Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2017

L'ère de la post-vérité

Trump1.jpgL’affirmation du porte-parole de Trump comme quoi il n’y avait jamais eu autant de monde à une investiture présidentielle est le signe que nous entrons, paraît-il, dans l’ère de la "post-vérité". Est-ce bien nouveau ? Vous avez remarqué qu’aucune vérité, fût-elle étayée, vérifiée, incontestable, absolue, n’a jamais fait changer l’opinion de quelqu’un qui ne pense pas comme vous ? A quoi bon la connaissance, puisqu’elle est balayée par l’entêtement, le sectarisme, l’idéologie ? A quoi bon le journalisme, puisque l’information ne pèse rien dans une conviction, et n’influe sur aucun raisonnement ? La nouveauté, c’est qu’on parle tranquillement de "post-vérité", ce match entre les faits avérés et les faits dits "alternatifs" (!) où c’est la barbarie qui gagne à la fin. Brrr.

23/01/2017

On change de monde

feministes.jpgEst-ce être réac de constater qu’on change de monde, et pas forcément en mieux ? L’autre soir, à la télé, le sympathique Julien Clerc racontait que son père était un grand bourgeois très exigeant et très cultivé, mais qu’enfant, il se détendait chez sa mère créole, dans un milieu très populaire où l’on écoutait, tenez-vous bien, des disques de Brassens, Brel et Barbara. Vu, le saut de civilisation ? Vous imaginez Cyril Hanouna programmer des chansons de Barbara ? De même, samedi, en voyant les manifestantes féministes anti-Trump se rassembler sous la banderole "Mon vagin t’emmerde !", je n’ai pu m’empêcher d’aller relire quelques pages de George Sand et de Colette…

22/01/2017

Brèves de comptoir

jean lassalle.jpgLa politique est cette discipline désopilante où chacun peut dire ce qu’il veut dès qu’il aperçoit un micro, sans que cela ait la moindre importance. Tiens, au hasard : Michèle Alliot-Marie, candidate à l’Elysée, sans rire, déclare qu’elle présidente, elle supprimera le droit de grève dans la fonction publique. Hop, chiche, d’un coup, comme ça ! Un autre exemple : invité chez Ruquier, hier soir, le député Jean Lassalle explique qu’aussitôt élu président, hop, il retirera fiça toutes les troupes françaises engagées à l’extérieur ! Ben tiens, puisqu’il vous le dit ! La France politico-médiatique ressemble trop souvent à un vieux troquet où quelques habitués refont le monde, le soir, après le quatrième pastis…

21/01/2017

Journalisme ou bavardage ?

LCI-Trump.jpgL’investiture de Donald Trump aura été un révélateur pour les chaines de télé : autant on peut constituer un plateau pour commenter les primaires du PS en invitant à peu près n’importe qui, autant un sujet rare ou complexe comme l’arrivée de Trump à la Maison Blanche demande davantage de rigueur : il faut des journalistes qui aient pris le temps de travailler le sujet, et des invités qui le connaissent à fond (comme Anne Toulouse, Laure Mandeville ou Nicole Bacharan). Fastoche ? Que nenni ! On a vu à quelques incidents, vendredi, sur LCI, sur BFM-TV ou sur France Info, que ce n’était pas si simple, et qu’il ne suffisait pas de réunir une poignée d'invités autour d’un animateur pour faire du bon journalisme…

20/01/2017

Trump, comme Mitterrand...

648x415_donald-trump-lors-investiture-20-janvier-2017-washington.jpgJ’ai écouté le discours inaugural de Donald Trump et beaucoup des commentaires ironiques, voire désobligeants, qui ont suivi son argument majeur, quand il lance à la foule : "Je veux vous rendre le pouvoir !" Je ne défends aucunement Trump pour lequel je n’ai aucune sympathie, mais pardon, excusez-moi, les gens de mon âge se rappellent que c’était exactement le slogan de François Mitterrand au premier tour des présidentielles de 1974 : "La seule idée de la droite : garder le pouvoir. Mon projet : vous le rendre !"  Et je ne me rappelle pas, à l'époque, avoir entendu les médias traiter Mitterrand de démagogue ou de populiste !

