Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2015

"L'union des Républicains, de l'UDI et du Modem"

Bourg-F-C.jpgLes régionales ne vont pas redonner à nos compatriotes, hélas, le respect de la politique. Ainsi en Bourgogne-Franche-Comté : à peine François Bayrou avait-il diffusé son communiqué du 19 octobre officialisant "l’union des Républicains, de l’UDI et du Modem", qu’un militant du Modem du Territoire de Belfort (désormais marié à la Bourgogne) lançait une liste régionale dissidente, recrutant de quasi-inconnus de gauche et de droite frustrés de n’avoir pas été retenus sur les deux grandes listes en présence. Histoire d’entretenir une confusion déjà désolante, qui va faire monter le taux d’abstention ? Ou de permettre au FN, très présent en milieu rural, d’arriver en tête au premier tour ?

11/05/2014

Pour qui voter aux Européennes ?

Europ-ModemUDI.jpgVoter aux Européennes, oui, bien sûr, mais pour qui ? Je voterais bien pour les candidats que je connais et que j’estime (Rochefort, Lamassoure, Sarnez, Goulard) mais ils ne se présentent pas dans ma région. Ou pour l’excellent Arnaud Danjean, candidat bourguignon, mais cela m’obligerait à voter Nadine Morano, sa tête de liste UMP, dont la candidature me chiffonne ! Ou alors, en tant que centriste, pour la liste UDI-Modem de ma région ? Mais le Modem bourguignon a rallié le PS aux municipales, ce qui me chiffonne aussi, outre que je ne connais personne sur cette liste pilotée par une autre élue de Lorraine…

09/11/2013

Bayrou-Borloo, le retour

 Centre.jpgBayrou-Borloo en route vers de nouvelles aventures. Objectif : oublier le passé, panser les plaies et reconstituer la famille centriste. Echéance principale : les européennes, qui risquent d’être une catastrophe absolue, tant les politiciens français, de gauche et de droite, ont rejeté depuis dix ans toutes leurs impérities, leurs erreurs et leurs lâchetés sur "l’Europe", ce pelé, ce galeux. Victimes collatérales de ce regroupement durable : les quelques élus du Modem qui reconduiront – comme à Dijon – leur alliance avec le PS, les Verts et le Front de gauche : accrochés à leur écharpe comme naguère Isadora Duncan sur la promenade des Anglais, ils finiront, tôt ou tard, étranglés par elle.

09/02/2013

Dans ma boule de cristal

 hollande.jpgBon, gagnons du temps. La loi sur le mariage gay sera adoptée fin mars, non sans mal, grâce à la discipline de vote des députés PS, puis… retoquée par le Conseil constitutionnel ! Hollande, échaudé, la redessinera a minima à l'automne, en bloquant définitivement sur la filiation et la PMA, ce qui provoquera la rupture avec les Verts au lendemain des municipales, et un recentrage général du pouvoir au printemps 2014. Taubira (si elle n'est pas "promue" au Conseil constitutionnel) et Montebourg borderont sur la gauche un gouvernement Manuel Valls qui s’ouvrira aux centristes du Modem (Rochefort, de Sarnez). Histoire de positionner Hollande en social-démocrate réaliste et pragmatique dans la perspective de 2017. Qui veut parier ?

04/05/2012

Le suicide de Bayrou

 bayrou-1.jpgPour beaucoup de ses ex-supporters, le choix de Bayrou est incompréhensible. Comment l’ancien épigone de Giscard, en votant pour l’ancien épigone de Mitterrand, peut-il renier 35 ans de combat contre le communisme, le socialisme et l’étatisme incarnés aujourd’hui par le candidat du PS, du Front de gauche et des Verts ? Par quelle aberration a-t-il décidé de se couper définitivement de 2/3 de ses électeurs, ceux qui veulent garder un centre indépendant, ceux qui préfèrent voter blanc, et ceux, nombreux, qui ne voteront jamais socialiste, même pas en rêve ? Il n’obtiendra rien de Hollande. Il sera absent des législatives. Les médias ne l’inviteront plus que pour le brocarder. Et au mieux, il fera 2 % en 2017. Triste fin, vraiment. 


