Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2011

Qui l'a rendu fréquentable ?

JM-LePen.jpgPetit rappel à l’intention des jeunes journalistes : héritier de la droite ultra (le boulangisme, les Ligues, l’Action française, Pétain, l’Algérie française), le Front National est né de la dissolution du groupuscule Occident après mai 68. Sous Giscard, l’ex-député poujadiste Jean-Marie Le Pen se situait en dessous de 1 % des voix. C’est un peu après la victoire de la gauche (1981) que le FN a commencé sa progression. Pour plomber durablement la droite, Mitterrand instaura la proportionnelle avant les législatives de 1986, ce qui permit au FN d’obtenir 35 sièges de députés à l’Assemblée nationale. Non, ce n’est pas Sarkozy qui a rendu ces gens-là fréquentables…

 

30/01/2011

Avant Ben Ali, Jaruzelski...

jaruzelski.jpgUn peu marre de ces reproches faits à Nicolas Sarkozy, à gauche, de n’avoir pas su anticiper la révolte des Tunisiens contre le président Ben Ali. Personne ne le nie : l’impéritie de Bernard Kouchner et la maladresse de Michèle Alliot-Marie ont été flagrantes. Mais les dirigeants du PS auraient-ils effacé de leur mémoire l'image du président Mitterrand remettant la Légion d’honneur, en grand tralala, au dictateur bulgare Todor Jivkov (janvier 1989) et au général polonais Jaruzelski (juin 1989), quelques mois avant la vague de contestation populaire qui, à l’Est, allait faire chuter le Mur de Berlin ?


09/07/2010

Bettencourt, Mitterrand, etc

mitterrand-grand.jpgAu fait, pourquoi Liliane Bettencourt est-elle si riche ? Je m’étonnais, depuis un mois, que ce versant de l’affaire soit négligé par les médias. Le Monde d’hier a comblé ce manque, ce qui n’a pas dû faire plaisir aux dirigeants du PS. Liliane est la fille d’Eugène Schueller, fondateur de L’Oréal, qui fut militant d’extrême droite et collabo. Elle a épousé André Bettencourt, collabo repenti, dont le meilleur ami, un certain François Mitterrand, a évité audit Schueller, par son témoignage personnel, d’être condamné en 1945. Schueller a engagé ensuite le jeune Mitterrand comme directeur de son magazine Votre Beauté. Sans Mitterrand, la fille Schueller, veuve Bettencourt, ne serait pas si riche. Pourquoi ce rappel historique ? Parce qu’il le vaut bien.

05/11/2009

Est : l'erreur de Mitterrand

Mitt-Est.jpgIntéressante émission, hier, sur Arte, sur l’attitude de François Mitterrand à l’époque de la chute du Mur de Berlin. Mais pas convaincante. A l’époque, j’étais grand reporter à L’Express et c’est à ce titre que j’ai suivi tous les voyages de François Mitterrand à l’Est. C’est pourquoi je me suis autorisé à témoigner sur ce sujet dans un long article qu’avait publié, en 1996, la revue Commentaire. Pardon, c’est un peu long, mais j’ai voulu privilégier les faits dans un dossier où l’on échange, le plus souvent, que témoignages partiels, réflexions théoriques et justifications idéologique. Je joins l’article à ce post. Bonne lecture.

16/10/2009

Rama Yade a raison

Je ne sais pas si Rama Yade lit parfois mon blog, mais ses prises de position sur Roman Polanski, Frédéric Mitterrand, Benoît Hamon et Jean Sarkozy sont exactement celles que j'ai exprimées ici. A ceci près, bien sur, que je ne risque pas, moi, d'être viré du gouvernement pour lèse-majesté. Mais, enfin, quelles que soit les contorsions intellectuelles et morales auxquelles doivent se prêter quotidiennement les hommes et les femmes politiques, il leur faut bien, parfois, faire la part du simple bon sens. Si le jeune Sarko est régulièrement porté à la tête de l’Epad par les élus des Hauts-de-Seine, c'est leur affaire, mais il est évident que son père a commis une bêtise en le laissant conquérir ce mandat : à la première boulette du rejeton, c’est le président de la République, naturellement, qui en prendra plein la figure !

