Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2010

Les médias et la "rumeur"

Ils voudraient tant savoir, tous, qui couche avec qui ! De Jean-Michel Aphatie à Pascale Clarke, de Christophe Hondelatte à Jean-Pierre Elkabbach, ils y ont consacré des dizaines d’émissions, d’interviewes, de chroniques, de débats, d’éditoriaux (tout en expliquant, évidemment, que la presse française faisait fi des ragots), tout ça pour rien : la mystérieuse et excitante "rumeur" (à laquelle je n’ai toujours rien compris) a fait la Une des grands médias pendant trois jours, occultant toutes les autres infos, sans que l’on sache, finalement, si Rachida Dati a bien dit quelque chose dans un déjeuner, et Pierre Charon dans un dîner, à propos d’on ne sait qui ! Question provocatrice : et si le grand public, lui, s’en fichait royalement ?

 

08/04/2010

Il y a délateur et délateur

Hier soir, sur France 3, Frédéric Taddéi avait invité cinq "grands" journalistes (Joffrin, Poulet, Gavi, Menard, Merlant) qui se sont unanimement insurgés contre l’idée de devoir dénoncer des pédophiles dans le cadre de leur métier : le secret des sources, c’est sacré ! Incroyable moment d’amnésie corporatiste ! Car ce sont les mêmes journalistes qui, depuis trois semaines, exigent bruyamment du pape et des évêques qu’ils renoncent au secret de la confession et dénoncent les prêtres accusés de pédophilie à la police - sans nuances, sans délais, sans débats ! Spectaculaire incohérence. Les cinq estimés confrères se sont ensuite interrogés doctement sur le discrédit de la profession de journaliste : n’allez pas chercher trop loin la réponse, les amis…

07/04/2010

Benoît XVI : fin du coup !

 

 

Fin du coup. On replie les gaules. Le pape et les prêtres pédophiles, c’est fini ! Après quinze jours de simplisme moralisateur et vindicatif, voilà qu’arrive le temps de la réflexion et de la nuance : les premières analyses de fond, le succès inattendu de la pétition "Appel à la vérité" (dix-huit mille signataires), le début des réponses aux questions posées (mais pas toujours dans le sens jusqu’alors suggéré), etc. Pour les grands médias, c’est le temps du repli général. D’abord parce qu’on n’a "pas le temps" ou "pas la place" de relayer la nuance, la mise en perspective, la réflexion, la critique ; ensuite parce qu’il faudrait reconnaître ses torts, et les médias ont horreur de reconnaître leurs torts ; enfin, franchement, les rumeurs sur le couple Sarkozy, c’est quand même plus sexy, coco !

 

06/04/2010

La fin du secret professionnel ?

Depuis le début de la crise des prêtres pédophiles, quand on évoque le secret de confession, il m’arrive de poser la question aux journalistes qui m’interrogent : si, dans le cadre d’une enquête sur le sujet, vous obtenez les confidences d’un pédophile sur ses pulsions ou ses pratiques, allez-vous le dénoncer à la police sitôt l’interview terminée ? Ce soir, sur France 2, Hervé Chabalier, patron de l’agence Capa, répond : oui, dans ce cas-là, le journaliste doit se faire délateur. Terrifiante certitude ! "Dans ce cas-là" : mais qui juge ce cas-ci et ce cas-là ? Et les médecins, alors ? "Dans ce cas-là", ils doivent aussi menotter leurs patients pédophiles et les traîner au commissariat ? Et si la société avait besoin du secret – médical, de confession, des sources – pour rester humaine ?

03/04/2010

Le pape dans le collimateur

Revu-et-corrige.jpgCe n'est pas la première fois que je me retrouve, dans les médias, dans la position d'un défenseur du pape. Ce n'est pas mon but mais quand il s'agit de rétablir la vérité, tant pis, j'assume - je l'ai fait chez Paul Amar, chez Yves Calvi, chez Dominique Souchier et ce n'est pas fini ! Il faut bien que quelqu'un souligne qu'en un an, Benoît XVI s'est fait violemment traiter de négationniste (l'affaire Williamson), d'obscurantiste (l'affaire de Recife), d'assassin (la petite phrase sur le préservatif), d'antisémite (l'annonce de la béatification de Pie XII) et maintenant de pédophile, et que cette accumulation finit par être suspecte. Quel responsable religieux (juif, musulman, bouddhiste) se retrouve si souvent, et avec tant de violence, dans le collimateur médiatique ?

