Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2011

Faiblesse du journalisme politique

Tintin.jpgLa faiblesse du journalisme politique, c’est sa totale dépendance des sondages. Il n’y a pas si longtemps, les journaux envoyaient leurs spécialistes politiques passer dix ou quinze jours dans telle région, tel département, telle ville : pour peu que ces envoyés spéciaux fussent pourvus de ce qu’on appelait le "sens politique", leurs reportages étaient beaucoup plus fiables que tous les sondages du monde ! Par exemple, ils auraient parfaitement senti que Royal dégringolait et que Montebourg correspondait à une attente croissante à gauche. Mais où sont les reporters d'antan ?

01/10/2011

Entrain de sénateur

 

Sénat.JPGSénateur, en politique, c’est la planque. Sénateur de Paris, c’est la super planque. Mandat peinard, revenu imposant, retraite assurée. Cours de tennis à l’œil, restaurant gastronomique, splendide bibliothèque. C’est pourquoi les sénatoriales à Paris donnent toujours lieu à des manœuvres ahurissantes, à des alliances contre nature, à des trahisons immondes, à d’incroyables coups tordus. Pierre Charon sacrifiant son amitié avec Sarko, Chantal Jouanno jetant son portefeuille ministériel aux orties, hop ! Un conseil : si vous visitez un jour le tranquille palais du Luxembourg, mettez un gilet pare-balles. On ne sait jamais.

29/09/2011

Rikiki, la politique !

2012,primaires,politique,PSSuivi avec attention, hier, le deuxième débat des primaires du PS. En ai retiré l’impression que la politique est devenue un genre terriblement étriqué. Rikiki. Un concours d’anciens de Sciences Po ayant suivi les mêmes cours donnés par les mêmes technocrates sur la gestion publique en temps de crise. En deux heures, pas entendu prononcer un seul nom d’arbre, d’oiseau, de fruit, d’étoile, de tableau, de chanson, de rivière. Pas un prénom d’enfant, pas un titre de film, pas un nom de poète. Pas entendu les mots : saison, couleur, compassion, esprit, rêve, livre, espoir, voilier, soleil, beauté, horizon, voyage, amour, folie, fleur, océan, lumière, etc, etc.

28/09/2011

2012 : L'horizon est bouché !

 2012.jpgLes sénatoriales l’ont confirmé : l’horizon est complètement bouché. Si Sarko est battu en 2012, un apparatchik social-démocrate gèrera sans moyens une France endettée jusqu’à l’os dans une Europe en capilotade, avec le seul objectif d’éviter une gravissime dépression. Si Sarko est élu, ce sera de justesse : le ressentiment de la moitié des électeurs sera tel qu’il ne pourra rien faire que serrer les fesses entre les manifs, en pilotant à vue un pays ingérable au milieu de la tempête internationale. Ils ne seraient pas un chouïa masochistes, les Sarkozy et autres Hollande, à vouloir d’un tel poste où ils n’ont, l’un comme l’autre, aucune chance de réussir ?

16/09/2011

Des livres très... primaires !

Livre-Sego.jpgIl y a quelque chose de malsain dans la prolifération de livres politiques qui, en cette rentrée préélectorale, pollue et parasite toutes les librairies du pays : c’est leur prix, entre 2 et 8 euros, qui fait apparaître tous les autres livres, les vrais, comme étonnamment chers. Evidemment, le futur candidat qui signe l'ouvrage ne perçoit pas d’à-valoir et peu de droits d’auteur, puisqu’il devra faire entrer le coût du livre dans ses comptes de campagne ! Et comme son bouquin ne sert qu’à justifier ses passages télé et radio, il se fiche totalement du montant des ventes et du revenu qu’elles vont générer. Malsain, je vous dis !

