Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2008

Benoît XVI ou Trotski ?

Heureusement qu’il y a quelques anticléricaux viscéraux pour rappeler aux médias que le pape Benoît XVI sera bientôt en visite en France ! Sur internet, un collectif "Remballe-ton-pape" collige déjà des signatures pour protester contre l’événement (avouons qu’un pape allant prier au sanctuaire de Lourdes, c’est particulièrement scandaleux). Le manifeste, un festival d'intolérance bourré d’erreurs factuelles, tourne exclusivement autour des problèmes sexuels de ses auteurs. Les groupuscules signataires – Panthères Roses, Marche mondiale des femmes, Alternative libertaire, la LCR du jeune Besancenot – exigent, texto, que l’Eglise arrête de faire des déclarations criminelles, et que l’Etat s’affranchisse de l’idéologie catho. S’affranchir d’une idéologie, c’est bien une revendication trotskyste ! Allez, mes bien chers frères, tous ensemble : "A bas Benoît XVI ! Vive Trotski !"

20/07/2008

La religion du rien

Avez-vous lu, ce week-end, les deux infos majeures dont TV Magazine (5 millions d’exemplaires) a fait sa Une ? L’interview d’une fille inconnue, Karine Ferri, ex-copine du petit Gregori Lemarchal, qui ne fait pas grand chose de sa vie et qui, sur une page complète, ne dit rien. Rigoureusement rien. Et l’interview d’une co-présentatrice de TF1, Cécile de Menibus, qui ne fait rien de bien intéressant, elle non plus, et qui, sur deux pages complètes, ne dit rien. Mais rien. J’ai lu attentivement les deux textes, il n’y a aucune phrase à retenir, aucune info, aucune anecdote. Rien. Que dalle, zéro, le vide. Le rien comme critère, comme culture, comme idéal. Le rien comme religion.
Je comprends mieux pourquoi aucun média ne s'est intéressé à Benoît XVI, ce même week-end : on ne sait jamais, devant les 250.000 jeunes des JMJ de Sidney, si ça se trouve, il a dit des trucs !

10/07/2008

Père, pardonnez-leur...

Si j'avais le temps, j'ouvrirais ici même une rubrique régulière, de préférence hebdomadaire, sur l’inculture abyssale qui caractérise désormais les médias français en matière religieuse. Dans son blog d’aujourd’hui, le rédacteur en chef de l’Express Renaud Revel cite, dans un propos sarcastique et biscornu, l’archevêque de Paris "André 23" (sic). Quelqu'un pourrait-il expliquer à l’éminent confrère que l’archevêque s’appelle André Vingt-Trois, c’est son nom, c'est comme ça, et qu’il n’y a pas eu à Paris, comme pour les papes, une série de 23 archevêques prénommés André ! L'info de l'Express est titrée "Le pape, combien de bataillons ?". Caramba, encore raté : Staline avait demandé "combien de divisions". J'infligerais bien à l'auteur de cette double bourde deux pater et trois ave, mais j'ai peur de n'être pas compris...

08/06/2008

La laïcité en recul

Devant l’AG des Semaines Sociales de France, vendredi, l’ami Paul Thibaud a brillamment rappelé l’équilibre sur lequel s’est imposé l’Etat laïc, fondé dans les années 1880 sur le double refus de l’utopie révolutionnaire de 1789 et de l’ordre moral du IIe Empire : le politique n’a imposé sa morale rationnelle qu’en y intégrant le religieux, aidé en cela par le ralliement à la République prôné par Léon XIII. Mais en évacuant peu à peu le religieux, en le cantonnant à la sphère privée, le politique a rompu l’équilibre et perdu sa légitimité à créer des valeurs collectives. L’Etat s’est affaibli, on ne le respecte plus. Ce n’est pas le citoyen qui règne aujourd’hui, c’est l’individu. L’éthique commune, en France, ce n’est pas la laïcité, ce sont les droits de l’homme. Pour le meilleur et pour le pire.

15/05/2008

On s'est pas fait suaire

b64fcafee4b70e9abd210ec4bb81c1d1.jpgDidier Van Cauwelaert était hier, à Dijon, l’invité du Club des écrivains de Bourgogne. Physique de gendre idéal, marchand de bonheurs simples et séduisant causeur, l’auteur de La nuit dernière au XVè siècle (Albin Michel) a titillé ses auditeurs avec ses escapades amoureuses dans le paranormal. Puis il a animé le dîner du club avec sa thèse sur le saint Suaire de Turin : pour lui, l’Eglise a décidé de contester la réalité de la célèbre relique contre toutes les évidences scientifiques, très paradoxalement, par peur qu’une secte quelconque ne se mette en tête de cloner le Christ à partir du sang contenu sur le linge ! Ses arguments sont forts. Le sujet aussi. On s'est régalé.

