Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2009

Formons une chaîne

Dans la série "Et si on réduisait le train de vie de l'Etat ?", une ouverture vient de s'opérer dans l'audiovisuel public. Personne n'a jamais compris pourquoi les contribuables doivent payer (très cher) une chaîne de télé aux députés (La Chaîne Parlementaire-Assemblée nationale) et une autre aux sénateurs (Public Sénat). C'est évidemment un luxe absurde, mais c'est ainsi : il n'y a pas corporatisme plus dinosaurien que celui des élus de la nation. Or voilà qu'on vient de nommer les présidents - excellents journalistes au demeurant - de ces deux chaînes aussi coûteuses que peu regardées : Gilles Leclerc (à Public Sénat) et Gérard Leclerc (à LCP-AN). Sage décision ! Quand on fusionnera enfin ces deux chaînes jumelles, on n'aura même pas à changer le papier à entête : la chaîne unique sera forcément dirigée par "G. Leclerc" !

02/05/2009

Chantez, mais pour du fric !

De l'argent ! Du pèze ! Des biffetons ! Vous devez toucher du fric ! Le plus de fric possible ! Comme à la télé ! Sinon, hop, plus de concerts ! Voilà le langage tenu par les autorités aux Petits chanteurs à la Croix de bois, qui ont été interdits de concert, l'autre jour, parce qu'ils osent considérer leur activité musicale comme un loisir, une formation, une école de vie, peut-être même, qui sait, un plaisir ! Les 86 gamins et leurs parents sont des rebelles d'un autre temps : ils refusent d'entrer dans la logique mercantile imposée à toute la société par la télé. C'est vrai que pour celle-ci, l'affaire est grave : si des enfants se mettent à chanter pour autre chose que le pognon, où va-t-on ?

27/04/2009

Les canons du journalisme

lapix.jpg Vous voulez faire du journalisme et vous êtes moche ? N’y comptez pas. C’est râpé. Les critères d'embauche ont changé. Voyez Anne-Sophie Lapix, Laurence Ferrari, Florence Dauchez, Melissa Theuriau, Marie Drucker et toutes les présentatrices de LCI, I-Télé ou BFM-TV : que des canons ! Et chez les mecs, itou : Harry Roselmack, Laurent Delahousse, Guy Lagache, etc : que des apollons ! Si la télé jouait vraiment la carte de la "diversité", elle ferait demain une petite place aux hommes gras du bide et aux nanas pas terribles. Pathétiquement révélatrice, l’affaire Suzan Boyle : une femme laide de 47 ans qui gagne un concours de chant à la télé, cela est tellement stupéfiant qu’elle devient, en quelques jours, une curiosité planétaire !

26/04/2009

Audimat et autocélébration

drucker.jpg A force de réduire le monde à sa vision people, confinée et corporatiste, la télé s’essouffle et tourne en rond en se regardant le nombril. Alors que la planète est au bord de l’explosion, les professionnels du PAF passent leur temps à s’autocélébrer. Voyez Vivement dimanche de l'excellent Michel Drucker. Ce dimanche, ses invités étaient les présentateurs des journaux de France Télévision : Pujadas, Delahousse, Chabot, Lucet, etc ! La semaine prochaine, je vous jure que c’est vrai, ses invités seront… les présentateurs de la météo ! Je suppose que la semaine suivante, l’émission vedette du week-end aura pour invités les maquilleuses de France 2, ou les chauffeurs de salle de France 3, ou les coursiers de France 5 ?

14/04/2009

L'évolution des médias

Sortir un livre, faire le tour des studios et des plateaux, cela permet de prendre la mesure de l’état des médias. Les émissions de promotion des livres comme celles de Philippe Vallet, sur France Info, se font rares. Les émissions de débat où l’on ne se fait pas couper la parole au bout de 40 secondes, comme C dans l’Air d’Yves Calvi, sur la 5, sont exceptionnelles. En général, personne n'a le temps de réfléchir, d’enquêter, de lire un livre ! De plus en plus, reportages et talk-shows sont décidés le matin pour le soir, et ne se nourrissent que de dépêches pas toujours fiables, complétées par des "experts" dont la crédibilité importe moins que la disponibilité : on balance des infos brutes, au mieux assorties d'analyses réduites à des slogans, et on passe, vite, vite, à autre chose…

