Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2006

Noah contre Sarko

Yannick Noah est beau, riche et sympa. C’est d’autant plus désolant de l’entendre proférer des bêtises grosses comme lui, dans le genre : "Une chose est sûre : si jamais Sarkozy passe, je me casse !" Rebelote dans le Parisien de ce matin : "Sarkozy, il ne voit pas la vie comme moi : lui, il est copain avec les riches". Pas mal, pour un gars qui touche près d'un million d'euros rien que pour poser en slip Sloggi !medium_Noah-2.JPG
Sur les sans-papier, aussi irresponsable que péremptoire, il tranche : "Je pense qu’il faut régulariser tout le monde. Après, on se débrouille !" Ben tiens ! Mais pour appliquer ce programme, il faut s’engager en politique. Est-il prêt à le faire ? "Non, j’aime bien ma liberté !"
Alors, Yannick, contente-toi de chanter et de vendre des slips, OK ?

08/09/2006

L'erreur Doc Gyneco

Retour sur le show de l’UMP à Marseille, et sur la présence de Doc Gyneco au premier rang des admirateurs de Sarko, non loin de Johnny Halliday.
Le type, né à Clichy-sous-Bois, a été rappeur de banlieue. Il s'appelle Bruno, et son pseudo grossièrement freudien rappelle qu’il ne peut pas croiser une meuf sans lui proposer de passer à la casserole. Macho, toxico, ex-coco puis jospino, incapable d’articuler une phrase normale, Bruno a récemment enregistré un duo avec Tapie pour vendre quelques CD. En vain. Il faut dire qu’il chante faux. Seul Marc-Olivier Fogiel l’invite encore dans ses émissions. Sans sa marionnette aux Guignols, plus personne ne parlerait de lui. Mais pourquoi diable Sarkozy est-il allé chercher un type aussi déjanté, mou, nul et has been ? Mystère.
Johnny avait sa place, lui, à l’UMP, car, au moins, il existe. La preuve : il a été plusieurs fois la vedette de la fête de l’Huma !

05/09/2006

Vous avez aimé 2002...

Joli tacle de Claire Chazal, hier, sur TF1, face à un Bayrou inutilement vindicatif à l’égard des médias : "On s’intéresse à Ségolène et à Sarkozy parce qu’ils se présentent pour la première fois : vous, on vous connaît déjà !". Dur, dur de ne plus être un bébé.
Vieillir, bien sûr, n'est pas un défaut. Mais dans un monde où tout change très vite, seuls les hommes politiques, tels des menhirs bretons, seraient inamovibles ? Allons ! Imaginons que Chirac, dopé par quelque fugitive inquiétude collective face à la situation internationale, se décide à contrer l’engouement pour Sarkozy, et que Jospin, poussé par son cercle d’amis trop prévenants, se lance dans la course et brise la popularité de Ségolène. Nous assisterions, en 2007, à un duel Chirac-Jospin arbitré par Bayrou, Le Pen, Villiers, Buffet et Laguiller. Superbe revanche de l'histoire !
Je blague.

08/08/2006

Pourquoi tant de livres ?

Le livre est en crise. Trop d’offre, pas assez de demande. C’est la dure loi du marché. Tous les éditeurs vous le confirmeront. Mais alors, pourquoi produisent-ils autant d’ouvrages ? Pourquoi a-t-on vu apparaître 68.000 nouveaux titres, en France, en 2005 ? Pourquoi les libraires vont-ils voir déferler sur leurs étals 683 nouveaux romans à la rentrée de septembre ?
Les hommes politiques, qui la déplorent, contribuent à cette inflation. Parfois malgré eux : dix bouquins vont sortir, cet automne, rien que sur Ségolène ! Comment choisir entre Les deux visages de Mme Royal et Ségolène, la dame aux deux visages ? Parfois volontairement : Sarkozy fait un carton sur les plages avec son Témoignage. Son succès s’explique-t-il par ses développements sur l’immigration ou ses confidences sur ses amours ? Examinons les chiffres des éditeurs : les livres sur la politique et le social sont en baisse ( - 2,1 %) mais le roman sentimental est en hausse ( + 7,3 %). Cqfd.

26/07/2006

Une méchante odeur de gaz...