00:18 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : bayrou, centre, modem, hollande |  Facebook | | Lien permanent

06/11/2011

Le Centre, c'est pas sorcier...

centre.jpgC’est pourtant simple. L’Alliance centriste, présidée par Jean Arthuis, membre de l’Union centriste et républicaine au Sénat, propose de créer une "maison commune du Centre". Il y invite l’Alliance républicaine écologique et sociale, ex-Confédération des centres, qui réunit déjà le Nouveau centre (Morin), le Parti radical (Borloo), la Gauche moderne (Bockel) et la Convention démocrate, héritière du Parti populaire pour la démocratie française (Charrette). Il entend y rallier le Modem (Bayrou), c’est-à-dire les anciens de l’UDF sauf ceux qui forment le courant centriste de l’UMP (Raffarin), parmi lesquels les anciens de Démocrate libérale transformés en Réformateurs (Novelli). Cette fois, c’est clair ?

16/04/2008

Une vie après le Modem ?

Déjeuné avec un des responsables régionaux du Modem. Un des derniers des Mohicans. Un peu assommé par les mauvais résultats de 2008, mais surtout très hésitant. D’abord, entre la gauche et la droite : l’avenir est sûrement à la gauche de l’UMP, mais l’opposition à Sarko n’est pas réversible ; et, surtout, les nouveaux militants, les jeunes, les anciens verts, etc, sont plutôt attirés par le PS. Ensuite, entre Bayrou et autre chose : un parti ne peut pas être une simple machine de guerre au service de l’ambition personnelle d’un homme, surtout que cet homme-là, pour sympathique qu’il soit, ne pourra évidemment pas se présenter comme un nouveau venu en 2012 ! Tempête sous un crâne : peut-on se contenter de participer au débat d’idées sans avoir, un jour, envie de passer à l’action ?

17/03/2008

Les deux surprises de Bayrou

Gonflé, le battu de Pau : il accuse solennellement l'UMP d'avoir fomenté à son endroit exactement les mêmes magouilles dont le Modem s'est rendu coupable aux quatre coins de France - comme à Paris, où la réélection de Tibéri est entièrement due au maintien du journaliste Philippe Meyer, qu'on a connu mieux inspiré ! Le Janus du Béarn vérifie l'adage selon lequel "on ne sort de l'ambiguité qu'à son détriment". François Bayrou a eu une première mauvaise suprise, dimanche : il a été éliminé durablement de la scène politique. Il va en avoir une seconde, bientôt : en 2012, le Modem enverra bien son candidat à l'assaut des forteresses Ségo et Sarko... mais ce candidat sera une femme, on parie ? Et elle s'appellera, mais oui, Marielle de Sarnez !

11/03/2008

Le Modem et les extrêmes

Le Modem va exploser à force d’incohérence politicienne. Exemple à Dijon, où l’on frise l’absurde. A Chenôve (banlieue dijonnaise), la tête de liste du Modem, Christophe Guion, s’est fait violemment retirer le label "Modem" par Bayrou au prétexte qu’il y avait sur la liste une ancienne sympathisante du MNR (le petit machin ultra-réac de Maigret que tout le monde à oublié). Motif, tenez-vous bien : "...la défense du combat intransigeant que nous menons contre les extrêmes". Bon, admettons. Prenons la pose. La main sur le coeur. Sauf qu’à quelques centaines de mètres, à Dijon même, le candidat du Modem, François Deseille, s’est allié tranquillement, sciemment, dès le premier tour, avec les communistes purs et durs figurant dans l'équipe de François Rebsamen ! Ho ! Il y a des limites au n'importe quoi !

15/12/2007

Bayrou vote Rebsamen

Les municipales de 2008 vont montrer que la dérive suicidaire de François Bayrou n’est pas terminée. A Dijon, le représentant du Modem, François Deseille, est un vrai centriste, plutôt sympathique, et pas vraiment favorable à l’alliance avec le PC. Il est naturellement proche de la jeune équipe de centre-droit conduite par François-Xavier Dugourd qui part à l’assaut du maire en place, François Rebsamen, n° 2 du PS. Sauf que Bayrou, depuis Paris, fait pression sur Deseille pour qu'il rejoigne la majorité sortante PS-PC-Verts, comme ça, uniquement pour faire la nique à Sarkozy. Tout Dijon retient son souffle : Deseille obéira-t-il aux ordres de Paris ? La politique est un jeu d'enfants : que croyez-vous qu’il adviendra quand Rebsamen, réélu grâce à cet artifice politicien, aura mangé tout cru le Modem dijonnais ?