08/09/2011

Hollande ne rigole plus

 FH.jpgCe qui frappe chez les hommes politiques en campagne électorale, c’est leur manque total d’humour. Voyez François Hollande. Cet homme-là était très drôle, il aurait tué père et mère pour un bon mot, il faisait les délices des fins de congrès. Depuis un an, il est sinistre. Son agilité d’esprit ne lui sert plus désormais qu’à mêler acrobaties dialectiques et langue de bois : "Non, je n’ai pas dit cela, mais je n’ai pas dit le contraire non plus" ou bien : "Vous avez raison, même si je ne dirais pas cela de la même façon". Naguère il ressemblait à Coluche, aujourd’hui il fait du Mitterrand. C’est moins fun.

 

30/08/2011

Deux secondes d'humanité

Holl.jpg

On a bien vu, à La Rochelle, que la politique est désormais formatée à 99 % pour les caméras et les micros, ce qui déshumanise et vitrifie le grand cirque électoral. Mais avez-vous vu ce week-end, sur I-Télé, le 1 % qui reste, la petite touche d’inattendu, de poésie, de facétie qui fait garder l’espoir ? Fendant la foule des militants, François Hollande soudain se fige, pâlit… pour reconstituer aussitôt son sourire de candidat en détournant la tête. Deux secondes d’imprévu, d'humanité, enfin ! Avec qui est-il tombé nez à nez ? Avec la mère de Tristane Banon ! La rencontre lui a gâché sa journée. On se demande bien pourquoi.

29/08/2011

La politique, ça fait peur

Hollande-Aubry.jpgLa rentrée politique me fait peur. Voyez les "primaires" du PS et le ballet des petites phrases débiles, des sourires figés et des faux-semblants – alors que rien, absolument rien ne distingue politiquement Martine Aubry de François Hollande ! Voyez les arguments poussiéreux de la direction du PS sur la collusion entre la droite et l’extrême-droite – alors que 62 % des Français, selon Libération, estiment que face à la crise, la gauche et la droite, c’est kif-kif ! Voyez le feuilleton du "retour de DSK" qui excite l'ensemble des médias – alors que 80 % des Français, selon BVA, ne veulent plus le voir ! Les semaines qui viennent s'annoncent sinistres...

29/07/2011

Les "messagers du rien"

orateur.jpgBien vu, le petit répertoire du verbiage politicien dressé par Jean-Claude Guillebaud dans le dernier numéro de La Vie. Je le résume. Quand un homme politique vous dit qu’il entend "faire en sorte que", c’est qu’il ne sait pas comment le faire. Quand un candidat s’engage à "créer les conditions de", idem, il sait qu’il n’arrivera à rien. Et quand on abuse de l’expression "d’une certaine manière" c’est qu’on ignore quelle est la bonne manière. J’ajouterai, pour ma part, l’expression "j’ai envie de dire", qui fait comprendre qu’en réalité on parle un peu au hasard. JCG écrit que ce verbiage est le "messager du rien". J'achète.  

07/07/2011

Autour de Roger Chinaud

roger-chinaud.jpgUn moment de vraie amitié, en politique, c’est rarissime. Hier, au Sénat, pour sa cravate de commandeur de la légion d’honneur, l’ami Roger Chinaud (qui fut député du XVIIIè arrondissement de Paris et vice-président du Sénat) avait rassemblé la "génération Giscard", celle de 1974, soit quelque deux cents personnes heureuses de cet intermède. Il y avait là Raffarin, Longuet, Soisson, Bussereau, Augier, Novelli, Juppé, Blanc, Barrot, Raincourt, Lehideux et quelques dizaines de parlementaires, anciens ministres, journalistes, compagnons des bons et des mauvais jours. Une parenthèse chaleureuse dans un monde de brutes. Merci Roger !

