Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2015

Redécouvrir la "solidarité"

solidarnosc.jpgSoirée réussie, hier, à la paroisse de Saint-Germain-des-Prés, où il reste, tenez-vous bien, des jeunes qui s’intéressent à l’histoire contemporaine ! Le débat sur Solidarnosc, animé par l’ambassadeur Benoît d’Aboville, le sociologue Georges Mink (qui reste le meilleur interlocuteur sur la Pologne et l’Europe de l’Est) et moi-même, captiva l’auditoire : on ne pouvait plus arrêter le flot des questions ! Une conclusion, parmi d’autres : si vous voulez changer l’histoire dans le bon sens et apporter du lien à vos contemporains, appuyez-vous sur cette valeur fondamentale qui, hélas, n'est plus à la mode : la solidarité. Vous ne serez pas déçus.

28/05/2014

La mort du général Jaruzelski

jaru.jpgL’actualité politique a quasiment occulté la disparition du général polonais Wojciech Jaruzelski. Dommage. Car le général aux lunettes noires qui instaura l’ "état de guerre" en décembre 1981 pour sauver la Pologne communiste déstabilisée par le syndicat Solidarnosc, était un personnage très intéressant. Je l’avais longuement interviewé en 1992. Il répétait que sa décision avait été un "moindre mal" pour la Pologne, tout en admettant que l’URSS n’avait aucunement l’intention, alors, d’envahir la Pologne. Qui départagera jamais en lui le patriote fourvoyé, le dictateur de circonstance et l’homme de bonne volonté – qu’il était aussi ?

28/10/2013

Tadeusz Mazowiecki, in memoriam

 Mazowiecki,Pologne,SolidarnoscTadeusz Mazowiecki nous a quittés. Cet intellectuel merveilleux, tout de bienveillance et de sincérité, fut le premier chef de gouvernement, dans le bloc communiste, à n’être pas… communiste. Bien au contraire, il était depuis deux décennies un des chefs de file de la contestation en Pologne. Quand après 9 ans de lutte, le syndicat Solidarnosc a gagné les élections "semi-démocratiques" de juin 1989, c’est lui qui fut envoyé au gouvernement, tâche absolument surhumaine. Catholique fervent, ami personnel de Jean-Paul II, Tadeusz Mazowiecki a réussi l’impossible : assurer pacifiquement la transition entre la dictature et la démocratie. Chapeau bas.

06/12/2012

Jacek Wozniakowski est mort

 jacek.jpgUn grand monsieur vient de mourir à Cracovie. Jacek Wozniakowski était historien, journaliste, écrivain et éditeur. Je le connaissais depuis 1978, et il voulait bien m’honorer, depuis cette date, de son amitié. Il était lumineux et gai. Il avait été un des animateurs de Solidarnosc pendant la période 1980-89 : il avait même été ensuite, pendant quelques mois, maire de Cracovie. Il était très ami avec Karol Wojtyla, le futur Jean-Paul II. Il était le père de Henryk Wozniakowski, aujourd’hui pdg des éditions Znak. C’est un authentique résistant et un grand Européen qui vient de quitter la scène. Qu'il repose en paix.

31/05/2012

Les approximations d'Obama

 Obama.jpgLes Américains, sauf rares exceptions, sont nuls en histoire. Barack Obama est bien le représentant désinvolte de cette grande nation qui ignore tout de l’Europe : le voilà, à son tour, qui évoque les "camps polonais" (sic) lors d’une cérémonie qui – un comble – visait à honorer la mémoire de Jan Karski, le Polonais qui a révélé à Roosevelt l’existence des camps nazis. Quelqu’un aurait dû lui dire qu’à l’époque d’Auschwitz, la Pologne avait été envahie par les Allemands, qui y ont tué 6 millions d'habitants. Quelqu’un pourrait-il lui dire, aussi, qu’après avoir entendu le récit de Karski sur les camps de la mort, Roosevelt s’est empressé de ne rien faire ?

08:00 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : obama, camps, pologne, auschwitz |  Facebook | | Lien permanent

30/03/2012

Adieu à Jean Offredo

offredo.jpgJean Offredo nous a quittés. A 68 ans. Il était malade depuis très longtemps, mais il avait gardé jusqu’à ces dernières années sa verve et sa curiosité. Amis depuis la fin des années 70, nous avions en commun le journalisme, la foi et la Pologne. Il était le seul d’entre nous - journalistes et publicistes - à avoir interviewé un certain Karol Wojtyla à Cracovie bien avant qu’il ne devienne le premier pape polonais. Le livre qu’il publia en 1979 aux éditions Cana sous le titre Nous, chrétiens de Pologne, peut se relire aujourd’hui comme un document de référence, lumineux et prémonitoire. Adieu Jean. Et merci.

