblé ! A tous ceux que le sujet intéresse, je dédicacerai l’ouvrage ce samedi 15 août, de 10h à 12h30, à la librairie Jofac, à Toucy – une des capitales de la Puisaye !

 

18/06/2009

Mauriac à Dijon

cover Mauriac.jpgLe temps s’est arrêté hier, à Dijon, où le Club des Ecrivains de Bourgogne invitait l’éditeur et écrivain Jean-Luc Barré, auteur d’une "biographie intime" de François Mauriac (chez Fayard) qui a déjà fait beaucoup parler. Une belle rencontre autour d’un des quatre géants de la littérature française moderne : Gide, Camus, Sartre, Mauriac. Celui-ci fut académicien à moins de 50 ans, puis prix Nobel de littérature. Or, écoutez les jeunes, ça va vous intéresser : l’auteur raconte que Mauriac, à 18 ans, a raté son bac ! Non pas comme un voyou ou un rebelle, façon Malraux, mais comme un jeune homme doué et maladroit qui, tout simplement, n’a pas eu la moyenne ! C’est donc prouvé : le bac n’est pas la fin du monde…

09/05/2009

Demain à Saint-Sauveur

Photo St-Farg.JPGRendez-vous ce dimanche au Salon du livre de Saint-Sauveur, dans l'Yonne. Au programme, la présentation du dernier livre des Editions de Bourgogne : Il était une fois la Puisaye-Forterre, où tous les amoureux de cette petite région au nom compliqué mais aux paysages intacts retrouveront le passé mouvementé de ce territoire : les celtes, la bataille de Fontenoy, la guerre de Cent Ans, Jeanne d'Arc, le jansénisme, etc, etc. Sur la cover du livre figure le château de Saint-Fargeau (photo ci-dessus), un des lieux mythiques de la région avec le chantier médiéval de Guédelon. C'est la région de Colette et de Pierre Larousse : c'est dire si le livre y est vénéré ! A demain au salon !

19/04/2009

Ecrire avec les dents

Autun 09-1.JPGPassé le week-end au Salon du livre d’Autun, en Saône-et-Loire. J’aime bien Autun, qui est, avec Chalon et Auxerre, une des villes les plus sympas et les plus authentiques de toute la Bourgogne. Son maire, Rémy Rebeyrotte, un socialiste qui allie l’engagement social à l’intelligence économique, y est pour quelque chose. Son évêque, Mgr Benoît Rivière, aussi. Invité à signer mes Secrets du Vatican, j’ai dédicacé une cinquantaine de livres. Pas mal, en ces temps de récession où, de fait, les acheteurs de livres se font moins pressants. Message à l'attention des jeunes auteurs : ne vous faites aucune illusion, les lecteurs, aujourd’hui, il faut aller les chercher avec les dents !

13/02/2009

Rendez-vous à La Cloche

Ce soir, à Dijon, première présentation en province de mes Secrets du Vatican. Rendez-vous à l’hôtel de La Cloche à 18 heures. C’est Perrin, l’éditeur, qui invite. C’est fou le nombre d’obstacles qui se dressent sur la route d’un éditeur, petit ou grand, désireux de faire connaître un livre : incident technique à l’impression ou à la livraison, grève générale à la veille de la diffusion, distribution chaotique des premiers exemplaires, actualité parasitant les comptes-rendus de presse, maladie d’un journaliste ayant aimé le livre, grèves sauvages de la Poste plombant les invitations, difficultés financières des futurs "salons du livre" à travers la France, menace de grèves le jour de telle ou telle conférence à venir, etc. Etre éditeur, de nos jours, est un apostolat.

02/02/2009

Le prix du livre

Autre histoire de gros sous, mais moins grave, celle qui a opposé Jack Lang et l’éditeur Bernard Pascuito. Le Tribunal de Grande instance de Paris a condamné l’ancien ministre à verser 34.000 euros à cet éditeur qui s’apprêtait à publier, quelques mois avant les présidentielles de 2007, un livre intitulé Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur moi. Or Jack Lang s’est opposé à la sortie du livre en librairie, pour un motif qui me fait hurler de rire : l’ouvrage n’était pas, selon Jack Lang, "conforme à sa pensée". L’auteur, en lisant son livre, ne l’a pas trouvé à son goût ! Magnifique ! Serait-il donc possible que Jack Lang n’écrive pas ses livres lui-même ? Inimaginable ! Sauf le titre, évidemment, qui, à coup sûr, était de lui…

04/11/2008

Ce soir, sur France 2...

