Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2010

Prêtres pédophiles (suite)

Sur le scandale des prêtres pédophiles, on continue d'entendre tout et n’importe quoi. Un bon point à RTL, ce matin, pour son reportage équilibré et sensible sur le malaise des catholiques eux-mêmes. Un mauvais point à Libération qui a titré sur l’appel solennel à la démission du pape lancé par… Ali Agça, le cinglé qui avait tiré sur Jean-Paul II : pourquoi Libé n’a pas fait sa Une le jour où le même individu a déclaré qu’il était le Messie ? C’est le même journal qui concluait son grand papier de vendredi, intitulé "La mauvaise foi du pape", sur la nécessité pour l’Eglise, dans cette triste affaire, d’ "ouvrir les archives" : he ! ho ! le coup des archives, c’est le dossier Pie XII, pas les prêtres pédophiles !

15/03/2010

Le célibat des prêtres

Frappé par la facilité avec laquelle l’ensemble des médias a sauté dans la roue de Hans Küng, les yeux fermés, pour expliquer qu’il y aurait moins de pédophiles dans l’Eglise si celle-ci mettait fin au célibat des prêtres. Lu dans Le Monde de ce week-end un passionnant article de Stéphane Joulain qui pulvérise ces poncifs éculés : en réalité, 96 % des affaires d’abus sexuels et de maltraitance sur mineurs ont lieu… dans le cadre familial ! Cela n’ôte rien à l’horreur des crimes pédophiles commis par des prêtres détraqués, évidemment. Mais il va falloir que Hans Küng revoie sa copie, et propose, logiquement, d’interdire résolument et définitivement le mariage et la vie de famille…

25/12/2009

Des voeux pour Etchegaray

etchegaray.jpgUne pensée pour le cardinal Etchegaray, victime indirecte de l’agression commise contre Benoît XVI au début de la messe de minuit. Le vice doyen du Sacré Collège, âgé de 87 ans, est actuellement à l’hôpital Gemelli, avec une fracture du col du fémur. Une sacrée tuile pour ce personnage attachant qui s’était déjà blessé, fin 2007, la semaine même où les éditions Fayard, à Paris, publiaient ses Mémoires. Il avait montré, alors, qu’il était têtu comme un basque, et qu’il n’entendait pas se laisser entamer le moral par de bêtes problèmes de santé ! Après quatre mois de lit et six de convalescence, il était reparti comme un jeune homme. Souhaitons-lui, de tout cœur, de surmonter ce nouveau déboire !

 

23/12/2009

Le Vatican communique...

federico-lombardi.jpgFederico Lombardi, le directeur de la Salle de presse du Vatican, a expliqué ce matin, citant Jean-Paul II : "En béatifiant un de ses fils, l’Eglise ne célèbre pas les choix historiques qu’il a faits". Il a rappelé que l’ouverture complète des archives, "légitimement demandée" par les Juifs, mais "techniquement complexe", demanderait encore "quelques années". Il a aussi précisé que "si les décrets sur les vertus héroïques des deux papes ont été promulgués le même jour, ils étaient complètement indépendants et ne déboucheraient pas sur une bénédiction simultanée". On dirait qu’au Vatican, le souci de communiquer commence à poindre…

21/12/2009

Des papes, des papes...

La polémique sur Pie XII attise les passions et occulte les vraies questions. A commencer par celle-ci, que j’entends rarement poser : les papes ont-ils raison de béatifier et de canoniser d’autres papes ? Imagine-t-on un conclave, de nos jours, qui élirait un pape qui ne soit pas un saint homme ? Ce serait une sacrée erreur de casting ! Ne pas faire preuve de sainteté, pour un pape, tiendrait de la faute professionnelle. Même s’il est vrai que les papes en question sont "élevés aux autels" pour des raisons qui ne tiennent pas à leur façon de gouverner de l’Eglise ! Sinon, pourquoi avoir canonisé Pie X, qui fut un saint homme mais un mauvais pape, et pas Pie XI, qui fut sans doute, avec Jean-Paul II, le plus grand pontife du XXème siècle ?