02/04/2010

Mélanchon, Frêche, même combat

Les journalistes n’ont-ils donc aucune fierté ? Vont-ils continuer à inviter le dénommé Mélanchon dans le seul but de lui soutirer un bon mot qui fera le buzz ? Voilà un homme politique de seconde zone, un condensé gauchiste de Georges Frêche et de Jean-Marie Le Pen, qui estime que le métier de journaliste – le mien – est "un métier pourri", exercé par "une sale corporation voyeuriste et vendeuse de papier", etc, etc. Que le journalisme soit critiquable, nul n’en doute. Mais pour qui se prend ce mufle qui a trahi le PS pour s’allier avec les derniers staliniens d’Europe afin de recueillir les suffrages d’à peine 3 % des électeurs inscrits, le tout au frais du contribuable ? Alors que ce populiste ne serait rien qu’une grande gueule de quartier, un hâbleur de bistrot, si la "presse de merde" ne lui servait pas la soupe !

 

01/04/2010

Prêtres pédophiles (suite)

Sur le scandale des prêtres pédophiles, on continue d'entendre tout et n’importe quoi. Un bon point à RTL, ce matin, pour son reportage équilibré et sensible sur le malaise des catholiques eux-mêmes. Un mauvais point à Libération qui a titré sur l’appel solennel à la démission du pape lancé par… Ali Agça, le cinglé qui avait tiré sur Jean-Paul II : pourquoi Libé n’a pas fait sa Une le jour où le même individu a déclaré qu’il était le Messie ? C’est le même journal qui concluait son grand papier de vendredi, intitulé "La mauvaise foi du pape", sur la nécessité pour l’Eglise, dans cette triste affaire, d’ "ouvrir les archives" : he ! ho ! le coup des archives, c’est le dossier Pie XII, pas les prêtres pédophiles !

28/03/2010

Pape : le syndrome du Watergate

C'est la chasse au scoop du siècle. Les médias sont surexcités. Depuis deux semaines, la traque est menée tous azimuts. Objectif : un Watergate apostolique ! En plus sordide : la pédophilie, c'est glauque. Qui seront les Woodward et Bernstein de la papauté ? Mieux que la démission de Nixon, la démission du pape ! Le top ! Alors on cherche du côté de la chorale que son frère dirigeait à Ratisbonne. En vain. On cherche en Allemagne, du côté de Munich, quand il était archevêque là-bas. On ne trouve rien de sérieux. Aucune photo du Panzerkardinal la main dans le slip d'un enfant de choeur ! Le New York Times, jaloux du Washington Post, met le paquet et explore la période où il était préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi. Les dates ne collent pas. Caramba, encore raté !

26/03/2010

Affaire Zemmour (suite)

Zemmour.JPGDeux choses me frappent dans l’affaire Zemmour. J'observe, d’abord, que la liberté d’expression de ce journaliste est le plus violemment contestée, depuis deux jours, par des "pitbulls" qui sont... ses confrères (comme Claude Askolovitch, mecredi, sur Europe 1), apparemment pressés d’appliquer à la France la liberté de la presse qui règne en Chine ou en Iran. Ensuite, je suis atterré par le niveau du débat : comme le dit le journaliste Jean Lesieur, "naguère les jeunes se demandaient s’il valait mieux avoir tort avec Sartre ou raison avec Aron, maintenant il s’invectivent pour savoir s’il mieux avoir tort avec Stéphane Guillon ou raison avec Eric Zemmour". O tempora, o mores…

15/03/2010

Le célibat des prêtres

Frappé par la facilité avec laquelle l’ensemble des médias a sauté dans la roue de Hans Küng, les yeux fermés, pour expliquer qu’il y aurait moins de pédophiles dans l’Eglise si celle-ci mettait fin au célibat des prêtres. Lu dans Le Monde de ce week-end un passionnant article de Stéphane Joulain qui pulvérise ces poncifs éculés : en réalité, 96 % des affaires d’abus sexuels et de maltraitance sur mineurs ont lieu… dans le cadre familial ! Cela n’ôte rien à l’horreur des crimes pédophiles commis par des prêtres détraqués, évidemment. Mais il va falloir que Hans Küng revoie sa copie, et propose, logiquement, d’interdire résolument et définitivement le mariage et la vie de famille…

09/03/2010

Où sont les femmes ?

