Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2010

Du rififi au Vatican

Les journalistes français ont cessé de s’intéresser aux affaires de pédophilie dans l’Eglise. Dommage pour leurs lecteurs : c’est maintenant que cela devient intéressant. A partir du moment où le cardinal Schönborn, de Vienne, révèle que les premières affaires impliquant des évêques, au début des années 2000, ont été sciemment étouffées par certains cardinaux, dont le secrétaire d’Etat Sodano, le dossier devient explosif. D’abord, il montre que Ratzinger n’a rien à se reprocher dans ce débat, et que toutes les accusations lancées contre lui sont à revoir. Ensuite, il touche au dossier de la béatification de Jean-Paul II : si le cardinal Sodano, pour se défendre, se défausse sur son patron de l’époque, il risque de plomber gravement la "montée aux autels" de celui-ci…

27/04/2010

L'Eglise en chiffres

St-Pierre-de-R 1.JPGA l’attention de ceux qui pensent que la crise des prêtres pédophiles peut sérieusement menacer une institution comme l’Eglise catholique, voici quelques statistiques : en neuf ans, les catholiques sont passés de 1,045 milliard à 1,166 milliard de fidèles (+ 11,5 %) ; les évêques, de 4.541 à 5.002 ; les prêtres, de 405.178 à 409.166 ; les séminaristes, de 110.600 à 117.000. Ces chiffres sont en augmentation partout sauf en Europe occidentale et en Amérique du nord. Encore un chiffre, histoire de remettre un peu les choses en perspective : pendant le dernier demi-siècle, aux Etats-Unis, 54 prêtres ont été condamnés pour pédophilie. J’ai bien dit : 54.  

25/04/2010

Inculper le pape ?

 

Quand vous lisez dans la presse qu’un avocat américain veut inculper le pape dans l’affaire des prêtres pédophiles, sachez que c’est une vieille lune. Depuis 2003, plusieurs cabinets de lawyers américains (Marci Hamilton, Jeff Anderson, William MacMurry, etc) passent leur temps à recruter des anciennes victimes par voie de presse, à constituer des dossiers, à alimenter les journaux en "révélations", à exiger des diocèses des indemnités faramineuses, et… à vouloir inculper le pape. Comme le Foreign Sovereign Immunities Act leur interdit d’inculper un chef d’Etat, ils cherchent à prouver que le Vatican est d’abord une entreprise multinationale. A ce jeu, ces avocats ont déjà gagné des centaines de millions de dollars. Le bien-être des victimes étant, bien sûr, leur unique motivation.

17/04/2010

Pauvre Benoît XVI ! (suite)

 Au hit parade des élucubrations antipapistes véhiculées par la presse, l’article d’un certain Pierre Desjardins, prof de philo, dans Le Monde du 15 avril, bat des records. Jugez-en : 1) Le Vatican, figurez-vous, mène l’attaque contre le New York Times parce que ses propriétaires sont juifs. 2) C’est Benoît XVI, "quand il était cardinal" (!), qui a tenu à lever l’excommunication pesant sur l’évêque Williamson. 3) Le Vatican s’en prend aux juifs pas seulement parce qu’ils sont responsables de la mort du Christ, mais aussi parce qu’ils exigent la démission du pape. 4) Derrière cela, c’est la conception de la femme, associé au mal et au péché par le Vatican, qui est en cause. Etc, etc. Bien placé pour gagner le concours, celui-là…

16/04/2010

Pauvre Benoît XVI !

   Parmi les bêtises malveillantes diffusées par les médias à propos du pape, voici, texto, le dialogue entre Marek Halter et M.-O. Fogiel sur Europe 1, le 14 avril : «  Le pape actuel ressemble à Pie XII. Celui-ci n’était pas particulièrement antisémite, mais son objectif était la lutte contre le communisme, et il était prêt, pour cela, à s’associer aux nazis. L’objectif de ce pape-ci, il l’a annoncé à Ratisbonne, c’est l’islam : il est prêt à cacher tous ces scandales dans l’Eglise, il est prêt à s’associer avec des négationnistes, pour gagner la bataille contre l’islam. Et cette confusion que [le cardinal Bertone] a faite, croyant bien faire, en comparant les pédophiles et les juifs ! Les homosexuels et les juifs sont deux minorités persécutées, mais cela ne va pas ensemble ! 

   - Merci, Marek Halter ! »

   Oui, merci, Marek Halter !

