Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2014

La diversion régionale

Régions.jpgRegrouper les régions française, très bien. Mais Hollande y croit-il vraiment ? La désinvolture avec laquelle il a parlé de l’institution régionale pendant sa conférence de presse augure mal de l’intérêt qu’il porte, au fond, à la réforme territoriale : "Et puis il me semble même avoir été un temps conseiller régional..." Bonjour l'enthousiasme ! Quant à son premier ministre, il a retrouvé le soir même les accents qu’il avait quand il était maire de Nantes : regrouper les régions, oui, mais pas question de réunir la Bretagne et les Pays de Loire ! Bonjour le volontarisme ! Voilà une réforme très, très mal partie…

10:25 Publié dans Blog | Tags : régions, ayrault, réforme | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

16/01/2014

La Bourgogne-Franche-Comté pour les Nuls

Couv.Bourg-PLN.JPGVous avez entendu François Hollande, mardi, sur le regroupement des régions ? Vite, vite, dépêchez-vous d’acheter La Bourgogne pour les Nuls tant que la Bourgogne n’a pas fusionné avec la Franche Comté ! Mais non, je rigole : ce n’est pas parce que le Président a ressuscité ce vieux serpent de mer politicien qu’il faut le prendre au sérieux. Toute réforme qui conduit à réduire le nombre des élus locaux, en France, est condamné à l’échec à cause… des élus locaux, qui ne sont évidemment pas d’accord. Et pourtant, il serait tellement, tellement logique de regrouper la Bourgogne et la Franche-Comté !

31/01/2013

Diviser les hommes ou les rassembler ?

 alsace.jpgAu fond, il n’y a qu’une alternative en politique : diviser les hommes ou les rassembler. Pendant que la nation se désagrège à propos du mariage homo et alors que le PS entend dynamiter le découpage cantonal du pays avant les élections de 2014, il est des élus de la République qui, eux, font avancer les choses dans le bon sens. En Alsace, après de longs et difficiles palabres, le Conseil régional et les deux Conseils généraux se sont mis d’accord pour créer un Conseil d’Alsace unique remplaçant les trois assemblées actuelles. Le 7 avril, les Alsaciens seront consultés là-dessus par référendum. Tout laisse penser qu’ils diront oui. Il y aurait donc des raisons de ne pas désespérer de la politique ?

08/03/2012

Touchez pas au mille-feuilles !

régions.jpgLe discours prononcé à Dijon par François Hollande sur la décentralisation n’a pas eu beaucoup d’échos. Pas sexy, pas people, pas parisien ! Dommage. J’en retire, moi, qu’il n’est plus question de supprimer le département ni de diminuer le nombre des communes : les 400.000 élus locaux, c’est sacré ! Le PS veut même créer deux bidules en plus – un "haut conseil" des territoires et une "conférence" des exécutifs locaux. Non seulement on ne simplifie pas le fameux "mille-feuilles", mais on augmente encore le dispositif bureaucratique ! Gaston Defferre, reviens, ils sont devenus fous !

13/02/2012

La dette dans le sable

autruche.jpgComme il fallait s’y attendre, vendredi, la grande conférence tenue à l’Elysée sur les finances locales a fait pschitt ! Aucun intérêt. Trop compliqué. Pas sexy. Alors que le sujet est crucial si l’on veut que la France rembourse ses dettes ! Depuis 1998, les collectivités territoriales – gauche et droite confondues –- ont créé 450.000 nouveaux postes de fonctionnaires, en sus de ceux qu’impliquaient les transferts de compétences légaux. C’est énorme. Heureusement,  elles sont moins endettées que l’Etat. Mais quand même : il va bien falloir dégraisser aussi ce mammouth-là. Personne, apparemment, n’a envie de savoir comment.

23/06/2011

Le livre perd du terrain

Salon Lyon-0.JPGDans l’indifférence des responsables politiques de tous bords, le monde de l’édition se rétrécit comme peau de chagrin. Dernière mauvaise nouvelle : le salon "Place aux livres", qui réunissait à Lyon chaque automne des dizaines d’éditeurs régionaux, a rendu l’âme, lui aussi. Pour les Editions de Bourgogne, par exemple, c’était un rendez-vous professionnel majeur. Mais qui s’en soucie ? Il ne faut pas être bien malin pour observer qu'en région, le livre, la littérature, l’édition, tout ça, cela rapporte tellement, tellement moins de voix que le cinéma ou le sport !