11/04/2008

Les cathos sont partout

Interviewé par L’Express sur le vrai pouvoir des catholiques dans la vie politique française. Dans la presse, on traite les cathos comme un lobby, ou une secte, et on se met le doigt dans l’oeil. Les cathos sont nombreux en politique parce qu’ils ont une tradition d’engagement dans la société, mais l’idée ne leur viendrait même pas d’agir ensemble en tant que cathos. C’est la grande différence avec les francs-maçons. En 1993, au sein du gouvernement le plus catho (en nombre) de toute l’histoire de la République, personne n’aurait eu l’idée de constituer un sous-groupe, une association, une fraternelle, un club : eux-mêmes ne savaient pas toujours qui partageait leur foi ! Sauf rarissimes exceptions, l’influence des cathos est toujours individuelle. C’est peut-être cela, la vraie laïcité.

21/01/2008

Inculture religieuse

9caa2c13178c52398f9c9fe2bc75f382.jpgL’inculture religieuse dans les médias fait des ravages chaque jour. Ainsi le journal La Presse, citant Il Gionale, se félicite-t-il en apprenant que Benoit XVI a décidé de retirer des prières de la Semaine sainte la vieille référence aux "juifs perfides"… que Jean XXIII avait retirée en 1959 ! Mieux : dans son dernier numéro, le magazine Livres Hebdo s’excuse publiquement auprès de Mère Térésa de l’avoir donnée pour morte dans un récent article… alors qu’elle morte, en effet, en 1997 ! Cela me rappelle cette question posée par une journaliste de RMC, il y a un an, à Sœur Emmanuelle : "Cela vous fait quoi d’avoir été béatifiée par Jean-Paul II ?" La religieuse en rit encore – car elle est vivante, elle.

16/01/2008

Intolérance à l'italienne

Après le veto mis au Paris-Dakar par des terroristes islamiques en Mauritanie, voici que des enseignants de la prestigieuse université de la Sapienza, à Rome, mettent leur veto à une conférence du professeur Joseph Ratzinger, pape de son état, prévue ce jeudi 17 janvier. C’est le recteur de la Sapienza qui a invité Benoît XVI à s’exprimer dans son grand amphi. On appréciera le degré de civilisation et de tolérance manifesté par cette poignée de sectaires barbus qui prévoient d’empêcher physiquement le pape de parler à leurs étudiants. Triste retour à la préhistoire - et non au moyen âge : l’université a été fondée à la fin du XIIIe siècle par le pape Boniface VIII !
Au fait, la Sapienza, en italien, cela veut dire "la sagesse".

19/12/2007

Un sujet de polémique

Benoît XVI a choisi la sagesse : il ne béatifiera pas Pie XII, le pape le plus contesté de l’histoire moderne. Souvent de façon excessive, du reste : Pie XII n’était ni facho, ni antisémite, il a d’ailleurs sauvé beaucoup de juifs en les abritant dans les couvents de Rome pendant la guerre. Mais voilà, ce pape a joué, face aux nazis, la carte de la prudence, il a été davantage "diplomate" que "prophète", notamment à l'égard de l'Holocauste, et ce choix lui vaut, aujourd'hui, d’être devenu d’abord un sujet de polémique. Etait-il bien raisonnable de béatifier un sujet de polémique ?
Benoît XVI est allemand, il connaît bien le dossier, il a choisi de laisser le temps aux historiens - juifs, catholiques ou autres - de retrouver un peu de sérénité. Pour l'Eglise, le temps n'est pas un problème : elle a l'éternité devant elle !

29/11/2007

Jean-Paul II vaincu

Putain de grèves. Bloquer le pays pendant dix jours reste la façon la plus absurde, la plus médiévale et la plus coûteuse, pour un pays comme le nôtre, de se tirer une balle dans le pied. Parmi les innombrables dégâts collatéraux, le spectacle "Jean-Paul II" de Robert Hossein n’a pas résisté à la paralysie des transports : un Palais des Sports à moitié vide pendant deux semaines, cela ne pardonne pas. Dommage pour les acteurs, les techniciens, et tous ceux, cathos ou non, qui espéraient voir le spectacle à l’approche des fêtes de Noël. La dernière aura lieu dimanche. Quel gâchis.
Le pape Jean-Paul II, en son temps, avait pourtant bouté les communistes hors d’Europe. Il avait oublié la CGT et Sud-Rail.