01/07/2011

La surprise de Chablis

photo François Sauvadet.jpgL’anecdote fait beaucoup rire en Bourgogne. Mercredi, à Chablis, on baptisait au vin blanc la section de l’Yonne du Nouveau Centre. Ils étaient tous là, de Patrick Gendraud à Hervé Morin, d'André Villiers à Alain Drouhin, attendant la venue du grand chef régional du Nouveau centre, président du groupe parlementaire et député du département voisin : François Sauvadet. Les petites phrases fusaient, encensant Jean-Louis Borloo et, surtout, critiquant Nicolas Sarkozy et son gouvernement… quand le grand chef Sauvadet se décommanda d’un coup de fil : il ne pouvait pas venir, il était nommé ministre ! C'est pas rigolo, la politique ?

08/06/2011

Entourloupe partisane

 

affiche.jpgEncore une entourloupe qui m’énerve : on répète, en haut lieu, que le financement des partis politiques a été assaini par la limite de 7.500 euros apportée aux dons destinés auxdits partis. Sauf que rien n’interdit de donner 7.500 euros à plusieurs partis. Par exemple à l’UMP (au hasard) mais aussi, en sus, à l’Association nationale de soutien à l’action de Nicolas Sarkozy (toujours au hasard), ainsi qu’aux innombrables Agir ensemble pour Petitpneu-sur-Bedon, Pétaoucnock Avenir, Avec Sarko pour Mézidon-les-deux-Pognes, etc, etc. Comme il y a environ 300 partis officiels, le vrai plafond légal de l’aide aux partis politiques se situe autour de  2 millions d’euros !

30/05/2011

Tron, c'est Tron !

tron,pied,politique,sexeL’affaire Tron suscite deux remarques. 1) Comparée à l’affaire DSK, elle frise le ridicule et sent le théâtre de boulevard : un maire de province traîné devant le juge pour avoir massé le pied de sa secrétaire, c’est du Feydeau ! 2) Sa démission du gouvernement, unanimement approuvée,  me sidère. Ainsi, tout membre du gouvernement accusé de harcèlement sexuel est prié, désormais, de mettre fin à sa carrière politique ! Je ne donne pas cher des générations d’hommes politiques à venir, de droite ou de gauche, s’il suffit de déposer une plainte contre un ministre ayant eu un jour un geste déplacé pour obtenir sa démission immédiate. Attention, avalanche de plaintes à l’horizon !

09/04/2011

Les Atrides en Vendée

Ph-de-V.jpg

Un petit tour en Vendée suffit à mesurer le drame qui s'est joué, ces derniers mois, dans ce département. Les Atrides dans le bocage ! Philippe de Villiers (dans le rôle d’Atrée) et son ex-disciple Bruno Retailleau (dans le rôle de Thyeste), les deux anciens complices qui ont tant fait, ces trente dernières années, pour le développement économique et culturel de ce territoire –- le Puy-du-Fou, le Vendée Globe, le Mémorial de Vendée, etc, etc – se sont livré une guerre fratricide  terrible, d'une rare violence, l'un pour se maintenir au pouvoir suprême, l'autre pour le lui substituer. Dur, la politique. La Cote d'Ivoire, à côté de la Vendée, c'est Oui-Oui au pays des Jouets !


08/04/2011

Ils craquent pour elles

 

DSK-AS.jpgJeudi soir, sur France 2, encore une émission – la centième ? la millième ? – sur les rapports étroits, trop étroits, entre hommes politiques et journalistes politiques. Toujours les mêmes poncifs sur la connivence, etc. Pourquoi ne pas se demander plutôt pourquoi des professionnels comme Juppé, Kouchner, Strauss-Kahn, Borloo, Baroin, Hollande, Montebourg et tant d'autres plus furtifs ou plus discrets (je ne dénoncerai personne, étant pour la paix des ménages) ont bêtement craqué devant leurs intervieweuses, dont c’était justement l’objectif ? Autre question jamais posée : pourquoi aucune femme politique ne craque-t-elle jamais devant le moindre journaliste homme ?


