Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2012

Le journalisme censitaire

anneSinclair.jpgLe lancement de la version française du Huffington Post est significatif d’une dérive gravissime dans la presse : à part une poignée de journalistes-à-tout-faire en général sous-payés, on n’y rémunère plus les contributeurs, commentateurs, experts, etc ! Le raisonnement est simple : 1) Ces gens-là devraient être heureux qu’on les publie, ils ne voudraient pas qu’on les paie en plus ! 2) On trouvera toujours assez de gens suffisamment riches pour écrire gratos (et même pour diriger gratos, voyez Anne Sinclair). Journalistes qui demandez à être rémunérés pour votre travail (quel vilain mot), passez votre chemin : nos colonnes ne sont ouvertes qu’à ceux qui en ont les moyens !

08:21 Publié dans Blog | Commentaires (3) | Tags : journalisme, presse, sinclair |  Facebook | | Lien permanent

07/10/2011

Des journaux sans journalistes ?

 journal.jpgLa guerre est déclarée entre les journaux papier, vous savez, ces vieilles choses salissantes et pas faciles à ouvrir dans le métro, et les journaux numériques. Francis Gurry, directeur général de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (Ompi), estime que les journaux traditionnels, en papier, auront disparu de la surface du globe avant 2040. Et aux USA, dès 2017. "C’est une évolution, ce n’est ni bien, ni mal", explique le sieur Gurry, qui reconnaît qu’il y a, évidemment, un léger problème : comment les éditeurs de journaux numériques vont-ils trouver de quoi payer les journalistes ? Ah ben oui, ça, en effet, c’est un léger problème…

15/06/2011

La fin du monde est proche

naufrage.jpgLes nouvelles du jour (authentiques,,je vous jure). Etranger : la Grèce s’enfonce dans la crise. Economie : selon un expert, l’euro va s’effondrer dans les cinq ans. Fait divers : dans l’Ain, le violeur d’une fillette de 5 ans a été mis en examen. Enseignement : le baccalauréat ne sert plus à rien. Revue de presse : selon le Parisien, les jeunes européens sont plus pessimistes que jamais. Culture : sortie d’un film sur l’affaire d’Outreau. Apocalypse : la fin du monde approche, on redoute une multiplication des suicides à l’approche du 21 décembre 2012. Météo : la pluie arrive par l'ouest. Enfin, un anniversaire : il y aura bientôt cent ans sombrait le Titanic…

07/06/2011

Le journalisme dégradé

Cartepresse.JPGIl suffit de visiter une quinzaine de rédactions parisiennes à l’occasion de la promo d’un livre, comme je viens de le faire, pour constater l'inquiétante et rapide dégradation du métier de journaliste. Celle-ci est confirmée par l’étude du cabinet Technologia publiée hier, qui montre que 68 % des journalistes estiment travailler "plus vite qu’avant", 73 % "davantage qu’avant", etc. Le journaliste est un travailleur inquiet, bousculé, fragilisé, pressurisé, menacé, qui n’a "plus le temps pour l‘investigation". Et comme son niveau de culture générale a terriblement baissé, il est de moins en moins crédible. C’est grave, ça, coco !

03/06/2011

Une info historique

Pinon.JPGLu dans une station-service de Dijon La Gazette de Côte d’Or, un hebdo local qui propose une longue interview politique (deux pages) d’un certain Claude Pinon, que j’ai connu naguère président du groupe communiste au Conseil régional, et qui a disparu de la circulation. Thème de cet entretien capital, décisif, que dis-je, historique : le dénommé Pinon ne votera pas pour Jean-Luc Mélanchon en 2012. Si. Tel que. Je vous jure. Incroyable, non ? C’est écrit dans la Gazette de Cote d’Or. Sur deux pages. Ho, les confrères ! Dijon n’est pas une ville passionnante, certes, mais quand même : n’y a-t-il vraiment pas de personnalités plus intéressantes à interviewer en Bourgogne ? 

