Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2009

Un dîner à Metz

jean_miot_1b.jpgDiner avec Jean Miot au "Magasin des Vivres", à Metz, en marge du Salon du livre. L'ami Jean a tout dirigé : le Figaro, l'AFP, la Fédération nationale de la presse française, etc, etc. Et le jury du Prix de l'Humour politique. A 70 ans, l'ancien bras droit de Robert Hersantl a gardé intacte sa passion pour la presse, dont il a fait un livre (photo ci-jointe). Et pour la bouffe. L'animal est gastronome émérite et oenologue patenté. Un repas avec lui chez Christophe et Delphine Dufossé, dans le cadre somptueux de la "Citadelle", tient du rituel quasi religieux : c'est une cérémonie, une prière complexe, une communion silencieuse, une méditation en plusieurs temps, l'esquisse d'une epectase...

 

29/05/2009

Sur une péniche parisienne

Lesieur.jpgFête sympathique et un peu nostalgique, hier soir, sur une péniche parisienne, pour les 60 ans de Jean Lesieur, un des patrons de France 24, vieux complice de la grande époque de L'Express. La soirée a rassemblé une pléiade de copains d'avant : Alain Louyot, Thierry Wolton, Marc Epstein, Kosta Christitch, Isabelle Laffont, Bernard de la Villardière, Jean-Marc Gonin, François d'Alançon et bien d'autres. Les carrières vont et viennent, dans cet univers médiatique impitoyable qui, de génération en génération, perd ses principes et ses valeurs. Laudator temporis acti, certes, mais quand même. Deu merci, il reste des amitiés fortes et fidèles. Bon anniversaire, Jean !

 

15/05/2009

La vie des autres

Le numéro 20.000 du Monde présente les "unes" des principaux événements depuis le début de la Ve République : de Gaulle à l'Elysée, la mort de Kennedy, la conquête de la lune, etc. Surprise : entre l'élection de Jean Paul II (1978) et la démission de Gorbatchev (1991), il manque vaguement quelque chose : la chute du Mur de Berlin ! Un détail, sans doute. Un épiphénomène. Cela me rappelle ce que l'éditeur Claude Durand nous avait dit, à Jean-Christophe Rufin et moi, le jour où nous lui avions proposé d'écrire à quatre mains un gros récit épique de la chute du Mur de la honte : "Les Français ne considèrent pas cela comme leur histoire". Il avait raison, hélas. Et on s'étonne du manque d'intérêt, chez nous, pour les européennes !

14/05/2009

Val, de grâce !

Philippe Val nommé par Sarkozy à la tête de France Inter ! Si quelqu'un avait annoncé cette nouvelle il y a deux ans, on l'aurait aussitôt enfermé : le champion de la droite française nommant à la direction de la première radio de service public le patron de Charlie Hebdo, le journal le plus systématiquement hostile à ladite droite ! Aujourd'hui, aucun journaliste ne moufte. Peur de déplaire aux nouveaux maîtres de la radio d'Etat ? Le seul problème que soulève Le Monde de ce matin est d'ailleurs surréaliste : le très gauchiste Charlie Hebdo étant une mine d'or pour ses actionnaires, Val, qui possède 40 % des parts, va-t-il continuer à toucher 330.000 euros de dividendes par an, légalement, maintenant qu'il est à la tête d'une radio publique ? On rêve.

27/04/2009

Les canons du journalisme

lapix.jpg Vous voulez faire du journalisme et vous êtes moche ? N’y comptez pas. C’est râpé. Les critères d'embauche ont changé. Voyez Anne-Sophie Lapix, Laurence Ferrari, Florence Dauchez, Melissa Theuriau, Marie Drucker et toutes les présentatrices de LCI, I-Télé ou BFM-TV : que des canons ! Et chez les mecs, itou : Harry Roselmack, Laurent Delahousse, Guy Lagache, etc : que des apollons ! Si la télé jouait vraiment la carte de la "diversité", elle ferait demain une petite place aux hommes gras du bide et aux nanas pas terribles. Pathétiquement révélatrice, l’affaire Suzan Boyle : une femme laide de 47 ans qui gagne un concours de chant à la télé, cela est tellement stupéfiant qu’elle devient, en quelques jours, une curiosité planétaire !