09/10/2009

Mitterrand : qui accuse qui ?

   "Allez-vous démissionner, Benoît Hamon ?" La question de Jean-Michel Aphatie, ce matin, sur RTL, m’a fait bondir. Le monde médiatique est inouï. Voilà que les accusés, dans l’affaire Mitterrand, sont désormais ceux qui se sont ému qu’un ministre de la République puisse pratiquer le tourisme sexuel ! Les voilà traités de "populistes" par le maire de Paris, voire complices du Front National ! Ho ! Pourquoi pas homophobes ou antisémites ? Benoît Hamon, que je défends rarement, a exprimé une inquiétude républicaine, que le ministre de la Culture avait lui-même entretenue en défendant aveuglément Polanski : cette ambiguité-là était bien réelle ! Ce sont certaines solidarités germanopratines qui sont suspectes : et si Hamon exprimait, lui, l’opinion de la majorité des citoyens ? 

 

08/10/2009

Un cadeau pour le FN

F Mitt.jpgNicolas Sarkozy a été élu en 2007 en attirant à lui beaucoup de voix du Front National. Il risque de les perdre. L’affaire Mitterrand redonne au FN le souffle qui lui manquait. Le ministre se défend en dénonçant une opération politicienne de Marine Le Pen ? Les médias marchent, mais pas le citoyen lambda qui, lui, veut seulement savoir si Mitterrand s’est rendu coupable, oui ou non, de tourisme sexuel. Or ce n’est pas clair. Que l’entourage de Sarkozy défende aveuglément le ministre incriminé, que le maire de Paris hurle au "populisme", que France 2 censure sur TV5-Europe la diatribe anti-Mitterrand de la fille Le Pen, voilà ce qui choque beaucoup de gens. Attention, nourrir le leitmotiv du "tous pourris" est le plus beau cadeau qu’on puisse faire à l’extrême droite !   

 

24/06/2009

Je ne m'appelle pas Mitterrand

Je m'interrogeais l'autre jour sur mes chances - assez réduites, il faut bien le dire - d'entrer au gouvernement. J'ai trouvé la raison pour laquelle je ne suis pas ministre : bon sang mais c'est bien sûr, je ne m’appelle pas "Mitterrand" ! Mais non, je blague, Charles... Disons-le tout net : l’idée de nommer Mitterrand le Neveu au ministère de la Culture est géniale. D’abord parce qu’elle évite d’y remettre Jack Lang. Ensuite parce que peu de gens savent que Frédéric est de droite : pour le monde entier, il est bel et bien le neveu de François Mitterrand, et cette ouverture-là, si elle est fictive, est la plus spectaculaire qui soit. Il ne reste plus à Sarko que de convaincre Danièle Mitterrand d’accepter une mission : pourquoi pas celle de Jack Lang à Cuba ?

26/11/2008

Pan sur le bec !

Lu dans L’Express les « bonnes feuilles » du livre de Laske et Valdiguié sur La Face cachée du Canard Enchaîné (Stock). Il est toujours vertigineux de refaire l’histoire. Deux exemples liés à la présidentielle de 1981. D’abord, l’opération "diamants de Bokassa", qui a beaucoup contribué à faire battre Giscard par Mitterrand (auquel, apprend-on, le Canard ne pouvait rien refuser), reposait en grande partie sur des faux fabriqués sur du papier à entête de l’ex-empereur ! Ensuite, si l’affaire Papon a éclaté le 6 mai 1981, ce n’est pas par hasard : visant un ministre du gouvernement Barre, elle était sciemment destinée à "piquer à Giscard 200.000 voix juives et 50.000 voix de pieds-noirs" (dixit Mitterrand) à la veille de la présidentielle. Un peu écoeurant, non ?

22/07/2008

Empaler Jack Lang ?