19:39 Publié dans Blog | Commentaires (4) | Tags : trump, mitterrand, populiste |  Facebook | | Lien permanent

18/01/2017

"On ne peut rien prévoir !"

primaires.jpgC’est la nouvelle mode dans les débats télévisés : "On ne peut rien prévoir, voyez ce qui s’est produit à droite avec Fillon, tout est possible !" Ce procédé rhétorique permet de dire tout et son contraire sans tenir aucun compte des réalités électorales. Résultat : à force de nier les chiffres donnés par les sondages (qui ne se trompent pas sur tout) et de rembarrer les journalistes spécialisés (il en reste qui vont enquêter hors périphérique), le petit monde politico-médiatique s’enfonce dans un obscurantisme désolant, où toute intelligence est bannie au profit de l’affirmation gratuite, de l’insulte, de l'imprécation, de la voix qui porte et du doigt mouillé !

17/01/2017

Une immense cour de récréation

politique.jpgLa France en crise ? Allons donc ! Avez-vous tenté de calculer ce que coûte à la collectivité publique l’incroyable activité politique, politicienne, partisane et électorale de notre vieille république ? Les assemblées parlementaires (et leurs chaînes de télé), l’excessif mille-feuille représentatif, le coût des élections nationales et locales, parfois un congrès ou un référendum, l’argent public destiné aux partis politiques, les indemnités des élus (pensez aux 36.000 maires et à leurs cent mille adjoints), les salaires des fonctionnaires affectés aux administrations en charge de tout cela, et tous les à-côtés qui font de la France une immense cour de récréation démocratique ! 

16/01/2017

Hamon, l'apparatchik gyrovague

benoit-hamon.jpgJe découvre dans Marianne la très significative carrière d’élu local du candidat Benoît Hamon. Natif du Finistère, assistant parlementaire d’un député de Gironde, cet apparatchik socialiste se présente aux législatives de 1997 à Auray (Morbihan), sans succès ; puis son ami Montebourg le propulse en 2004 sur la liste européenne du Grand Est (Alsace, Lorraine, etc) ; conseiller municipal de Brétigny-sur-Orge (Essonne), il sera élu en 2010 conseiller régional sur une liste du Val de Marne, puis, en 2012, député des Yvelines (où il devrait logiquement être battu en 2017). Bon ! En voilà un, au moins, qui connaît bien la diversité française !

00:05 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : hamon, député, apparatchik, 2017 |  Facebook | | Lien permanent

15/01/2017

Pas de question sur l'Europe ?

primaires-gauche.jpgQue le sujet de l’avenir de l’Europe ne soit quasiment pas abordé par les candidats aux présidentielles est un scandale. Pourquoi est-ce l’ex-ministre allemand Joschka Fischer qui pose, dans Le Point de cette semaine, les bonnes questions ? Fischer propose ainsi que la France et l’Allemagne se répartissent les deux responsabilités communes qui décideront, demain, de l’autonomie des Européens par rapport aux USA et à la Chine : la sécurité, point fort des Français, et l’économie, point fort des Allemands. D’accord, pas d’accord ? C’est la première question à poser, ce dimanche soir, au débat des primaires de la gauche ! La deuxième étant : et concrètement, vous allez faire comment ?

14/01/2017

Comme Giscard en 1974...

VGE-74.jpgComparaison n'est pas raison, certes, mais quand même. Emmanuel Macron est en train de ringardiser le PS (à gauche) exactement comme Valéry Giscard d’Estaing, en 1974, avait ringardisé l’UDR (à droite). VGE avait connu, lui aussi, ces ralliements successifs de parlementaires inquiets de leur réélection à venir, donnant l’impression d’une dynamique irrépressible. Macron manque de structures partisanes, comme le jeune Giscard en son temps, mais il incarne, comme lui, quelque chose de neuf. Il est aussi isolé par rapport au Parti socialiste que VGE l’était par rapport aux bataillons gaullistes, mais il est en train de provoquer le même effet de bascule. Je n’aimerais pas être le vainqueur de la primaire du PS le jour où, façon Chaban en 1974, il appellera à voter Macron !