28/02/2009

Photos de vacances

Royal-paris-match.jpgDébat, indignation, polémique : Match a publié des photos de Ségo avec son nouveau "compagnon" (sic), enfreignant la loi française qui protège l’image des personnes, connues ou inconnues. Mais les journalistes de Match sont plutôt bien placés pour dire que le cas Ségo est particulier : c’est dans Match qu’elle fit publier, il y a vingt ans, des photos de sa maternité ; c’est dans Match qu’elle donna sa première interview intime après a séparation, etc, etc. Les politiques récoltent ce qu’ils sèment : Ségo ne peut exhiber sa vie privée quand ça l’arrange, et hurler au viol quand ça ne l’arrange pas. Surtout à Marbella, qui n’est pas le but de vacances idéal pour cacher une relation amoureuse !

24/02/2009

Salauds de syndicalistes

logo-liberation.jpgLu lundi dans un grand quotidien national aux prises avec un conflit social : "Le journal n’a pas été distribué ce week-end (…) Une petite minorité syndicale extérieure à l’entreprise a bloqué par la force la parution du journal (…) alors même qu’un accord avait été signé par la direction à l’issue de négociations avec la fédération CGT du Livre après de multiples discussions et tentatives de compromis (…) Cette action de force est scandaleuse et remet en question le principe même de la liberté de publier (…)" Je sais, il ne faut pas se réjouir quand la CGT saborde la parution d’un journal. Mais bon, quand c’est de Libération qu'il s'agit, cela fait un peu sourire quand même…

17/02/2009

Actes gratuits

METRO.jpg Les journaux "gratuits" montrent la voie. Le quotidien Metro de Toronto, au Canada, pour résister à la récession, a pris une décision économique toute simple : il a viré ses journalistes, qu’il a remplacés par des stagiaires non payés. Le tort des journalistes, c’est d’être rétribués pour leur travail. Mal, mais c’est quand même trop pour ce "journal" qui offrira désormais à ses "lecteurs" des dépêches d’agences, des "articles" de stagiaires et des "contenus issus d’accord avec des partenaires". En français : du réchauffé et de la promo. On n’arrête pas le progrès.

30/01/2009

Lisez le "Parisien" !

Parmi les innombrables dégâts collatéraux que provoque une journée de grève dans un pays comme la France, la non parution des quotidiens nationaux est un vrai scandale. Quelqu’un peut-il m’expliquer en quoi l’absence de journaux, en période de crise, contribue au progrès social ? On marche vraiment sur la tête. J'aurais bien aimé lire, ce matin, les revendications exactes des grévistes d'hier ! On ne saura donc jamais pourquoi un pays comme le nôtre se tire ainsi, en pleine bagarre, une balle dans le pied...
Amis lecteurs connus ou inconnus, vous n’aurez pas tout perdu : en cliquant ici, vous pourrez lire l’interview que j’ai donnée hier au Parisien sur l’affaire Williamson, et que personne ne lira jamais. Soyez gentils, dites-moi que c’est dommage…

24/01/2009

Plus clair ?

Cette semaine, Nicolas Sarkozy a réuni les journalistes pour leur exposer ses idées sur la crise de la presse. Sujet capital pour la démocratie, pour la culture, pour l’intelligence. J’ai donc regardé Plus Clair, samedi, sur Canal +, animé par Charlotte Le Grix de la Salle, pour avoir un résumé de ses conclusions. Le sujet était bien en Une, et "en exclusivité" svp, mais il portait : sur l’organisation du service d’ordre, sur la présence de Laurence Ferrari, sur la place des caméras, sur le fait qu’on ne pouvait pas poser de questions, etc. Sur ce qu’a dit Sarko sur la presse, rien. Pas un mot. Trop chiant, sans doute : des mots, des idées… Triste résumé de ce qu’est la télé aujourd’hui, y compris dans ses émissions dites d’information : plus le sage montre la lune, plus l’imbécile regarde le doigt !

22/01/2009

Achetez "Pèlerin" !

