Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2019

Si on commence à écouter le peuple...

RIC.pngL’autre jour, je plaisantais en proposant d’inaugurer le fameux RIC (référendum d‘initiative citoyenne) par quelques questions qui fâchent, dont celle-ci : Etes-vous pour ou contre le remplacement des formules "père" et "mère" par "parent 1" et "parent 2" dans les formulaires administratifs ? Eh bien ! Figurez-vous que l’IFOP a posé la question dans un récent sondage. Résultat : 77 % des Français sont opposés à ce remplacement ! Allons, vous savez ce que c’est : le peuple ne comprend rien à la modernité, les ploucs sont viscéralement réacs, etc. Au moins, on est sûr d’un truc : on ne proposera jamais ce sujet dans un quelconque référendum !

10:46 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : référendum, ric, peuple, famille |  Facebook | | Lien permanent

30/03/2019

Les pratiquants pensent que...

pedo.jpgLu dans LIbé le fameux sondage Odoxa réalisé pour TC sur la réaction des Français face aux affaires de pédophilie dans l’Eglise. On y découvre que 78 % des "catholiques pratiquants" se déclarent pour le mariage des prêtres (qui, c’est prouvé, n’a aucun rapport avec la pédophilie) et que 68 % d'entre eux se disent favorables à l’ordination des femmes (qui, c’est clair, n’a rien à voir avec les abus sexuels). Or, selon la fiche technique du sondage, les "pratiquants" sont 2 + 12 = 14 % du total du panel interrogé par internet : on parle donc, respectivement, de 109 et 95 internautes ! Un sujet aussi grave ne méritait-il pas un peu plus de sérieux ?

11:37 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : eglise, sondages, pédophilie |  Facebook | | Lien permanent

29/03/2019

Et le slogan le plus inepte est...

affiche fn.jpgLes européennes approchent. Voici venir le temps des slogans électoraux. La liste LREM pourrait bien adopter : "Nous l'Europe !". Si j’étais Glucksmann, j’inventerais : "Changer l'Europe, maintenant". Dupont-Aignan devrait choisir : "Pour une autre Europe !". Si j’étais la France Insoumise, je prendrais : "Pour changer d'Europe". Et le Rassemblement national sortira sans doute : "Pour sauver la France, changeons d'Europe !". Ces cinq slogans, particulièrement débiles, étaient ceux de la précédente campagne pour les élections européennes, en 2014. Pas sûr que l’on réussisse, cette année, à trouver des formules plus creuses. Le concours reste ouvert.

28/03/2019

Vive le Brexit !

manif-brexit.jpgIl faudra quand même penser, un jour, à remercier les Britanniques. Sans eux, sans le Brexit, plusieurs partis français populistes ou extrémistes auraient fait campagne pour la sortie de l’Europe : on aura déjà évité cela. Mais surtout, les électeurs français, même les plus naïfs, commencent à comprendre que l'incroyable panade dans laquelle se vautre la classe politique outre-Manche est la conséquence directe des promesses électorales imbéciles faites, il y a deux ans, par des politiciens irresponsables. Faut-il faire un dessin à tous ceux qui s’imaginent que la France est à l’abri d’une telle embardée démagogique ?

 

27/03/2019

C'est si loin, l'Europe !

parlement-europeen - ptt.jpgQuestion : lequel d’entre vous peut citer plus de deux ou trois noms de députés européens ? En dehors, bien sûr, de quelques vieux crabes nommés Jean-Marie Le Pen, José Bové ou Jean-Luc Mélenchon. Alors, combien ? Rassurez-vous, ce n’est pas votre faute. D’abord, le mode de scrutin aux européennes a toujours produit des élus hors sol, souvent parisiens, loin des préoccupations des électeurs. Ensuite, avez-vous jamais vu un grand média français, télé ou radio, inviter le moindre parlementaire européen à parler de ce qu’il fait à Strasbourg ou à Bruxelles ? Sauf, bien sûr, s’il s’appelle Jean-Marie Le Pen, José Bové ou Jean-Luc Mélenchon…

26/03/2019

Les macaques et les matraques

violences.jpgEt si, au lieu de s’injurier comme des macaques sur les plateaux de télé, on posait calmement la question du maintien de l’ordre dans une démocratie moderne : comment 5.000 manifestants dont 1.500 professionnels de la casse peuvent-ils, au XXIe siècle, faire trembler la République ? La cinquième puissance du monde n’est donc pas capable de mater quelques cinglés en cagoule applaudis par des naïfs en gilet jaune ? Il est vrai que d’un côté, le but est, surtout, de ne pas faire de victimes, alors qu’en face, il est d’en provoquer pour hystériser la crise. Avouons que cela complique les choses. Et qu’il est plus facile, en effet, de s’injurier comme des macaques sur les plateaux de télé…

25/03/2019

A chacun son gilet jaune

Meluche.jpegBientôt cinq mois qu’ils courent désespérément après le mouvement ! Les Jean-Luc Mélenchon,  Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen et autres leaders populistes n’en peuvent plus de flatter les "gilets jaunes" ou plutôt leurs représentants auto-proclamés, ceux qui passent à la télé avec, souvent, quelques arrière-pensées à l'approche des élections européennes. Le dépôt des listes pour ce scrutin imminent donne un peu de piment à ce festival de démagogie : c’est à qui pourra afficher un gilet jaune sur sa liste en position presque éligible ! Oui, "presque" parce que, ho, faudrait pas déconner, non plus…