Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2017

Il est sympa, Poutou !

poutou.jpgIncroyable unanimité des commentateurs politiques, au lendemain du grand débat de mardi : "Poutou et Arthaud ont été rafraichissants", "enfin des gens du peuple s’exprimaient dans la campagne", etc, etc. D’abord, si mes estimés confrères lisaient le programme des deux jeunes trotskistes, ils sauraient qu’en tant que représentants de la presse bourgeoise, ils seraient les premiers à être virés de la télé en cas de victoire de l'un ou de l'autre ! Ensuite, savent-ils que la France est le seul pays du monde où deux groupuscules hyperminoritaires, tels des sectes surgies du passé, se réfèrent encore en 2017 au cinglé fanatique qui créa l’’Armée rouge en 1918 ?

05/04/2017

Grand débat, petits candidats...

grand-debat-les-11.jpgPas si mal maitrisé, ce débat à onze qui aurait dû tourner à la foire d’empoigne. On y a pérennisé un nouveau concept électoral, jusque-là réservé aux journalistes : tout dire en 1 minute 30 ! Il est vrai que les politiques s’expriment désormais par des tweets de 140 signes… Reste qu’on se demande ce que font là Cheminade, Asselineau et Lassalle. Et pourquoi il y a deux trotskistes sur le plateau, alors que Mélenchon appelle déjà à la lutte des classes. On a aussi vérifié que Dupont-Aignan et Hamon sont gentils, mais pas au niveau. Que Marine Le Pen est décidément désagréable. Et qu’il est bien difficile, sur le fond, de distinguer Fillon et Macron surtout sur des programmes émis en 1 minute 30 !

04/04/2017

François Fillon a un défaut

Fillon-Bourdin.jpgDepuis deux mois, au fond, les médias creusent, développent et moulinent la même information : François Fillon, un des principaux candidats à la présidentielle, a un défaut désolant, il est pingre ! Il gratte sur tout, il profite de tous les privilèges cachés qu’offre la vie publique ! Bon. J’ai bien connu deux éditorialistes célèbres (au Monde et à l’Express) qui souffraient de la même pathologie et que cela n’empêchait pas d’être de grands journalistes ! La question qui commence à émerger après deux mois de tohu-bohu médiatique, de condamnations morales et de régression intellectuelle, est celle-ci : le 23 avril, voterons-nous sur la pingrerie de Fillon ou sur l’avenir de la France ?

03/04/2017

Les giscardiens, 43 ans plus tard...

BB - Copie.jpgDepuis qu’elle s’est soudée un certain printemps de 1974, la famille giscardienne est restée, sinon unie (n'oublions pas le choc Chirac-Balladur ou la dérive du Modem), du moins globalement en phase : 95% de ses membres se disent toujours de centre droit, libéraux de cœur et pro-européens. C’est la première fois, en quarante ans, que je vois tous mes vieux camarades se diviser en deux parties à peu près égales, les uns ralliant Macron (A Madelin, M de Sarnez, X Chinaud, R Dutreil, etc), les autres soutenant Fillon (JP Raffarin, A Méaux, JJ et M Descamps, A. Poniatowski, G Longuet, etc) d’autres, nombreux, hésitant encore entre les deux. J’en tire une conclusion qui va énerver tout le monde : Macron et Fillon, sur le fond, ne sont pas si éloignés que cela !

02/04/2017

Pourquoi on ne les croit plus

touraine-bachelot.jpgPardon d’y revenir, mais le sujet est emblématique. Comment voulez-vous que les Français croient en leurs responsables politiques quand ils constatent qu’il leur faut désormais entre deux et trois mois pour obtenir un rendez-vous chez un gynécologue ou un ophtalmo, et plus d’une semaine pour consulter un généraliste ! Le problème de la désertification médicale, essentiellement démographique, n'est pourtant pas une surprise : faudra-t-il attaquer en justice les Marisol Touraine, Roselyne Bachelot, Philippe Douste-Blazy, Bernard Kouchner et tous les ministres de la Santé de ces vingt dernières années pour avoir été gravement incapables d’endiguer une dégradation aussi prévisible ?