13/01/2017

Auront-ils leur diplôme ?

primaires,ps,présidentielles,2017,de gaulleJ’avais déjà noté ici ce constat : de la génération Chirac-Fabius à la fameuse "promotion Voltaire", pour faire de la politique, il fallait avoir fait l’ENA ; dans la génération actuelle, il suffit de l’avoir raté. Le débat d’hier soir a bien illustré cette boutade : la primaire du PS ressemble à un oral du concours d’entrée à Sciences Po – lisse, sage, ennuyeux et approximatif. Comme si, pour diriger la France, il fallait avoir appris par cœur le Code du travail et le budget de l’Etat ! Alors que pour diriger la France, il faut avoir une vision, une méthode, une éthique, de la hauteur et de l’autorité. "L’intendance suivra", disait de Gaulle, qui s’y connaissait.

12/01/2017

Le journalisme mène à tout...

laurence-haim.jpg...à condition d'en sortir, disait naguère l'écrivain Jules Janin. Ma consœur Laurence Haïm, ex- correspondante de Canal + et de I-Télé aux USA, devient donc porte-parole d’Emmanuel Macron. Je rigole en entendant s’étrangler d'indignation Jean-Michel Apathie ou Guy Carlier (qui sont devenus des amuseurs publics, à égalité avec Roselyne Bachelot qui a fait le trajet inverse) ou Robert Ménard (qui a oublié qu’il fut journaliste). Faudrait-il condamner tous les Sérillon, Baroin, Lucbert, Baudis, Gerbaud, Cavada, Mamère et tant d’autres ex-confrères qui ont choisi la politique ? Eux, au moins, se sont coltinés à la vraie vie avant de prétendre améliorer celle de leurs concitoyens !

11/01/2017

Donald au pays des Soviets

Cosmos.jpgL’histoire de la sextape de Trump est confondante de banalité. Quelle personnalité visitant Moscou au temps de l’URSS ne s’est jamais vu aborder par quelque ravissante Nathalie au regard de braise ? Céder à la tentation, c’était évidemment s’exposer, tôt ou tard, à un chantage des plus classiques. Faut-il rappeler que Poutine, précisément, a commencé sa carrière en posant des micros et des caméras dans les grands hôtels de Leningrad ? Donald Trump est-il assez naïf pour penser que ces pratiques ont cessé la chute de l’URSS ? Ou bien, en 2013, s’en moquait-il royalement ? Maintenant, si c'est vrai, il va devoir affronter un ennemi plus redoutable que le KGB : le ridicule !

11:28 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : trump, kgb, sextape, moscou, poutine |  Facebook | | Lien permanent

10/01/2017

Plus c'est gros, plus ça passe ?

Royal-Taubira.jpgPourquoi les citoyens n’ont plus confiance dans leurs dirigeants politiques ? Parce que ceux-ci les prennent pour des débiles. Avez-vous entendu Ségolène Royal expliquer doctement que les critiques qu’elle a essuyées pour ses scandaleuses déclarations sur Fidel Castro étaient… sexistes ? C’est parce qu’elle est femme qu’on l’attaque ! On croirait entendre Christiane Taubira, il y a deux ans, accuser les adversaires de sa politique d'être... racistes ! C’est parce qu’elle est noire qu’on la critiquait ! Faut-il souligner que cette grossière malhonnêteté intellectuelle discrédite gravement le féminisme (le vrai) comme l’antiracisme (le vrai), et qu’elle donne de la politique (la vraie) une image pitoyable ?

09:34 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : racisme, sexisme, royal, taubira |  Facebook | | Lien permanent

09/01/2017

Le jour où le PS s'est suicidé

aubry-royal.jpgRegardé hier, sur France 2, le documentaire politique proposé par Laurent Delahousse. Revu ce moment terrible dans la vie du PS, dont tous les dirigeants d’aujourd’hui furent complices ou témoins. Dans la nuit du 21 au 22 novembre 2008, les amis de Martine Aubry ont bourré les urnes du congrès de Reims pour empêcher Ségolène Royal, d’extrême justesse, de prendre la tête du PS et de se préparer à la présidentielle de 2012. La triche est manifeste. François Hollande, premier secrétaire sortant, va-t-il ordonner de refaire l’élection ? Comme la fraude plombe définitivement la candidature de Ségo, il reste muet. Cette indignité est, en réalité, l’acte fondateur du quinquennat qui s’achève.