Les médias ont donc sacrifié, hier, à cette coutume hypocrite et absurde à laquelle les Soviétiques ont naguère converti l’ONU et, en France, en 1982, l’Union de la gauche : la "Journée de la femme". Toute la journée, on a entendu déplorer le petit nombre de femmes aux commandes dans l’entreprise ou la politique. Mais qui a dénoncé le quasi monopole des hommes dans les hautes sphères… de la presse ? Fogiel ? Demorand ? Parizot ? Carolis ? Duhamel ? Aphatie ? Denisot ? Elkabbach ? Bompard ? Hondelatte ? Mougeotte ? Taddéi ? Calvi ? Ruquier ? Drucker ? Toussaint ? Val ? Duroux ? Lagardère ? Giesbert ? Beytout ? Hess ? Baldelli ? Joffrin ? Bourdin ? Tavernost ? Barbier ? Je rigole…

06/03/2010

Humour et méchanceté

Farmer.jpgJe ne connais pas Mylène Farmer, mais je suis sidéré par le déluge de moqueries et d’éclats de rire qui, pendant deux jours, ont salué, souligné et rediffusé en boucle sa malencontreuse chute sur les marches de l’Elysée lors du dîner avec le président russe Medvedev. C’est encore plus drôle que la skieuse française qui a raté son départ à Vancouver ! Un must pour Vidéogag ! La chanteuse bute, puis tombe, puis retombe devant tous les photographes, et, tenez-vous bien, c’est hilarant, elle s’est cassé un orteil ! Tordant ! Les humoristes et animateurs télé n’en peuvent plus, c’est énorme ! Allez expliquer à vos gamins, après cela, qu’on ne rit pas du malheur d’autrui…

05/03/2010

Cachez ce crucifix...

crucifix.jpgL'information date de mardi, mais, curieusement, je ne l’ai pas retrouvée dans les médias français, à l'exception de La Croix. La Cour Européenne des Droits de l’homme, en condamnant la présence de crucifix dans les écoles italiennes, a déclenché un tel tollé en Europe qu’elle devra revoir sa copie. Le gouvernement italien a fait appel, soutenu par le parlement autrichien, la Diète polonaise, le parlement slovaque et plusieurs gouvernements, massivement montés au créneau pour défendre le droit des Italiens à leur culture et à leurs valeurs. Etonnant, non ? En France, pas un mot sur cet événement inédit. Il est vrai que chez nous, on nie les racines chrétiennes de l’Europe !

04/03/2010

Ni Dieu ni maître

 

Un dossier sur la "dérision" dans La Croix d’hier, un autre sur La Chaîne parlementaire : aurais-je eu du nez en consacrant à ce sujet une dizaine de pages dans Pourquoi le pape a mauvaise presse ? Je résume ma thèse : dans notre société hyper-individualiste, la dérision est l’outil forgé par les médias pour combattre tout pouvoir menaçant la sacro-sainte liberté de l’individu-roi – ce qui rend intouchables les humoristes. Contre l’autorité, le normatif, l’institutionnel, le collectif, la morale, toutes les "vannes" (comme on dit maintenant) sont permises ! Contre le pape, cible idéale, et l’Eglise, évidemment. Mais aussi contre les partis politiques, le président, l’armée, la justice, la République, l’école, la médecine, et même... les médias. Ni Dieu ni maître ! Qu'est-ce qu'on se marre !

 

01/03/2010

C'est vous le nègre ?...

Le nègre est à la mode. Chacun sait que la plupart des livres "écrits" par les hommes politiques, les artistes de cinéma, les vedettes de la télé, sont le fruit du labeur de vrais plumitifs travaillant dans l’ombre de ces stars contre des droits d’auteurs que leurs propres livres ne parviendront jamais à générer. Parfois, l’éditeur le spécifie honnêtement sur la couverture, en petit, sous la forme "Avec la collaboration de". Sinon, le silence est la règle. Je sais de quoi je parle : j’ai été nègre et négrier. Mais je ne dirai jamais pour qui, même sous la torture ! Ce qui est curieux, en cette période de tensions identitaires et de relents racistes, c’est que les nègres fassent l’objet, en pleine lumière, de tant d’articles de presse. En principe, un nègre, ça travaille sans papiers...