08:20 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : offredo, pologne, wojtyla |  Facebook | | Lien permanent

13/12/2011

Il y a 30 ans, en Pologne...

pologne,jaruzelski,solidarnoscIl y a tout juste trente ans, le 13 décembre 1981, le général polonais Wojciech Jaruzelski, sous la pression de ses "camarades" soviétiques qui avaient bien dit qu’ils n’interviendraient pas eux-mêmes, interrompait manu militari le processus démocratique engagé par le syndicat Solidarnosc, et décrétait l’ "état de guerre". La Pologne de Lech Walesa était brusquement coupée du monde, et quelques milliers de responsables de Solidarnosc jetés en prison. Le soir, interrogé sur Europe 1 sur ce qu’allait faire la France, le ministre des Affaires étrangères Claude Cheysson répondait : "Evidemment, rien !"

16/02/2011

Rue Bronislaw Geremek

Geremek.jpgQui aurait pensé qu’une panne de batterie puisse me procurer une aussi belle surprise ? Le grand garage Peugeot d’Auxerre s’est installé, il y a quelques mois, sur l’extension de la Zone industrielle des Clairions, au nord de la ville. L’adresse, nouvelle, m'a stupéfié : "Rue Bronislaw Geremek". Il y a donc, non loin de chez moi, une rue qui porte le nom de celui qui fut mon grand ami polonais, d’abord, en 1980, simple intellectuel venu aider Lech Walesa et les grévistes de Gdansk, puis, vingt ans plus tard, ministre des Affaires étrangères de la Pologne post-communiste et député européen. Mort en 2008 dans un accident de voiture. Grâce à ce garage, "Bronek" n'est pas tout à fait mort...


27/05/2010

La fête à Popieluszko

Popieluszko.jpgDimanche en huit, ce sera la fête en Pologne. Le père Jerzy Popieluszko sera béatifié, à Varsovie, en grande pompe. Nombre de médias français considéreront avec condescendance l’émotion et la solidarité de tout ce peuple rassemblé pour une cérémonie religieuse qui paraît d’une autre époque. Or, c’est la même émotion et la même solidarité que j’ai pu constater sur place, en 1984, après l'odieux assassinat de cet abbé sympathique - un crime politique que l’on aurait pu croire, lui aussi, d’une autre époque. Mais le communisme pouvait encore tuer un prêtre trop bavard, en 1984, au cœur de l’Europe. C’était avant-hier. Cela vaut bien une messe. 

18/04/2010

Pour Anna Walentynowicz

WetW.jpgJ’ai une pensée, ce matin, pour Anna Walentynowicz, le dernier nom de la liste des 96 victimes du crash de Smolensk. C’est le licenciement de cette prolétaire pur sucre, le 14 août 1980, qui avait provoqué les grèves de Gdansk. Elle fut l’étincelle qui mit feu à la Pologne puis à l’Europe communiste. Je l'ai interviewée plusieurs fois. Elle fut harcelée par la police politique communiste, puis internée au camp de Goldap au moment de l’ "état de guerre" décrété par le général Jaruzelski en 1981. Petite bonne femme aussi attachante qu’insupportable, elle s’était brouillée avec Walesa et avait été peu à peu marginalisée dans l’épopée de Solidarnosc. Très catholique, elle n’avait qu’un modèle : Jean-Paul II. Elle avait 81 ans.

