Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2010

"Septembre fait le vin"

RaisinBlanc.jpgIl ne faut jamais désespérer. Prenez le vin. En Bourgogne, l’hiver avait été long et marqué par un gel mortifère. Le printemps, morose, avait alterné entre le chaud et le froid. L’été, chaotique, s’était terminé sous les orages. Et puis, début septembre, le soleil a réapparu. Les grains de raisin, petits, se sont gorgés de sucre. Juste à temps. La récolte n'a pas été abondante, disent les vignerons, mais 2010 sera un beau millésime. "Septembre fait le vin", dit-on dans les vignes. C’est comme en politique : un hiver chaotique, un été mortifère, des blocages tout l’automne, et puis l’opinion se retourne, on fait les comptes et on passe à autre chose. "Novembre fait le remaniement", dit-on dans les ministères.

22/10/2010

"Le Monde" contre les grèves

StoplaGrève.JPGPas content, le directeur de la rédaction du Monde ! Ecoutez-le pester, dans le numéro de jeudi, contre ces grèves à répétition qui constituent une action "intolérable" et "irresponsable", surtout dans des secteurs "en pleine révolution technologique doublée d’une crise économique majeure". C’est la "pérennité"  de nos activités, écrit-il, qui est "clairement menacée" par une frange de travailleurs "minoritaires et incontrôlés". Les auteurs de cette série de "mouvements sauvages" font courir à l’entreprise "un risque mortel" et, finalement, "restreignent le champ de nos libertés". Le directeur du Monde parle du Monde, bien sûr. Sait-il que depuis septembre, des dizaines de milliers de petites entreprises françaises sont exactement dans la situation de son journal ?

15/10/2010

Combien de manifestants ?

 

 

greve.jpgIl arrive que les journalistes fassent leur métier. Stimulés par les sempiternelles querelles de chiffres entre la police et les syndicats, certains médias (Mediapart, l’AFP et France Bleu à Marseille, France Soir, etc) ont donc organisé, chacun de son côté, le comptage minutieux des manifestants du 12 octobre. Les résultats sont stupéfiants. A Paris, où les syndicats annoncent 330.000 et la police 89.000, ils ont compté… 73.000 manifestants ! A Marseille, idem : 230.000 selon les syndicats, 24.000 selon la police, la vérité se situant entre… 17.000 et 21.000 ! Mais attendez, si les chiffres syndicaux de la participation aux dernières manifs doivent être divisés par 4, par 6 ou par 10, cela change tout, non ?  

14/10/2010

Le coup du manque d'essence

essence-2.jpgAh les naïfs ! Ils n’ont pas compris la manip ! Allons, un peu de lucidité : c'est Sarko, bien sûr, mine de rien, qui pousse au blocage des raffineries ! Il a de la mémoire, le président. Les lycéens, eux, ne peuvent pas se souvenir qu’en mai 1968, quand tout le pays a été bloqué, quand le pouvoir était cul par-dessus tête, ce sont… les pénuries d’essence qui ont exacerbé la population jusqu’à renverser le cours des choses. De Gaulle a dissout, hop, et en juin, le parti majoritaire, l’UMP de l’époque, a obtenu la majorité absolue aux législatives ! Et le PS, dont le candidat a fait 5 % aux présidentielles de 1969, a disparu pendant dix ans de la scène publique ! Il est malin, Sarko…

13/10/2010

Feignants, les Français ?

greve.jpgNon, les Français ne sont pas des feignants ! Voyez les efforts qu’ils déploient pour bloquer minutieusement l’activité économique du pays, voyez la peine qu’ils se donnent pour empêcher les dirigeants politiques élus en 2007 de gouverner la France ! Si les Français dépensaient autant d’énergie à créer, à produire, à innover, à inventer, à entreprendre, à exporter, nous serions plus riches que les Américains ! Pareil pour les lycéens : si tous ces gamins sympathiques consacraient à apprendre l’orthographe le même dynamisme qu’ils mettent à sécher les cours pour aller manifester auprès des cheminots et des ouvriers des raffineries, aurions-nous des cohortes de bacheliers incultes ? Bien sûr que non ! Tout n’est donc pas perdu !