01/04/2017

Un problème de crédibilité

identite-1.jpgPourquoi les Français ne croient plus en leurs hommes politiques ? Jeudi, vous avez entendu Macron, Le Pen, Fillon et les autres plancher sur la ruralité, déplorant à qui mieux-mieux la désertification de nos campagnes. Bravo ! Sauf que ce même jeudi, j’apprenais que la mairie de ma petite commune ne pourra plus délivrer de carte d’identité, pas plus que mon chef-lieu de canton ! Fini, ni-ni ! Trop cher, trop compliqué ! C’est comme pour les bureaux de poste, les maternités ou les gendarmeries : tant que les élus, de gauche et de droite, seront incapables de s’opposer aux administrations qui, d'autorité, transforment nos villages en déserts, les électeurs les prendront pour des bras cassés, voilà tout !

31/03/2017

Et vous, vous votez pour qui ?

loft-story.jpgJamais, à trois semaines d’un scrutin présidentiel, je n’ai rencontré autant d’amis, de parents, de connaissances ou de voisins qui ne savent pas encore pour qui ils vont voter ! Jamais ! C’est le signe que la vie politique est devenue dangereusement instable. Parce que sans références historiques, sans personnalité dominante, sans confrontation culturelle, sans perspective européenne, sans vision à long terme. La faute à qui ? D’abord à la génération sortante, qui n’a pas su empêcher les médias de réduire la politique, la vraie, l’utile, la noble, en une interminable et désolante émission de télé-réalité. Alors, en effet, voter pour Steevy ou pour Loana, franchement, on hésite…

30/03/2017

Baroin, quoi qu'il arrive ?

francois-baroin.jpgFrançois Baroin sera donc notre prochain premier ministre. D'abord, si François Fillon gagne l’élection présidentielle, c'est quasiment acquis. Mais je vous vois sourire : à trois semaines du premier tour, ce n'est pas l'hypothèse ! C’est plutôt Emmanuel Macron, le favori ! Et alors ? Vu que le jeune et sémillant président Macron ne parviendra pas à constituer une majorité parlementaire lors des législatives de juin, attendu que celles-ci seront très probablement remportées par Les Républicains alliés à l’UDI, je conclus qu'il y aura probablement cohabitation relative ou absolue (comme en 1993 et 1997). Et puisque Fillon, battu, se sera retiré de la vie politique, coucou, c’est Baroin qui sortira du chapeau et dirigera le gouvernement ! Cqfd !

29/03/2017

"Travailler, c'est trop dur..."

Hollande-714x476.jpgFrançois Hollande a fait une révélation bouleversante lors de son voyage en Asie du Sud-Est. Après son départ de l’Elysée, il n’exercera aucune activité dans le privé : "Je n’en avais pas avant, je n’en ai pas eu pendant, et je n’en aurai pas après". L’ex-apparatchik dont on soulignait que, de sa sortie de l'ENA à son élection, il n’avait jamais travaillé de sa vie, n’a donc aucunement l’intention de s’y mettre dans l’avenir. Au moins, il est cohérent. Et fidèle à ce que disait de lui Ségolène Royal, qui l'a bien connu, en septembre 2011 : "Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose que François aurait réalisée en trente ans de vie politique ?" Travailler pour gagner de l'argent ? Pouah !

28/03/2017

Les femmes et les éléphants d'abord !

Hollande-Macron.jpgSi tant de centristes hésitent à rallier Emmanuel Macron, c’est qu’ils ont peur d’y retrouver tous les ministres, conseillers et fidèles de François Hollande qui entourent déjà le seul candidat capable de les sauver de la noyade : Jean-Yves Le Drian, Barbara Pompili, Patrick Kanner, Thierry Braillard, Bernard Poignant, Jean-Pierre Mignard, François de Rugy, en attendant Ségolène Royal, Stéphane Le Foll, Harlem Désir et Jean-Vincent Placé, tous les responsables de ce quinquennat catastrophique montent, un par un, dans cet esquif improbable où rament déjà les Delanoë, Kouchner, Castro, Bergé, Minc, Hue et autres Attali. Ce n‘est ni un radeau de la Méduse ni une arche de Noé : c’est un canot de sauvetage accroché au flanc du Titanic !

