Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2014

Pourquoi la politique se dégrade

enarques.jpgJ'emprunte au dernier essai d'Eric Le Boucher cette fine remarque qui en dit long sur notre classe dirigeante : "Autrefois, on était gouvernés par ceux qui avaient réussi l'ENA, désormais par ceux qui ont raté l'ENA". Dans la nouvelle génération de responsables politiques figurent beaucoup d'anciens assistants parlementaires, chefs de cabinet, communicants, seconds couteaux et autres porte-flingues qui se sont dit qu'après tout, ils étaient les mieux placés pour remplacer un jour leurs patrons dont ils maitrisaient déjà le langage, le cynisme et les privilèges. Or, la plupart n'ont pas d'autre connaissance du peuple que celle du petit personnel des palais nationaux, pas d'autre ambition pour la France que leurs propres succès électoraux, et pas d'autres convictions fortes que celles que leurs aînés avaient acquises à l'ENA...

12:17 Publié dans Blog | Commentaires (4) | Tags : ena, élus, politique, cabinets |  Facebook | | Lien permanent

06/01/2014

A l'école de la rigueur

 ENA-2.jpgSaviez-vous que Madame Fioraso était ministre de l’enseignement supérieur ? Pour combien de temps encore, nul ne le sait. C’est peut-être pour cela que cette dame a voulu laisser une trace. Une idée à elle. Sa proposition, originale, consiste à envoyer les présidents d’Université à l’ENA pour leur apprendre à mieux gérer leurs budgets. Etonnant, non ? Comme si on savait, à l’ENA, gérer les budgets dont seules les dépenses augmentent ! Mais surtout, attendez, rappelez-moi, n’est-ce pas de cette grande école, justement, que sortent 99 % des gens qui ont creusé de façon insensée, depuis 20 ans, le déficit de la France ?

10:56 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : ena, déficit, universités |  Facebook | | Lien permanent

12/10/2011

Enarque contre énarque

ENA.jpgTempus fugit… Je me rappelle, quand j’étais à Sciences Po, les débats passionnés qui opposaient socialistes et giscardiens. La gauche, qui se référait à Voltaire et Léon Blum,  fustigeait alors "l’énarchie", ce système de sélection hyper élitiste de super technocrates au service de la bourgeoisie et du grand capital. Aujourd’hui, à l’issue de sa "primaire", le PS a sélectionné ses deux meilleurs candidats possibles pour les présidentielles : bingo, deux énarques ! Ce soir, ce ne sera pas le choc de la "gauche molle" contre la "gauche archaïque", ce sera un duel entre deux promotions de l’ENA, Voltaire 1980 contre Léon Blum 1975 ! 

 

16/10/2007

Légiférer tue !

La France vient de franchir un nouveau pas vers l’absurde, en interdisant de fumer... dans les tabacs. Voilà bien une idée de technocrate parisien ! Chez moi, en Puisaye, on pense encore que c’est une mauvaise plaisanterie. Et on s’interroge sur la prochaine mesure qu’un désopilant énarque soufflera bientôt à son ministre : soit l’interdiction de l’alcool dans les bars (on n’en est pas loin), soit l’interdiction de manger dans les restaurants (sus au cholestérol), soit l’interdiction de se baigner au bord de la mer (c’est là qu’on se noie), soit l’interdiction de la voiture sur les autoroutes (on y va tout droit).
Peut-être faudrait-il aussi interdire de légiférer sur le droit ?

03/04/2007

A bas l'ENA, et na !

Sur le moment, on a cru à un poisson d’avril. C’est le dimanche 1er avril, à Fort-de-France, que François Bayrou a annoncé que s’il était élu, et pour résorber la "rupture profonde entre le pouvoir et les citoyens", il supprimerait l’ENA !
Supprimer l’ENA, comme l’ont déjà proposé Chevènement, Fabius, Juppé, Madelin, Novelli et tant d’autres démagogues d'un jour, c’est aussi bête que de supprimer le bac parce que certains ne l’obtiennent pas, ou de mettre de l’eau dans le gevrey-chambertin pour que même les enfants puissent en boire. Et comment formera-t-on la haute fonction publique qui fait encore, mais oui, l’admiration de nombreux pays étrangers ? Réponse de Bayrou : "En créant une école de service public de très haut niveau". Ouf, on respire. Pourquoi ne pas la baptiser "Ecole Nationale d’Administration" ? Poisson d’avril !