Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2015

A mourir de rire !

V Lambert.jpgTrès choqué par la désinvolture, l’irrespect et la vulgarité dont a fait preuve Laurent Ruquier – dont je fus longtemps un inconditionnel – samedi soir, dans On n’est pas couchés, à propos de l’affaire Vincent Lambert. En voilà un sujet qu’il est désopilant ! Et que je te couvre d’opprobre la mère du malheureux Vincent, hop, rires dans le studio, applaudissez mesdames-messieurs, qu'est-ce qu'on se marre ! Je suis d’autant plus choqué que j’ai été bouleversé par la fameuse vidéo qui montre que Vincent est vivant. Plus je vais, et moins je suis sûr d’avoir un avis sur ce drame épouvantable. Sauf qu’il mérite autre chose que les sarcasmes déplacés d’un humoriste…

15/04/2015

Marre de se marrer tout le temps !

ruquier-et-hanouna.jpgMarre de ce rire obligatoire, sur les ondes, qui étouffe l’information. On se moque de tout, sans limites, et on ricane méthodiquement de ce qui fait sens. Ce comique-là a institutionnalisé la désinvolture. Il a sciemment broyé les valeurs et mélangé les repères. Il a décrédibilisé les savants, désacralisé les philosophes, ridiculisé les historiens. Marre de cette dérision systématique imposée par les nouveaux clercs que sont les animateurs, présentateurs, publicitaires, humoristes et autres vendeurs de rien. Faut-il s’étonner que cette idéologie du vide forme des individus sans foi ni loi, incapables de s’entendre sur ce "vivre ensemble" qu’on appelait naguère la morale ? La morale, vous voulez rire !

24/02/2014

On n'en rit même plus

FH-JMA.jpgLa politique devient illisible et triste. Un président qui n’a plus aucun soutien dans l’opinion et dont la majorité parlementaire conteste les orientations ; un premier ministre incapable de faire ce qu’il annonce, de sa grande réforme fiscale à sa loi Florange vidée de son sens ; des ministres qui jouent leur carte perso, sans retenue, quand ils ne mettent pas à sac la ville de leur propre patron ; une opposition fantomatique, sans chef et sans projet. Même les journalistes ont renoncé à expliquer la politique à un public désorienté et démobilisé. On papote, on spécule, on attend. On n'arrive même plus à en rire - et ça, c'est très mauvais signe !  

18/11/2012

Fini de rire !

Bruce.jpgVendredi soir, sur France 2. "Je vous en prie, ne vous moquez pas des Chinois !" A trois, quatre, cinq reprises, l'animateur Bruce Toussaint - fort sympathique au demeurant - supplie ses invités, les Jean-Luc Petitrenaud et autres Elie Semoun, de ne pas mimer les "yeux bridés" pour parler des Chinois qui se mêlent, les gougnafiers, d'acheter des vignobles ou de vendre du vin bien de chez nous. L'animateur est terrorisé à l'idée que l'ambassade de Chine puisse protester contre ces vieux gags franchouillards. On ne rit pas des Chinois à la télé, c'est un ordre ! Ni de personne ! Ni de rien ! Et si on interdisait de rire à la télévision, ce ne serait pas plus simple ?

 

22/12/2010

Humour et politique

rire.jpgParmi les petites phrases retenues pour le prix de l’humour politique, cette année, je vote pour celle d’un député UMP de Seine-Maritime : "Vu de la Chine, le port du Havre ne travaille pas". Pas mal. Sur les dix ans passés, ma préférée reste ce propos rassurant et définitif tenu par François Bayrou pendant les présidentielles de 2007 : "Si je suis élu, rien ne changera en France !". Et toutes catégories confondues, dix ans plus tôt, j’avais adoré la phrase du ministre Hervé de Charette, président d’un petit parti dont lui-même a dû oublier le nom : "Ce n’est pas parce que nous sommes un parti charnière qu’il faut nous prendre pour des gonds !" Difficile de faire mieux.

07/02/2007

Un procès... caricatural

Il n’y a pas à tergiverser : dans un régime de liberté d’expression, on doit pouvoir publier des caricatures représentant Mahomet, ou Jésus, ou un rabbin, ou le pape, ou un imam. Point barre.
Cela autorise-t-il, sur le plan de la morale publique, ou de la conscience personnelle, tous les débordements sectaires ou irrespectueux dont le procès de Charlie Hebdo nous gratifie chaque jour ? Et le chantage médiatique auquel se livre le rédacteur en chef dudit hebdo ?
Selon la Sofres (Le Pèlerin de demain), entre 76 % et 79 % des Français estiment inacceptable de se moquer publiquement d’une religion, de ses représentants, de ses croyants ou de son fondateur. Cette opinion-là aussi doit être respectée, non ?