Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2009

Ouverture, diversité, parité, etc

Ne cherchez pas mon nom dans le prochain gouvernement. Ni sur aucune liste électorale. Ni dans les pages saumon du Figaro. A l’heure de la diversité, de la parité et de l’ouverture, je ne suis vraiment pas dans l’air du temps. Jugez vous-mêmes : je suis un homme, je suis blanc, je suis de centre-droit, je suis catholique, j’ai plus de 50 ans, je suis définitivement hétérosexuel et, tenez-vous bien, je ne suis même pas franc-maçon ! Comment voulez-vous que j’intéresse quiconque dans le monde médiatico-politique ? Comment voulez-vous que quiconque pense à me confier un jour une chaîne de télé, une préfecture, une place éligible aux régionales, un siège au CSA, que sais-je encore ?  J’ai peur que mon cas soit désespéré…

 

29/05/2009

Sur une péniche parisienne

Lesieur.jpgFête sympathique et un peu nostalgique, hier soir, sur une péniche parisienne, pour les 60 ans de Jean Lesieur, un des patrons de France 24, vieux complice de la grande époque de L'Express. La soirée a rassemblé une pléiade de copains d'avant : Alain Louyot, Thierry Wolton, Marc Epstein, Kosta Christitch, Isabelle Laffont, Bernard de la Villardière, Jean-Marc Gonin, François d'Alançon et bien d'autres. Les carrières vont et viennent, dans cet univers médiatique impitoyable qui, de génération en génération, perd ses principes et ses valeurs. Laudator temporis acti, certes, mais quand même. Deu merci, il reste des amitiés fortes et fidèles. Bon anniversaire, Jean !

 

26/05/2009

La question qui tue

Allumez la télé ou la radio. Question inévitable du journaliste à son invité politique : "Comment expliquez-vous le manque d'intérêt général pour le scrutin européen du 7 juin ?" L'invité se racle la gorge, profère quelques généralités désolantes et désolées, puis revient à son propos, en général sur Sarkozy ou sur la crise du PS, ce pourquoi il est là. Aucun n'ose répondre au journaliste : "Pauvre pomme franchouillarde, à quand remonte ton dernier sujet européen en prime time ? Quand as-tu interviewé un député lituanien pour la dernière fois ? Combien as-tu organisé de débats avec des élus belges et italiens ? Sais-tu au moins placer Riga et Ljubljana sur une carte, plumitif inculte ?" Voilà qui réveillerait un peu la campagne. C'est pourtant simple, l'Europe, c'est l'audimat qui décide : les médias s'en foutent, donc les gens s'en foutent. Point barre.

24/05/2009

Formons une chaîne

Dans la série "Et si on réduisait le train de vie de l'Etat ?", une ouverture vient de s'opérer dans l'audiovisuel public. Personne n'a jamais compris pourquoi les contribuables doivent payer (très cher) une chaîne de télé aux députés (La Chaîne Parlementaire-Assemblée nationale) et une autre aux sénateurs (Public Sénat). C'est évidemment un luxe absurde, mais c'est ainsi : il n'y a pas corporatisme plus dinosaurien que celui des élus de la nation. Or voilà qu'on vient de nommer les présidents - excellents journalistes au demeurant - de ces deux chaînes aussi coûteuses que peu regardées : Gilles Leclerc (à Public Sénat) et Gérard Leclerc (à LCP-AN). Sage décision ! Quand on fusionnera enfin ces deux chaînes jumelles, on n'aura même pas à changer le papier à entête : la chaîne unique sera forcément dirigée par "G. Leclerc" !

19/05/2009

Vu à la télé

Retour du salon du livre de Saint-Louis. Il n'y a pas que les politiques qui parasitent l'activité éditoriale. Il y a aussi les présentateurs de télé. Un visage connu sur le petit écran, même s'il ne sait pas écrire, même s'il n'a rien à dire, vendra toujours quelques dizaines de milliers de livres en parlant de sa mère, de son père, de sa cuisine ou, le plus souvent, de lui-même : Patrick Sébastien, Sophie Davant, Françoise Laborde, Catherine Laborde, Annie Lemoine, Philippe Bouvard, Bruno Masure, Davis Pujadas, Nelson Montfort et quelques autres occupent ainsi les vitrines des libraires et monopolisent, bien sûr, les plateaux télé. Question perverse : et si, parmi tous ces bouquins de cironstance, il y avait un livre, un vrai ?