Le projet de fusion GDF-Suez me fait frémir. Il contient tous les ingrédients pour nourrir, cet automne, une belle et bonne crise sociale comme nous en avons le secret, bien explosive, avec manifs et blocage des trains, qui risque fort de plomber sérieusement le début de la campagne présidentielle.
Faites l'inventaire : mâle assurance d’un gouvernement sûr de faire le bien du peuple, violation de promesses faites par le gouvernement précédent, graves divergences stratégiques au sein de la droite, thème ultra-mobilisateur pour l’ensemble de la gauche, forte implication de syndicats prets à se mobiliser, réticences prévisibles de l’opinion face à la "privatisation" d’un service public emblématique…
Le regroupement GDF-Suez est-il indispensable ? Je l'ignore. Mais si c'est le cas, dites-moi, pourquoi ne pas attendre les présidentielles ? Si Sarkozy passe, il lui sera beaucoup plus facile de réaliser l’opération sans trop de casse ; et si Ségolène passe, la gauche la réalisera aussi, sans tambours ni trompettes, comme d’hab !

28/06/2006

Il y a de la rupture dans l'air

L’événement politique, en cette veille de vacances, ce n’est pas l’échange détonnant entre Villepin et Hollande ni la candidature attendue de José Bové aux présidentielles. C’est le succès du dernier livre de François de Closets, intitulé Plus encore ! et bien parti pour être le best-seller de l’été. Que dit l’ancien animateur télé, 73 ans et toutes ses dents, dans son brûlot ? Que la France est à la veille de la cessation de paiement, vu que tous nos gouvernements, depuis un quart de siècle, ont systématiquement dépensé 20 % de plus que ce qu’ils ont gagné. Et l’auteur de dénoncer le creusement irresponsable de la dette, l’augmentation continue du nombre de fonctionnaires, le maintien des "privilégiatures" dans le service public, la confiscation du pouvoir politique par les agents de l’Etat, leur faiblesse face aux dérives du capitalisme sauvage, l’aveuglement devant les réalités du monde, et j’en passe.
Beaucoup de livres, ces dernières années, ont dénoncé les mêmes maux. Que celui-ci, soudain, fasse un tabac montre qu’il y a de la rupture dans l’air…

23/06/2006

Sarkolène et Ségozy

Qui a affirmé, jeudi soir, à Agen, qu’il entendait appliquer la "tolérance double zéro" à l’égard des "patrons voyous" qui s’enrichissent de façon excessive et illégitime ? C’est pas Ségo, c’est Sarko. Qui a promis, dans Le Monde du même jour, de "reconduire systématiquement hors de France, à leur sortie de prison, les délinquants dangereux" ? C’est pas Sarko, c’est Ségo.
Ces deux-là vont nous faire devenir chèvre. Leur chassé-croisé idéologique donne un peu le tournis. La droite autoritaire et la gauche laxiste, c’est donc fini ? C’est Bayrou qui va être content ! Sauf que... c’est Bayrou, justement, qui va faire les frais de cette course au centre droit et au centre gauche : entre la socialiste prônant "l’ordre juste" et le libéral promettant de réduire la "fracture sociale", quelle place reste-t-il au centre ?

22/06/2006

Sacré Giesbert !

Le dernier numéro de Culture et Dépendances, hier soir, sur France 3, était comme une bouffée d’air frais. L’ami Franz-Olivier Giesbert parlait pourtant de la France et de la politique avec des invités convenus. Mais le débat a pris un tour inhabituel. On a ainsi entendu un ancien porte-parole de Mitterrand (Max Gallo) expliquer : "En politique, la question du sacré et de l’espérance est décisive". Puis un ancien ministre de la culture (Maurice Druon) renchérir : "La grande menace qui pèse sur notre société, c’est la perte de la spiritualité". Puis un ministre de l’Intérieur, par ailleurs candidat aux présidentielles (Nicolas Sarkozy) : "Les croyants sont d’abord des gens qui espèrent, et cette espérance ne peut pas nuire à la République". Le tout ponctué par une prière chantée en arabe par Sœur Marie Keyrouz !
Rafraichissante soirée. Pourquoi cette émission est-elle supprimée ? On va te regretter, Franz !