Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2014

Il est malin, Poutine !

Poutine-itv.jpgC’est drôle comme Poutine se joue des Français, qui le connaissent si mal ! L’épisode le plus comique, ce n’est pas la présence déconcertante du prédateur de la Crimée à la commémoration du D-Day, c’est quand il explique à Bouleau et Elkabbach qu’en Russie, il y a bien une loi interdisant la propagande homosexuelle en direction des enfants, mais qu’aux Etats-Unis, certains Etats continuent d’interdire toute pratique homosexuelle. Ce qui n’est pas la même chose, on en conviendra. Réaction à l'unisson de tous les journalistes français : ah bon ? Ben oui. Il n’est pas sympathique, Poutine, mais il est malin.

01/05/2014

Sondage : les 3/4 des Russes...

Gorby-2014.jpgC’est le dernier sondage en date (il a été publié lundi à Moscou par le très sérieux Institut Levada) : en Russie, 56 % des gens considèrent que la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev a été une mauvaise chose, et seulement 23 % de la population estime que ses réformes ont eu des effets positifs (21 % n'ont pas d'opinion). C’est dire si les Russes ont été traumatisés par l’effondrement de leur économie en 1990 et par l’éclatement de leur empire en 1991. Au point que les trois quarts d’entre eux ont zappé la fin de la guerre froide, du Mur de Berlin, du goulag et de la dictature communiste. Ainsi va la mémoire des peuples.

15/04/2014

Une Ukraine fédérale ?

donetsk2014.jpgCe qui est le plus désespérant, en Ukraine, c’est la monopolisation des tensions par les extrémistes des deux bords, qui se traitent réciproquement de "nazis" et de "terroristes" alors que 98 % de la population ukrainienne n’est, évidemment, ni nazie ni terroriste ! Comment envisager sereinement, dans ce contexte de haine nationaliste aveugle et sectaire, de mettre en œuvre les deux outils démocratiques que sont les élections générales et la fédéralisation de cet Etat divisé et ingérable ? Oui, je sais, Poutine pousse à cette fédéralisation : cela en fait-il forcément une mauvaise idée ? Vous en avez une autre ?  

00:07 Publié dans Blog | Tags : ukraine, russie, poutine | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/03/2014

Poutine en Normandie : on croit rêver !

hollande-poutine.jpgDans son incapacité maladive à trancher entre le boycott des Jeux de Sotchi et sa non présence à la cérémonie d’ouverture, entre le gel des relations militaires franco-russes et la vente à la Russie de nos deux super-bateaux de guerre, Hollande a battu un record d’absurdité diplomatique en invitant malgré tout Vladimir Poutine, le 6 juin 2014, aux cérémonies commémoratives du débarquement de Normandie : c’est vrai, franchement, c’eût été dommage de se passer de Poutine pour célébrer ce jour-là la reconquête de la liberté, la victoire sur une armée d'occupation, le recul de la dictature et le rétablissement de la démocratie en Europe !

04/03/2014

Mourir pour Simféropol ?

Poutine-armée.jpgIl n’y aura pas de guerre à l’est de l’Europe. Poutine n’en aura pas besoin. Il sait bien qu’au-delà des piapias diplomatiques, aucun Américain, aucun Français, aucun Allemand n’ira mourir pour Simféropol. Il sait aussi qu’aucune guerre n’est imaginable entre des soldats ukrainiens et russes que rien ne distingue, ou presque ! Il sait enfin qu’un vrai conflit le couperait durablement du monde civilisé. Son jeu consiste donc à récupérer la Crimée grâce à un référendum un peu forcé, certes, mais qui aura l’apparence de la légalité. Et à interdire au reste de l’Ukraine terrorisée de rallier le camp occidental. Qui va l’en empêcher ?

