Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2011

Les Centres Leclerc et la crise

rouleau.jpgHier soir, arrêt dans un Centre Leclerc sur l’autoroute A6 pour faire quelques emplettes tardives, que la caissière, après paiement des diverses bricoles, laisse en plan et en vrac. "Vous avez quelque chose pour mettre tout cela ?" Non. Rien. J’avais oublié : ni en plastique, ni en papier recyclé, ni en rien du tout, que dalle ! Heureusement, une fois encore, que mon blouson avait de grandes poches et que j’ai de grande mains. Si la crise dure, je conseillerai aux Centres Leclerc d’inviter leurs clients à apporter eux-mêmes le beurre avec lequel ils leurs serviront des sandwiches. Et le papier pour les toilettes. 

 

15/12/2010

Il n'y a pas de petits profits

Leclerc.jpgDe retour de Paris par l’autoroute A6, halte nocturne à la station Leclerc, quelques kilomètres après le péage de Fleury-en-Bière. A la caisse du livre service, pour emporter les trois ou quatre bricoles jusqu’à ma voiture, je demande un petit sac en plastique. Réponse gênée du type : "On ne donne plus de petits sacs…" Bonjour le service au client ! L’employé ne sait pas où se mettre : "…mais pour 15 centimes d’euros, vous pouvez en avoir un grand". En plastique aussi. L’écologie n’a donc rien à voir dans cette affaire. Il s’agit bien d’un mini racket. J’ai rempli mes poches, tant bien que mal, avec mes achats. Consommateurs de tous les pays, sur l’autoroute, ayez de grandes poches !

15/05/2010

La jungle progresse

Saturn, la chaîne de magasins d’électronique, remboursera à ses clients tous les téléviseurs achetés ces jours-ci en cas de victoire des Bleus au Mondial de foot. Cela s’appelle prendre les consommateurs pour des gogos : Saturn, évidemment, est assuré contre une telle éventualité. C'est la même enseigne qui refuse désormais tous les chèques, même aux associations ou aux personnes âgées qui ne disposent pas de carte bleue. Motif révélé par un vendeur du magasin de Dijon : "Nous avons eu trop de chèques impayés". Ainsi Saturn ne prend pas seulement ses clients pour des gogos, mais aussi pour des voleurs ! Alors l'assurance, c'est bon pour le foot, pas pour les chèques sans provision ? Vu la fauche observée dans ses rayons de petits matériels, nous conseillons à Saturn-Dijon de fermer carrément son établissement…  

 

13/01/2010

Chronopost ne répond plus

chronopost-1.jpgChronopost ne répond plus ! Ce mardi, un colis expédié de Dijon devait m’être livré dans l’Yonne avant 13h. A midi, le chauffeur-livreur m’appelle, il est à 500 mètres de chez moi mais comme il s’est trompé de route, il est sur un chemin enneigé et il panique. Je le rassure, lui indique le bon chemin. Et pschitt ! le gars disparait. Il n’est jamais venu. Il n’a jamais rappelé. Sans doute la météo lui aura-t-elle servi de prétexte pour rentrer chez lui. Et tant pis si l’expéditeur a payé 21 euros son envoi, et tant pis si ce colis était important ! Franchement, Chronopost ferait mieux de ne pas travailler l’hiver. Et devrait mieux former ses chauffeurs : d’abord en leur apprenant à lire une carte routière, ensuite en leur passant quelques vieux films sur l’Aéropostale…

 

14/10/2008

Rien ne change

Rien ne change. Le débat sur l’ouverture des magasins le dimanche resurgit avec la chute des feuilles, tous les ans, avec les mêmes arguments et les mêmes sondages : la majorité des consommateurs est pour, la majorité des personnels est pour (sur la base du volontarisme et des salaires doublés, évidemment), et rien ne se passe : la loi de 1906 reste en vigueur ! De même, ce matin, j’entendais Jean-Louis Borloo, sur France Inter, en appeler à une consommation moins effrénée, à une croissance plus respectueuse des ressources naturelles, etc : c’est exactement, mot pour mot, ce que préconisait le rapport du Club de Rome quand nous étions ensemble à Sciences Po en 1970, tu te souviens, Jean-Louis ? Nihil novi sub sole, que c’en est parfois désespérant.

05/12/2007

Marre de Jingle Bell

Je hais James Pierpont. James Pierpont, c’est le type qui a créé Jingle Bell. Il est mort en 1893 : dommage pour ses héritiers qui ne touchent plus de droits sur cette ritournelle obsédante qui emplit, six semaines avant Noël, tous les hypermarchés, les rues commerçantes, les ascenseurs d'hôtel et les écrans publicitaires de toute la planète. Symbole de la consommation de masse, des cadeaux obligatoires, de la fête conventionnelle, de la gourmandise programmée, des jouets stupides importés d'Asie, des caddies pleins de trucs inutiles et polluants !
Je ne peux plus entendre ce Jingle bells, jingle bells, jingle all the way, qui recouvre, occulte, empoisonne et sature la fête de Noël, la vraie. Marre de Jingle Bell ! Je craque ! Que ceux qui, une fois dans leur vie, ont séjourné aux Etats-Unis au mois de décembre me jettent la première pierre…