Cover Pelerin.jpgC’est le magazine Pèlerin qui publie en avant-première, ce matin, les "bonnes feuilles" de mon prochain livre, Les Secrets du Vatican, publié chez Perrin. L’ouvrage sera en librairie le 29 janvier. Pèlerin y consacre sa "Une" et sept pages intérieures : pas mal ! Les propos flatteurs qu’il tient sur le livre sont un bel encouragement : quand on sort un livre, on n’a aucune idée de la façon dont vont réagir les journalistes, puis le public. Deux, trois ans de travail sont soudain suspendus entre ciel et terre, le destin du livre tenant parfois à peu de choses : une actualité envahissante, une crise sociale, un mauvais titre, que sais-je ? C’est fragile, un nouveau livre, c’est comme un nouveau-né…

21/01/2009

Dehors, les livres !

Ce matin, dans le métro, j’attrape le journal gratuit Direct Matin et, bien sûr, je file à la rubrique "Livres". Surprise : il n’y a pas de rubrique "Livres". A la gare, j’achète le Figaro : ni rubrique, ni article, rien sur le livre dans le supplément "FigaroScope". Rien dans "Le Figaro et vous". Rien dans le journal tout entier. Tout sur le ciné (au passage, je n'en peux plus de la promo Jugnot-Lanvin !), tout sur la musique, la mode, les grands spectacles, tout ce qui remue beaucoup d’argent, tout ce qui passe à la télé, mais rien sur les livres. Voilà une mutation insidieuse et gravissime. En France, environ 36.000 nouveaux titres paraissent par an. On ne s’attend pas à lire 100 compte-rendus par jour dans la presse, certes, mais quand même !

18/01/2009

Le Sarko du dimanche

Dimanche, 8h30. Les infos sur Europe 1 : Un hélico militaire français se crasche au Gabon, le ministre Morin est aussitôt parti sur place "à la demande de Nicolas Sarkozy". Un sommet international se réunit tout à l’heure à Charm el-Cheikh, en Egypte, à propos de la guerre israelo-palestinienne à Gaza, "le vice-président en sera Nicolas Sarkozy" . Les deux patrons français de la BNP renoncent à leurs primes exorbitantes, contrairement à l'an dernier, "pour obéir à Nicolas Sarkozy". Non, Europe 1 n'est pas devenue la radio du président. C'est ainsi. On aime ou on n’aime pas Sarko, mais en voilà un, au moins, qui ne rechigne pas à travailler le dimanche…

15/01/2009

Le jeu des petits chevaux

Nicolas Sarkozy a encore agacé les journalistes en les privant de ce qui les excite le plus : le jeu des petits chevaux – on appelle ça un "remaniement ministériel" – dont on commente pendant des jours et des jours le moindre épisode. Un remaniement, pour les médias, c’est comme une étape du Tour de France, avec son classement par points, son classement général, etc. On le voit bien : les trois ajustements gouvernementaux de cette semaine font déjà couler plus d’encre que la guerre au Proche Orient. Or, franchement, je vous le demande : en quoi le remplacement de Bertrand par Hortefeux au ministère des Affaires sociales et la promotion d’Eric Besson présentent-ils le moindre intérêt intellectuel, politique, culturel, stratégique, sociétal ? Franchement ?

12/01/2009

Les médias comme les banques

Mais jusqu'où iront-ils ? Ho ! Les médias sont comme les banques : à un moment, les hommes ne peuvent plus rien pour arrêter les emballements d’un système qui les dépasse. Que les radios continuent de gloser, ce matin, sur l’accouchement de Rachida Dati est insensé. Le pire étant qu’en privé, tous les journalistes que je connais sont eux-mêmes révulsés par ces excès de pipolisation exacerbée ! Il faut dire qu’ils ont été relancés, hier, par la sortie de Ségolène Royal contre Rachda Dati dans le JDD – la même Ségolène qui avait convoqué les médias, naguère, dès le lendemain de son accouchement, dans sa chambre d’hôpital : elle n’avait pas attendu huit jours, mais huit heures pour reprendre le travail !