20/12/2009

Pie XII : savoir avant de juger

L’annonce de la prochaine béatification de Pie XII par Benoît XVI va donner lieu, comme d’hab, à un festival de bêtises, d'erreurs, d’inexactitudes, de légendes, de malveillances, de fantasmes, etc. Je renvoie ceux qui veulent savoir avant de juger à deux textes sur lesquels, je vous jure, j’ai passé beaucoup de temps : sur les "silences" de Pie XII, le chapitre 4 de mon livre Les Secrets du Vatican (Perrin, janvier 2009) ; et sur le renversement d’image du même Pie XII depuis les années 60, le chapitre 10 de mon autre livre Pourquoi le pape a mauvaise presse (Desclée de Brouwer, octobre 2009). Vous pouvez, bien sûr, encenser ou condamner sans rien connaître du dossier, mais alors, à quoi ça sert que Lecomte il se décarcasse ?

05/12/2009

Qui veut se taper un cardinal ?

Le Grand Journal de Canal +, que je regarde souvent, a offert vendredi un incroyable exemple d’anticléricalisme ricanant et d’inculture religieuse - une vraie caricature de mon livre Pourquoi le pape a mauvaise presse. Après avoir doctement vilipendé ceux qui ne respectent pas les musulmans et leurs minarets, les Denisot, Duhamel et autres Macé-Scaron se sont soudain déchaînés contre les cardinaux de l’Eglise catholique, si archaïques et tellement hypocrites, jusqu’à les comparer, en hurlant de rire, à des pères Noel ! Quand la Miss Météo de service est arrivée déguisé en bonne sœur à cornettes "pour mieux s’en taper un" (je cite), elle fit un triomphe. Plus vulgaire, tu vas en enfer. Inutile de dire que je n’ai aucune chance, mais vraiment aucune, d’être invité à parler de mes livres au Grand Journal de Canal + !

 

08/07/2009

Fin de l'affaire Williamson

L’info, venue de Rome, n’a pas réussi à percer le mur des dépêches d’agence. Les journaux français n’en ont pas parlé. Et pourtant, elle n’est pas banale : le pape Benoît XVI a débarqué officiellement le cardinal Dario Castrillon Hoyos de la tête de la commission Ecclesia Dei (chargée des relations avec les intégristes) non sans lui exprimer, dans un communiqué officiel, ses remerciements pour son "grand dévouement". Castrillon Hoyos, c’est le vieux cardinal responsable de l’affaire Williamson, celui qui aurait dû prévenir le pape des dispositions d’esprit du prélat négationniste. Le cardinal gaffeur avait été, pendant des années, le voisin de palier du cardinal Ratzinger, qui lui avait donc fait confiance. Il faut toujours se méfier de ses anciens voisins de palier.

30/06/2009

Le pape et la crise

   Qu'y a-t-il dans la nouvelle encyclique du pape, Caritas in veritate, dont on attend, à Rome, la publication imminente ? Peut-être, face à la crise mondiale, un simple rappel de la doctrine sociale de l’Eglise. Ou, plus probablement, une invitation à refonder le capitalisme mondial sur des bases radicalement nouvelles : l’homme comme finalité, la solidarité comme principe. Ce discours-là pourrait bien être révolutionnaire. J’en entends déjà qui rigolent. Franchement, face à l’impuissance et à la démission des élus, face à l’incertitude et aux contradictions des experts, il serait désolant que le discours du pape soit accueilli par l’indifférence et la dérision… des élus et des experts !

 

27/06/2009

Fantaisies romaines

Vu hier à Paris le film Anges et Démons. Par conscience professionnelle plutôt que par passion de ce genre de films. Un thriller chouïa ésotérique au cœur du Vatican, dont le héros est Robert Langdon, le même que celui du Da Vinci Code. Une action techniquement bien menée, de belles explosions, une musique efficace. Et l’occasion d’une belle balade – un peu agitée – dans le vieux Rome by night. Mais cette course folle contre la secte médiévale des Illuminati qui veulent supprimer le pape et faire sauter l’Eglise catholique n’est absolument pas crédible. Son scénario est tiré par les cheveux, certains de ses arguments sont à se tordre. Ce n'est pas très grave : on n'a jamais demandé à James Bond d’enseigner la géopolitique à Sciences Po !

29/03/2009

La digue, la digue...

