Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2006

Des nouvelles du pape ?

Etonnant, le manque d’intérêt des dirigeants et des médias français pour les suites du séisme provoqué par la désormais célèbre conférence du pape à Ratisbonne. A titre de comparaison, la chaîne Al Jazira a retransmis intégralement, en direct, l’audience historique accordée lundi par Benoît XVI à vingt-deux ambassadeurs de pays musulmans, qui s’est terminée par des applaudissements nourris.
Le président de la Commission européenne, José Manuel Baroso, a vivement regretté le silence des dirigeants occidentaux après ce qui a été présenté chez nous – un comble – comme une maladresse du pape. Face à cette dérobade collective, demande Baroso, sur qui les musulmans modérés vont-ils s'appuyer pour défendre le principe de raison auprès de leurs coreligionnaires extrémistes ?

20/09/2006

Le silence des politiques

La spectaculaire mobilisation du monde musulman après la conférence du pape en Bavière a été à deux doigts de dégénérer en "choc des civilisations". Or, avez-vous remarqué, dans ce tohu-bohu gravissime, le silence assourdissant des responsables politiques français, pourtant prompts à s'exprimer sur tous les sujets ?
Que des foules fanatiques appellent à la guerre sainte, que des militants déchaînés menacent églises et ambassades occidentales, que des hystériques assassinent une religieuse italienne, tout cela ne les concerne donc en rien ?
Ils ne comprennent pas, nos valeureux candidats aux présidentielles, tous partis confondus, que les propos du pape ne sont qu’un prétexte, et que la vraie cible des meneurs islamistes, ce n’est ni le pape ni le christianisme, mais l’Occident ?
Et que l’Occident, c’est eux ?

17/09/2006

Le discours de Ratisbonne

Qu’a dit le pape Benoît XVI dans son fameux discours de Ratisbonne (texte ci-joint) ?
- Il a expliqué que la religion vire au fanatisme quand elle ne tient pas compte de la raison.
medium_benoit_xvi.jpg - Il a dénoncé toute conversion par la violence en général, et le concept de "guerre sainte" en particulier.
- Il a rappelé que la rencontre de la foi et de la raison a fait la spécificité de l’Europe face au reste du monde.
- Il a appelé les religions à pratiquer le "dialogue des cultures" plutôt que le "choc des civilisations".
Les réactions virulentes du monde musulman retransmises par les télévisions depuis deux jours, des manifs hystériques aux grenades lancées contre les églises, forcent à constater :
- que le pape aurait sûrement mieux fait de s’abstenir ;
- mais que sur ces quatre points, il avait entièrement raison.

13/09/2006

Paroles d'auditeurs

"Benoît XVI est-il traditionaliste ? C’est vous qui allez nous le dire en appelant notre standard !" Insupportable, cette manie qu’ont RMC, RTL, Europe 1 et toutes les grandes radios de considérer la parole des auditeurs comme plus intéressante que celle de leurs journalistes ! Avec quelques années de retard, c’est la même démagogie post-soixante-huitarde qui donnait autant d’importance à la parole des élèves qu’à celle de leurs professeurs.
Cela donne des chapelets de poncifs éculés, d’idées toutes faites, d’inexactitudes factuelles et de bêtises grandioses. Ce matin, dans mon transistor, le malheureux Benoît XVI en a pris pour son grade. Pensez donc, "il interdit aux prêtres de se marier", et "j’ai connu un prêtre qui a été viré parce qu’il allait au café avec les jeunes" ! La plus belle perle de la matinée étant due à "Christiane", une auditrice qui a dit textuellement : "Ce n’est pas en disant aux gens de croire en Dieu qu’on va les ramener à l’église !" Géant, non ?

09/09/2006

Les racines chrétiennes de l'Europe

Le pape a été accueilli ce samedi, à Munich, par Angela Merkel, chancelière d’Allemagne. Pour cette fille de pasteur protestant, la constitution européenne devrait être un "contrat lié au christianisme et à Dieu, car le christianisme a formé l’Europe de manière décisive". Un langage qui ne choque personne outre-Rhin, mais qui ne passe pas en France. Au propre comme au figuré : vous avez entendu les médias aborder ce sujet, vous ?
Moi, je suis bourguignon. Quand je rentre d’une réunion organisée dans le sud de ma région, je passe successivement au large de Cluny, Taizé, Citeaux, Fontenay, Vézelay et Pontigny avant de regagner mon village, qui s’appelle Saint-Denis. Et je m'interroge : ceux qui n'admettent pas que l'Europe aient des "racines chrétiennes" n'ont donc jamais visité la France ?