 

18:24 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : hollande, ps, aubry, royal, 2012 |  Facebook | | Lien permanent

08/01/2017

32 millions de followers !

pape tweet.jpgLe pape François et son entourage ont été eux-mêmes surpris par le succès des petites vidéos postées par le Saint Père à l’occasion de l’Année de la Miséricorde. Chaque intention de prière ainsi diffusée par le pape argentin fut regardée par 10 à 15 millions de personnes, sans compter les partages ! Sur Twitter, les messages du pape touchent 32 millions de followers : d’abord en espagnol (12 millions), en anglais (10 millions), en italien (4 millions), puis en portugais, polonais, latin, français, allemand et arabe. Que les tweets en français soient moins suivis que les tweets en latin (!) montre bien à quel point la France a quasiment disparu de cet univers-là…

16:12 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : twitter, pape, tweet, vatican |  Facebook | | Lien permanent

07/01/2017

Le patriotisme confisqué

pcf patriote.jpgPourquoi la France a-t-elle tant de mal à se définir (identité, culture, idées, histoire) dans le grand vent de la globalisation ? Parce que le Parti communiste n’est plus là, avec ses 30 % des voix, son appareil militant, ses dizaines d’associations et ses 70 journaux, pour défendre la "renaissance française", la Marseillaise et le drapeau tricolorecomme il le faisait dans les années 50, dressé sur ses ergots contre "l’impérialisme américain". Ce patriotisme-là, populaire, massif, viscéral, antieuropéen, c’est le FN qui l’a repris à son compte, un demi-siècle plus tard, et qui en a fait son fonds de commerce. Faudrait-il donc être coco ou facho pour être patriote ?

00:38 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : patriotisme, france, nation, pcf, fn |  Facebook | | Lien permanent

06/01/2017

Un président chrétien ?

de Gaulle-messe.jpgIls rigolent, les musulmans, en entendant les médias parisiens reprocher au candidat François Fillon d’avoir dit qu’il était "chrétien". Horreur ! Pourquoi pas zoophile, royaliste, mormon ou martien ? La référence à l’Evangile serait-elle devenue problématique dans ce pays où le Manifeste (de Marx) et le Petit Livre Rouge (de Mao) restent des fondamentaux, tout comme les écrits de Voltaire, les constitutions d’Anderson, les citations du Dalaï Lama et les discours de Castro ? Personne n’avait jamais fait ce curieux procès aux Jacques Delors, François Bayrou (qui charge Fillon, un comble), Jean-Pierre Raffarin, Edmond Michelet, Charles de Gaulle et tant d'autres qui n’ont jamais fait mystère, eux non plus, de leur foi ! Amis, le temps se gâte...

05/01/2017

Derrière les excès et les postures

valls-fillon.jpgSuite de mon blog d’hier. Si l’on veut bien prendre un peu de recul par rapport au pia-pia haineux et inculte qui caractérise aujourd’hui le débat public, on ne peut que donner raison à Giscard qui disait naguère : "La France souhaite être gouvernée au centre". Si l’on estime à 20-25 % le score de l’extrême-droite (le FN), et à 15-20 % le total de la gauche utopiste (trotskistes, PCF, Mélenchon, une partie des frondeurs), on retrouve en effet une grosse majorité "centriste" orientée plutôt à gauche (Valls, Macron) ou plutôt à droite (Bayrou, Fillon). Tout le reste est posture, excès, bêtise, cinéma, manip, dérision, artifice, copinage, calcul et télévision.

10:00 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : 2017, centre, giscard, fillon, valls |  Facebook | | Lien permanent

04/01/2017

Demandez le programme !

valls-1.jpgJ’ai écouté attentivement le discours-programme de Manuel Valls. Je suis frappé par une chose : à part trois phrases, dont deux l’attaquent personnellement, François Fillon aurait pu prononcer exactement le même topo. Même cadre général, même socle culturel, même contexte politique, mêmes valeurs fondamentales, même connaissance du réel, mêmes menaces sur l'avenir, même volonté de mieux faire ! Il est clair qu’un président de la République – sauf un extrémiste ou un irresponsable – n’a pas une grande marge de manœuvre sur les sujets fondamentaux : travail, Europe, sécurité, santé, école, culture, écologie. Et que ce n’est pas sur son programme, au fond, qu’on élit un président…