14/05/2009

Val, de grâce !

Philippe Val nommé par Sarkozy à la tête de France Inter ! Si quelqu'un avait annoncé cette nouvelle il y a deux ans, on l'aurait aussitôt enfermé : le champion de la droite française nommant à la direction de la première radio de service public le patron de Charlie Hebdo, le journal le plus systématiquement hostile à ladite droite ! Aujourd'hui, aucun journaliste ne moufte. Peur de déplaire aux nouveaux maîtres de la radio d'Etat ? Le seul problème que soulève Le Monde de ce matin est d'ailleurs surréaliste : le très gauchiste Charlie Hebdo étant une mine d'or pour ses actionnaires, Val, qui possède 40 % des parts, va-t-il continuer à toucher 330.000 euros de dividendes par an, légalement, maintenant qu'il est à la tête d'une radio publique ? On rêve.

06/05/2009

Putain deux ans

NS-Point.jpgDébat à l'emporte-pièce, ce soir, sur Canal +, entre Giesbert, Plenel et Barbier, à propos des deux ans de pouvoir de Sarkozy. Les médias adorent célébrer, sans raison, les anniversaires les plus insipides. En réalité, tous les prétextes sont bons pour parler de Sarko : c'est facile, c'est pas cher et ça rapporte gros ! En deux ans, les journalistes ont tellement focalisé sur Sarko qu'il n'y a plus d'actualité, désormais, qui ne procède de lui : sans Sarko, pas de Rachida, ni de Bayrou, ni de Tapie ! Ensuite, les trois compères l'ont reconnu : Sarko fait vendre un max. En positif comme en négatif. Il est "un régal pour la presse", laquelle serait prète, si on la laissait faire, à célébrer son anniversaire tous les jours !

29/04/2009

Berlin n'est pas la France

Hier, c’est une jeune et jolie journaliste de Canal + qui expliquait, l’air courroucé, que Benoît XVI s’était "enfin" (sic) rendu dans les Abbruzzes. Ce matin, c’est Marc-Olivier Fogiel qui s’est escrimé, à deux reprises, à faire désavouer Benoît XVI par la malheureuse Arielle Dombasle, laquelle n’en pouvait mais. Chaque jour, dans les médias français, on tape sur le pape. Plus personne ne s'émeut de ce rituel laïcard. En Allemagne, c’est différent : tous les médias commentent le référendum de Berlin où pour la première fois, dimanche, 51 % des votants ont estimé qu'il n'était pas opportun d'instaurer un enseignement religieux obligatoire à l’école, comme il l'est dans la quasi-totalité des autres Länder ! Vous imaginez cela chez nous ? Cujus regio, ejus religio…

27/04/2009

Les canons du journalisme

lapix.jpg Vous voulez faire du journalisme et vous êtes moche ? N’y comptez pas. C’est râpé. Les critères d'embauche ont changé. Voyez Anne-Sophie Lapix, Laurence Ferrari, Florence Dauchez, Melissa Theuriau, Marie Drucker et toutes les présentatrices de LCI, I-Télé ou BFM-TV : que des canons ! Et chez les mecs, itou : Harry Roselmack, Laurent Delahousse, Guy Lagache, etc : que des apollons ! Si la télé jouait vraiment la carte de la "diversité", elle ferait demain une petite place aux hommes gras du bide et aux nanas pas terribles. Pathétiquement révélatrice, l’affaire Suzan Boyle : une femme laide de 47 ans qui gagne un concours de chant à la télé, cela est tellement stupéfiant qu’elle devient, en quelques jours, une curiosité planétaire !

26/04/2009

Audimat et autocélébration

drucker.jpg A force de réduire le monde à sa vision people, confinée et corporatiste, la télé s’essouffle et tourne en rond en se regardant le nombril. Alors que la planète est au bord de l’explosion, les professionnels du PAF passent leur temps à s’autocélébrer. Voyez Vivement dimanche de l'excellent Michel Drucker. Ce dimanche, ses invités étaient les présentateurs des journaux de France Télévision : Pujadas, Delahousse, Chabot, Lucet, etc ! La semaine prochaine, je vous jure que c’est vrai, ses invités seront… les présentateurs de la météo ! Je suppose que la semaine suivante, l’émission vedette du week-end aura pour invités les maquilleuses de France 2, ou les chauffeurs de salle de France 3, ou les coursiers de France 5 ?