Montaigu-1.JPGCarte postale envoyée du "Printemps du Livre" de Montaigu, en Vendée. Ambiance détendue, accueil chaleureux, pas mal de monde, un peu moins d’achats - mais c’est la crise. Beaucoup d’échanges avec les lecteurs de passage. A part la grimace dégoûtée de l’inévitable intello anticléricale effarée qu’on puisse consacrer un livre à Jean-Paul II et un autre au Vatican, la plupart de mes interlocuteurs dénoncent la pensée unique dans les médias et la diabolisation du pape – même si celui-ci suscite rarement la sympathie chez les cathos français. Ceux-ci sont secoués, c’est clair, mais je suis frappé par le bon sens opposé par la majorité d’entre eux, comme une digue, au tsunami idéologico-médiatique du dernier week-end !

27/03/2009

Pauvre Eglise !

Parisien.JPGLa tension retombée, on a vu quelques timides tentatives, ce vendredi, dans les médias, pour revenir à la raison sur l’affaire du préservatif. Notamment pour expliquer, comme l’a titré Le Figaro et comme l’ont confirmé de nombreux évêques (Ulrich dans Le Monde, Dagens sur France Inter, etc) que l’Eglise ne proscrit pas le préservatif : quel chrétien trouverait normal de contaminer sa partenaire ? Moi-même, je venais d’être interviewé par TF1 lorsque… patatras ! Voilà que l'évêque d'Orléans explique devant un micro que le condom, techniquement, n’est pas vraiment safe ! Mais de quoi je me mêle, Monseigneur ! Il n’en fallait pas plus pour relancer l’hystérie médiatique et balayer tous les autres avis sur le sujet : le pape est un assassin international et les cathos, des archéos homophobes, point barre !

23/03/2009

Le lynchage du pape

J’ai dit, dans plusieurs interviews, à quel point les propos du pape sur le préservatif avaient été maladroits et désolants. Mais Benoît XVI mérite-t-il toute cette violence verbale, ces insultes, ce déchaînement hystérique de malveillance facile et de mensonges grossiers ? Prenez Philippe Geluck, que j’aimais bien jusque-là, qui déclare hier soir, sur France 2, devant des millions de téléspectateurs, que le pape ayant interdit "l’utilisation" du préservatif, c’était un "crétin" ! Sauf que, voilà, le pape n’a pas dit cela. Ben non. Et que la position de l’Eglise, rappelée par nombre d’évêques, c’est que "le préservatif est utile en cas de nécessité pour ne pas donner la mort" (Mgr Dagens hier au JDD). Mais ça, Geluck et la quasi totalité des journalistes oublient de le dire, allez savoir pourquoi...

22/03/2009

Le Sidaction à la messe

Logo sida.JPGLes rapports entre les médias français et l’Eglise catholique sont décidément conflictuels. J’ai été surpris de voir ce matin, pendant toute la messe dominicale diffusée sur France 2 par le Jour du Seigneur, le logo du Sidaction s’imposer à tous les braves gens, notamment malades ou âgés, qui suivent à la télévision l’office qu’ils ne peuvent plus suivre à l’église de leur quartier. Que le logo du Sidaction soit accolé au reste des émissions religieuses (infos, reportages, méditation, etc), passe encore. Mais fallait-il vraiment – contre l’avis des producteurs – en ordonner unilatéralement l’affichage pendant la messe ? Je n’ose penser que les promoteurs du Sidaction ont voulu se venger du pape…

20/03/2009

Le Vatican fait la Une

Cover Vatican.JPGJe vous jure que je ne l'ai pas fait exprès. Dans Les Secrets du Vatican, j'ai écrit un chapitre 9 qui éclaire pile-poil l'affaire Williamson, j'ai rédigé un chapitre 8 qui explique au millimètre la position de l'Eglise sur le préservatif, et j'ai conclu par un chapitre 17 qui rappelle pourquoi le cardinal Ratzinger n'aurait pas dû devenir pape ! Est-ce pour cela que le livre vient de dépasser les 10.000 exemplares ? En partie, sans doute. Dans mes conférences, comme à Sens hier soir, les questions du public portent souvent sur l'actualité, ce qui en accroît évidemment l'intérêt. Si vous habitez du côté de Reims, venez ce soir à la Médiathèque municipale, à 18h30 : vous ne le regretterez pas !

18/03/2009

Le préservatif, évidemment !

