Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2017

Il est urgent de ne rien faire !

 CESE.jpgEn juillet, le Conseil économique, social et environnemental – vous savez, le CESE, ce barnum rigoureusement inutile qui recase les amis du pouvoir et les syndicalistes à la retraite – avait été saisi sur les missions et effectifs de la fonction publique. Eh bien ! Après quelques mois d’un travail qu’on imagine intense, un avis a été soumis mardi au vote de l’assemblée plénière du CESE qui l’a adopté à une large majorité. En substance : il est urgent de ne rien faire ! Si j’étais Hollande, pour rire, avant de partir, je soumettrais au CESE une question sur les effectifs et les missions… du CESE ! On parie sur ce qu’il va conclure ? 

 

08:47 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : cese, réformes |  Facebook | | Lien permanent

27/01/2017

Marine à l'Elysée ? Brrr !

Marine.jpg

 J’écoute ce qui se dit dans mon coin de Bourgogne. Je suis troublé. C’est la première fois que je me dis que Marine Le Pen peut gagner en mai. C’est elle, bien sûr, qui profite de l’attaque précise, ciblée, millimétrée portée contre le candidat de la droite aux présidentielles que le Canard aurait évidemment pu sortir pendant les cinq ans où Fillon était premier ministre, mais à l’époque, la cible était Sarkozy ! Cette affaire fragilise le seul candidat capable, par son positionnement, de réduire sensiblement le score du FN, et donne à celui-ci de puissantes raisons d’expliquer que tous les hommes politiques sont pourris. La question de la rémunération des assistants parlementaires est-elle de même importance, tout bien pesé, que l’éventuelle arrivée de Marine Le Pen à l’Elysée ?

26/01/2017

Dans l'ombre des élus...

session_grande_region_1.jpgJ’en connais que l’affaire Pénélope Fillon ne fait pas rire. Il y a d’abord les dizaines et dizaines d’épouses, fils et filles de parlementaires qui travaillent pour ceux-ci (on ne comptabilise pas les gendres, neveux et maîtresses) dont le statut discret et peinard risque fort d’être remis en cause après un tel hourvari médiatique. Mais personne ne parle des 8.000 assistants politiques – rémunérés sur argent public, eux-aussi – qui travaillent pour les élus dans les collectivités territoriales, et qui sont aussi, parfois, les épouses, fils ou filles de ceux-ci (on ne comptabilise toujours pas les gendres, neveux et maîtresses). Tous aux abris ! La famille est une valeur en baisse...

25/01/2017

Que restera-t-il du président élu ?

boxe.jpgLors des primaires de la droite, on a vu Juppé porter des coups si sévères contre Fillon que celui-ci en est affaibli pour toute la durée de la campagne présidentielle. Ce soir, lors du débat Valls-Hamon, les dures critiques échangées par les deux candidats vont plomber pour longtemps le vainqueur de ce duel acharné. Enfin, pendant les trois mois qui restent avant le scrutin final, les médias bombarderont les finalistes de révélations, attaques, irrespect, dénigrement, moqueries et suspicions au point que le prochain président de la France, en mai, arrivera devant Merkel, Xi Jinping, Trump et Poutine… éreinté, défiguré, étrillé, en lambeaux ! Il n’y a pas quelque chose qui cloche, là ?

10:28 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : campagne, boxe, valls, fillon, hamon, 2017 |  Facebook | | Lien permanent

24/01/2017

L'ère de la post-vérité

Trump1.jpgL’affirmation du porte-parole de Trump comme quoi il n’y avait jamais eu autant de monde à une investiture présidentielle est le signe que nous entrons, paraît-il, dans l’ère de la "post-vérité". Est-ce bien nouveau ? Vous avez remarqué qu’aucune vérité, fût-elle étayée, vérifiée, incontestable, absolue, n’a jamais fait changer l’opinion de quelqu’un qui ne pense pas comme vous ? A quoi bon la connaissance, puisqu’elle est balayée par l’entêtement, le sectarisme, l’idéologie ? A quoi bon le journalisme, puisque l’information ne pèse rien dans une conviction, et n’influe sur aucun raisonnement ? La nouveauté, c’est qu’on parle tranquillement de "post-vérité", ce match entre les faits avérés et les faits dits "alternatifs" (!) où c’est la barbarie qui gagne à la fin. Brrr.

23/01/2017

On change de monde

feministes.jpgEst-ce être réac de constater qu’on change de monde, et pas forcément en mieux ? L’autre soir, à la télé, le sympathique Julien Clerc racontait que son père était un grand bourgeois très exigeant et très cultivé, mais qu’enfant, il se détendait chez sa mère créole, dans un milieu très populaire où l’on écoutait, tenez-vous bien, des disques de Brassens, Brel et Barbara. Vu, le saut de civilisation ? Vous imaginez Cyril Hanouna programmer des chansons de Barbara ? De même, samedi, en voyant les manifestantes féministes anti-Trump se rassembler sous la banderole "Mon vagin t’emmerde !", je n’ai pu m’empêcher d’aller relire quelques pages de George Sand et de Colette…