05/01/2011

Coup de chapeau à "Marianne"

geneviève-de-Fontenay.jpgDans Marianne de cette semaine, des personnalités répondent à la question générique : "Et vous, qu’est-ce qui vous indigne ?" Interrogée parmi bien d’autres, l’inénarrable Geneviève de Fontenay répond qu’elle est choquée de voir que les deux journalistes otages en Afghanistan ne sont pas libérés, alors qu’on avait fait tout un tralala à la libération d’Ingrid Betancourt ! Comme quoi il n’y a pas que la télé pour préférer la notoriété d'un pipole à l’intérêt de son propos. Celui-ci, on l’admettra, pulvérisant les limites de l’ineptie. Marianne a bien mérité ce coup de chapeau.

04/10/2010

Guy Férez fait le buzz

Cover-Férez.JPGLe livre de Guy Férez, maire d’Auxerre, a créé la surprise dans sa ville, où tous les passionnés de politique l’ont lu ce week-end. Et aussi en Puisaye, où chacun va chercher dans l’ouvrage des infos sur sa candidature éventuelle aux prochaines législatives... C’est toujours sympa, pour un éditeur, quand un livre fait le buzz. Ce qu’il l’est moins, c’est de constater que les journalistes de L’Yonne Républicaine, le journal local, ne sont toujours pas au courant que le principal élu de leur territoire a publié un livre ! Bonjour l’information ! Faute professionnelle ou censure avérée ? On le saura bientôt. Et on s’étonne que la presse quotidienne régionale perde des lecteurs !  

11/06/2010

L'édition loin de Paris

 

 

LaCroix.jpgSurprenant papier, dans La Croix d’hier, sur "Les régions, valeurs sûres de l’édition". Il a fumé quoi, le journaliste qui a fait ce titre ? Je crois connaître un peu le sujet, et j’affirme qu’à part une ou deux régions, dont l’Alsace, au passé et à la culture spécifiques, ce titre général est très, très éloigné de la réalité. En Bourgogne, où le seul coût de la diffusion des livres plombe toute entreprise éditoriale, AUCUN des trente éditeurs régionaux ne vit de sa production ! L’une des raisons est toute simple : j'ai pu mesurer, depuis quatre ans que j'anime les Editions de Bourgogne, qu'un tel intitulé interdit à vos livres l'accès aux colonnes de la grande presse parisienne. Y compris, hélas, dans les pages littéraires de… La Croix !

 

12/05/2010

La broutille et le ramdam

raymond-domenech-2.jpgObsédante comme une préparation d’artillerie, envahissante au point d'asphysier la totalité des médias, l’annonce de cet événement historique avait pris le pas sur toutes les informations de seconde zone (la crise mondiale qui menace, la récession qui nous pend au nez, l’Angleterre qui passe à droite, l’euro qui flageole, etc). Enfin, alléluia, le sélectionneur Raymond Domenech allait nous donner, en direct sur TF1, la liste des 23 joueurs qui iront disputer la coupe du monde de football. Las ! Catastrophe, séisme, horreur et désolation ! Il a donné 30 noms au lieu de 23 ! Et personne, absolument personne n’a réussi à m’expliquer 1) pourquoi il a fait ça, 2) qu'est-ce que ça change, 3) en quoi une pareille broutille méritait un tel ramdam !

17/04/2010

Pauvre Benoît XVI ! (suite)

 Au hit parade des élucubrations antipapistes véhiculées par la presse, l’article d’un certain Pierre Desjardins, prof de philo, dans Le Monde du 15 avril, bat des records. Jugez-en : 1) Le Vatican, figurez-vous, mène l’attaque contre le New York Times parce que ses propriétaires sont juifs. 2) C’est Benoît XVI, "quand il était cardinal" (!), qui a tenu à lever l’excommunication pesant sur l’évêque Williamson. 3) Le Vatican s’en prend aux juifs pas seulement parce qu’ils sont responsables de la mort du Christ, mais aussi parce qu’ils exigent la démission du pape. 4) Derrière cela, c’est la conception de la femme, associé au mal et au péché par le Vatican, qui est en cause. Etc, etc. Bien placé pour gagner le concours, celui-là…

09/04/2010

Les médias et la "rumeur"

