Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2012

Ni pour, ni contre, bien au contraire !

 LePen.jpgAu salon du livre de Toulon, je dédicaçais à côté de l’ami Pierre Péan, qui, avec son complice Philippe Cohen, vient de sortir une belle bio de Jean-Marie Le Pen. Or j’ai entendu plus de dix fois des visiteurs s’approcher et demander aux deux compères : "Vous êtes pour ou contre ?" Comme si une biographie devait être "pour" ou "contre" ! Voilà le résultat de cette désastreuse tendance des médias à jouer la polémique, le duel, la castagne, évacuant ainsi – sauf rares exceptions – la réflexion, la nuance, la recherche de la vérité et l’ouverture d’esprit, en un mot : l’intelligence. Laquelle, il est vrai, n’est pas bonne pour l’audimat.

12/06/2012

Le même faux débat depuis 30 ans !

Hol-FN.jpgTrente ans que ça dure ! Trente ans que des générations de journalistes parisiens se repassent ad nauseam, à chaque élection, ce débat artificiel et moralisateur sur l’alliance de la droite avec la famille Le Pen. Seuls changent les noms solennellement jetés à la vindicte germanopratine ! Trente ans que ce marronnier bidon occulte les vrais sujets électoraux. Trente ans que l’on agite frénétiquement ce leurre manichéen pour éditorialistes paresseux. Trente ans que les vraies questions politiques sont ainsi éclipsées, et que personne n’enquête plus depuis longtemps, sur le terrain, à propos… des scores élevés du FN, par exemple. Mais à quoi bon enquêter, puisqu'on sait déjà !

 

09:06 Publié dans Blog | Tags : fn, droite, le pen, journalistes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/05/2012

Au risque de plomber l'ambiance

 victoire.jpgBon, après une soirée électorale pleine d’émotions, de saluts républicains et de propos convenus, passons à l’analyse. Avec le petit score de 51,6 % des voix, il est clair que François Hollande n’aurait pas été élu sans la complicité de Marine Le Pen qui lui a apporté quelques centaines de milliers de voix du Front National. Oui, je sais, ça plombe un peu l’ambiance. A gauche, parce que cela altère sérieusement la légitimité d’un pouvoir "socialiste" dont les vrais soutiens sont, en réalité, minoritaires. Et à droite, parce que Marine Le Pen a bien expliqué, hier soir, qu’elle allait s’efforcer de faire perdre aussi les législatives, en juin, à la droite républicaine. Non, il n’y a pas de quoi sortir les lampions…

08/01/2007

Le FN au centre-droit ?

Au "centre droit", le FN ? La bonne blague ! Il est simplement l'héritier de la droite ultra (le légitimisme, le boulangisme, les Ligues, l’Action française, Pétain, le poujadisme, l’Algérie française) qui, depuis deux siècles, n’a eu de cesse de combattre, justement, le centre droit !
Avec, parfois, l'aide de la gauche. Rappelons aux plus jeunes qu’en 1974 (élection de Giscard), l’ex-député poujadiste Jean-Marie Le Pen, après vingt ans de vie politique, n’obtenait que 0,74 % des voix. C’est à partir de 1981 (victoire de la gauche) que le FN a commencé sa progression. Pour plomber durablement la droite, Mitterrand rétablit la proportionnelle avant les législatives de 1986, ce qui permit à Le Pen, avec 10 % des voix, d’obtenir 35 sièges de députés à l’Assemblée et de devenir respectable. Pour longtemps.
Dommage pour Mitterrand : il est mort avant d’assister au triomphe de sa créature, un certain 21 avril…

14/11/2006

Front commun

Mmes Buffet et Autain, MM. Besancenot et Bové, et quelques autres, se disputent avec fougue l’honneur de conduire, en 2007, le rassemblement des antilibéraux et des altermondialistes. C’est à celui qui s’en prendra avec le plus de virulence "aux libéraux mondialistes à la solde du Medef", à la "mondialisation sauvage" qui produit "chômage de masse, pauvreté, assistanat, travail clandestin et stagnation des salaires", à celui qui défendra le mieux tous les "sacrifiés sur l’autel de la mondialisation, des stock-options, des copains du Medef et des fonds de pension", notamment les ouvriers "rebelles aux restructurations et aux délocalisations" et les fonctionnaires "victimes de la destruction des services publics" !
La lutte finale, quoi. Pour information, toutes ces citations sont tirées du discours prononcé dimanche, au Bourget, par Jean-Marie Le Pen. Bon courage, camarades !

05/11/2006

Le Pen, le retour

A la une du Point et de VSD, Le Pen fait à nouveau le bonheur malsain des éditorialistes, électrisés par la possibilité qu’il se retrouve, comme en 2002, au second tour des présidentielles. Il faudrait qu’ils lisent la grande enquête de l’IFOP sur l'électorat du FN, dont Le Monde rend compte ce week-end, et qui correspond assez bien à l’enquête minutieuse que j’ai faite dans ma commune de l'Yonne sur les trois raisons majeures qui poussent les petites gens à voter Le Pen :
1. Cela ne peut plus durer.
2. Il faut faire quelque chose.
3. Enfin, vous ne voyez pas, tout ça, à la télé ?

Tous les intellos, socialos, gauchos et autres cocos qui hurlent au fascisme, à l’antisémitisme, au racisme ou à l’homophobie n’ont rien compris à leur époque.

19/07/2006

2007 : On prend les mêmes...

Alleluia ! Hier, Dominique Voynet a donc été bombardée "présidentiable" par 50,59 % des 65 % de votants issus d’un groupuscule de 8.400 militants qui prétendent représenter l’écologie en France. Soit 2.630 personnes. Son premier projet : "Rassembler". Elle a intérêt, en effet…
Ce qui nous donne, pour 2007, en sus des deux candidats principaux : Laguillier, Besancenot, Buffet, Voynet, Taubira, Chevènement, Bayrou, Villiers, Le Pen. Cette liste de noms ne vous rappelle rien ?
Tous ces gens-là été déjà candidats aux présidentielles, mais ils vont tous prôner le renouvellement de la vie politique. Tous polluent l’élection présidentielle, mais tous vont en appeler à la réforme des institutions. Tous grappillent des voix aux deux seuls candidats crédibles, mais tous verseront des larmes de crocodile en voyant le FN qualifié pour le second tour !