Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2008

Paradoxes jubilatoires

Il y a, dans l’actualité, des paradoxes jubilatoires et terriblement révélateurs. Ainsi, avez-vous noté la passion avec laquelle tous les élus verts et écolos de notre beau pays défendent soudain les bases militaires qu’ils ont vouées aux gémonies depuis des décennies ? L’acharnement avec lequel tous les idéologues de l’anti-publicité protestent contre la suppression de la pub sur France Télévision ? L’obstination avec laquelle nombre d’artistes engagés à gauche exigent des sanctions contre ces salauds de jeunes qui pompent gratuitement leurs œuvres sur internet ?
Et le quasi-boycott des économistes qui tentent désespérément d’expliquer que la hausse du prix du pétrole est le meilleur moyen de lutter contre le réchauffement climatique ?

18/12/2006

Hulot parle, Voynet agit

Entendu Dominique Voynet, ce matin, sur Europe 1. Véritable mitraillette idéologique, elle assène ses vérités à 120 km/h, sans la moindre considération pour les questions du journaliste, et sans reprendre sa respiration.
Résumé de son speech : Hulot, il parle, nous, on agit. Citations : "Nous, nous sommes des praticiens", "Il faut passer à l’acte", "Il faut changer le modèle économique", "Il faut agir" , "Nous allons passer à l’acte", "Les verts, eux, agissent depuis vingt ans", "Il va falloir changer", "Il faut vraiment changer la vie des gens", etc. Et la Verte, au passage, de traiter Nicolas Hulot de "bavard" !
Et puis, en conclusion de l’interview, le cri du cœur : "Notre objectif, c’est contribuer à battre la droite". Ah bon. Tout s’explique. Ce bavard de Hulot, lui, cherche à sauver la planète.

30/10/2006

Nique Mamère !

Un an avant les législatives, le Conseil national interrégional des Verts a décidé d’investir 408 candidats n’ayant aucune chance d’être élus, et de ne pas investir le seul qui devrait passer : Noël Mamère, député sortant de la Gironde. Motif : il est aussi maire de Bègles. C’est vrai, quoi : un militant vert élu à quoi que ce soit, c’est louche, mais deux fois désigné par le suffrage universel, c’est intolérable !
Chez moi, en Bourgogne, Dominique Voynet est venue spécialement ordonner aux Verts siégeant au Conseil régional de quitter toutes leurs responsabilités (vice-présidences, délégations, etc) pour bien marquer leur opposition au soutien de la filière nucléaire par le PS local. Il fallait voir la tête des démissionnaires !
Au championnat du monde des tireurs de balles dans le pied, les Verts auraient remporté la médaille d’or. Mais ils auraient bien trouvé une raison politique pour ne pas l’accepter...

18/09/2006

Les Verts préfèrent la ville

Les Verts préfèrent le béton. Voyez Dominique Voynet : ex-élue de Franche-Comté, battue aux législatives dans le Jura, elle s’est fait élire opportunément sénateur de Seine-Saint-Denis et rêve de devenir députée-maire de Montreuil, dans le 9-3.
Son problème, c’est que d’autres Verts profitent déjà de l’anonymat de la grande ville, où on peut se faire élire à la marge par des combinaisons de couloirs… à condition de n’être pas trop nombreux ! Voynet va donc se faire allumer grave par ses deux collègues Yves Cochet, ex-élu de Rennes, puis élu du Val d’Oise, qui représente aujourd’hui le 14ème arrondissement de Paris, et Jean-Vincent Placé, lequel a vite compris qu’il n’avait aucune chance de faire carrière à La Rochelle, et préside le groupe écolo au conseil régional d’Ile-de-France.
Ce qui caractérise les Verts, c’est leur amour de la campagne, leur fidélité à leur terroir et leur sens de l’amitié.

12/08/2006

Des éoliennes par milliers

Lu dans l’Yonne Républicaine le plaidoyer de la présidente locale des Verts en faveur des éoliennes. La dame, sympathique au demeurant, préfère les champs d’éoliennes aux grosses tours fumantes des centrales nucléaires. Difficile, face à un tel argument, de plaider pour la préservation de nos paysages : chez nous, dans le nord de la Bourgogne, par temps clair, on aperçoit sans plaisir les volutes de Dampierre-en-Burly et Belleville, de l'autre côté de la Loire, et de Nogent-sur-Seine, en direction du nord, à des dizaines de kilomètres...
Revenons sur terre : il faut compter 1.300 éoliennes d’une puissance unitaire de 1MW pour remplacer une seule tour de réfrigération. A la place des trois centrales en question, il faudrait donc planter au-dessus de nos forêts, nos étangs et nos vallons, la bagatelle de… 8.800 éoliennes.
Bonjour l’environnement.

02/08/2006

Les jactances de M. Hulot

Nicolas Hulot est un type sympathique, généreux et sincère. Il a bigrement raison de s’insurger contre la paresse des politiques, à droite comme à gauche, face au péril climatique qui menace la planète. Mais il a tort de laisser entendre qu’une candidature aux présidentielles de 2007 serait, pour lui, le meilleur moyen de faire entendre son cri d’alarme.
D’autres l’ont fait avant lui, pour des causes plus ou moins nobles : les Barbu, Marcilhacy, Ducatel, Cheminade et autres Saint-Josse, qui n’avaient évidemment rien à proposer, eux non plus, pour combattre le chômage, gérer la crise des banlieues, contribuer à la paix au Proche-Orient, réformer la justice ou réduire le trou de la Sécu. D’autres, innombrables, pourraient ainsi dévoyer le scrutin présidentiel pour attirer l’attention sur le sida, les femmes tchétchènes, les accidents de la route ou le sort des bouilleurs de cru.
Oh là, Hulot ! Et la télé, ça sert à quoi ?

08/06/2006

Ex-ministres ex-amants ex-aequo

Au petit jeu qui consiste à ridiculiser la démocratie et faire le jeu du FN, il faut décerner la médaille d’or (ex-aequo) à Voynet et Cochet, les deux politiciens d’extrême gauche, ex-amants et ex-ministres, qui se disputent avec rage, sous l’œil atterré de leurs 8.400 militants, le plaisir pervers de rassembler, aux présidentielles, les 2 à 3 % des voix que leur accordent les sondages.
medium_Couple_vert.jpg
Mais à quoi servent Voynet et Cochet ? Coupés des réalités, minés par l’idéologie, maintenus artificiellement en vie par le PS, les Verts ont définitivement raté le coche. Voyez Le Monde d’hier soir : pendant qu’ils s’étripent, quelques sociétés parfaitement capitalistes ont entrepris d’utiliser la réglementation exorbitante sur les éoliennes imposée naguère par les mêmes Voynet et Cochet pour "miter" d’innombrables espaces préservés de notre beau pays – ou de ce qu’il en reste. Que disent les Verts ? Rien. Ils ont trop à faire pour s’intéresser à la défense des paysages !