Ils voudraient tant savoir, tous, qui couche avec qui ! De Jean-Michel Aphatie à Pascale Clarke, de Christophe Hondelatte à Jean-Pierre Elkabbach, ils y ont consacré des dizaines d’émissions, d’interviewes, de chroniques, de débats, d’éditoriaux (tout en expliquant, évidemment, que la presse française faisait fi des ragots), tout ça pour rien : la mystérieuse et excitante "rumeur" (à laquelle je n’ai toujours rien compris) a fait la Une des grands médias pendant trois jours, occultant toutes les autres infos, sans que l’on sache, finalement, si Rachida Dati a bien dit quelque chose dans un déjeuner, et Pierre Charon dans un dîner, à propos d’on ne sait qui ! Question provocatrice : et si le grand public, lui, s’en fichait royalement ?

 

26/03/2010

Affaire Zemmour (suite)

Zemmour.JPGDeux choses me frappent dans l’affaire Zemmour. J'observe, d’abord, que la liberté d’expression de ce journaliste est le plus violemment contestée, depuis deux jours, par des "pitbulls" qui sont... ses confrères (comme Claude Askolovitch, mecredi, sur Europe 1), apparemment pressés d’appliquer à la France la liberté de la presse qui règne en Chine ou en Iran. Ensuite, je suis atterré par le niveau du débat : comme le dit le journaliste Jean Lesieur, "naguère les jeunes se demandaient s’il valait mieux avoir tort avec Sartre ou raison avec Aron, maintenant il s’invectivent pour savoir s’il mieux avoir tort avec Stéphane Guillon ou raison avec Eric Zemmour". O tempora, o mores…

19/12/2009

Les médias unanimes

Ce qu’il y a de terrifiant dans les médias, c’est leur unanimisme. A part quelques rares tranches de polémiques artificielles organisées entre gens du même avis, la quasi-totalité des journalistes, en tirs groupés, portent aux nues Ségolène Royal (avant de la ridiculiser), encensent Jacques Chirac (avant de le condamner), lynchent Julien Dray (avant de le réhabiliter), massacrent Jean Sarkozy (avant de souligner sa performance), brocardent Benoît XVI (avant de…le brocarder à nouveau) ou pulvérisent le Dr Delajoux (avant de... on ne sait pas encore) dans un fracas conformiste évidemment suspect qui explique la défiance croissante du public à l’égard de la presse. Et je ne vous dis pas l’explosion univoque des médias, à l’unisson, quand il neige l’hiver !


15/12/2009

Le journalisme a disparu !

Lu avec retard la décapante interview accordé par Marcel Gauchet à L’Express sur les conséquences de la "surmédiatisation" actuelle. Extraits : "Le journalisme au sens classique a disparu… Ce métier se caractérisait par des individualités très fortes, il est devenu anonyme... Le lecteur de prompteur, connu de tous mais dépourvu d’autorité, a déteint sur toute la profession… Cela donne l’impression que tous les journalistes disent la même chose… Le danger, c’est la perte de cette fonction indispensable que le journalisme était le seul à remplir : le contrôle, la critique, l’analyse…Aujourd’hui, on sait ce qui se passe jusqu’à plus soif, ce qui n’est en rien comprendre ce qui se passe…" Mazette, quelle douche froide !

 

20/10/2009

Quelle vague de suicides ?

france telecom.jpgPeu de gens connaissent René Padeu, un inspecteur général honoraire de l’INSEE qui préside la commission de déontologie de la Société française de statistique. Dommage. Le journal La Croix l’a interviewé sur les suicides de France Télécom. Ses réponses sont absolument claires. Le taux moyen de suicides dans la population active française est de 19,6 pour 100.000 habitants (par an). Il y a eu 24 suicides à France Télécom (100.000 salariés) en 19 mois. Conclusion : on se suicide plutôt moins à France Télécom qu’ailleurs. Le statisticien, formel, ajoute : et sensiblement moins qu’il y a quelques années. Terrifiante, l'info, non ?   

24/09/2009

Des pressions sur les journalistes ?