12/11/2010

La guerre du rail

ter.jpgCurieux comme les médias occultent les infos qui dérangent. Qui parle, aujourd’hui, de la guerre engagée entre l’Etat et les Régions pour savoir qui va financer les retraites très spéciales des cheminots ? Depuis février 2007, les Conseils régionaux, responsables des TER, doivent ponctionner grave leurs recettes fiscales pour que les employés de la SNCF continuent de partir en retraite à taux plein à partir de 52 ou 55 ans. Ce qui est quand même, en ces temps de réforme des retraites, un peu fort de café. Et voilà que les Régions se rebiffent, une à une, et suspendent le paiement de ces privilèges anachroniques. Cela devrait faire du schproum, non ?

 

 

24/09/2010

A propos des cheminots

TER.jpgCertains d’entre vous me trouvent un peu sévère envers les cheminots. Je me suis peut-être mal exprimé, alors je dis les choses autrement : 1) Je n’ai rien contre les agents de la Sncf, j’en ai même épousé un. 2) Et je suis farouchement pour le droit de grève. 3) Mais est-il juste que des dizaines de milliers d’honnêtes travailleurs bourguignons, notamment ceux qui triment encore à 61, 62 ou 63 ans, voient ponctionner leurs impôts régionaux (5 millions d’euros par an, ce n’est pas rien) pour financer la retraite d’une corporation qui cesse de travailler à 52, 53 ou 55 ans ? Et est-il juste que ce soit cette catégorie-là, justement, qui bloque les transports en Bourgogne et empêche de travailler… ceux-là même qui, à la sueur de leur front, financent leurs retraites ?

14/06/2010

Autre réforme, autre entourloupe

 

Voilà encore une entourloupe ahurissante. La fusion des conseillers régionaux et généraux en "conseillers territoriaux" uniques à partir de 2014 visait notamment à réduire le nombre des élus locaux de 6.000 à 3.000. Mais voilà que les députés, le 8 juin, ont décidé que les conseillers territoriaux, finalement, siégeraient tous au niveau départemental et au niveau régional. Cet amendement subreptice change tout. En Bourgogne, par exemple, cela fera passer le nombre des élus régionaux de 57 à... 135 ! Ce qui coûtera beaucoup plus cher au contribuable : en indemnités d'élus, en gestion administrative, en formation, en personnels, etc, Il faudra même construire de nouveaux "hôtels de Région" plus spacieux que les bâtiments actuels. Une belle gabegie en perspective. De Gaulle, reviens, ils sont devenus fous !

 

11/06/2010

L'édition loin de Paris

 

 

LaCroix.jpgSurprenant papier, dans La Croix d’hier, sur "Les régions, valeurs sûres de l’édition". Il a fumé quoi, le journaliste qui a fait ce titre ? Je crois connaître un peu le sujet, et j’affirme qu’à part une ou deux régions, dont l’Alsace, au passé et à la culture spécifiques, ce titre général est très, très éloigné de la réalité. En Bourgogne, où le seul coût de la diffusion des livres plombe toute entreprise éditoriale, AUCUN des trente éditeurs régionaux ne vit de sa production ! L’une des raisons est toute simple : j'ai pu mesurer, depuis quatre ans que j'anime les Editions de Bourgogne, qu'un tel intitulé interdit à vos livres l'accès aux colonnes de la grande presse parisienne. Y compris, hélas, dans les pages littéraires de… La Croix !

 

04/03/2009

Bourgogne et Franche-Comté

Réunir la Bourgogne et la Franche-Comté pour en faire une région à la taille européenne ? La SNCF, les Caisses d'Epargne, etc, l'ont fait depuis longtemps. La proposition fait débat. Évidemment, les élus des deux régions sont contre, à commencer, on s’en doute, par les présidents des deux conseils régionaux (Patriat, Dufay). Mais les anciens élus, ceux qui n’ont plus de siège à perdre dans l’aventure (Soisson, Perben, Bodineau, etc), trouvent que l’idée n'est pas mauvaise, quoique difficile à réaliser. Pourquoi difficile ? Parce que la fusion de l’ancien Duché de Bourgogne avec l’ancien Comté de Bourgogne ne peut se faire contre l’avis des élus bourguignons et franc-comtois. Et que tous ces élus ont, par définition, un siège à perdre dans l’aventure. Ils s’opposeront donc à la fusion. Le mille-feuille se mord la queue.