 

15/04/2010

Une tragédie nationale

Catastrophe à Alger : l’Airbus qui transportait Nicolas et Carla Sarkozy à la grande cérémonie de réconciliation franco-algérienne s’est abîmé en mer. En sus du couple présidentiel, sont morts 97 personnalités parmi lesquelles Hervé Morin, Hubert Falco, Pierre Lellouche, le banquier Christian Noyer, l’amiral Guillaud et tout l’état major des armées, Jean-François Coppé et une douzaine de députés UMP, Gérard Longuet et une dizaine de sénateurs, Simone Veil, Jean-Jacques Ayrault, Xavier Bertrand, Frédéric Lefebvre  Pierre Nora, Simone Veil, Benjamin Stora, Jean-Pierre Elkabbach, Jean Daniel, ainsi que quelques dizaines de parlementaires, élus locaux, journalistes accrédités à l’Elysée, présidents d’associations d’anciens combattants, etc, etc. Terrifiant, non ? C’est exactement ce que vient de vivre la Pologne…

01/12/2008

La Chine, Sarko et le Nobel

Moi aussi, je suis invité à Gdansk le 6 décembre pour le 25è anniversaire de l’attribution du prix Nobel de la paix à Lech Walesa. C’est dire si les dirigeants chinois ont tort de s’inquiéter : la rencontre de Nicolas Sarkozy avec le Dalaï Lama, ce jour-là, ne sera pas des plus intimes ! Les grands chefs chinois pensent-ils qu’à une réunion où sont conviés les récents Prix Nobel de la paix et une foultitude de gens, il était possible de ne pas inviter le Dalaï Lama ? Mais voilà, c’est plus fort qu’eux, les communistes ont toujours détesté le prix Nobel de la paix, ses chichis et ses chouchous. Sakharov, Kissinger, Amnesty International, Walesa, Carter : que des anticommunistes primaires ! Le seul coco de la liste, c’est Gorbatchev, mais c’est parce qu’il a mené l’URSS au précipice !

24/07/2008

Hommage à Geremek

8e26e1beea4bbab1d4635a94a38c46dc.jpgEmouvant hommage à Bronislaw Geremek, hier soir, à la Bibliothèque polonaise, sur l’île Saint-Louis. J’ai rappelé, comme journaliste, le rapport très spécial qui s’est tissé entre cet homme exceptionnel et les journalistes français qui, dès l’automne 1980, ont fait de lui leur principale source d’information sur les événements de Pologne. Mais lui, le stratège hors pair, nous avait inclus dans son dispositif : pour être informé, d’abord ; pour faire passer des messages hors de Pologne, ensuite. Cet échange indicible et constant fut un des éléments de la réussite de l’aventure de Solidarnosc. Qu’il se soit parfois mué en amitié est une autre histoire.

18/07/2008

Il y a regrets et regrets

2e90442e92dad4527f2b8948416cec5a.jpgLes réactions unanimes après la disparition brutale de Bronislaw Geremek - comme ce matin à la Représentation de l'Union européenne à Paris - masquent, évidemment, quelques regrets indicibles. Je me rappelle ce voyage en Pologne de juin 1989 où le président Mitterrand a montré qu’il préférait parler au général Jaruzelski, ce grand "patriote", plutôt qu’au couple Walesa-Geremek, qui représentaient l'inconnu : en pleine bagarre politique cruciale, à Gdansk, dans un repas offert aux "dissidents", il avait placé Geremek à côté de Françoise Sagan ! Faut-il aussi rappeler qu'en 2003, les députés européens ne l’ont pas élu président, et que ce fut une belle occasion manquée : les élus de l’UMP et du PS, qui ont joyeusement pataugé dans leurs petites combinaisons politiciennes, en gardent-ils au moins un souvenir amer ?

13/07/2008

Geremek est mort

Terrible nouvelle venue de Pologne : Bronislaw Geremek est mort tout à l’heure dans un accident de voiture. C’était un homme rare. Historien engagé, militant courageux, intellectuel brillantissime, il était de ceux qui ont sauvé, dans les années 1980, l’honneur de l’Europe de l’Est. Au même titre qu’un Soljenitsyne, un Sakharov, un Havel, un Walesa. C’était aussi un homme doux et tolérant, jamais arrogant, jamais négatif. Il incarnait l’espoir que certains mettent, malgré, tout, dans une humanité si prompte à la bassesse, à la lâcheté, à la violence. C’était un juste, au sens de la Bible. Un saint laïc.
C’était aussi, depuis presque trente ans, un ami fidèle, modeste, exigeant, attentif. Adieu Bronek. Les hommes comme toi ne devraient jamais mourir.

15/03/2007

Chasse aux sorcières ?