05/04/2011

Des programmes, pour quoi faire ?

imagePS.jpgDans la course aux présidentielles, on constate une curieuse dérive. Le candidat d’Europe-Ecologie-Les-Verts devrait être Nicolas Hulot, qui n’est pas membre de ce parti, mais qui est une star de la télé. Le candidat du PS pourrait bien être Dominique Strauss-Kahn, qui ne participe pas à la vie de son ancien parti, mais qui écrase tout le monde dans les sondages. Le candidat du PCF devrait être Jean-Luc Mélenchon, qui n’est pas membre de ce parti, mais qui est une bête de télévision. Enfin, le candidat de l’UMP risque fort d’être Nicolas Sarkozy, qui a évidemment quitté l’UMP en 2007, mais qui est le président sortant. Vous pensez vraiment que ces quatre-là seront liés à des programmes partisans ?

29/03/2011

Sale temps pour la droite

 

cope.jpgY a de la tension dans le marigot. Comme toujours après une défaite. Y a Sarkozy qui voit bien que, Libye ou non, il aura du mal à remonter la pente en un an. Y a Fillon qui s’énerve de ne plus être le recours éventuel de la droite. Y a Juppé, l'ex-joker, qui voit bien que Sarko l’entraîne vers le précipice. Y a Copé qui se trouve trop jeune pour y tomber avec eux. Y a Raffarin qui enrage de voir la majorité se "droitiser", mais que plus personne n'écoute. Y a Borloo qui se demande comment il pourrait se présenter en 2012 sans faire perdre tout le monde. Y a Villepin et Bayrou qui, dans ce tohu-bohu, n’intéressent plus grand monde. Sale temps pour la droite.

28/03/2011

Le résultat des cantonales

dsk.jpg"Bonsoir Mesdames, bonsoir Messieurs, il est tout juste 20 heures ce dimanche 27 mars, voici le résultat des élections cantonales : Dominique Strauss-Kahn arrive largement en tête devant Marine Le Pen, ce qui relègue Nicolas Sarkozy à la troisième position. Et si c’est Martine Aubry, le résultat est pratiquement le même." Voilà, c’est dit ! Tout le reste on s’en tamponne le coquillard, cela demanderait des analyses nuancées, on n’en a ni le temps ni les compétences. C’est tellement compliqué, la France, qu’il est beaucoup plus confortable de s’en tenir à cette artificielle course de petits chevaux où les dés sont remplacés par des sondages débiles. Et les médias s’étonnent de constater qu’il y a 55 % d’abstentions !

28/02/2011

Le PS critique Sarko !

nicolas-sarkozy.JPGRésumons. Voilà trois nominations plutôt heureuses : Juppé au Quai d'Orsay, Longuet à la Défense, Guéant à l’Intérieur, cela tient la route. Voilà aussi un problème politique résolu : personne ne pleurera sur MAM dont la maladresse, dans cette histoire, a défié l’entendement. On a entendu, au passage, un propos plutôt bien construit de Sarkozy sur le "printemps arabe". On a noté aussi, en écoutant Fabius, Moscovici et Hamon, que tout cela n’a pas modifié d’un iota le discours du PS, le même avec ou sans MAM, avec ou sans POM, le même que s’il ne s’était rien passé : Sarko, nul, caca, pas bien, pouah, etc. On peut passer à autre chose.

25/02/2011

Les gars de la Marine

Marine.jpgLes journalistes, mes chers confrères, sont incorrigibles. Toutes leurs interventions, quel que soit le sujet de l’interview, se terminent désormais par : "Est-ce que cela ne fait pas le jeu du Front national ?" C’est un gimmick. Une facilité. Un leitmotiv. Une obsession. Ce sont exactement les mêmes qui s’étonnent que Marine Le Pen évolue entre 17 % et 19 % dans les intentions de vote. Les mêmes, aussi, qui se battent tous les jours pour faire venir la présidente du FN sur leurs plateaux et derrière leurs micros. Il ne s’agit pas, bien sûr, de l’empêcher de parler. Mais sont-ils obligés, tous, de faire à ce point sa promo ?