25/02/2009

Regrouper les régions ?

Je ne comprend pas bien la méthode Balladur : fallait-il vraiment lancer la réforme des collectivités locales en provoquant les inévitables et vaines polémiques sur la réduction du nombre des régions ? Regrouper les deux Normandies, rattacher la Défense à Paris, démanteler la Picardie et le Poitou-Charente, réunir la Bourgogne et la Franche-Comté, c'est sûrement très bien, mais c'est aussi le meilleur moyen de noyer les vrais sujets dans des protestations indignées et irrationnelles sur l'identité picarde ou la Bourgognitude ! La clef est toujours la même : si cela mène à réduire sensiblement le nombre des élus, tant mieux ! Mais c'est justement ce que l'Etat n'obtiendra jamais des... élus ! Il ne se passera donc rien. Les Picards peuvent ranger leurs fourches.

16/05/2008

Ni pour, ni contre...

Pour les 15 ans de sa boîte de com, le publicitaire Laurent Rebeyrotte, basé à Autun, au coeur du Morvan, a donné une fête à l’ombre de la cathédrale Saint-Lazare, hier soir. Il a notamment monté un débat surréaliste sur le thème Ni pour, ni contre, bien au contraire ! Avaient accepté de traiter ce thème - aussi inattendu que décalé - le maire de la ville, un important syndicaliste agricole, un journaliste et... l'évêque d'Autun, Mgr Rivière. Surprise : ce fut passionnant ! Alors que le déconcertant intitulé rappelait furieusement cette vieille devinette qui a servi d’introduction :
- Quelle est la différence entre un corbeau ?
- Il a les deux pattes pareilles… surtout la droite !

04/02/2008

Regroupons plutôt les régions

Plutôt que de rêver à une suppression des départements aujourd’hui utopique, et en sus de la suppression des petites communes déjà évoquée dans ce blog, il serait bien plus réaliste de regrouper les régions françaises afin de leur donner une taille européenne viable. Sans redessiner toute la carte, par souci d’efficacité, on pourrait commencer par regrouper les deux Normandies, c’est la moindre des choses. Puis, sans grand tracas, réunir l’Alsace et la Lorraine. Et, aussi fastoche, l’Auvergne et le Limousin. Rien n’empêche de réunir ensuite la Bourgogne et la Franche-Comté (la Sncf, France 3 et les grandes banques l’ont déjà fait). J’entends déjà les élus régionaux expliquer que ce n’est pas possible. Pourtant, on économiserait beaucoup d’argent. Et, pour sûr, nombre d'élus régionaux.

11/12/2007

Service minimum

A propos des nouvelles menaces de grèves de trains, où en est le "service minimum" promis par Sarko et Fillon pour le mois prochain ? Réponse : nulle part. Pour une raison simple : les cheminots bloquent très rarement les Thalys et autres Eurostar, peu les TGV, mais beaucoup les TER (transports express régionaux). Or les TER sont sous la responsabilité des conseils régionaux. Et 20 régions sur 22 sont dirigées par des présidents socialistes, qui, en plus, ont souvent confié les transports à un vice-président communiste ! Vous imaginez Ségolène Royal en Poitou-Charente, ou Jean-Paul Huchon en Ile-de-France, obliger les cheminots CGT à faire rouler des trains sous la menace des CRS ? Le train de l’hypocrisie est en marche. Et celui-là, il roule !

03/10/2007

La Bourgogne amputée

7ce1f440462bdb4c6ddd0ec325efac81.jpgBourgogne Magazine met la clef sous la porte. C'est un nouveau recul de la presse écrite, mais c'est surtout une très mauvaise nouvelle pour la Bourgogne : ce magazine de terroir (et de qualité) était un des rares liens fédérant les quatre départements de cette immense région qui va de la banlieue de Paris à celle de Lyon. Pas très solidaire, la région Bourgogne. Les collectivités publiques savaient que la publication battait de l'aile : personne n'a levé le petit doigt. Le conseil régional de Bourgogne, qui dépense des millions en communication, n'avait même pas abonné ses propres services à la seule publication de la région qui fût vraiment "bourguignonne". On ne va quand même pas aider une entreprise privée ! Quand les élus locaux parlent de dynamisme, de convivialité, de culture et de solidarité, je me marre.