03/09/2006

Place Jean-Paul II

Environ 200 militants homosexuels et anticléricaux ont bruyamment contesté, ce dimanche, à Paris, l’admiration vouée à Jean-Paul II par des millions de Français, croyants ou incroyants, qui a poussé Bertrand Delanoë à attribuer le nom du défunt pape à la place du parvis de Notre Dame. Ces militants pensent, et c'est leur droit, que Jean-Paul II était le représentant du "catholicisme réactionnaire" et qu’à ce titre, il ne méritait pas qu’on lui consacrât une place dans Paris. Bon.
Mais les valeureux membres des Panthères roses, des Verts et d’Act Up doivent être cohérents, et exiger aussi du maire de Paris qu'il débaptise la rue Saint-Antoine, la place Saint-Augustin, le boulevard Saint-Germain et les 195 autres sites parisiens portant les noms de tous ces représentants du "catholicisme réactionnaire" que sont les saints !
Ne serait-il pas aussi symbolique, médiatique et citoyen d'exiger qu'on rase Notre-Dame, la Sainte-Chapelle et le Sacré-Coeur de Montmartre ?

14/08/2006

La France catholique

Passionnante, l’enquête publiée par La Croix d’aujourd’hui sur la pratique religieuse des Français. Enquête en béton, puisque réalisée par l’IFOP auprès de 30.000 personnes. J’en retiens trois infos qui bousculent les idées reçues :
- La distinction est désormais flagrante entre les Français qui se disent catholiques (65 %) et ceux qui vont à la messe le dimanche (4,5 %).
- A l'analyse, les musulmans, en France, sont 2,5 millions, et non pas 4 millions comme les hommes politiques et les journalistes ont pris l’habitude de le dire.
- Pour la première fois, les catholiques pratiquants, jusque là plus tolérants que la moyenne, sont autant tentés par l’extrême droite (13,7 %) que le reste de la population.
Cela dit, globalement, et pour faire court, la fille aînée de l'Eglise a une petite mine...

07/08/2006

L'évêque rue dans les brancards

L’évêque de Lourdes ne décolère pas contre la Sncf. Depuis le début de l’été, il se bat comme un diable contre un service public incapable d’assurer décemment le transport des milliers de pèlerins qui vont prier la sainte Vierge, le 15 août, devant la grotte de Massabielle.
Légitime, la colère du prélat : quand vous remplissez un train avec des centaines de personnes âgées et de malades avec fauteuils roulants, piles de brancards et compartiments médicalisés, vous avez envie de connaître l’horaire de votre train avant la veille du départ ! Et de savoir si le train du retour existe ou non ! Les vieux et les grabataires ne se transportent pas comme des bestiaux. Surtout par temps de chaleur, ces voyageurs-là s’obstinant à célébrer le 15 août en plein été !
Silence des cheminots, occupés à vénérer saint Congé Payé et sainte RTT. L’évêque de Lourdes se sent bien seul. Il ne doit pas s’attendre à ce que la nouvelle patronne des chemins de fer fasse une apparition. Sauf miracle.

24/07/2006

Bruit médiatique

Lu dans le Figaro une étude très sérieuse sur l’impact médiatique de la Coupe du monde par rapport à la grippe aviaire, le chikungunya, le CPE, etc. Il en ressort que l’indice UBM du Mondial de foot a été supérieur, cette année, à tous les autres événements.
UBM, cela veut dire "Unité de Bruit Médiatique". Signe des temps : ce ne sont plus la longueur des infos, le nombre des citations, le point d’audimat ou le taux de confiance qui comptent désormais dans les médias, mais l’intensité du "bruit".
Ainsi, en 2006, Villepin, Chirac et Sarkozy sont les trois hommes politiques à avoir fait le plus de "bruit". Et savez-vous quel personnage, toutes catégories confondues, a été le plus "bruyant" en 2005 ? Jean-Paul II le jour de sa mort ! Un comble !

