Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2010

Ah ça ira, ça ira (suite)

GUILLOTINE002.JPGDécidément, nous vivons dans un pays facétieux. Qu’on reproche au ministre des Transports de ne pas payer ses déplacements en avion avec ses sous à lui, voilà qui fait hurler de rire. Dans un pays où les parents, les enfants ou les maîtresses de tout agent de la SNCF, fût-il retraité, bénéficient de la quasi-gratuité du train ! Un pays où les agents d’EDF, même à la retraite, ne paient toujours pas - ou si peu - l’électricité de leur demeure principale ni celle de leur résidence secondaire ! Notre République est un incroyable assemblage de privilèges corporatistes dont les bénéficiaires, qui ne peuvent plus couper la tête de leur roi, et pour cause, se donnent bonne conscience en exigeant celle des ministres. Ah ça ira, ça ira...

03/10/2009

Un cumulard hors normes

C’est donc Henri Proglio qui va devenir pdg d’EDF, 160 000 salariés, n° 2 mondial sur le créneau de l’énergie derrière le russe Gazprom. Le nouveau promu y met une petite condition, un détail, un caprice : rester président du conseil de surveillance de la multinationale Veolia, ex-CGE, ex-Vivendi, leader mondial sur son créneau, qui occupe 330.000 salariés. Proglio étant, à l’évidence, un surhomme, je me permets respectueusement de conseiller à Sarkozy de lui confier, en même temps, les rênes de la SNCF, les commandes de la RATP, la présidence de la BNP, la tutelle de Renault et de Peugeot, la direction de France Télévision et le redressement d’Air France. Je lui aurais bien délégué, pour ma part, la direction des Editions de Bourgogne, mais c’est un vrai boulot : aura-t-il le temps d’y consacrer toute son énergie ?

17/04/2009

Lâcheté républicaine

Que les parlementaires français ne soient pas tous debout à condamner fermement les pseudo-grévistes qui, sous prétexte de revendications salariales, privent d’électricité des dizaines de milliers de malheureux (sans électricité, de nos jours, on est malheureux), voilà qui me sidère. Sans parler de tous les journalistes, éditorialistes et commentateurs qui font comme si ce n’était pas grave, comme si c’était légitime. A gauche encore plus qu’à droite, voici venu le temps de la lâcheté républicaine. Illégales, les coupures intempestives d'électricité et de gaz, est-ce bien sûr ? Evidemment, que c‘est illégal, malveillant, dangereux et irresponsable ! Evidemment que les coupables doivent être punis : c’est la loi ! La quoi ?

06/01/2007

Indignation électrique

Non loin de chez moi, dans l’Yonne, à la lisière de la forêt d’Othe, Monique et Pierre Nicaise n’ont pas l’électricité. Leur maison étant à 1.900 mètres du réseau EDF sur une autre commune que la leur, ils s’éclairent à la bougie et se chauffent au bois. Depuis 30 ans.
Il y a 10 ans, raconte mon journal local, ils ont demandé un devis à EDF. Réponse : 500.000 F, à payer par le consommateur ! Nouveau devis, plus récent : 50.000 euros, sans les travaux ! Les Nicaise ont renoncé, évidemment.
A propos, EDF vient de franchir la barre des 100 milliards d’euros de capitalisation boursière (+72,61 % en un an), engrangeant 5 milliards d’euros de profits en 2006.
Je rappelle qu’EDF, pour 87 % du capital, c’est l’Etat. Et l’Etat, c’est moi. Et moi, j’ai honte.