27/11/2007

Je vous salue Alliot-Marie

Michèle Alliot-Marie s'est rendue au Vatican pour représenter la France au consistoire qui a fait de Mgr Vingt-Trois un cardinal de l’Eglise catholique. Elle est allée saluer à l’hôpital le cardinal Etchegaray, qui se remet péniblement d’une malencontreuse chute dans un ascenseur. Curieux : aucun journal n’a rapporté, dans le discours de la ministre, cette référence à Benoît XVI qui disait dans sa fameuse leçon de Ratisbonne (septembre 2006) que "le christianisme a trouvé son empreinte décisive en Europe" et a noué avec ce continent "une relation élective en marquant profondément son histoire et sa culture". Le général de Gaulle avait dit, lui : "La République est laïque, la France est chrétienne" (septembre 1958). Pourquoi personne n’en a parlé ? Parce que la France est amnésique et que la République s’en tamponne.

13/11/2007

Le cardinal et la starlette

Excellent portrait du cardinal Etchegaray en dernière page du Figaro d’aujourd’hui. Huit jours après la sortie de J'ai senti battre le coeur du monde, on peut dire que le vice-doyen du Sacré collège a eu une presse d’enfer. Il a même été invité par Michel Denisot sur Canal +, alors qu’on sait bien que la télé a horreur des vieux parce qu’ils sont trop lents. Et qu'ils sont rarement "tendance", surtout quand ils portent soutane. Sur un plateau télé, face à un homme d’Eglise, il y a toujours une starlette qui montre ses fesses pour braver le représentant de l’obscurantisme – la fille de la météo, ce soir-là, n’a pas failli à la règle. Mais quand le cardinal a quitté le studio, il a été ovationné par le pubic !

25/10/2007

Un homme nommé Karol

A tous ceux que le seul nom de Jean-Paul II fait frémir d'indignation politico-morale, à tous ceux qui ne connaissent de ce pape que ce qu'en disent les médias français, à tous ceux qui s'étonnent que le spectacle de Robert Hossein remplisse chaque soir le Palais des Sports, je dédie cette simple phrase du réalisateur Giacomo Battiato, scénariste du film Karol, un homme devenu pape, qui passe actuellement sur Arte : "Je ne suis pas croyant, mais en lisant sans filtre ses propres écrits pour préparer le film, j'ai découvert un homme dont le message de paix contient une vraie force révolutionnaire, beaucoup moins conservateur qu'on veut bien le dire aujourd'hui. Grâce à la vie de Jean Paul II, j'ai découvert que la religion pouvait ne pas être l'opium mais l'eau du peuple, essentielle pour apporter l'espoir aux gens qui souffrent."

19/10/2007

Titres cardinalices

95029bd31a4175fe4f5226aeca7495ce.jpgEn matière de jeux de mots, Jésus avait fait fort en expliquant à "Pierre" que sur cette "pierre" il bâtirait son Eglise. Le pape Benoît XVI est bien son disciple, qui a nommé cette semaine vingt-trois cardinaux, dont un Français, l'archevêque de Paris, Mgr… Vingt-Trois.
D’où la confusion des titres dans les journaux d’hier, la presse mondiale titrant : "VINGT-TROIS NOUVEAUX CARDINAUX" et la presse française : "VINGT-TROIS NOUVEAU CARDINAL".
A part cela, sur la liste établie par le très européen Benoît XVI, il y a 1 Asiatique, 2 Africains et 3 Latino-américains pour… 6 Italiens et 6 membres de la Curie. L’Eglise reste apostolique et romaine.

08/10/2007

Un jargon peu salvifique

Un enfant qui meurt avant d’être baptisé va-t-il au paradis ? Voilà deux mille ans que la question se pose, y compris, même confusément, dans une population déchristianisée comme la nôtre. Le pape Benoît XVI vient d’y répondre en réaffirmant quatre points. Je les cite : "la volonté salvifique universelle de Dieu", "l’universalité de la médiation unique du Christ", la "primauté de la grâce divine" et "la sacramentalité de l’Eglise".
Sur un milliard de catholiques, combien saisissent ce jargon ? Comme disait Jésus dans l’Evangile : "Que celui qui peut comprendre, comprenne !" (Mt,19,12)
En matière de communication, l’Eglise a encore des progrès à faire…