11/04/2010

Les 5 ans de Benoît XVI

Cov Benoit XVI.jpgLa tempête qui a déferlé sur l'Eglise catholique à propos des prêtres pédophiles a totalement occulté, l'autre jour, le 5ème anniversaire de la mort de Jean-Paul II. Mais un autre 5ème anniversaire s'approche, c'est logique : celui de l'élection du cardinal Ratzinger, le 19 avril, sur le trône de saint Pierre. Espérons que les médias iront plus loin que la louche qu'ils vont remettre ce jour-là, immanquablement, à propos des affaires pédophiles. En quoi Benoît XVI se distingue-t-il de Jean-Paul II ? Pour ceux que le sujet intéresse, je recommande la lecture de Benoît XVI, le dernier pape européen (Perrin, 2006) !

07/04/2010

Benoît XVI : fin du coup !

 

 

Fin du coup. On replie les gaules. Le pape et les prêtres pédophiles, c’est fini ! Après quinze jours de simplisme moralisateur et vindicatif, voilà qu’arrive le temps de la réflexion et de la nuance : les premières analyses de fond, le succès inattendu de la pétition "Appel à la vérité" (dix-huit mille signataires), le début des réponses aux questions posées (mais pas toujours dans le sens jusqu’alors suggéré), etc. Pour les grands médias, c’est le temps du repli général. D’abord parce qu’on n’a "pas le temps" ou "pas la place" de relayer la nuance, la mise en perspective, la réflexion, la critique ; ensuite parce qu’il faudrait reconnaître ses torts, et les médias ont horreur de reconnaître leurs torts ; enfin, franchement, les rumeurs sur le couple Sarkozy, c’est quand même plus sexy, coco !

 

03/04/2010

Le pape dans le collimateur

Revu-et-corrige.jpgCe n'est pas la première fois que je me retrouve, dans les médias, dans la position d'un défenseur du pape. Ce n'est pas mon but mais quand il s'agit de rétablir la vérité, tant pis, j'assume - je l'ai fait chez Paul Amar, chez Yves Calvi, chez Dominique Souchier et ce n'est pas fini ! Il faut bien que quelqu'un souligne qu'en un an, Benoît XVI s'est fait violemment traiter de négationniste (l'affaire Williamson), d'obscurantiste (l'affaire de Recife), d'assassin (la petite phrase sur le préservatif), d'antisémite (l'annonce de la béatification de Pie XII) et maintenant de pédophile, et que cette accumulation finit par être suspecte. Quel responsable religieux (juif, musulman, bouddhiste) se retrouve si souvent, et avec tant de violence, dans le collimateur médiatique ?

28/03/2010

Pape : le syndrome du Watergate

C'est la chasse au scoop du siècle. Les médias sont surexcités. Depuis deux semaines, la traque est menée tous azimuts. Objectif : un Watergate apostolique ! En plus sordide : la pédophilie, c'est glauque. Qui seront les Woodward et Bernstein de la papauté ? Mieux que la démission de Nixon, la démission du pape ! Le top ! Alors on cherche du côté de la chorale que son frère dirigeait à Ratisbonne. En vain. On cherche en Allemagne, du côté de Munich, quand il était archevêque là-bas. On ne trouve rien de sérieux. Aucune photo du Panzerkardinal la main dans le slip d'un enfant de choeur ! Le New York Times, jaloux du Washington Post, met le paquet et explore la période où il était préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi. Les dates ne collent pas. Caramba, encore raté !

13/03/2010

Pédophilie : un tournant historique

Dans le dossier nauséabond des prêtres pédophiles, il ne faudrait pas occulter l’info principale : le pape Benoît XVI a mis fin, sans ambages, à la pratique qui consistait, pour l’Eglise, à régler les affaires de pédophilie "en interne". Décision historique : désormais, un acte pédophile est un crime, c’est clair, mais ne pas dénoncer un prêtre pédophile en est un aussi. Dure épreuve pour l’Eglise, salie par une poignée de prêtres immatures ou détraqués. Mais attention à la judiciarisation de nos sociétés : il est des directeurs de collèges, des proviseurs de lycées et des présidents de clubs sportifs, eux aussi habitués à régler ces affaires "en interne", qui risquent de se retrouver à leur tour, tôt ou tard, dans le collimateur médiatique…

 

14/02/2010

Pie XII versus Jean XXIII ?