On ne quitte pas le ras du sol. L’actualité, aujourd’hui, c’est de savoir si le PS va exclure Jack Lang qui a osé, hier, voter en fonction de ce qu’il pensait, sur un sujet qui aurait dû, franchement, mettre tout le monde d’accord. "Faut l’empaler !" a hurlé un député PS. "Le général de Gaulle disait que la vieillesse est un naufrage, je regrette que Jack Lang nous en fasse la démonstration !", a déclaré Henri Emmanuelli, toujours élégant. "Sur le chemin de la trahison, il n'y a que le fleuve de la honte à traverser", a émis Ségolène, citant Mitterrand. Curieux : personne n’avait voulu exclure Fabius quand il a lancé le "non" à l’Europe en 2005, contre la majorité du PS, ce qui était autrement plus grave. Le PS voudrait-il tuer le père ? Après avoir exclu Charasse et Lang, quel autre proche compagnon de Mitterrand les dirigeants socialistes vont-ils vouloir "empaler" ?

18/07/2008

Il y a regrets et regrets

2e90442e92dad4527f2b8948416cec5a.jpgLes réactions unanimes après la disparition brutale de Bronislaw Geremek - comme ce matin à la Représentation de l'Union européenne à Paris - masquent, évidemment, quelques regrets indicibles. Je me rappelle ce voyage en Pologne de juin 1989 où le président Mitterrand a montré qu’il préférait parler au général Jaruzelski, ce grand "patriote", plutôt qu’au couple Walesa-Geremek, qui représentaient l'inconnu : en pleine bagarre politique cruciale, à Gdansk, dans un repas offert aux "dissidents", il avait placé Geremek à côté de Françoise Sagan ! Faut-il aussi rappeler qu'en 2003, les députés européens ne l’ont pas élu président, et que ce fut une belle occasion manquée : les élus de l’UMP et du PS, qui ont joyeusement pataugé dans leurs petites combinaisons politiciennes, en gardent-ils au moins un souvenir amer ?

23/04/2008

Le plus grand des menteurs

Excellente soirée "Mitterrand", hier, sur France 2. Ce n’est pas Spaggiari qui fit le "casse du siècle", c’est Mitterrand, l’homme qui mit la main, à coup de mensonges énormes, et pendant quatorze ans, sur la France ! François Mitterrand n’aurait jamais été élu président de la République – et à plus forte raison réélu – s’il n’avait pas méticuleusement menti du début à la fin de son histoire : sur son passé d’extrême-droite, sur son engagement à Vichy, sur sa francisque, sur ses rapports avec Bousquet, il a menti comme, plus tard, sur son alliance de gouvernement avec les communistes, sur sa fortune (sur laquelle on n'a pas encore tout dit), sur sa maladie, et, bien sûr, sur sa seconde famille. Niquer à ce point le PS, la gauche, les journalistes et les électeurs, c'est un cas unique dans l'histoire moderne. Chapeau, l'artiste.

28/01/2008

Les pantoufles de Mitterrand

L’élégance recule. Le savoir-vivre itou. Le débat fait rage depuis un mois : qu’y a-t-il de plus nul que de revendre sur e-bay les cadeaux qu’on a reçus à Noël ? C’est pourtant exactement ce que va faire demain, chez Drouot, Danielle Mitterrand. En pire. Déjà, se faire des sous en vendant à des gogos les pantoufles, écharpes, costumes, chapeaux et calebars de feu son mari, ce n’est pas joli-joli. Mais l’ex-première dame de France commercialise sans complexes, dans un but absolument privé, des cadeaux qui furent offerts au président Mitterrand lors de ses déplacements officiels ! Ho ! Elle croit vraiment que ces présents étaient offerts au monarque à titre personnel ? Elle a complètement oublié, Tatie Danielle, que la France est une République ?

13/06/2007

Le PS pleure le PC et le FN

Les deux principaux résultats des élections de 2007 – la défaite du PS et la déroute des extrêmes – sont, en réalité, étroitement liés. Sans l'extrême-gauche et l'extrême-droite, le PS est fichu. Et pour longtemps.
Sans les communistes, c'est clair, Mitterrand ne serait jamais devenu président de la République en 1981 (c'est d'ailleurs pour sauver le PC affaibli, en 1988, que le PS a abaissé à 20 le nombre requis pour constituer un groupe à l’Assemblée). Mais sans le FN, qu’il a fait massivement entrer à l’Assemblée en 1986 pour plomber durablement la droite modérée, Mitterrand n’aurait pas régné pendant 14 ans sur la France ! Et sans le FN, qui a fait basculer à gauche la quasi-totalité des triangulaires aux législatives de 1997, Jospin ne serait jamais devenu premier ministre !
Moralité : sans les fachos et les cocos, les socialos, c’est zéro.

