Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2017

Dernier regard sur 2017

noel Langon.jpgL’année 2017 s'est terminée par un conte de Noël plutôt désolant. A Langon (Gironde), une petite centaine d’écoliers avaient été invités au cinéma Le Rio pour y voir le film d'animation américain "L'Etoile de Noël"… quand leurs institutrices, en pleine projection, ont découvert qu’il y était question de Marie et Joseph, de la naissance de Jésus dans une crèche, etc. Juste ciel ! Panique à bord ! Les enseignantes affolées ont aussitôt interrompu le film et, de toute urgence, évacué les enfants ! On imagine que le préfet du coin, le jour même, a installé une cellule de crise psychologique pour faire face au traumatisme de ces pauvres gosses…

23/12/2017

Les urgences, à quoi bon ?

province,ruralité,hopitaux,BourgogneCe type d’info atteint rarement les grands médias parisiens. Dans mon coin de Bourgogne, l’angoisse gagne des dizaines de milliers de braves gens, qu’ils soient âgés, malades ou parents : il semble que l’Etat s’apprête à fermer les urgences de nuit dans les Centres hospitaliers de Tonnerre et de Clamecy comme cela a déjà été fait à Montbard. C’est la panique dans nos campagnes. Ils marchent sur la tête, là-bas, à Paris ! Quel technocrate peut prétendre, sans rire, que ces fermetures sont un progrès ? Or, c’est à ces décisions-là que se jauge l’avenir de nos provinces… et, au passage, le score qu’y réalisera demain le Front national !

22/12/2017

Le peuple a-t-il toujours raison ?

la-catalogne.jpgLe vote catalan force à réfléchir sur le fondement de nos démocraties, à savoir le suffrage universel, généralement considéré comme sacré. A-t-on le droit de s’interroger sur un mécanisme institutionnel qui oblige le Royaume Uni à quitter bêtement l’Union européenne, qui démantibule dangereusement l’Etat espagnol, ou qui porte un Donald Trump à la tête des Etats-Unis ? Peut-on poser comme hypothèse, ô scandale, que le peuple n’a pas toujours raison ? Et que la démocratie n’est rien sans la culture qui éclaire les électeurs, l’information qui nourrit le débat public et la vertu qui fait passer le bien commun avant les intérêts et les passions ?

21/12/2017

C'est mineur, le fond !

delahousse.jpgA force de privilégier la forme sur le fond, de ne s’intéresser qu’aux détails, de se repaître de polémiques futiles, les medias ne font plus leur travail. Pendant deux jours, ils ont disséqué, commenté et critiqué la façon dont Laurent Delahousse a interviewé Emmanuel Macron dans les salons de l’Elysée : au final, vous savez ce que le chef de l’Etat a annoncé ce soir-là, vous ? Pendant deux jours, les mêmes médias ont disséqué, commenté et critiqué l’organisation et le coût du voyage officiel du Premier ministre en Nouvelle-Calédonie : au final, vous savez si ce territoire français est plus près de l’indépendance que de la guerre civile, vous ?

20/12/2017

Au-delà des polémiques imbéciles...

contradictions,médias,immigrés,antiracisme,chômageEt si, au lieu de polémiquer du matin au soir sur des tweets imbéciles, on s’attachait à résoudre les trois principales contradictions de notre époque ? 1) Plus le nombre d’immigrés augmente, plus le score de l’extrême-droite est important : comment concilier ouverture aux autres et responsabilité politique ? 2) Plus l’antiracisme se fait virulent dans les médias, plus le racisme progresse dans la société : comment concilier vigilance démocratique et progrès humaniste ? 3) Plus on fait appel aux technologies numériques, plus le chômage augmente : comment concilier efficacité économique et paix sociale ?

19/12/2017

Le Brexit, une belle leçon !