28/02/2014

Bruits de bottes en Crimée

Crimée.JPGL’histoire se répète. Déjà, en 1991, quand l’Ukraine a retrouvé son indépendance, la Crimée (essentiellement 2/3 de Russes et 1/3 d’Ukrainiens mêlés dans des familles mixtes depuis 3 siècles) est devenue un inextricable enjeu politique, économique, mais surtout militaire – à cause de Sébastopol, où mouille la flotte russe. Le scénario est connu : menaces guerrières, coups de gueule, bras-de-fer, puis négociations d’autonomie, accords sur les limites du port et, si la situation s’envenime vraiment, nouvelles élections et référendum. Sauf que personne ne sait ce que donnerait celui-ci…  

10:48 Publié dans Blog | Tags : crimée, ukraine, russie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/02/2014

Ukraine : le prix de l'espérance

Ukraine-2.jpgEn russe, on dit : nalivat’ krov’. Verser le sang. Dans la culture russe, dont Kiev fut le berceau en 988, il y a quelque chose de récurrent, de normal, qui a disparu de la nôtre : la violence, séculaire et inéluctable. Mais il y a aussi sa limite morale, qui distingue la fatalité de l’intolérable : on ne doit pas verser le sang. Il aura fallu plusieurs dizaines de morts, dans cette ville comparable à Hambourg ou à Vienne, pour que l’Europe se réveille enfin, médias et diplomaties confondus, et qu’un formidable sursaut de conscience aide ce pays à sortir de l’impasse. L’Ukraine a payé d’un terrible tribut son droit à l’espérance.

11:45 Publié dans Blog | Tags : ukraine, kiev, russie, europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/02/2014

Sotchi : un moment magique

Sotchi.jpgSotchi, hier soir. Un moment magique, qui a donné du rêve à quelques milliards de terriens. Un moment d’espérance, aussi : si les hommes sont capables de telles réalisations, tout n’est pas perdu sur cette planète ! Les Russes ont montré qu’ils avaient conservé, par delà les accidents de l'histoire et les dérives politiques, le goût de la danse, du chant choral, de la scénographie, de la poésie. Cela fait bizarre, du reste, de voir retracer le passé de ce pays sans la prise du Palais d’Hiver en 1917 ! La vie des peuples est imparfaite, violente, voire cruelle, mais elle comprend, heureusement, quelques moments de grâce…

10:05 Publié dans Blog | Tags : sotchi, jo, russie, poutine | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

25/01/2014

Ukraine : on laisse faire ?

Ukraine.jpgCe qui se passe en Ukraine est très inquiétant. Les leaders de l’opposition ne tiennent plus la population contestataire : l’engrenage de la violence menace ce pays européen d’anarchie, voire d’éclatement. Mais qu’attendent nos diplomates, à Bruxelles ou à Paris, pour monter avec leurs interlocuteurs russes, dont c'est aussi l'intérêt, une tierce instance de discussion qui puisse ramener au moins les choses sur le terrain du dialogue entre les deux parties de l’Ukraine ? C’est sidérant de voir, à quelques mois des élections au parlement de Strasbourg, à quel point l'Union européenne est incapable de s’occuper des choses sérieuses !  

04/09/2013

Ma place dans l'Histoire

 Obamhollande.jpgSi François Hollande et Barack Obama s’entendent sur la Syrie, vendredi, dans la banlieue de Saint-Pétersbourg où ils auront un tête-à-tête crucial, ce sera un peu grâce à moi. Figurez-vous qu’en août 1970, avec quelques jeunes Français étudiant le russe, j'ai participé à un camp de vacances dépendant du Komsomol où j'ai creusé les tranchées et posé les conduits qui ont permis de rétablir l’électricité dans ce quartier de Strelna ravagé par les 900 jours du siège de Leningrad. Sans moi, la résidence présidentielle où aura lieu le tête-à-tête Obama-Hollande n’aurait toujours pas de lumière. A chacun son rôle dans l'Histoire.

06/01/2013

Vive la Russie !