Hold-ups....jpgLe livre Hold-ups, arnaques et trahisons, d’Antonin André et Karim Rissouli (Ed. du Moment), fait un tabac en librairie. Normal : les tricheries internes au PS, qui accablent les dirigeants de ce parti, stupéfient nombre de citoyens écoeurés, surtout à gauche. Mais le livre ne se limite pas à ce sujet désolant. Il faut lire le chapitre sur les incroyables pressions que les mêmes dirigeants socialistes exercent sur les journalistes politiques. Le passage sur Martine Aubry et le journal Le Monde est croustillant. Ce sont bien les mêmes, rappelez-moi, qui dénoncent à longueur de meetings les inqualifiables pressions que Nicolas Sarkozy exerce sur les médias ?


11/09/2009

La défaite du journalisme

L’affaire Valls et l’affaire Hortefeux, c'est exactement le même processus. Séquence n° 1 : volés par un caméraman anonyme, des propos privés un peu limite entre amis et un humour franchouillard pas très glorieux font le buzz sur internet. Séquence n° 2 : la vidéo pirate est reprise aussitôt par la presse, la vraie, alors qu’elle a été diffusée sur la Toile sans précaution, sans intermédiaire, sans mise en perspective, sans rappel historique, sans enquête, sans nuance, sans analyse - en un mot, sans le début du début d’une intervention journalistique. L'émotion est à l'aune de cette démission professionnelle. Le rêve des marchands d’images, qui est de faire une presse sans journalistes, devient réalité. Quand Le Monde fait spectaculairement sa Une avec un buzz aussi dérisoire, c’est toute une profession qui rend les armes.

 

09/09/2009

Un prince du journalisme

Epenoux-vis.JPGChristian d’Epenoux nous a quittés. Il faisait partie de l’équipe des grands reporters de L’Express que j’avais rejoints en 1985 et qui m’avaient appris mon métier : les Christian Hoche, Arlette Marchal, Jacques Renard, Jean Leclerc du Sablon, Alain Louyot et autres, mi-baroudeurs, mi-intellos, ces aristos du journalisme qui n’avaient pas peur de couvrir guerres et révolutions, ni de lire des piles de livres avant d’aller sur le terrain. Christian connaissait l’Afrique comme sa poche. On l’appelait "le Baron", et pas seulement à cause de sa particule. Il était élégant. Elégant dans sa façon de travailler, dans son écriture, dans son comportement, dans ses amitiés. Il est parti brutalement. C’est la première fois qu'il est brutal. Adieu, Baron.

 

07/09/2009

Le cumul vu du PAF

Le débat sur le cumul des mandats en dérange plus d’un. Car il est mené, dans les médias, par des journalistes politiques qui sont, eux-mêmes, de sacrés cumulards : tous les Barbier, Duhamel, Giesbert, Domenach, Zemmour, Joffrin, Aphatie, Hondelatte, Marie Drucker, Demorand, Roselmack, et j’en passe ! L’an dernier, leur doyen Jean-Pierre Elkabbach dirigeait et Europe 1 et la Chaîne parlementaire… Le temps que ces stakhanovistes consacrent à leurs émissions de radio ou de télé, ils ne le passent pas à diriger leur journal ou leur service, de même qu’un parlementaire ne travaille pas à l’élaboration de la loi quand il est dans son département ou sa ville. Et les postes qu’ils cumulent dans les médias sont autant de jobs qui ne peuvent être exercés par des plus jeunes. Je rigole.

04/09/2009

Bon week-end, à lundi !

Les animateurs et journalistes de la télé et de la radio devraient faire un peu gaffe. Déjà, dans un grand froufrou médiatique, la plupart d'entre eux partent bruyamment en vacances vers le 10 juin, laissant leurs malheureux téléspectateurs et leurs auditeurs dépités se colleter, pendant deux mois et demi d’été, les programmes les plus anémiques et les rediffusions les plus éculées. Mais à peine rentrés, en septembre, les voilà qui lancent joyeusement des "Bon week end, à lundi !" dès le jeudi soir (Laurence Ferrari sur TF1, David Pujadas sur France 2, Christophe Hondelatte sur RTL), abandonnant à des "doublures" ou des "jokers" l’immense cohorte de leurs millions d’admirateurs ébaubis qui, eux, travaillent à plein temps…