13:42 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : macron, hollande, centre, hue, bergé |  Facebook | | Lien permanent

27/03/2017

Ma contribution au débat

165_gNL___duel-politique-jusqu-ou-peut-aller-emmanuel-macron_x240--xs.jpg"Laissez-moi parler ! Je ne vous ai pas interrompu ! Vous avez tort ! Ne m’interrompez pas ! Vous savez que j’ai raison ! Ne me coupez pas la parole ! Laissez-moi finir ma phrase ! J’ai raison et vous êtes un menteur ! Laissez-moi vous répondre ! Vous n'avez pas le droit de dire cela ! Les Français ne sont pas dupes ! Vous ne m’avez pas répondu ! C’est faux ! Faux ! Faux ! Je vous ai laissé parler ! Les sondages se trompent, vous le savez bien ! Vous n’avez pas toujours dit cela ! Tout le monde sait que vous ne dites pas la vérité ! Les Français trancheront !" Voilà. C’était ma contribution au débat de fond sur les sujets essentiels qui intéressent prioritairement les Français dans une période de crise, etc, etc.

26/03/2017

Le livre qui faillit devenir un best-seller

Livre-Hassoux.jpgDans cette campagne sinistre, il y a parfois de vrais bons gags. Ainsi jeudi soir, quand François Fillon cite le livre Bienvenue Place Beauvau (édité chez Robert Laffont) pour expliquer qu’il y a bien, autour de François Hollande, "une structure clandestine", "une mécanique complexe et redoutable" (je cite le livre) qui espionne, traque et déstabilise les ennemis politiques du président : à peine le livre est-il cité qu’un des trois auteurs, Didier Hassoux, journaliste au Canard Enchaîné, réagit aussitôt en niant avoir révélé quoi que ce soit, assurant n’être pas parvenu à prouver tout ça, etc. Bref, le livre est nul, il n’y a rien dedans, aucune révélation, inutile de l’acheter ! Rigolo, non ? Ils ont dû être contents, chez Robert Laffont !

25/03/2017

Christine Angot, ministre de la culture ?

Angot.jpgVu les réactions à la prestation de Christine Angot, jeudi soir, face à François Fillon ? Le candidat de la droite cherchait depuis des semaines à "relancer sa campagne". Cette dame en furie, mal élevée, totalement injuste et limite facho lui a permis de le faire ! Par ses insultes gratuites, par son discours incohérent, par sa violence infantile, elle a donné à Fillon l’opportunité de commencer sa remontée dans les sondages – à elle seule, à première vue, elle lui a permis de récupérer 2 à 3 % des intentions de vote. Si Fillon devient président de la République, ce sera en partie grâce à Christine Angot. Mais, allez savoir pourquoi, il n’est pas sûr que Fillon lui offre, en retour, le ministère de la culture…

24/03/2017

Un petit calcul insidieux...

campagne.jpgPetit calcul insidieux. Commençons par éliminer les 25 % des Français qui n’ont pas le droit de vote, essentiellement les enfants. Sur le restant, soit 75 % de la population, mettons de côté les 25 % d’électeurs qui voteront FN les yeux fermés. Ajoutons-y les 30 % d’électeurs qui, selon le livre de Brice Teinturier, n’en ont "plus rien à foutre". Au doigt mouillé, enfin, évaluons à 20 % les électeurs qui votent d’habitude mais qui hésitent et qui, écœurés par les affaires, resteront chez eux. A-t-on bien mesuré que tout le cirque électoral, le spectacle politique, les tonnes de journaux, les milliers d’heures de télé et de radio, les meetings, les débats, la campagne, tout ça… ne concerne même pas 20 % de nos compatriotes ?

23/03/2017

Mélenchon réunira une Constituante !

constituante.jpgLe plus rigolo des programmes en lice, c’est celui de Jean-Luc Mélenchon : on réunit une Constituante, et puis on voit ce que veut le peuple ! Evidemment, personne n’ose lui rappeler qu’outre l’expérience française de 1789, il y a eu deux précédents dans l’histoire : 1) En janvier 1918, en Russie, les bolcheviks ont fait élire une Constituante, comme ils l’avaient promis, mais comme ils y étaient minoritaires, ils l’ont brutalement dissoute, et basta ! 2) Après janvier 1959, à Cuba, Fidel Castro avait promis de réunir, lui aussi une Constituante… mais, c’est ballot, elle n’a jamais été convoquée ! Quelqu’un peut-il rappeler aux électeurs de Mélenchon ce qu’il est advenu ensuite de la Russie et de Cuba ?