C’était en 1998. Je travaillais pour les éditions JC Lattès. Un copain du Fig Mag m’avait présenté un diplomate en poste à Sofia qui passait son temps libre – en Bulgarie, vous pensez – à écrire des histoires policières dans le Paris de 1751, dont il connaissait le moindre pavé. J’ai lu les premiers manuscrits de cet homme discret, passionné, délicieux. Nous en avons beaucoup parlé – ah, cet équilibre introuvable entre l’exactitude et le romanesque ! Je l’ai proposé au comité de lecture, chez Lattès, sans imaginer que l’ami Jean-François Parot, aujourd'hui ambassadeur, publierait une dizaine de polars à succès et serait, dix ans plus tard, adapté à la télévision. Elle est pas belle, la vie ? Ne ratez pas ce soir, sur France 2, les aventures du commissaire Nicolas Le Floch !

06/07/2008

Paris et le désert français

Il y a trois ans, j’ai publié chez Lattès un pamphlet intitulé Paris n’est pas la France. Depuis, j’ai fondé une maison d’édition régionale… et je crois que cette seule expérience va nourrir le deuxième tome de mon livre, tant le mépris des journalistes parisiens pour ce qui se fait en province est indécrottable, irrépressible, insondable ! Quel plumitif de Libération ou de l'Express va s’abaisser à signaler la sortie d’un livre aux Editions de Bourgogne ? Qu’un auteur bourguignon publie une excellente bio d’Alfred Grévin (le Plantu des années 1860, fondateur du musée éponyme) ou de Paul Bert (le Montebourg des années 1880, inventeur de la laïcité à la française), voilà qui n’entre pas dans le schéma intellectuel des confrères parisiens - trop occupés, sans doute, à rendre compte des livres importants : sur Sarko, sur Ségo, sur Carla ! C’est vrai que ces livres-là, on n’a pas besoin de les lire pour en parler…

26/06/2008

Bientôt la rentrée

Mardi, sur le campus de l’université de Dijon, intéressante table ronde du Centre régional du Livre (CRL) sur le thème "Comment préparer la rentrée littéraire ?" à destination des professionnels (éditeurs, critiques, diffuseurs, libraires, bibliothécaires, etc). Comment gérer la brutale parution des 676 romans qui vont déferler à partir du 14 août, sachant que, rien que pour les lire, il faudrait consacrer tous les jours d’une année, à raison de deux romans lus par jour ! Cette spécificité française, qui touche à l’absurde, a beaucoup de détracteurs, mais aussi quelques défenseurs : que 676 textes aient été jugés bons à être publiés est, en soi, le signe d’une société créatrice et talentueuse ! C’est vrai. Sauf qu'environ 500 de ces nouveaux romans ne seront achetés par personne et finiront au pilon en novembre…

24/05/2008

L'écrivain mis à nu

2a97b519db52e2407b103442f399b202.jpgIl y a de tout, dans l’édition régionale. Sauf des riches. Les auteurs locaux touchent, on s’en doute, des clopinettes. Tiens, je ne sais pas combien de livres vendra le dénommé Jean-Charles Cougny, de Poil, dans la Nièvre, qui sort un roman intitulé Trois brins de paille, mais je me fais du souci pour lui. J’ai reçu une petite pub de son éditeur, L’Ecir, qui résume la bio de l’auteur : "…connu dans sa région comme syndicaliste paysan et pour ses écrits dans le journal Vent du Morvan, il vit aujourd’hui à Poil". Eh oui. Ce brave soldat de la littérature régionale n’a plus rien à se mettre. Dure passion que l’écriture.

15/03/2008

Jack Lang avec nous !

9cbba0959fa3fb59df5c2e6adaa3b120.jpgDepuis jeudi soir, les éditeurs bourguignons sont bien visibles au Salon du Livre de Paris (stand G55), où leur ont rendu visite nombre de personnalités : ministres (Michel Barnier), anciens ministres (Jack Lang), grands candidats aux municipales (Françoise de Panafieu), personnalités du PAF (Patrick de Carolis, Ulysse Gosset, Bernard Poirette, etc), tous amateurs de livres et de... chablis. Une catégorie manque à l'appel : les élus de Bourgogne. A part Jean-Pierre Soisson, venu dédicacer son nouveau livre sur Paul Bert, aucun représentant du Conseil régional, du Conseil général, de la Mairie de Dijon, etc, n'a fait le déplacement pour soutenir les éditeurs locaux. Tant pis pour eux : le chablis était excellent.