22/04/2009

Il y a info et info

De conférence en conférence sur mes Secrets du Vatican (je serai au Mans demain soir), je constate l’agacement des cathos envers le pape, et, de plus en plus, leur colère à l’égard des médias. Les journalistes parisiens, apparemment, n’en sont pas conscients. Hier, sur Europe 1, Jean-Pierre Elkabbach voulait absolument que le ministre Kouchner condamne l’attitude du représentant de Benoît XVI à la conférence de Genève. Ce matin, un reporter d’Europe 1 expliquait qu'en Bretagne, plusieurs dizaines (!) de cathos ont demandé à être "débaptisés" (!). En revanche, comme c’est bizarre, Europe 1 n’a pas dit un mot sur la lettre de Michèle Alliot-Marie au cardinal Vingt-Trois où la ministre regrette "les présentations parfois hâtives et abusivement simplificatrices" des paroles de Benoît XVI. Un oubli, sûrement.

16/04/2009

Nom d'une pipe !

tati2.jpgLa bêtise progresse grave. Remplacer la pipe de Tati, sur une affiche appelant à une exposition sur le cinéaste, par un petit moulin à vent en plastique, non mais de qui se moque-t-on ? Qui a eu une idée aussi débile ? Est-ce le même crétin qui a effacé la cigarette de Malraux sur le timbre qui lui rend hommage ? Ou le mégot de Sartre sur une récente affiche de la Bibliothèque nationale ? Et qui a remplacé le clope de Lucky Lucke par un brin d’herbe ? Qu’on nous donne son nom ! Qu’on montre ce bureaucrate imbécile et trouillard au JT de 20 heures ! Et qu’on le pende haut et court - non sans lui avoir offert, tradition oblige, la dernière [censuré] du condamné !

14/04/2009

L'évolution des médias

Sortir un livre, faire le tour des studios et des plateaux, cela permet de prendre la mesure de l’état des médias. Les émissions de promotion des livres comme celles de Philippe Vallet, sur France Info, se font rares. Les émissions de débat où l’on ne se fait pas couper la parole au bout de 40 secondes, comme C dans l’Air d’Yves Calvi, sur la 5, sont exceptionnelles. En général, personne n'a le temps de réfléchir, d’enquêter, de lire un livre ! De plus en plus, reportages et talk-shows sont décidés le matin pour le soir, et ne se nourrissent que de dépêches pas toujours fiables, complétées par des "experts" dont la crédibilité importe moins que la disponibilité : on balance des infos brutes, au mieux assorties d'analyses réduites à des slogans, et on passe, vite, vite, à autre chose…

02/04/2009

Benoît XVI : Pas si simple !

Les médias sont décontenancés. Les journalistes ayant enfin réalisé que les sujets concernant Benoît XVI n’étaient pas aussi simplistes que l’indignation qu’ils ont suscitée et dont ils se sont nourris, on ne trouve plus personne pour en parler ! La Bibliothèque Médicis que Jean-Pierre Elkabbach devait consacrer à Benoît XVI, sur Public Sénat, a été supprimée. L’émission de Samuel Etienne intitulée Comme un Vendredi, sur FR3, sur le même sujet, n’aura pas lieu non plus. Impossible de continuer à diaboliser le pape, faute de combattants. L’heure étant à l’explication, à la nuance, aux leçons à tirer des récentes bourdes vaticanes et du tsunami médiatique anti-papal qu'elles ont provoqué, cela n’intéresse plus personne : la nuance, coco, ça fait baisser l’audimat !

31/03/2009

Un plaisir solitaire

BP-Blog BL.JPGMon blog a eu les honneurs du Bien Public. Un papier sympathique qui, pourtant, émet un "petit bémol" : je ne fais pas assez place au dialogue "communautaire" qui fait que la "Toile" est un réseau vivant et infini. C’est vrai, je devrais glisser davantage de liens hypertextes qui renvoient à des sources qui elles-mêmes renvoient à d’autres blogs, etc. Mea culpa. Je reconnais que je fais, tel un pianiste, mes gammes matinales, cinq minutes après le café, pour entretenir mes doigts, mes humeurs, mes neurones et une faculté trop peu usitée qui évite, tel un muscle que l’on entraîne, de vieillir trop vite : l’indignation. Je suis un blogueur solitaire. Et comme disait Cioran, "on ne fréquente jamais assez les solitaires".