22/03/2017

Un scénario machiavélique

fillon.jpgComme dans un polar, on retient son souffle. D’un côté, plus l’échéance présidentielle se rapproche et plus François Fillon apparaît, qu’on l’aime ou non, comme le candidat qui tient le mieux la route sur les grands sujets (diplomatie, sécurité, dette, chômage, social) et qui offre la meilleure garantie de stabilité politique après les législatives. De l’autre, plus le Fillon bashing s’amplifie, sature la campagne et étouffe le débat de fond, plus les "révélations" de presse s’accélèrent, plus les juges "élargissent" leurs investigations à grand renfort de tamtam ! Que va-t-il rester de Fillon dans un mois ? Machiavélique, le scénario ! Insoutenable, le suspense ! J’ajoute, vite fait, excusez-moi : totalement occulté, l’intérêt de la France !

21/03/2017

Un débat stupéfiant

candidats.jpgEt soudain, hier soir, sur TF1, une vérité est apparue, stupéfiante, que nous avions tous oubliée : la France est un pays politiquement adulte. Quand on arrive à l’extirper des polémiques subalternes, des coups fourrés, des insultes obsessionnelles et des haines viscérales, le débat électoral devient intéressant, contrasté, raisonnable, et même intelligent ! Cinq dirigeants polis et responsables qui s’écoutent, qui se répondent – en respectant une règle du jeu difficile – et qui expliquent leurs programmes de façon généralement claire et compréhensible, voilà qui nous redonnerait plutôt le moral. Mais, fichtre, pourquoi ce débat n’a-t-il pas eu lieu en janvier ou en février ?

20/03/2017

Gardez-moi de mes amis...

JP Mignard.jpgOn n’écoute jamais assez les entourages. Ainsi n’est-il pas inutile de prêter attention aux propos de Jean-Pierre Mignard, avocat, meilleur ami de François Hollande, très lié à Jean-Pierre Jouyet, Jean-Yves Le Drian, Ségolène Royal et autres Stéphane Le Foll, le noyau dur de la Hollandie. Tous ces gens-là, officiellement ou non, soutiennent Macron. Mignard, qui soutient aussi Macron, bien sûr, a ingénument expliqué – dans une interview publiée mardi dernier – que l’objectif de celui-ci était de "créer un grand parti démocrate et progressiste" et que dans la nouvelle majorité, "Hollande sera évidemment appelé à jouer un rôle important". Oups. La gaffe. L'aveu qui tue. Gardez-moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge !

09:51 Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | Lien permanent

19/03/2017

Explosée, la droite ?

fillon-et-juppe.jpgExplosée, la droite ? Oui, et alors ? La droite serait-elle plus divisée au temps de Juppé et Fillon qu’à l’époque de Thiers et Lamennais, Boulanger et Pétain, Maurras et Tardieu, de Gaulle et Pinay, Bayrou et Sarkozy ? Depuis la fameuse distinction réalisée à Versailles le 28 août 1789, la droite a regroupé d’abord les ennemis de la Révolution (jusqu’à la monarchie de Juillet), puis les gens hostiles à la République (jusqu’en 1914), puis les adversaires du socialisme (jusqu’à nos jours). Mais depuis que la gauche moderne, de Fabius à Macron, s’est ralliée à l’entreprise, à la nation et à la sécurité, il est clair que la droite a perdu, forcément, de sa cohérence. Car elle n'existe, en vrai, qu'en s'opposant à la gauche !

 

10:12 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : droite, gauche, fillon, juppé, lr |  Facebook | | Lien permanent

18/03/2017

Eclatée, la gauche ?

melenchon-hamon.jpgBeaucoup d’électeurs de gauche, aussi sincères que naïfs, regrettent que Hamon et Mélenchon n’aient pas fusionné leurs listes. C’est méconnaître ce qui divise irrémédiablement la galaxie socialiste depuis… depuis son apparition au XIXe siècle ! Faut-il rappeler ce qui opposait Bernstein et Marx, Plekhanov et Lénine, Jaurès et Cachin, Blum et Thorez, Mollet et Duclos, Mitterrand et Marchais ? Aujourd’hui, le PCF est moribond, mais le clivage reste vif, à gauche, entre les partisans de l’appropriation collective des moyens de production et ceux qui ont compris que l’économie de marché était le pire des régimes économiques à l’exception de tous les autres. Ces deux positions étant, de fait, irréconciliables !