20/09/2007

Laïcité souterraine

Déjeuner, hier, à la nonciature apostolique, à Paris. Passionnants échanges avec le Nonce et son équipe sur l’image fluctuante et contrastée de la religion catholique dans notre pays, qui n’est plus depuis longtemps la "fille aînée de l’Eglise". Un exemple. L’ambassade du Saint-Siège est située avenue du président Wilson. Métro Alma-Marceau. Mais en descendant de la rame, ne cherchez pas, sur la carte du quartier établie par la RATP, où est située la nonciature. Pourtant, toutes les ambassades sont indiquées sur ces cartes, en marron. Il n’y a aucun doute : juste en face, sur le plan, est dûment signalée l’ambassade du Kenya ! Mais cette ambassade-là, non. Les agents de la RATP en ont décidé ainsi. Au nom de la laïcité, sans doute.

09/06/2007

Pie XII : silence !

Qu’est-ce qui prend aux monsignori qui entourent Benoît XVI ? Est-il vraiment utile de pousser à la béatification de Pie XII ? L’Eglise catholique n’a-t-elle rien de mieux à faire que s’embourber dans un dossier aussi irrationnel et conflictuel que celui des "silences" de Pie XII pendant la guerre ?
Non, Pie XII n’était ni facho ni antisémite, il a d’ailleurs sauvé beaucoup de juifs pendant la guerre en les abritant sous le toit de l’Eglise. Mais voilà, c’est ainsi, ayant joué la prudence face à la folie meurtrière des nazis, ayant été davantage "diplomate" que "prophète", il lui aura manqué, au regard de l’Histoire, cette parole forte, unique, symbolique, qui aurait durablement marqué les esprits.
Les critiques envers Pie XII sont parfois suspectes, et souvent injustes. Mais, par tous les saints, à quoi servira-t-il de les envenimer en réveillant la polémique dans tous les médias du monde ?

27/05/2007

Sarko, photo, drapo... catho !

Pour une rupture, c’est une rupture ! Sur la photo officielle du nouveau président de la République, réalisée cette semaine à l’Elysée par le photographe Philippe Warrin, on voit, pour la première fois, en sus des trois couleurs nationales, les étoiles du drapeau européen. Or, d’où viennent ces étoiles ? Ce sont les douze étoiles de la Médaille miraculeuse de la rue du Bac, que l’auteur du dessin du drapeau européen, Arsène Heitz, a fait figurer sur son projet, lequel fut adopté à l’unanimité, dans le cadre du Conseil de l’Europe, en décembre 1955.
medium_Drapeau_europe.jpgEst-ce la confirmation que Nicolas Sarkozy n'est pas hostile à l’idée d’admettre que l’Europe a, mais oui, des racines chrétiennes ? Ce n'est pas Chirac qui aurait osé une telle profession de fois subliminale !

14/05/2007

Sarko devient chanoine

medium_latran_facade_200.jpgNicolas Sarkozy est désormais chanoine. Une très ancienne tradition fait du président de la République française le "chanoine honoraire" de la basilique pontificale de Saint-Jean de Latran, à Rome. Tous les chefs d’Etat français depuis Henri IV, avec plus ou moins de faste, ont respecté cette coutume, et il y a gros à parier que Sarko ne dérogera pas à la règle.
Seul François Mitterrand, dont l’entourage était moitié anticlérical moitié inculte, avait ignoré la tradition. Lorsque la lettre officielle de félicitations du chapitre de la basilique était arrivée à l’Elysée, peu de temps après l’élection du 10 mai 1981, elle avait été classée dans le courrier adressé par des fous !

09/05/2007

Le pape, combien d'électeurs ?

Benoît XVI en visite au Brésil. Que vont en dire les médias français, noyés dans les suites de la campagne présidentielle ? Le chef religieux d’une communauté de 1 milliard d’individus, dont la France fut un des principaux piliers, va rencontrer le continent sud-américain, qui représente l’avenir de l’Eglise. Jean-Paul II y était allé plus de quinze fois ! Dans une interview au Parisien de ce matin, je m’étonne que le nouveau pape ait attendu deux ans pour effectuer un voyage de cette importance, et tenter d’apporter des réponses – à partager avec sa propre hiérarchie locale - face à la pauvreté, à l’injustice, à la violence qui caractérisent la région.
C’est évidemment moins intéressant que le coût de la location du yacht où Sarkozy aura passé deux jours et demi de détente…