16/07/2006

Le jour du Seigneur

Louis Vuitton, le magasin préféré des touristes japonais, aura-t-il finalement le droit d’ouvrir son magasin parisien le dimanche ? Voilà une polémique bien de chez nous. Car la réponse est dans les mains du juge administratif (que sa formation prédispose, comme au sait, au marketing), seul compétent pour juger les dérogations accordées par le préfet (autre spécialiste bien connu du commerce international) à l’application d’une loi datant de 1906.
Faut-il rappeler que si on ne travaille pas le dimanche, dans nos pays de culture judéo-chrétienne, c’est pour chanter la gloire de Dieu ? Toute autre justification égalitaire ou corporatiste est suspecte. Défendre les petits commerçants ? Mais c’est valable toute la semaine ! Protéger les salariés ? Il suffit de les payer double ! S’il y a des entrepreneurs, des vendeurs et des consommateurs pour ne pas respecter le "jour du Seigneur", est-ce bien à l’Etat laïc de les remettre dans le droit chemin ?

29/06/2006

Dieu, Mammon, Jamel et Zizou

En "une", aujourd'hui, Le Monde annonce une interview du cardinal archevêque de Lyon, Philippe Barbarin, qui dénonce notamment "les rémunérations des grands dirigeants". En page 10, sur toute la largeur de la page, un titre confirme que le prélat "condamne les dérives de certains grands patrons". Le primat des Gaules serait-il devenu gauchiste ?
Pas exactement. Il suffit de lire le texte de l’interview pour constater que Barbarin s’indigne plus largement des "rémunérations incroyables de certains chefs d’entreprise, de sportifs ou d’artistes". Nuance ! Pourquoi les sportifs et les artistes ont-ils disparu de la titraille ?
Parce que taper sur les patrons, cela ne mange pas de pain, mais sur Gérard Depardieu et Jamel Debbouze, c’est beaucoup trop risqué ! De quoi je me mêle, l’archevêque ? Et s’en prendre à Zinédine Zidane ou Thierry Henry à trois jours de France-Brésil, non mais, il est fou ? Il faut le faire taire, ce cardinal !

22/06/2006

Sacré Giesbert !

Le dernier numéro de Culture et Dépendances, hier soir, sur France 3, était comme une bouffée d’air frais. L’ami Franz-Olivier Giesbert parlait pourtant de la France et de la politique avec des invités convenus. Mais le débat a pris un tour inhabituel. On a ainsi entendu un ancien porte-parole de Mitterrand (Max Gallo) expliquer : "En politique, la question du sacré et de l’espérance est décisive". Puis un ancien ministre de la culture (Maurice Druon) renchérir : "La grande menace qui pèse sur notre société, c’est la perte de la spiritualité". Puis un ministre de l’Intérieur, par ailleurs candidat aux présidentielles (Nicolas Sarkozy) : "Les croyants sont d’abord des gens qui espèrent, et cette espérance ne peut pas nuire à la République". Le tout ponctué par une prière chantée en arabe par Sœur Marie Keyrouz !
Rafraichissante soirée. Pourquoi cette émission est-elle supprimée ? On va te regretter, Franz !

12/06/2006

Fogiel au secours de Benoit XVI

Invité chez Fogiel, hier soir, un jeune prêtre défroqué qui a cru avoir la vocation dès l’âge de huit ans et qui a craqué, deux décennies plus tard, peu de temps après son ordination. Un cas à la fois navrant et émouvant comme il y en a des milliers (le sacerdoce, dans nos sociétés occidentales déchristianisées, n’est pas une démarche facile). Mais le jeune homme, neuf mois après avoir laissé tomber la prêtrise, a pondu un livre à sensation contre l’Eglise qu’il a renoncé à servir. Neuf mois ! C’est dire s’il a pris le temps de méditer sur son erreur d’orientation avant d'offrir aux médias une bonne occasion de déblatérer contre cette Eglise ringarde qui s’obstine à maintenir ses prêtres dans le célibat (air connu).
Temps fort de l’interview : le gars s’est fait sexuellement harceler, au séminaire, par quelques condisciples homos trop entreprenants, ce qui a sérieusement plombé sa vocation. Rien ne pouvait mieux justifier la décision prise récemment par Benoît XVI (et vivement critiquée, alors, sur les plateaux de télévision) d’interdire l’accès des séminaires aux jeunes homosexuels affectivement immatures et incapables de maîtriser leurs pulsions !