14/12/2007

La vie est courte

9df5b494bf9821dd68e2d3fd1938cbba.jpgAssemblée générale des Editions de Bourgogne, ce matin. Cinq bons copains en quête de plaisir, de création, de projets. Cinq nouveaux titres sortiront à partir du 1er février, dont une biographie de Paul Bert et une autre de Pierre Larousse. Editer des livres en région est un métier magnifique, qui touche à l’écriture, à l’histoire, à la psychanalyse, à la gestion financière, au marketing… et qui n’a qu’un inconvénient, un seul, celui de rapporter des clopinettes. Ce léger inconvénient, ce détail agaçant en découragerait plus d’un. Nous, nous l’oublions en tenant nos réunions annuelles dans des endroits de rêve : après La Charme à Prenois, Levernois à Beaune. La vie est courte, les amis…

02/11/2007

Deux livres d'Histoire

c32bfa7331f52b02eb2138a5b3ebace8.jpgMagnifique cover du magazine Pèlerin, en ce week-end de la Toussaint, présentant en avant-première les mémoires du cardinal Etchegaray. Ancien patron des évêques de France, ancien archevêque de Marseille, Etchegaray fut pendant deux décennies l’homme auquel Jean Paul II a confié sa politique en faveur des droits de l’homme. Voilà un homme dont la vie est édifiante – comme celle de Simone Veil, qui sort aussi ses mémoires cette semaine. Il est des personnalités attachantes, voire admirables, que le destin a transformées en livres d’Histoire pour les générations à venir. Pourvu que les jeunes se détournent quelques heures de la Star Ac pour se plonger dans ces deux livres !

24/06/2007

Pause estivale

L'été est là. Il est temps de faire une petite pause. Ce blog, créé il y a un an, a atteint son rythme de croisière : 365 notes, autant de commentaires, 5.000 visiteurs et 22.000 pages consultées par mois. Et un petit livre, Blog à part, qui a eu, en Bourgogne, un petit succès. Un grand merci à tous ceux qui en avaient fait un rendez-vous quotidien, le temps d'une boutade irrévérencieuse ou d'un coup de gueule impromptu.
Je laisse le blog en l'état, pour ceux qui voudraient retrouver quelques bourdes politiques ou saillies électorales - on a bien rigolé, quand même ! - et pour ceux qui ne connaissent pas encore les Editions de Bourgogne, dont c'est un peu la vitrine. Nous nous retrouverons à la rentrée. Bon été à tous.

12/06/2007

La religion du livre

Sarko est-il cultivé ? Franchement, on s’en tape. Sauf en matière de bons vins : son ignorance en la matière, qui explique sans doute sa faible résistance à l’alcool, est évidemment désolante. Mais pour le reste, en tant qu’éditeur indépendant, je préfère un président qui aide la culture à un président qui étale la sienne. Un qui soutienne le livre plutôt qu’un qui écrive des poèmes.
Plus concrètement encore, je rêve d’un chef de l’Etat qui parviendrait à convaincre les pouvoirs publics (gouvernement, régions, départements) que le livre n'est pas un objet "culturel" (bons sentiments, propos de salons, bouts de chandelles), mais une activité "économique" (aides concrètes, création d'emplois, soutien à l'export). Sur ce point, croyez-moi, y a du boulot !

17/01/2007

Jésus revient !

Ce sera le choc éditorial de la décennie. Deux ans après le phénoménal succès du Da Vinci Code, un livre va sortir, qui atteindra, à coup sûr, le même score. Théme : Jésus de Nazareth. Auteur : Benoît XVI en personne !
En deux tomes (I : du baptême à la Transfiguration ; II : de la Transfiguration à la Résurrection), le pape théologien va raconter qui était Jésus - le vrai, précise-t-on à Rome, celui de l’histoire, et non pas le Jésus caricaturé, nié ou idéalisé, modernisé ou postmodernisé, qu’on rencontre aujourd’hui au hasard des médias.
Jésus, personnage central du monde de l’année 2007 ? Plus fort que Napoléon, Mao, Tintin ou Loana ? Qui l'eût cru ?

28/08/2006

Titres de gloire

Quand on examine, dans Livres Hebdo, la liste des best-sellers de l'été, poches compris, on est frappé par une constante : plus le titre est vide de sens, plus le livre a du succès. Voyez les ouvrages de Marc Levy : Vous revoir, Et si c'était vrai, Où es-tu ? Voyez ceux de Guillaume Musso : Et après..., Seras-tu là ? Ou ceux d'Anne Gavalda : Ensemble, c'est tout, Je l'aimais. Sans parler du dernier Patricia Cornwell : Sans raison, ni du récent François de Closets : Plus encore ! Pourquoi cette nouvelle règle de marketing, particulièrement affligeante ? Mystère.
C'est pour l'appliquer, sans doute, que Nicolas Sarkozy a atteint les sommets de l'insipidité avec son livre intitulé Témoignage et que Ségolène Royal s'apprète à battre le record du titre le plus niais avec Désir d'avenir !