22/02/2010

Régionales, les vraies questions

Haro sur les journalistes ! Lors du débat sur les régionales organisé par France 3, dimanche soir, Samuel Etienne et Jérôme Dorville en ont pris plein la tête – alors qu’ils sont bien les seuls, les malheureux, à tenter de parler des régionales à la télé ! Avec une unanimité suspecte, les quatre politiques présents (Mélenchon, Moscovici, de Sarnez, Rama Yade) les ont violemment accusés : d’une part, de fausser le jeu électoral avec des sondages sans intérêt ; d’autre part, de ne s’intéresser qu’aux petites phrases et autres polémiques politiciennes dont les médias font leurs choux gras, mais qui laissent indifférents les électeurs rencontrés sur les marchés ! Et les transports ? Et les lycées ? On va en parler, justement… mais, malheureusement, il nous reste 1 minute 30 pour conclure !...

17/02/2010

Réchauffement climatique

Entendu Claude Allègre, hier, sur le réchauffement climatique. La polémique est troublante. Le niveau de connaissance atteint par la science devrait permettre de savoir, avec certitude, si la terre se réchauffe ou non, et pourquoi. Or, plus les médias agitent le sujet, moins on sait ! C'est comme pour la polémique sur le vaccin contre la grippe H1N1 : plus on en parle, moins on est sûr ! Le seul recours, pour le citoyen lambda, c'est de faire confiance aux institutions, mais, justement, toute institution est soumise dorénavant au pilonnage médiatique. Toutes les opinions se valent, celle de l'ONU et celle du dernier farfelu sur internet, celle de l'Etat et celle de tel ou tel collectif bidon ou extrémiste. Il n'est plus possible de trier le vrai du faux. Difficile d'appeler cela un progrès.

09/02/2010

Identité française... ou parisienne ?

Piégés, les deux éditorialistes ! Ce matin, sur RTL, mes excellents confrères Alain Duhamel et Jean-Michel Apathie, à l’unisson de tous les journalistes parisiens, dénigraient tranquillement le grand débat lancé par le gouvernement – à tort ou à raison, ce n’est pas le sujet – sur l’identité nationale et s’apprêtaient à écrabouiller Nadine Morano sous leurs quolibets faciles. Laquelle leur a demandé s’ils avaient assisté au moins à un de ces débats. Réponse d’Apathie : non. Réponse de Duhamel : non. Tous les Fogiel, Demorand, Chazal, Hondelatte, Bourdin, Joffrin, Domenach, etc, etc, auraient sûrement fait la même réponse. Toujours ce divorce abyssal entre les médias nationaux et la réalité du pays. S’ils étaient venu au passionnant débat de Vezelay où j’étais, avec Ivan Levaï, auraient-ils manifesté le même dédain pour ces milliers de Français qui ont fait l’effort, pendant quelques heures, de réfléchir un peu sur eux-mêmes ? Comme si on pouvait juger d’un tel débat sur un écran d’ordinateur !

25/01/2010

Une info incroyable

nicolas-sarkozy.jpgC’est l’événement de l’année. De la décennie, peut-être. Toutes les radios, tous les journaux titrent sur cette incroyable information : ce soir, le président de la République va parler sur TF1. Si. Mobilisation générale : Sarko à la télé, franchement, cela n’arrive pas tous les jours ! Et attendez, ce n’est pas tout : il sera interviewé par la présentatrice de la première chaîne française. Si. Et encore plus fou, il répondra ensuite à des "vrais gens" – entendez : des non-journalistes – coachés par l’autre présentateur vedette de la même chaîne. C’est dingue. Je n'ose imaginer qu'en plus, il parle d’Henri Proglio, d’Haïti, des Antilles, des retraites et du chômage, ce serait absolument inouï !

23/01/2010

La vie privée, c'est fini

 

 

Stimulante, l’idée que le clivage sacrosaint entre vie publique et vie privée est une affaire de générations. Selon cette thèse provocatrice, les vieux – dont je suis – sont attachés à cette règle intangible parce qu’elle arrange leurs petites affaires, alors que les jeunes s’en tamponnent le coquillard. Habitués à vivre en totale transparence médiatique depuis leur première écographie, nos enfants ont intégré le risque d’être vu sur Google ou sur Facebook, dix ans après, lové dans les bras d’une autre, ou à la ramasse dans une teuf arrosée. Ce risque-là fait partie de l’avenir, et il est moins grave, à leurs yeux, qu’un contrôle légal ou moral d’essence totalitaire qui briderait, comme en Chine, cette liberté considérée comme un acquis définitif. Stimulant, je vous dis…