03/03/2009

La démission des politiques

Lu hier matin dans mon journal le SOS d’Yves Calvi : les hommes politiques ne viennent plus chez lui, car ils privilégient les émissions où ils peuvent répondre seul face à un journaliste, sans contradiction réelle. Les élus préfèrent la com, évidemment ! La preuve le soir même, à Mots Croisés : sur la Guadeloupe, il n’y avait aucun élu métropolitain ou guadeloupéen, à l’exception de l’ineffable Taubira, élue… de Guyane ! Puis sur le rire en politique, un grand vide : aucun homme politique sur le plateau ! Résultat : les humoristes présents n’ont eu aucun mal à expliquer qu’on pouvait rire de tout, que les politiques n’avaient qu’à subir l’ironie, que l’humour n’avait pas de limites et qu’il se mesurait aux seuls rires du public – ce qui est évidemment faux. Ainsi progresse la pensée unique.

01/03/2009

Emouvant Bashung

Vu hier soir la remise des Victoires de la Musique. Animation très professionnelle, beau décor, et bon esprit : l’hommage rendu à Alain Bashung était émouvant et sincère. Le mélange des petits jeunes et des grands anciens – Adamo, Johnny, Julien Clerc, Cabrel, etc – était réussi, même s'il a certainement fait reculer l'audimat. Et la concession aux "musiques urbaines" (chez moi, il faut croire qu’on fait de la musique rurale ?) n’était pas trop trop démago. A l’exception de ce jeune hystérique dont je n’ai pas retenu le nom, et dont il fallut subir les hurlements aux accents définitifs, dans le genre "Si tu achètes une action, tu as du sang sur les mains !!!" et autres fadaises gauchistes, archaïques et inaudibles. On ne peut pas exiger qu’ils aillent un peu à l’école, avant de les faire monter sur scène ?

19/01/2009

Une image d'espoir

Il y a eu, quand même, une belle image d’espoir, ce week-end, à la télévision. Dimanche matin, au Jour du Seigneur, la messe réunissait catholiques et protestants français et allemands dans une belle célébration bilingue, à Kehl, sur la frontière franco-allemande. Quand on sait quelles furent les horreurs, les massacres, les folies, les cruautés causés par l’hostilité entre Français et Allemands pendant un siècle, hostilités irréductibles qui ont fini par ruiner le tiers de la planète, on ne peut qu’espérer que, dans cinquante ou soixante ans, une célébration œcuménique rassemblera ainsi une nouvelle génération de juifs, de musulmans et de chrétiens de toute la Palestine, à Bayt Lahiya ou à Sderot.

09/01/2009

Le miracle Paul Potts

A tous ceux que gonflent la "Star Ac" et la "Nouvelle Star", je conseille de regarder la prestation de Paul Potts dans la version britannique de l’émission "Incroyables Talents". Le type qui se présente, ce soir-là, est vendeur de téléphones mobiles, il a un physique à se pendre, et une dégaine pas possible.
- Vous allez faire quoi, Paul ?
- Chanter de l’opéra…

Moue du jury, qui s’attend au pire. Et puis c’est le miracle. Préparez vos mouchoirs, cliquez ici... ...et apprenez que le brave Paul Potts, 36 ans, qui n’avait jamais chanté que dans sa salle de bain, et encore, en fermant la porte, remportera plus tard la finale de l’émission, tout surpris de gagner 150.000 euros sous les ovations du public !

25/12/2008

L'ennui de Noël

Lamentable veillée de Noël à la télé ! Et tant pis pour les millions de braves gens qui n’ont que cette distraction un soir pareil ! Sur TF1, des people au chômage rivalisant de vannes graveleuses. Sur France 2, le sempiternel "bêtisier" (animateurs qui bafouillent, bébés qui tombent de leur chaise, vieux fous rires et jurons de plateau, la totale). Sur France 3, des enfants habitués à interpréter Bach, Schubert et Rameau, auxquels on fait chanter des niaiseries contemporaines dans un décor glacial. Sans intérêt. Nul. Désolant. On comprend mieux pourquoi TF1 a supprimé la messe de minuit diffusée de Saint-Pierre de Rome : une superbe liturgie, avec de superbes cantiques, dans ce superbe cadre, cela aurait accentué encore le côté ringard et médiocrissime de cette soirée télévisée en dessous de tout !