71x2a7z0uRL__SY524_.jpgL’affaire du Brexit tourne au cauchemar pour les Britanniques, qui sont de plus en plus nombreux à regretter leur vote du 23 juin 2016. Chacun se rappelle avec amertume ce référendum en fanfare où les arguments des souverainistes, notamment ceux de l’UKIP (le FN britannique), volaient bas. Il n’y a d’ailleurs plus personne, à Londres, pour les assumer ! Mensonges, trucages, insultes, populisme, simplisme et démagogie : le Royaume Uni a fait la démonstration que la démocratie directe, quand elle tourne à la castagne, peut mener aux pires catastrophes politiques. Ce serait bien de garder en tête cet exemple navrant…

18/12/2017

Mai 68 : rien d'officiel !

Mai 68.jpgIl semble que la décision soit définitive : il n’y aura pas, l’an prochain, de commémoration officielle des événements de mai 68. Déception ! J’aurais tant aimé voir, dans la cour de la Sorbonne, encadré par les Gardes républicains, un parterre d’ex-gauchistes septuagénaires ayant troqué le rouge de leurs drapeaux contre celui de leur Légion d’honneur, venus écouter sagement le jeune président Macron, flanqué de Daniel Cohn-Bendit, rappeler comment, aux cris de "CRS SS !" et sous les portraits de Trotski et Mao, quelques manifs échevelées ont abouti à un raz-de-marée gaulliste aux législatives de juin. Dommage, vraiment !

22:56 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : mai 68, cohn-bendit |  Facebook | | Lien permanent

17/12/2017

Terreur médiatique

Les-Z-Amours-Quand-Tex-derape.jpgBoosté par le féminisme radical, le "politiquement correct" vire à la terreur médiatique. Ainsi, pour avoir sorti dans une interview une mauvaise blague sur les femmes battues, l'humoriste Tex, qui anime l’émission "Les Z’Amours" depuis 17 ans, vient d’être brutalement licencié par France 2 ! Et chacun a pu voir, hier, sur TF1, lors de l’élection de Miss France, les pathétiques séquences où les miss, sur un texte laborieusement rédigé par la production, jurent qu’elles sont contre les violences faites aux femmes ! Je tiens d’ailleurs à assurer solennellement ici que je suis résolument contre toute forme de harcèlement sexuel – après tout, je ne sais pas qui lit mon blog !

16/12/2017

Compliqué, le passé simple ?

langue,grammaire,école,enseignementLu dans "Le Point" que le passé simple allait disparaître de l’enseignement du français au collège. Trop compliqué, trop ringard. Le problème, évidemment, c’est que la littérature française en est truffée, car le passé simple introduit une nuance de temps que n’exprime ni l’imparfait ni le passé composé. Il y aura donc, demain, deux catégories d’élèves : les crétins, auxquels il ne sert à rien d’enseigner toutes les richesses de la langue française, et les élites, qui auront eu le privilège d’apprendre le passé simple, le subjonctif et toutes ces sortes de choses étranges qu’à l’école primaire, naguère, nous apprîmes.

15/12/2017

La Bourgogne change de visage(s)

larrivé-lemoyne.jpgSpectaculaire rajeunissement du côté du parti LR. Il confirme, sur le terrain, le changement de génération qui a suivi l’élection de Macron. Ainsi en Bourgogne, alors que s’estompent doucement les silhouettes de Jean-Pierre Soisson (89), François Rebsamen (21) ou Arnaud Montebourg (71), il faut désormais compter, du côté de Macron, avec Jean-Baptiste Lemoyne (89) et Benjamin Griveaux (71) et, du côté de LR, avec Guillaume Larrivé (89) et Gilles Platret (71), sans oublier le député européen Arnaud Danjean (71) et quelques autres jeunes pousses en devenir. Voilà qui ne nous rajeunit pas.