 Russie.jpgVoici au moins une bonne raison de rire dans l’affaire Depardieu. Elle nous est offerte par l’extraordinaire humour moscovite et la plasticité de la langue russe. Depuis deux jours, il existe un nouveau verbe, en russe : depardirovat’, qui veut dire, à peu près : "Quitter son pays en colère, emmerder la terre entière, pisser dans tous les avions de ligne, n’en avoir rien à f… " De ce verbe intransitif est aussitôt né le mot depardist : "Partisan, émule de Depardieu". Au féminin : depardistka. Exemple : "Brigitte Bardot est la première depardistka". La Russie peut être aussi un pays génial…

09:17 Publié dans Blog | Tags : russie, russe, depardieu | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

10/04/2010

L'événement de la semaine

Pardon à mes éminents confrères obnubilés par la "rumeur" élyséenne, mais l'événement de la semaine n'était pas là. La rencontre Tusk-Poutine à Katyn, mercredi, fut, elle, un vrai tournant historique au niveau du vieux continent : pour la première fois, la Russie a rendu un hommage solennel aux 22 000 officiers et soldats polonais assassinés en 1940 par la police politique de l’URSS. Je me rappelle encore Gorbatchev ratant son voyage en Pologne en juillet 1988 – j’y étais – parce qu’il n’avait pas osé parler du crime de Katyn, toujours imputé, à l’époque, contre toutes les évidences, aux nazis. Cette fois, la page est tournée. Dommage que les Français, sauf exceptions, ne se soient jamais intéressé à Katyn.

 

20/03/2010

Une bouffée de Russie

Nivat sign-1.JPGLe Club des Ecrivains de Bourgogne recevait hier à Dijon le professeur Georges Nivat, un des meilleurs connaisseurs européens de la Russie, à l’occasion de la parution de son livre Le phénomène Soljenitsyne (Fayard). Il est rare d’entendre parler de la Russie (avant, pendant et après la parenthèse soviétique) avec une telle finesse. Au risque de bousculer nombre d’idées reçues : ce n’est pas Gorbatchev mais Eltsine qui a ressuscité la Russie, explique Nivat ! En pleine campagne régionale, évoquer Pierre Pascal, Boris Souvarine, Boris Pasternak et Soljenitsyne fut comme une bouffée de fraîcheur. Une lampée de vodka glacée. Santé !

11/02/2010

Cuisant échec pour l'Europe

A-t-on bien mesuré, dans les médias français, le formidable échec que représente pour l’Europe le résultat des présidentielles en Ukraine ? Ainsi, ce pays 100 % européen (le centre géographique de l’Europe "de l'Atlantique à l'Oural" est en Ukraine subcarpatique) de 50 millions d’habitants revenus étrillés de l’enfer communiste (Staline a laissé 6 millions d’Ukrainiens mourir de faim en 1932-33), a finalement préféré pencher vers la Russie de Medvedev et Poutine (vote Ianoukovitch) plutôt que vers l’Union européenne (vote Timochenko) ? Quelle image ont-ils donc de l’Europe occidentale, ces Ukrainiens à l’histoire si ingrate ? Celle de nations riches mais terriblement égoïstes, qui s’intéressent moins à eux qu’à la Turquie voisine et si peu européenne, et qui n’ont, décidément, jamais rien compris à l’Europe centrale.

16/05/2009

Ce bon vieux Staline

Varennikov.jpgIl a eu tout faux, le général Valentin Varennikov, qui vient de mourir. Quelle carrière ! Jugez plutôt : jeune, il a soutenu Staline (1953) et il a participé à toutes les opérations étrangères de Brejnev (1964-80) ; puis il a nettoyé l'Afghanistan (1985-89), il a animé le putsch contre Gorbatchev (1991), il a déploré la fin de l'URSS (1992), il a dénigré Eltsine et les "démocrates" (1993), il a pacifié la Tchétchénie (1999-2000), etc, etc. Et il n'a cessé, jusqu'à sa mort, de regretter le bon vieux temps du goulag et de la guerre froide. Il a eu droit, hier, à Moscou, à des obsèques nationales. Rompez.