07/10/2010

Le social a bon dos

revolution.jpgQui ne voit pas que le mouvement "social" engagé contre la réforme des retraites n’a plus rien à voir avec... les retraites ? La meilleure preuve, c’est que les deux catégories qu’on essaie d’entraîner dans un blocage du pays – les cheminots et les lycéens – sont justement les deux catégories les moins concernées par la réforme actuelle ! Le meilleur symbole, c’est le syndicaliste Didier Le Reste (CGT-SNCF), qui prépare activement son entrée sur la scène politicienne auprès de Jean-Luc Mélenchon ! D’ailleurs, bloquer sauvagement l’activité de la France en période de crise économique mondiale, ce n’est pas une idée "sociale", c’est bien un projet "politique" !

24/06/2010

Les Bleus sont battus !

 

 

Sncf.jpgPires que les Bleus. Plus inciviques, plus suicidaires, plus honteux, plus inconscients, plus égoïstes que les footballeurs français, il y a… les cheminots français. Expliquez-moi pourquoi ils paralysent le trafic, ce jeudi, alors que leurs régimes spéciaux ne sont pas concernés par la réforme en discussion ? Pourquoi ils bloquent les TGV sinon pour gêner, punir, entraver, emmerder rageusement ceux qui essaient désespérément, dans un pays gravement malade, de bouger, de travailler, de sauver des emplois, de se rendre utiles à leurs contemporains ? Ceux qui, en plus, avec leurs impôts, continuent de financer les invraisemblables privilèges de ces messieurs de la Sncf, ce qui est un scandale bien plus grave, franchement, que le prix de la chambre de Rama Yade !

14/04/2010

Sncf : ça va mal finir

 

 

Laroche-M-1.JPGEchos inquiétants de la gare Sncf de Dijon. Les gens qui travaillent, qui ont des rendez-vous à Paris, ceux qui se battent au milieu de la crise pour maintenir leur activité, trouver de nouveaux clients et sauver les emplois de leurs salariés, ceux-là ne supportent plus que les cheminots en grève bloquent les trains tous les mois et les empêchent de bosser. Ecoutez discrètement ce qui se dit aux guichets : le chacun-pour-soi érigé en principe syndical et le mépris pour le travail des autres provoquent de plus en plus d’insultes et de crises de nerfs. La tension monte, lentement mais sûrement, et la violence menace. Pas bon, tout ça, pas bon…

21/09/2009

Après l'été, les grèves...

C’est le premier jour de l’automne. Les feuilles commencent à tomber et les syndicalistes du secteur public, rentrés de vacances, commencent à bloquer l’activité du pays. Comme l’an dernier à la même date, La Poste se met en grève. C’est une tradition bien de chez nous : à l'automne, en France, les gens qui vivent de leur statut entravent minutieusement, méticuleusement, ceux qui vivent de leur travail : les dirigeants de PME, les imprimeurs, les éditeurs, les commerçants, les artisans, les créateurs, tous ceux qui ont impérativement besoin que le courrier fonctionne pour remplir leurs engagements, satisfaire leurs clients, nourrir leurs enfants, assurer leurs retraites et préserver leurs emplois. Autant d’impératifs inconnus des syndicalistes de La Poste, qui n’en ont évidemment rien à battre...  

17/04/2009

Lâcheté républicaine

Que les parlementaires français ne soient pas tous debout à condamner fermement les pseudo-grévistes qui, sous prétexte de revendications salariales, privent d’électricité des dizaines de milliers de malheureux (sans électricité, de nos jours, on est malheureux), voilà qui me sidère. Sans parler de tous les journalistes, éditorialistes et commentateurs qui font comme si ce n’était pas grave, comme si c’était légitime. A gauche encore plus qu’à droite, voici venu le temps de la lâcheté républicaine. Illégales, les coupures intempestives d'électricité et de gaz, est-ce bien sûr ? Evidemment, que c‘est illégal, malveillant, dangereux et irresponsable ! Evidemment que les coupables doivent être punis : c’est la loi ! La quoi ?

11/02/2009

Une Poste qui marche, vite !