14/12/2017

Un gâchis historique

zadistes.jpgL’affaire Notre-Dame-des-Landes est pliée. Entre plusieurs mauvaises solutions, Macron va choisir la moins pire : on va développer l’ancien aéroport, et on va virer les Zadistes. Le Grand Ouest n’aura pas son aéroport international, et force reviendra à la loi. Mais qui s’excusera jamais pour ce formidable gâchis, ce mépris des élus locaux, cette désinvolture démocratique, cette lâcheté face aux extrémistes, cet abandon des lois de la République, ce recul de l’Etat ? Sarkozy, Fillon, Hollande, Ayrault, Valls ? N’est-ce pas pour cette impéritie générale, au fond, que tous ces dirigeants-là ont été "dégagés" par le peuple ?

12/12/2017

Deux autres disparitions...

ofrancois-regis-hutin.jpgTristesse d’apprendre le décès de François-Régis Hutin, l’incontournable patron de "Ouest-France", que j’avais souvent croisé naguère, notamment aux Semaines Sociales de France. Tristesse aussi après la disparition du grand rabbin Josy Eisenberg, que j’écoutais souvent, le dimanche matin, au "Jour du Seigneur". Ces deux-là n’avaient ni le bagout de Jean d’Ormesson, ni le charisme de Johnny Halliday, mais, à la réflexion, le journaliste catholique et le vulgarisateur juif n’ont-ils pas eu davantage d’influence sur leur époque, depuis un demi-siècle, que l’écrivain mondain et le rocker échevelé ?

11/12/2017

Quelle droite pour demain ?

wauquiez.jpgCeux qui reprochent à Laurent Wauquiez d’être trop à droite n’ont probablement pas remarqué : 1) Que partout l’avenir est aux partis conservateurs, à la fois économiquement libéraux et défenseurs des valeurs traditionnelles. 2) Qu'il eût été illusoire de prétendre incarner l’opposition à Macron tout en étant centriste ! Maintenant, les deux obligations du nouveau patron de LR, me semble-t-il, se résument ainsi : 1) Ne pas laisser la droite classique sombrer dans la tentation eurosceptique, sauf à en faire un petit parti identitaire sans avenir. 2) Préparer les bases d’une alliance avec le centre-droit, sauf à ne jamais espérer gagner la moindre élection nationale !

12:31 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : wauquiez, lr, droite, europe |  Facebook | | Lien permanent

10/12/2017

La laïcité, c'est ça !

johnny_madeleine_macron.jpgA tous les sectaires, les grincheux et les pinailleurs qui croient encore que la laïcité est un outil de lutte contre la religion, l’hommage populaire rendu à Johnny Halliday, hier, a apporté une réplique magistrale. Dans la foule des fans qui se pressaient autour de la Madeleine, rien ne distinguait ceux qui croient au Ciel et ceux qui n’y croient pas. Garant de la laïcité, le chef de l’Etat a parlé en dehors de l’église, et n’a pas béni le cercueil. Subtil mélange, très français, qui permet une émouvante cérémonie où chacun, selon ses convictions, est libre de prier, de méditer, de frapper dans ses mains au rythme des guitares ou de pleurer, tout simplement, l'ami disparu.

09/12/2017

Qui pour rassembler les Français ?

nicolas-sarkozy-johnny-hallyday.jpgTendance historique ou coïncidence générationnelle ? Les morts qui rassemblent la France, désormais, sont à droite. Mireille Darc, Simone Veil, Jean d’Ormesson, Johnny Halliday s’étaient clairement engagés auprès de VGE, Chirac ou Sarko. Depuis Coluche et Balavoine, morts en 1986, la gauche produit peu de mythes capables d’incarner la nation – si l’on excepte, peut-être, le chanteur Renaud, à son corps défendant. La lutte des classes, ce n’est pas fédérateur. Ce ne sont pas Brigitte Bardot, Gérard Depardieu, Line Renaud, Françoise Hardy, Charles Aznavour, Michel Sardou ou Alain Delon qui me démentiront. Longue vie à eux !