20/12/2008

Ite missa est

La direction de TF1 a décidé de rayer de ses programmes, le 24 décembre au soir, la traditionnelle messe de minuit. Bon. Les 900.000 habitués se reporteront sur France 2 où cette tradition est encore respectée. Mais dans un communiqué désopilant, TF1 s’explique et justifie l’abandon de la messe par "une logique de programmation et de nécessaires évolutions". Tiens ! Et qu’est-ce qu’elle va programmer, la chaîne mécréante, pour remplacer la messe ? Un vieux concert de Michel Sardou. Alors là, je dis respect. C’était ça où Le Gendarme à New York. Ou la Grande Vadrouille. Ou un vieux concert de Tino Rossi, pourquoi pas ? Franchement, les "nécessaires évolutions" de TF1 laissent perplexes.

11/11/2008

1914-18, le grand tournant

Formidable, le film de Jean-François Delassus, sur France 2, sur la guerre 14-18 ! Et plein d’enseignements. Tant de violence, de souffrance et d’absurdité font mieux comprendre qu’après cette boucherie insensée, des millions de gens se soient mis à l’écoute de ceux qui, en Russie, en 1917, avaient stoppé la guerre et renversé l’ordre l’ancien. Il fallait, d’urgence, changer le monde – et qu’importe que la lueur qui rougeoyait à l’est fût mirage ou brasier ! Sans la guerre 1914-18, il n’y aurait jamais eu le communisme. Et sans le communisme, le nazisme ne serait jamais arrivé au pouvoir en Allemagne. La première Guerre mondiale, qu'on a aussi appelé le "suicide de l'Europe", fut, et de loin, l’événement le plus important de l’histoire moderne.

10/11/2008

Avec 70.000 euros par mois...

On m’a reproché d’avoir daubé, ici même, sur le salaire de Laurence Ferrari (70.000 euros par mois). Soyons clair : à titre personnel, je n’ai évidemment rien contre Laurence Ferrari, qui est, en plus, sans conteste, une bonne professionnelle. Mais, mille pardons, en tant qu’éditeur régional soumis à la loi du marché et à un secteur culturel en crise, je ne peux m’empêcher de faire un calcul assassin : avec la même somme, au lieu de passer mes nuits et mes week-ends à grignoter 200 euros ici, 800 euros là, pour éditer péniblement une demi-douzaine d’ouvrages par an, je pourrais éditer tranquillement… 23 livres par mois ! Soit 276 livres par an. Soit près de dix fois la totalité de la production littéraire de l’ensemble des éditeurs de la région Bourgogne...

04/11/2008

Ce soir, sur France 2...

C’était en 1998. Je travaillais pour les éditions JC Lattès. Un copain du Fig Mag m’avait présenté un diplomate en poste à Sofia qui passait son temps libre – en Bulgarie, vous pensez – à écrire des histoires policières dans le Paris de 1751, dont il connaissait le moindre pavé. J’ai lu les premiers manuscrits de cet homme discret, passionné, délicieux. Nous en avons beaucoup parlé – ah, cet équilibre introuvable entre l’exactitude et le romanesque ! Je l’ai proposé au comité de lecture, chez Lattès, sans imaginer que l’ami Jean-François Parot, aujourd'hui ambassadeur, publierait une dizaine de polars à succès et serait, dix ans plus tard, adapté à la télévision. Elle est pas belle, la vie ? Ne ratez pas ce soir, sur France 2, les aventures du commissaire Nicolas Le Floch !

03/11/2008

Chère Laurence Ferrari...

Le Figaro m’apprend que Laurence Ferrari est passée en dessous de la barre des 30 % d’audience. Je lis dans Le Point que Laurence Ferrari a été relookée pour faire dix ans de plus. Dans TV Magazine, Laurence Ferrari ne figure pas dans le top 20 du TVScope. Les petits problèmes professionnels de la présentatrice du 20h de TF1, étalés dans toute la presse, vous laissent indifférent ? Moi aussi. Sauf que j’apprends, par VSD, que notre jolie consoeur est payée 70.000 euros par mois. Et là, qu’on le veuille ou non, ça coince. Au nom de quoi une somme aussi exorbitante ? Quelle est la crédibilité d’un journaliste aussi cher payé, dont le job consiste à interpeller PDG, politiciens et banquiers sur les parachutes dorés, les fermetures d’usines, la faiblesse du SMIC, la retraite des vieux et le prix des fruits dans les supermarchés ?