Il va falloir serrer les rangs, être solidaires, etc. Air connu en temps de crise. Les postiers de Dijon, eux, ont montré qu’on pouvait compter sur eux : ils se sont mis en grève pendant quinze jours ! Je ne vous dis pas la panique des commerçants, l’embarras des artisans, la grogne des PME, etc, etc. Pour d’obscures revendications strictement corporatistes, les postiers dijonnais ont mis en difficulté tous ceux qui luttent désespérément contre la récession. C’est un petit éditeur régional qui vous parle : envois, relances, factures, invitations, quand rien n’arrive à l’heure, c’est la cata ! Suicidaires, les postiers : ils contrecarrent si méthodiquement ce que les travailleurs – je veux dire : ceux qui travaillent – tentent de produire que tout le monde actif de Côte d’Or, cette fois, appelle à leur privatisation ! Et vite !

30/01/2009

Lisez le "Parisien" !

Parmi les innombrables dégâts collatéraux que provoque une journée de grève dans un pays comme la France, la non parution des quotidiens nationaux est un vrai scandale. Quelqu’un peut-il m’expliquer en quoi l’absence de journaux, en période de crise, contribue au progrès social ? On marche vraiment sur la tête. J'aurais bien aimé lire, ce matin, les revendications exactes des grévistes d'hier ! On ne saura donc jamais pourquoi un pays comme le nôtre se tire ainsi, en pleine bagarre, une balle dans le pied...
Amis lecteurs connus ou inconnus, vous n’aurez pas tout perdu : en cliquant ici, vous pourrez lire l’interview que j’ai donnée hier au Parisien sur l’affaire Williamson, et que personne ne lira jamais. Soyez gentils, dites-moi que c’est dommage…

14/11/2008

Rendez-vous d'automne

Chaque année c’est pareil. Début novembre, les journaux relatent les fêtes d’Halloween, les chrétiens célèbrent la Toussaint, les dernières feuilles tombent des arbres tandis que les vols de grues cendrées traversent le ciel vers le sud. Puis c’est la commémoration de l’armistice de 1918 : on ressort les derniers poilus en chaise roulante, ou, désormais, leur souvenir. Puis, ce sont... les traditionnelles grèves des transports. Difficile de savoir si les raisons en sont légitimes, d’abord parce qu’on n’y comprend rien, ensuite parce qu’elles sont chaque année différentes. Cela gêne des millions de gens, cela coûte des centaines de millions d’euros, mais un vieux pays comme le nôtre a besoin de respecter ses traditions, ses racines, sa culture...

21/05/2008

Pêcheurs, écrivains, même combat !

Je préviens solennellement le gouvernement : je vais me mettre en grève et, tiens, je vais même brûler un pneu à l’entrée du champ de colza qui est en face de ma maison. Car la situation des écrivains est la même que celle des pêcheurs ! Quand je vais faire une dédicace chez un libraire de Dijon, si je signe 20 livres à 20 euros, mes droits d’auteur se montent à 40 euros (avant impôts). Or, quand je fais le plein de ma 307 pour m'y rendre, je débourse désormais 75 euros ! Ce n’est plus tenable ! Sarkozy, des sous ! J’en appelle d’ailleurs aux marins pêcheurs pour qu’ils soient solidaires. Camarades, pensez un peu aux routiers, aux agriculteurs, aux représentants de commerce, et aux écrivains qui n'ont plus la pêche ! Comment ? Chacun sa merde ? Ho ! Entre deux manifs, vous pourriez au moins prier pour nous, pauvres pêcheurs !

29/12/2007

Le Nouvel An cheminot

En Bourgogne, les cheminots de la CFDT et de Sud-Rail ont décidé de faire grève du dimanche 30 décembre à 20 h au mercredi 2 janvier 2008 à 8 h. Réactions des usagers furibards, à lire sur le site du Bien Public : "Ras-le-bol ! Marre ! Egoïstes ! Ca suffit !..." Une sacrée volée de bois vert : qu’est-ce qu’ils prennent, les camarades en lutte ! Deux d’entre eux, du reste, réagissent. Le premier pour riposter aux usagers en colère : "Ce n'est pas vous qui vous levez à 4 heures du matin pour réparer une voie par -10° pour que les nantis puissent aller au ski !" (texto). Le second pour balancer ses potes syndicalistes, lesquels expliquent dans un tract en interne que cette grève est le plus sûr moyen de passer les fêtes en famille !