07/06/2007

Mitterrand revient !

medium_Francois_Mitterand.jpgConcernant le mystérieux blog François Mitterrand 2007, qui fait jaser le tout Paris politico-médiatique, j'ai décidé de livrer ici même, aujourd'hui, deux informations exclusives à propos de l'auteur dudit :
1. Ce n'est pas moi ;
2. J'ignore qui c'est.
Mais en lisant les commentaires courroucés, indignés ou méprisants que ce blog suscite, je me dis que nombre de mes confrères manquent singulièrement d'humour. Mais oui, c'est drôle ! Mais oui, c'est une bonne idée que d'avoir ressuscité, le temps d'une campagne, ce président littérateur et coquin qui savait se jouer du petit monde parisien en proférant des horreurs sur les uns et les autres.
La campagne législative est suffisamment ennuyeuse pour qu'on s'y amuse un peu, nom d'un président !

12/05/2007

La mitterrandie vote Sarko

Quelle est la caractéristique commune des personnalités de gauche qui ont soutenu ou qui rallient Nicolas Sarkozy ? Facile : ce sont les plus proches compagnons de feu le président Mitterrand.
Après les entrechats sulfureux de Pascal Sevran, l'adhésion surprise de Roger Hanin, les confidences appuyées de Jacques Attali, l’adoubement auvergnat de Michel Charasse, les offres de service de Claude Allègre, les sourires rapaces d’Anne Lauvergeon, l’engagement discret de Georges-Marc Benamou, les compliments alcoolisés de Bernard Tapie, le changement de pied de Jacques Séguéla, c’est au tour d'Hubert Vedrine, qui fut l’un des plus intimes de l’ancien président, de réfléchir sur son éventuelle participation au futur gouvernement.
Et si Sarko, pour rire, allait escalader la riche de Solutré ?

01/12/2006

Paris n'est pas la France ?

Sarkozy annonçant sa candidature dans la presse régionale, Bayrou confirmant la sienne depuis son Béarn natal : toute cette génération de dirigeants politiques a été marquée par la déclaration de Valéry Giscard d’Estaing depuis la mairie de Chamalières en 1974 !
A part ceux qui sont clairement identifiés à une province, comme Jean-Pierre Raffarin (le Pompidou du Poitou) ou Ségolène Royal (la Madone du chabichou), ils tiennent à montrer, par des gestes inopinés et des poses symboliques, qu’ils sont, malgré tout, en phase avec le "pays réel", où vivent des "vrais gens".
En fait, ils pensent moins à Giscard qu’à la petite église bucolique de l’affiche de Mitterrand en 1981, et à son message subliminal : la terre, elle, ne ment pas.

20/09/2006

Sego prône le "parler vrai"

C’est vrai qu’il est gonflé, le premier ministre socialo de Hongrie, Ferenc Gyurcany, quand il dit, en off, que son gouvernement n’a "rien foutu" et qu’il a "menti matin, midi et soir" pendant des mois ! Si j’étais un électeur magyar, je serais très colère, moi aussi.
De là à donner des leçons de "parler vrai" aux Hongrois, comme Segolène Royal ce matin sur LCI ! Chez nous, jamais un candidat aux élections ne ment sur son programme ? Et le "Je vous ai compris" du général de Gaulle ? Et la "rupture avec le capitalisme" de Mitterrand ? Et les "30 % de baisses d’impôts" de Chirac ? Et le "zéro SDF" de Jospin ?
Quand j’entends Ségolène expliquer doctement que "la parole de l'Etat doit être une parole de vérité", je rigole. Oh ! Sego ! Un candidat aux présidentielles cachant soigneusement aux électeurs l'entrée de communistes à son gouvernement, la progression de son cancer et l’existence d'une fille illégitime, cela ne te rappelle rien ? Vrai de vrai ?