C’était écrit ! Le voyage de Benoît XVI en Afrique n’avait pas commencé que dans l’avion, les journalistes réussissaient à piéger le pape à propos du seul sujet qui intéresse les médias : le préservatif (on ne va quand même pas s’occuper de la misère et des génocides, non ?). La réponse du pape, comme il fallait s’y attendre, fut aussi maladroite que désolante. Et les médias, depuis hier, de repasser en boucle la conviction de Benoît XVI que l’autorisation du préservatif "risquerait d'aggraver la lutte contre le sida" (en augmentant la permissivité générale, on l’aura compris). Cerise sur la gâteau : deux ministres de l’UMP (Mmes Bachelot et Boutin) s’invectivent sur le sujet ! En voilà une info qu'elle est croustillante ! L'Afrique, on en parlera une autre fois…

15/03/2009

Les cathos sont furibards

Le pape est le chef de l’Eglise : il est normal que les débordements du sieur Williamson, l’impéritie du cardinal Hoyos et la bêtise de l’archevêque Sobrinho rejaillissent sur lui. Mais a-t-on suffisamment remarqué que les réactions les plus virulentes à ces bourdes dramatiques sont venues notamment des cathos français (le journal La Vie, les intellectuels cathos, les Semaines sociales) et notamment d’évêques (Patenôtre, Daucourt, di Falco), que c’est La Croix qui fut la première à condamner l’intervention du cardinal Ré dans l’affaire brésilienne, et qu’après la Conférence des évêques brésiliens, c’est Mgr Fisichella, président de l’Académie pontificale pour la vie, qui achève, ce matin, de recadrer l’archevêque de Recife dans… l’Osservatore Romano ?

13/03/2009

Les médias et l'obscurantisme

La lettre de Benoît XVI s'expliquant sur l'affaire Williamson est un événement qui fait réagir les médias. Mais que de bêtises on entend sur ce sujet, y compris sur les grandes radios, dans la bouche de journalistes connus... qui ne savent pas distinguer l'infaillibilité et l'autorité du pape, qui n'ont jamais lu une ligne des documents de Vatican II, jamais ouvert une encycliques de Benoît XVI, qui ignorent absolument tout du fonctionnement de la Curie, qui confondent allègrement concile, synode et conclave, et dont les conclusions sont, le plus souvent, aussi politiquement correctes qu'historiquement absurdes : un festival d'erreurs, d'approximations vaseuses, de faux jugements qui, au lieu d'éclairer les auditeurs, nourrissent... l'obscurantisme !

09/03/2009

Le droit ou la miséricorde ?

L’affaire de la fillette brésilienne enceinte de jumeaux par la faute d’un beau-père sans scrupules est horrible. Ce n’est sûrement pas de gaîté de cœur que sa mère et ses médecins ont décidé de mettre fin à cette grossesse qui risquait de très mal se terminer (des jumeaux, à 9 ans !). Fallait-il que l’Eglise officielle en rajoute en excommuniant officiellement la mère de la petite ? Et en faisant confirmer cette excommunication par un des principaux cardinaux de la Curie ? Le respect du droit canon est-il donc plus important que la miséricorde dont cette fillette et sa mère ont besoin, plus que toute autre personne ? Le silence n’eût-il pas été préférable, et pour l’avenir de ces deux malheureuses, et pour le crédit de l’Eglise ? L’affaire Williamson n’a pas suffi au petit groupe d'éminences qui entoure Benoît XVI ?

28/01/2009

Plombé, Benoît XVI !

Le dénommé Richard Williamson aura fait un tort considérable à l’Eglise ! En proférant à pic ses niaiseries négationnistes, le pseudo évêque "lefebvriste" a réussi à plomber gravement Benoît XVI dans les médias, lesquels, toujours très approximatifs, font croire que "le pape a réintégré dans l’Eglise un évêque négationniste" ! Ce qu'il faut noter, c'est que ces relents de vieux conflits internes n’intéressaient quasiment plus personne : pour ne prendre que deux exemples, les chrétiens d’Irak brutalement chassés de leurs vallées, ou les jeunes Européens qui se retrouvent le soir à Taizé, en Bourgogne, s’intéressent-ils une seule seconde aux bisbilles intégristes, à la communion dans la main, ou aux opinions tordues du très méprisable Williamson ?