11/12/2007

Service minimum

A propos des nouvelles menaces de grèves de trains, où en est le "service minimum" promis par Sarko et Fillon pour le mois prochain ? Réponse : nulle part. Pour une raison simple : les cheminots bloquent très rarement les Thalys et autres Eurostar, peu les TGV, mais beaucoup les TER (transports express régionaux). Or les TER sont sous la responsabilité des conseils régionaux. Et 20 régions sur 22 sont dirigées par des présidents socialistes, qui, en plus, ont souvent confié les transports à un vice-président communiste ! Vous imaginez Ségolène Royal en Poitou-Charente, ou Jean-Paul Huchon en Ile-de-France, obliger les cheminots CGT à faire rouler des trains sous la menace des CRS ? Le train de l’hypocrisie est en marche. Et celui-là, il roule !

08/12/2007

Le quidam du TGV

Conversation inopinée avec un cheminot en civil dans le TGV. Il est conducteur, donc il voyage gratuitement en première. Il s’étonne qu’on puisse redouter les nouveaux préavis de grèves de la Rapt et de la Sncf : "On sait bien que la première semaine de grève fait un peu souffrir les usagers, que la deuxième gène les entreprises, et qu'avant Noël, ça gène les gens qui vont au ski…" Le type ne blague pas. Il vit dans sa bulle, comme tant d’agents du secteur public. Il ne sait pas ce qu’est une PME, un contrat, une livraison, un chèque à 30 jours, un mandat, un entretien d’embauche, un rendez-vous à l’hôpital, un abonnement au théâtre, une location à la montagne ! Il ne sait pas qu’une grève des transports est une vraie catastrophe pour des dizaines de milliers de pékins qui, eux, ne voyagent jamais dans le TGV en première !

02/12/2007

Jean-Paul II, dernière

Ce dimanche après-midi, c’était la dernière du Jean-Paul II de Robert Hossein, au Palais des Sports. Avant les grèves, depuis le 21 septembre, on comptait 3.000 spectateurs par représentation. Et puis ce fut la chute, spectaculaire. Dans le tableau final, magnifique, que de larmes perlaient aux yeux des comédiens ! "Nous avons été sinistrés", lance Hossein au public qui applaudit à tout rompre, comme pour le réconforter. Mais que faire ? Dans le secteur public, les pièces se jouent même quand les théâtres subventionnés sont vidés par les grèves : mes impôts assurent la soudure. Mais là, il faut bien percevoir des entrées pour payer la salle, les comédiens, etc. Beaucoup d’émotion lors du pot avec les techniciens, les maquilleuses, coiffeuses, habilleuses, etc. Beaucoup d’injustice dans la fin brutale de cette belle aventure.

29/11/2007

Jean-Paul II vaincu

Putain de grèves. Bloquer le pays pendant dix jours reste la façon la plus absurde, la plus médiévale et la plus coûteuse, pour un pays comme le nôtre, de se tirer une balle dans le pied. Parmi les innombrables dégâts collatéraux, le spectacle "Jean-Paul II" de Robert Hossein n’a pas résisté à la paralysie des transports : un Palais des Sports à moitié vide pendant deux semaines, cela ne pardonne pas. Dommage pour les acteurs, les techniciens, et tous ceux, cathos ou non, qui espéraient voir le spectacle à l’approche des fêtes de Noël. La dernière aura lieu dimanche. Quel gâchis.
Le pape Jean-Paul II, en son temps, avait pourtant bouté les communistes hors d’Europe. Il avait oublié la CGT et Sud-Rail.

20/11/2007

Pauvres grévistes !

947073fcfa1a02991fe064132f5f1976.jpgSuis tombé par hasard, tout à l’heure, sur l’émission de Laurent Ruquier, sur France 2, où l’insupportable bobo maoïste Gérard Miller appelait les téléspectateurs à plaindre les familles de ces malheureux grévistes de la Sncf qui vont être privés d’une partie de leurs salaires à la veille des fêtes ! Je vous jure que c’est vrai.
C’est curieux comme des gens intelligents peuvent ignorer à ce point la réalité d’un peuple, d'une situation ou d’un pays, par simple aveuglement idéologique. Il ne sort jamais du 8è arrondissement de Paris, le psy des pipoles ? Si le dénommé Miller était cohérent, il ferait mieux de supplier les syndicalistes cheminots de retirer leur préavis de nouvelle grève reconductible le... 20 décembre !