jean-xxiii.jpgLa polémique sur Pie XII continue. Elle devient intéressante. Après Eric Zemmour sur RTL, Bernard-Henri Levy a récemment expliqué dans Le Point qu’il fallait combattre le simplisme et rétablir la vérité, aussi contrastée qu’elle soit, sur ce pape. Dans le Figaro de ce week-end, Alexandre Adler entre dans la danse. Il bâtit tout son papier sur le fait que la béatification de Pie XII "va bon train" alors que celle de Jean XXIII est "restée au point mort": n’est-ce pas révélateur du conservatisme réactionnaire de Benoît XVI ? A l’évidence, oui ! Sauf que Jean XXIII a été béatifié en septembre 2000 par Jean-Paul II. C’est un détail, une babiole, un rien du tout. Dans le dossier Pie XII, on ne va quand même pas s’embarrasser de l’exactitude historique !

 

04/02/2010

Discrimination à l'anglaise

Il n’y a pas qu’en France que le pape a "mauvaise presse". En Angleterre, où Benoît XVI doit se rendre en septembre, certaines gazettes accusent violemment le Saint Père d'avoir osé critiquer l’actuel projet de loi sur "l’égalité des chances" en discussion aux Communes. Il faut dire que ce projet, qui combat toutes les "discriminations", entend obliger les organisations religieuses catholiques et protestantes à recruter des homos, des transsexuels, des musulmans ou des athées. Egalité, quand tu nous tiens ! C’est comme si, chez nous, la Halde obligeait le Grand Orient à recruter, de temps en temps, une bonne sœur comme grand maître. Ou comme si la Cour Européenne des droits de l’homme imposait aux grands chefs français d’engager dans leurs cuisines un quota… d’Anglais. Enfin, non, là, ce serait vraiment too much...

28/01/2010

Du neuf sur Jean-Paul II ?

Je commence à lire, notamment sur le net, beaucoup de bêtises sur Jean-Paul II. Il se "flagellait", se "mortifiait", raconte-t-on comme si on nous avait caché, jusque-là que ce type était un illuminé. Karol Wojtyla était un mystique autant qu’un pasteur. Un "bloc de prière", disait André Frossard. Sa première vocation, pendant la guerre, c’était le Carmel. Il admirait le curé d’Ars qui usait lui-même de techniques pénitentielles de type monachiste. Wojtyla n’a jamais rien négligé qui le rapprochât de Dieu, y compris certaines pratiques spirituelles – jeûne, pénitences physiques – qui choquent la société confortable d’aujourd’hui par leur côté doloriste.. Et il a toujours voulu donner un sens à la souffrance, surtout vers la fin de sa vie. Cela n’en fait pas un cinglé façon Da Vinci Code

22/01/2010

Des critiques très énervés

Un ami m'a fait passer, pour le fun, un compte-rendu original de "Pourquoi le pape a mauvaise presse", rédigé par une dame évidemment anonyme et publié sur un site un peu bizarre intitulé Benoit-et-moi. Mon petit livre y est qualifié, tenez-vous bien, de "sirupeux et hypocrite", "très pernicieux", "insupportable", "indécent", "consternant d’incompréhension, de mauvaise foi et de sécheresse de cœur". Ouf ! N’en jetez plus ! A l’examen, cette hyperpapiste masquée et très énervée se réfère, en fait, à la critique d’un autre blog intitulé Metablog, dont le webmaster, également anonyme, fonde lui-même sa critique sur une interview que j’ai donnée à Famille Chrétienne : je  n'ose pas imaginer ce que je vais prendre dans la tronche quand tous ces gens-là auront lu le livre !

 

17/01/2010

 la synagogue de Rome

synagog-rome.jpgTrès beau discours de Benoît XVI à la synagogue de Rome. Pourquoi cette visite est-elle un événement ? Ce n’est pas la première fois que le pape allemand effectue pareille démarche (il l’a fait à Cologne et à New York). Mais la rencontre d’aujourd’hui s’inscrit dans la continuité de Jean-Paul II, dont la même visite, en 1986, avait été un tournant historique. Benoît XVI montre ainsi que le rapprochement avec les juifs n’était pas une lubie du pape polonais, mais qu’il s’inscrit désormais, avec ou sans polémiques, comme une tradition forte, irréversible, de l’Eglise catholique. Tant pis pour certains intégristes bougons : le retour en arrière, sur ce plan, n’est plus possible…

23/12/2009

Le Vatican communique...

