Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2012

L'Ukraine tremble !

 Ianoukovitch.jpgL’Ukraine tremble ! Son président vacille ! Pensez donc : la ministre française des sports, Valérie Fourneyron, a déclaré que ni elle ni aucun autre ministre n’irait assister, dans ce pays, à un match de l’Euro de foot, en raison du maintien en prison de l’ex-premier ministre Ioulia Timochenko. Boudiou ! Que voilà une menace terrifiante ! La planète des footeux est soulagée : on va pouvoir suivre sans remords, le 11 juin, à Donetsk, le match des Bleus contre l’Angleterre. Tiens, Donetsk ! C’est justement la région natale de Viktor Ianoukovitch, le président-geôlier du pays hôte : on ne pourrait pas lui faire une petit manif symbolique, là-bas, en guise de cadeau ?

18/05/2012

Il y a alternance et alternance

 ioulia-T.jpgBon, c’est pas le tout, on s’est magnifiquement passé le flambeau, d’un dirigeant l’autre, le 8 mai, tout ça, et puis on s’est régalé de ces vœux "républicains", ministère par ministère, cocorico, on est les plus beaux. Il est peut-être temps de se demander comment on va sortir de sa prison l’ex-premier ministre de l’Ukraine, Ioulia Timochenko, qui n’a pas eu la chance, à Kiev, de vivre la même alternance que la nôtre. Il paraît que les Français vont disputer là-bas une importante compétition sportive, alors qui c’est qui s’y colle ? M. Fabius ? Mme Vallaud-Belkacem ? M. Caseneuve ? Mme Fourneyron ? ou M. Ayrault ? Allez, faut se bouger, là !


11/02/2010

Cuisant échec pour l'Europe

A-t-on bien mesuré, dans les médias français, le formidable échec que représente pour l’Europe le résultat des présidentielles en Ukraine ? Ainsi, ce pays 100 % européen (le centre géographique de l’Europe "de l'Atlantique à l'Oural" est en Ukraine subcarpatique) de 50 millions d’habitants revenus étrillés de l’enfer communiste (Staline a laissé 6 millions d’Ukrainiens mourir de faim en 1932-33), a finalement préféré pencher vers la Russie de Medvedev et Poutine (vote Ianoukovitch) plutôt que vers l’Union européenne (vote Timochenko) ? Quelle image ont-ils donc de l’Europe occidentale, ces Ukrainiens à l’histoire si ingrate ? Celle de nations riches mais terriblement égoïstes, qui s’intéressent moins à eux qu’à la Turquie voisine et si peu européenne, et qui n’ont, décidément, jamais rien compris à l’Europe centrale.

30/07/2009

Du mieux dans l'ex-URSS

Il y a même parfois des bonnes nouvelles en provenance de l’ex-URSS. En septembre 2000, on avait retrouvé le cadavre décapité du journaliste ukrainien Guergui Gongadzé, 31 ans, qui avait lancé sur le net un journal d’opposition. Neuf ans plus tard, on a enfin arrêté celui qui est très vraisemblablement son assassin, l’ex-général du KGB Oleksi Poukatch, que personne, jusque là, n’avait osé aller déranger dans sa retraite tranquille. Il faut dire que cet ancien cadre du ministère de l’intérieur avait certainement agi sur ordre, et qu’il va mouiller des tas de gens haut placés à Kiev. En 2005, son chef de l’époque, le ministre Kravchenko, s’était "suicidé" de deux balles dans la tête, la veille de son propre interrogatoire ! Gongadzé n’est peut-être pas mort pour rien…

11/09/2008

Pauvres Ukrainiens !

Le sommet Europe-Ukraine, cette semaine, a démontré que le bon sens et la diplomatie étaient deux mondes bien distincts. Il a fallu "de longues et âpres négociations", rapportent les journalistes spécialisés, pour faire figurer dans l’accord final une expression "arrachée comme une dent de sagesse" : non sans mal, donc, l’Ukraine est qualifiée, dans ce texte, de "pays européen". On croit rêver. Sarkozy, sur ce sujet, est irréprochable. Mais certains diplomates occidentaux considèrent, pour ne pas fâcher Moscou, ou pour ne pas gêner la Turquie, que l’Ukraine n’est pas vraiment un pays européen ! Kiev, Lviv et Odessa seraient-elles des villes moins européennes que les villes turques d'Erzurum, Diyarbakir ou Malatyia ? Savent-ils que les géographes, depuis plus d’un siècle, font figurer le centre de l’Europe à Dilové, sur la frontière entre l’Ukraine et la Roumanie ?