08/12/2017

France, mère des lettres...

ormesson.jpgExcellent discours de Macron aux Invalides, ce matin. Les amoureux des lettres en ont été flattés, mais doivent-ils en être dupes ? "Nous sommes là, profondément unis par ce qui est l'essence même de la France: l'amour de la littérature et l'amitié pour les écrivains !" Jolie formule, certes, mais depuis longtemps dépassée. En réalité, la littérature ne commande plus rien, et les écrivains, les vrais, sont une espèce en voie d’extinction. C’est pour cela, du reste, que nous sommes tous redevables à Jean d’Ormesson : il aura fait croire aux Français, jusqu’au bout, qu’un écrivain était un personnage important !

07/12/2017

L'actualité loin de Paris

L'EScale.jpgOn n'est pas obligé d'habiter Paris pour être connecté avec la grande actualité. A 30 minutes de chez moi, à Migennes, le cabaret L’Escale n’a jamais oublié ce samedi 16 avril 1960 où, descendant du train de Paris, un gamin de 17 ans est venu chanter pour la somme de 500 F de l’époque : il s’appelait Johnny Halliday. Plus près encore, à 20 minutes de mon jardin, le château de Saint-Fargeau se rappelle, lui, un petit garçon bien élevé, fils d’ambassadeur et descendant du fameux conventionnel Lepeletier de Saint-Fargeau, qui y a passé tous les étés de sa jeunesse : il s’appelait Jean d’Ormesson.

06/12/2017

Au-delà de leur talent...

Jean-d-Ormesson-Johnny-Hallyday.jpgDeux disparitions, et la France se retrouve unanime. Jean d’Ormesson et Johnny Halliday, l’aristocrate et le rocker, incarnaient les valeurs que les Français adorent s’attribuer : le talent, la constance, l’élégance, l’autodérision, l’humour, la séduction, mais aussi un trait de caractère plus remarquable, plus indispensable aujourd’hui qu’hier : l’un et l’autre étaient des gentils. Non seulement ils respectaient leurs publics respectifs, non seulement ils savaient faire preuve de générosité, mais ils aimaient les gens. Dans un monde où l’argent, la jalousie, l’injustice et la bêtise ne cessent d’envenimer les relations humaines, ces deux-là avaient gardé, jusqu'au bout, le goût des autres.

17:53 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : halliday, d'ormesson |  Facebook | | Lien permanent

04/12/2017

Des listes nationales aux européennes !

europe.jpgIl y a donc de fortes chances pour que les prochaines européennes, en 2019, voient s’opposer des listes nationales. Pourquoi, en France, passe-t-on son temps à changer les règles des scrutins électoraux ? Ce n’est pas que je défende l’actuel mode de scrutin, qui visait officiellement à rapprocher les députés européens des régions (lesquelles ont été changées, elles aussi) : faites le test autour de vous, qui est capable de citer un seul député européen de sa région ? Mais qui, dans la sphère politicienne, osera émettre cette évidence que l’Europe n’existera qu’à l’apparition de listes... européennes ?

08:59 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : europe, européennes, scrutin |  Facebook | | Lien permanent

03/12/2017

L'info toujours menacée

reporter.jpgParaphrasant le célèbre slogan du Loto, mon vieil ami Jérôme Bonaldi disait naguère : "L’information, c’est pas facile, ça coûte cher et ça ne rapporte rien !" C’est pour cela, sans doute, que la présidente de France Télévision avait envisagé de s’en prendre cette année à deux emblématiques émissions, Envoyé spécial et Complément d’enquête. Elle a reculé. Tant mieux pour l’intelligence, pour la culture, pour la démocratie. Ira-t-elle jusqu’à orienter son couperet vers toutes les émissions minables, les séries débiles, les divertissements niais, les jeux crétins et les plateaux vulgaires qui font l’essentiel de la programmation du service public ? "Service public", tu parles !