federico-lombardi.jpgFederico Lombardi, le directeur de la Salle de presse du Vatican, a expliqué ce matin, citant Jean-Paul II : "En béatifiant un de ses fils, l’Eglise ne célèbre pas les choix historiques qu’il a faits". Il a rappelé que l’ouverture complète des archives, "légitimement demandée" par les Juifs, mais "techniquement complexe", demanderait encore "quelques années". Il a aussi précisé que "si les décrets sur les vertus héroïques des deux papes ont été promulgués le même jour, ils étaient complètement indépendants et ne déboucheraient pas sur une bénédiction simultanée". On dirait qu’au Vatican, le souci de communiquer commence à poindre…

21/12/2009

Des papes, des papes...

La polémique sur Pie XII attise les passions et occulte les vraies questions. A commencer par celle-ci, que j’entends rarement poser : les papes ont-ils raison de béatifier et de canoniser d’autres papes ? Imagine-t-on un conclave, de nos jours, qui élirait un pape qui ne soit pas un saint homme ? Ce serait une sacrée erreur de casting ! Ne pas faire preuve de sainteté, pour un pape, tiendrait de la faute professionnelle. Même s’il est vrai que les papes en question sont "élevés aux autels" pour des raisons qui ne tiennent pas à leur façon de gouverner de l’Eglise ! Sinon, pourquoi avoir canonisé Pie X, qui fut un saint homme mais un mauvais pape, et pas Pie XI, qui fut sans doute, avec Jean-Paul II, le plus grand pontife du XXème siècle ?

20/12/2009

Pie XII : savoir avant de juger

L’annonce de la prochaine béatification de Pie XII par Benoît XVI va donner lieu, comme d’hab, à un festival de bêtises, d'erreurs, d’inexactitudes, de légendes, de malveillances, de fantasmes, etc. Je renvoie ceux qui veulent savoir avant de juger à deux textes sur lesquels, je vous jure, j’ai passé beaucoup de temps : sur les "silences" de Pie XII, le chapitre 4 de mon livre Les Secrets du Vatican (Perrin, janvier 2009) ; et sur le renversement d’image du même Pie XII depuis les années 60, le chapitre 10 de mon autre livre Pourquoi le pape a mauvaise presse (Desclée de Brouwer, octobre 2009). Vous pouvez, bien sûr, encenser ou condamner sans rien connaître du dossier, mais alors, à quoi ça sert que Lecomte il se décarcasse ?

09/12/2009

Désarmante Frigide Barjot

Marc-Olivier Fogiel avait programmé, ce mardi matin, sur Europe 1, un petit moment d’antipapisme primaire, polémique et binaire, comme ceux que je décris dans Pourquoi le pape a mauvaise presse. Prétexte : le CD édité par le Vatican avec la voix "du père Noël…pardon, de Benoît XVI" (sic). Après l’inévitable blague homo sur les desseins de Dieu qui, comme Dave, sont "impénétrables" (re-sic), un journaliste de Charlie Hebdo a expliqué que ce disque ressemblant "à un lavabo qui se débouche" n’était que de la "propagande" destinée à "masquer les affaires de pédophilie en Irlande" (re-sic), etc. La routine. Et puis, stupeur : la désarmante Frigide Barjot enraye soudain cette mécanique anticléricale bien huilée en expliquant qu’il faut arrêter les fadaises sur le pape et qu’à Noël, les catholiques auront du plaisir à écouter le disque, tout simplement. Elle a cassé l’ambiance, Frigide. Pas sûr qu’elle soit réinvitée…

28/11/2009

Bruguière se trompe

Bruguière.jpgJ’ai du respect pour le juge Bruguière, et je ne doute pas que son livre Ce que je n’ai pas pu dire (Robert Laffont) aura du succès. Je signale simplement, pour ceux qui s’intéressent au fond des choses, que ce qu’il "révèle" de l’attentat contre Jean-Paul II, en 1981, ne tient pas la route :

   - la thèse d'un règlement de compte entre le GRU et le KGB n'est pas nouvelle, elle n'est pas totalement absurde, mais elle ne repose sur aucun commencement de preuve, et Jean-Louis Bruguière n'apporte pas le moindre élément concret :

   - son informateur, le dénommé "Ivanov" (dont on aimerait avoir le vrai nom) est un fonctionnaire bulgare de seconde zone, qui n'avait aucune chance d'être au courant d'une opération aussi importante.

Affaire à suivre.