30/03/2009

Dijon et ses réseaux

Terrifiant, le supplément que L’Express, cette semaine, consacre à Dijon et à ses "cercles d’influence". On y découvre à quel point une petite ville provinciale de 150.000 habitants peut s’étouffer elle-même sous le poids de ses réseaux de connivence : 7 clubs "Lions", 6 clubs "Rotary", une CGPME toute-puissante où "on s’entraide et on fait des affaires entre nous", comme dit crûment son président - lequel peut exiger, sans que personne ne proteste, le limogeage d’un journaliste local qui ne lui revient pas ! Sans parler, toutes obédiences confondues, de 24 loges maçonniques (c'est beaucoup) qui recoupent, dans la clandestinité, autant de magouilles petites-bourgeoises, de favoritismes occultes et de complicités politiques pas toujours avouables. A lire L'Express, tout cela ne fait pas de Dijon une ville très ouverte...

29/03/2009

La digue, la digue...

Montaigu-1.JPGCarte postale envoyée du "Printemps du Livre" de Montaigu, en Vendée. Ambiance détendue, accueil chaleureux, pas mal de monde, un peu moins d’achats - mais c’est la crise. Beaucoup d’échanges avec les lecteurs de passage. A part la grimace dégoûtée de l’inévitable intello anticléricale effarée qu’on puisse consacrer un livre à Jean-Paul II et un autre au Vatican, la plupart de mes interlocuteurs dénoncent la pensée unique dans les médias et la diabolisation du pape – même si celui-ci suscite rarement la sympathie chez les cathos français. Ceux-ci sont secoués, c’est clair, mais je suis frappé par le bon sens opposé par la majorité d’entre eux, comme une digue, au tsunami idéologico-médiatique du dernier week-end !

23/03/2009

Le lynchage du pape

J’ai dit, dans plusieurs interviews, à quel point les propos du pape sur le préservatif avaient été maladroits et désolants. Mais Benoît XVI mérite-t-il toute cette violence verbale, ces insultes, ce déchaînement hystérique de malveillance facile et de mensonges grossiers ? Prenez Philippe Geluck, que j’aimais bien jusque-là, qui déclare hier soir, sur France 2, devant des millions de téléspectateurs, que le pape ayant interdit "l’utilisation" du préservatif, c’était un "crétin" ! Sauf que, voilà, le pape n’a pas dit cela. Ben non. Et que la position de l’Eglise, rappelée par nombre d’évêques, c’est que "le préservatif est utile en cas de nécessité pour ne pas donner la mort" (Mgr Dagens hier au JDD). Mais ça, Geluck et la quasi totalité des journalistes oublient de le dire, allez savoir pourquoi...

22/03/2009

Le Sidaction à la messe

Logo sida.JPGLes rapports entre les médias français et l’Eglise catholique sont décidément conflictuels. J’ai été surpris de voir ce matin, pendant toute la messe dominicale diffusée sur France 2 par le Jour du Seigneur, le logo du Sidaction s’imposer à tous les braves gens, notamment malades ou âgés, qui suivent à la télévision l’office qu’ils ne peuvent plus suivre à l’église de leur quartier. Que le logo du Sidaction soit accolé au reste des émissions religieuses (infos, reportages, méditation, etc), passe encore. Mais fallait-il vraiment – contre l’avis des producteurs – en ordonner unilatéralement l’affichage pendant la messe ? Je n’ose penser que les promoteurs du Sidaction ont voulu se venger du pape…

20/03/2009

Le Vatican fait la Une

Cover Vatican.JPGJe vous jure que je ne l'ai pas fait exprès. Dans Les Secrets du Vatican, j'ai écrit un chapitre 9 qui éclaire pile-poil l'affaire Williamson, j'ai rédigé un chapitre 8 qui explique au millimètre la position de l'Eglise sur le préservatif, et j'ai conclu par un chapitre 17 qui rappelle pourquoi le cardinal Ratzinger n'aurait pas dû devenir pape ! Est-ce pour cela que le livre vient de dépasser les 10.000 exemplares ? En partie, sans doute. Dans mes conférences, comme à Sens hier soir, les questions du public portent souvent sur l'actualité, ce qui en accroît évidemment l'intérêt. Si vous habitez du côté de Reims, venez ce soir à la Médiathèque municipale, à 18h30 : vous ne le regretterez pas !