18/09/2008

Il rêve, Darcos

Il ne doute de rien, Xavier Darcos. Il rêve. Non seulement le ministre de l’Education nationale veut valoriser le bachot et réhabiliter la reconnaissance du mérite, comme au début de la République, mais il souhaite instaurer un "code de vie scolaire" pour apprendre aux ados le respect, la tolérance, et toutes ces valeurs… que la télévision bat en brèche du matin au soir. L’incommensurable vulgarité dont font preuve quotidiennement les Bigard, Gerra, Cauet, Youn, Bafie, qui sont les nouvelles idoles des jeunes, les modèles d’irrespect que le petit écran propose aux générations montantes, rend totalement irréaliste l’ambition méritoire de ce putain de vérole de moine de bite de merde d'enculé de bouffon de ministre à la con, non ?

16/09/2008

Pas de malades à l'écran !

Il y a un épisode majeur de la visite du pape que les médias ont littéralement occulté - à l’exception courageuse de France 3, il faut le souligner. Les mêmes qui en ont fait des tonnes quand le pape est allé rencontrer Nicolas Sarkozy à l’Elysée, quand il s'est adressé aux 600 représentants de la culture (dont les patrons des médias), quand il a dit sa messe devant 270.000 bien-portants au coeur de Paris, ont été plus que discrets lors de la grand’messe de Lourdes pour les malades, hier matin. L’explication ? Tous les spécialistes savent que l’audimat tombe immédiatement et automatiquement, c'est prouvé, quand une télé montre une personne handicapée ou quelqu’un atteint d’une maladie grave. Les pèlerins, les brancardiers et les malades de Lourdes, lundi, n’avaient aucune chance de passer à l’antenne…

14/09/2008

Des journalistes "sic"

Aux Jeux papalympiques, la médaille d’or de l’archaïsme laïcard et de la débilité idéologique a été attribuée aux syndicalistes de France 2 qui ont élevé une protestation solennelle parce que, sur leur propre chaîne, vendredi, la couverture de la réception de Benoît XVI par Nicolas Sarkozy à l’Elysée a repoussé le début du JT de 13h à 13h15 ! N’étant plus à une bêtise près, les camarades syndiqués précisent, portés par une préoccupation mercantile très remarquable, que ce report a mis en péril la "fidélisation" des téléspectateurs de France 2 ! Que la rencontre entre le pape et Sarkozy fût l’actualité du moment a totalement échappé à ces hérauts du laïcisme qui n'ont de "journalistes" qu'une carte professionnelle et des avantages fiscaux - on ne peut pas tout avoir.

06/09/2008

Parlez-moi d'moi...

Il y a de plus en plus d’émissions de télé qui parlent des médias : + Clair (Canal), Pif paf (Paris Première), Médias, le magazine (France 5), etc, etc. On n’est jamais si bien servi que par soi-même. Les journalistes et animateurs passent leur vie à se recevoir les uns, les autres. Comme cela, ils ne parlent plus que d’eux-mêmes. Il faut dire que c’est leur sujet préféré. Cet été, on croulait sous les interviews insipides des uns et des autres qui, c’est logique, surtout en vacances, n’ont rigoureusement rien à dire (quatre pages d’interview de Laurence Ferrari dans l’Express du 22 août, c’est dingue). C’est aussi, il faut le dire, ce qui coûte le moins cher, et ce qui permet aux journalistes de ne jamais traverser le périph. C’est plus facile de zapper dans un fauteuil que d’aller voir comment va le monde. Le vrai.

23/07/2008

Robert Hossein is alive

be6dc221f602638ee330badb9aefd1ff.jpgDéjeuné avec Robert Hossein, qui se remet d’une opération du genou, et qui croule sous les projets : un spectacle perso à la rentrée, un film interactif pour l’été 2009, des grands trucs pour la Russie en 2010, etc. Cet homme-là est la générosité incarnée. Il donne : son énergie, son temps, son amour, son amitié, son argent, son enthousiasme. Il imagine, il raconte, il prépare. Sa gentillesse est extrême. C’est peut-être pour cela que le monde du showbiz et de la télé ne l’a pas jeté comme tant d’autres : on lui pardonne ses folies, ses emportements, son émotivité, et même sa foi. Car ce vrai artiste est un vrai gentil. Une perle rare. Un grand monsieur.