08/09/2008

Les Russes ont gagné

5736ae8be52b589234d1954781d2358f.jpgLes frontières de l’immense Russie, depuis mille ans, sont celles que lui ont imposées ses voisins – par la force, par la ruse ou par la négociation. En validant le retrait des soldats russes du territoire géorgien "à l’exception de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud", Sarko et Barroso ont entériné la nouvelle carte du Caucase façon Poutine. Chacun va se réjouir, plus ou moins bruyamment, que la Russie n’envahisse pas toute la Géorgie - notamment tous les commentateurs qui hurlent bêtement au "retour de la guerre froide", et qui n’ont rien compris au film ! Que les futurs observateurs de l’Union européenne se voient interdire par le Kremlin les deux territoires contestés est significatif : les Russes sont décidément de remarquables joueurs d’échecs.

07/09/2008

La Bourgogne à l'ONU !

La Bourgogne sera bientôt membre de l’ONU. Le précédent du Kossovo lui permet de l’espérer. Après l’Abkhazie et l’Ossétie du sud, on verra bientôt le Waziristan, le Somaliland, le Haut-Karabakh, la Transnistrie et quelques autres s’engouffrer dans la brèche et revendiquer leur indépendance. Pourquoi pas la Bourgogne ? L’ancien duché scandaleusement annexé par Louis XI à l’Etat français en 1477 est plus peuplé et plus viable que tous ces peuples qui ne savent même pas ce qu’est un tire-bouchon. Il suffit qu’une colonne de chars russes s’approche de Dijon, qu’une poignée de miliciens morvandiaux mettent le feu à quelques voitures et que l’armée française, après réflexion, renonce à bombarder le Kremlin.

05/09/2008

Boycotter Sotchi ?

Je n’ai pas de boule de cristal, mais il est assez facile de prévoir qu’après les Jeux paralympiques de Pékin, une campagne sera lancée pour le boycott des Jeux Olympiques de Sotchi (Russie) en 2014 : une protestation de Glucksmann chez Elkabbach, 2 minutes sur une manif de Robert Ménard au JT de TF1, une tribune de BHL dans le Monde, et hop ! Il est vrai que Sotchi est à quelques coups de canon de l’Abkhazie, cette région géorgienne que Moscou a décidé de soustraire à l’autorité de Tbilissi, ce qui n’est pas exactement conforme à l’idéal olympique. Très vite, la polémique sera vite confinée au boycott de la seule cérémonie d’ouverture. Les sportifs demanderont de ne pas être pris en otages. L’Europe sera divisée. Sarkozy et Poutine seront diabolisés. La routine.

04/12/2007

Le pluralisme à la Russe

Un jour que j’interviewais Mikhaïl Gorbatchev à Moscou en peine perestroïka – ce devait être en 1989 – et que j'évoquais devant lui l'idée du pluralisme politique, le secrétaire général du Parti communiste d’URSS, futur président de l’URSS, m’avait fait une drôle de réponse : "Un autre parti, répondit Gorby, mais oui, pourquoi pas ?" Le pluralisme, pour un Russe formé à l’école du communisme soviétique, c’est cela : un autre parti, si possible créé par le pouvoir en place, qui constitue l’opposition officielle. Poutine a hérité de cette conception très spéciale du pluralisme. Après tout, le tout-puissant président russe nomme à tous les postes, il peut bien nommer aussi son opposition !
J’entends Sarko qui rigole…

23/11/2007

URSS, le retour

Manon Loizeau, excellente journaliste, a montré hier dans Envoyé Spécial, sur France 2, comment la Russie de Poutine renouait avec certaines méthodes policières de l’époque communiste : en envoyant tel ou tel journaliste trop curieux dans des asiles psychiatriques, où on soumet ces impudents, loin de tout, à des traitements dangereux et dégradants. Critiquer le pouvoir, comme disait naguère le KGB, c’est forcément être fou, et cela se soigne ! L’assassinat d’Anna Politkovskaïa – que j’avais reçue à Paris quand je présidais l’Association des journalistes France-Russie – pouvait être analysé comme une bavure monstrueuse, un accident de l’histoire, dans une Russie allant, malgré tout, dans le bon sens. Hélas ! La mort d’Anna, en réalité, était le signal d’un retour à l’URSS de Brejnev. C’est-à-dire au moyen âge.