Interviewé sur la chaîne France 24, ce jeudi, à propos de la loi de "lustration" qui oblige hauts fonctionnaires, universitaires et journalistes polonais à déclarer s’ils ont collaboré ou non avec la police politique communiste. Cette loi est contestable, évidemment, mais comment éviter que des centaines de scandales foireux continuent de pourrir l’atmosphère de ce pays pendant les vingt ou trente ans qui viennent ? Il est tellement difficile d’interpréter des montagnes d’archives policières aussi compromettantes que mensongères !
Voilà 17 ans que le sujet agite la Pologne et ses voisins, où le régime communiste a duré 45 ans. Ne hurlons pas trop vite à la "chasse aux sorcières" : en France, où le régime de Vichy n’a duré que 5 ans, on a mis plus de 40 ans pour juger les Bousquet, Touvier et autres Papon !

07/01/2007

Les aveux de l'archevêque

Mgr Wielgus ne sera donc pas archevêque de Varsovie. Les révélations de la presse polonaise et ses propres aveux, vendredi, ont compromis cette nomination. In extremis. Etait-il imaginable qu’en Pologne, pays du cardinal Wyszynski, du père Popieluszko et du pape Jean-Paul II, le nouveau chef de l’Eglise fût un ancien collaborateur de la police secrète communiste et, en sus, un menteur ?
Dans toutes les églises d’Europe de l’Est, dans les années 50 et 60, des prêtres ont accepté de petits arrangements avec la police, d'autres étaient payés pour dénoncer leurs collègues un peu trop hostiles au régime. Difficile de faire le tri. Wielgus, lui, fut recruté en 1967 à l’université de Lublin : peut-être a-t-il espionné, parmi ses profs, l'archevêque qui occupait la chaire de théologie morale ? Un type assez critique envers le communisme, qui s'appelait Karol Wojtyla.

13/12/2006

Il y a 25 ans, Jaruzelski...

Dîner, ce soir, chez l'ambassadeur de Pologne avec Paul Thibaud, Michel Wiewiorka, André Bergeron, Alexander Smolar et quelques autres témoins de l'époque. Il y a 25 ans était brutalement instauré l' "état de guerre" en Pologne. Aux ordres du Kremlin, le général Jaruzelski déclarait la guerre à son propre pays, coupable de rebellion générale contre le régime communiste. Walesa, Geremek, Michnik et 4.000 autres responsables de Solidarnosc avaient été arrêtés dans la nuit. La Pologne était coupée du monde extérieur. Le monde entier - l'Europe, en tout cas - retenait son souffle. Interrogé sur Europe 1 sur ce que la France allait faire, le ministre français des Affaires étrangères, Claude Cheysson, répondait au micro de Jean-Marie Lefebvre : "Evidemment, rien !"
Encore un anniversaire que la presse n'a pas beaucoup célébré. Dommage.

06/08/2006

La Pologne est malade

Crise de croissance, vertige de la normalité, choc post-opératoire ? La Pologne est un pays politiquement malade. Que certains de ses dirigeants, à commencer par le président Kaczynski, un ex-compagnon de Lech Walesa dans la lutte de Solidarnosc contre le communisme, plaident aujourd’hui pour le rétablissement de la peine de mort, voilà qui est désolant.
Ces gens qui affichent ostensiblement leurs convictions catholiques et qui sont si fiers de leur pape défunt, ont visiblement oublié les efforts que Jean-Paul II a déployés pour que la peine de mort soit définitivement abolie partout, notamment en Europe !
Il est vrai qu’ils viennent de nommer à la tête de leurs services secrets un type qui s’était illustré, en 1992, en accusant des tas de gens de collaboration avec le KGB, notamment… Lech Walesa ! Souhaitons aux Polonais un prompt rétablissement.

14/07/2006

La Pologne monozygote

Deux frères jumeaux au pouvoir, l’un président, l’autre premier ministre : personne n’aurait jamais osé imaginer situation aussi romanesque, même en Pologne où, pourtant, Lech et Jaroslaw Kaczynski sont depuis longtemps au premier plan de la vie politique.
En France, toute comparaison serait vaine. Avec les frères Sarkozy ? Mais nul n’imagine Guillaume, l’aîné des Sarko, à Matignon. Avec les deux fils de Michel Debré, dont on se demande toujours lequel est le médecin, lequel est le malade ? Mais ils ne se ressemblent en rien !
Le fantasme, il est là : les Kaczynski sont de vrais jumeaux, donc ils sont interchangeables. Notamment dans les inaugurations, les voyages officiels, les conférences de presse, les meetings électoraux. Saura-t-on même, en cas de crise grave, lequel virera l’autre ?