11/01/2009

L'Express, n° 3001

L’Express de cette semaine, n° 3001, consacre 92 pages à une rétrospective des 52 années d’existence de ce magnifique hebdo auquel j’ai donné, quand même, dix ans de ma vie. Or, curieusement, je ne me retrouve aucunement dans cette plongée en arrière. Tout sur l’Algérie, JJSS, Kennedy, de Gaulle, Ben Barka, Defferre, la pilule. Mais rien sur Mandela, Walesa, le sida, la chute du Mur, la fin de l’URSS, la réunification de l’Europe. Les années 1981 à 2007, soit un quart de siècle, presque entièrement zappées ! Est-ce parce que cette période, agitée et plutôt glorieuse, a tout juste précédé celle dont s’honorent, c’est humain, les journalistes d’aujourd’hui ? Ou est-ce que les 26 années de la gouvernance Mitterrand-Chirac ont été, réellement, une parenthèse sans intérêt historique ?

26/11/2008

Pan sur le bec !

Lu dans L’Express les « bonnes feuilles » du livre de Laske et Valdiguié sur La Face cachée du Canard Enchaîné (Stock). Il est toujours vertigineux de refaire l’histoire. Deux exemples liés à la présidentielle de 1981. D’abord, l’opération "diamants de Bokassa", qui a beaucoup contribué à faire battre Giscard par Mitterrand (auquel, apprend-on, le Canard ne pouvait rien refuser), reposait en grande partie sur des faux fabriqués sur du papier à entête de l’ex-empereur ! Ensuite, si l’affaire Papon a éclaté le 6 mai 1981, ce n’est pas par hasard : visant un ministre du gouvernement Barre, elle était sciemment destinée à "piquer à Giscard 200.000 voix juives et 50.000 voix de pieds-noirs" (dixit Mitterrand) à la veille de la présidentielle. Un peu écoeurant, non ?

21/10/2008

L'autre Emmanuelle

Souvent presse varie. Surtout quand la rubrique "people" s'ouvre soudain à des vertiges médiatiques insoupçonnés. Après mère Teresa et l’abbé Pierre, sœur Emmanuelle s’est éteinte. A nouveau, le temps d’une disparition, une sorte de respect impérieux force les journalistes à s’extirper de leur cynisme quotidien et de leur dérision habituelle. Ces héros médiatiques compensent le vide de tant d’autres personnalités sans intérêt : ils ont la foi, ils croient en l’homme, ils respectent le pape, ils aiment l’Eglise, ils donnent leur vie aux autres : curieuse engeance ! Sur France Info, mardi, un journaliste, sceptique, interroge : est-ce une génération qui s’en va ? Evidemment non. Cette génération-là a 2000 ans, et elle nous réserve encore bien des surprises.

23/09/2008

Touche pas à ma promo !

Hier dans le 8è arrondissement, demain dans le 10è, Bertrand Delanoë invite les journalistes à couvrir ses réunions publiques, mais à une condition : pas de questions sur le PS ! La presse est là pour assurer la promo, pas l’info ! Chez Ruquier, samedi soir, le critique Eric Naulleau a osé dire à Gérard Jugnot que la fin de son nouveau film lui avait moins plu que le début : Jugnot, furibard, l’a littéralement insulté ! Comment ? Quelqu’un ose polluer la promo du film en donnant un avis nuancé ? Sur RTL, ne supportant pas que Jean-Michel Aphatie lui parasite son one-man-show avec des questions pointues, Bernard Tapie lui lance : "Vous êtes un connard !" La conclusion, c’est Michel Rocard, en promo dans les médias depuis soixante ans, qui la livre dans La Croix de vendredi : "Les médias nous pourrissent la vie !" Ben voyons.

21/09/2008

Mes bien chers frères

Mea culpa. J’ai écrit un jour, dans ce blog, que les journalistes politiques occultaient systématiquement l’une des clefs électorales de ce pays, à savoir l’influence des réseaux francs-maçons. Je ne diabolise personne, évidemment, mais je me marre : combien de doctes commentateurs, morts de trouille à la seule idée d’évoquer ce sujet sulfureux, se vautrent, du coup, dans leurs analyses ! Eh bien, j'ai eu tort. Concernant le duel Raffarin-Larcher pour la présidence du Sénat, L’Express de cette semaine explique que la primaire au sein de l’UMP réduit le poids des "frères", qui ne seraient qu’une trentaine au sein de ce parti, et avantage donc Raffarin ; de son côté, le Fig Mag évalue à une centaine les voix des sénateurs franc-maçons, toutes obédiences confondues, qui bénéficieront à Larcher. On progresse dans la transparence...