Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2010

La chienlit, c'est qui ?

Chienlit.jpgAu début j’ai cru que c’était une blague. Mais le débat prend de l’ampleur, surtout à l’approche de l’anniversaire de l'appel du 18 juin : il y a vraiment, en France, des enseignants qui s’insurgent contre le fait que les Mémoires de guerre du général de Gaulle figurent, l’an prochain, au programme du bac L. Sectarisme idéologique, méconnaissance des grands textes ou crétinisme obtus ? Outre que l’œuvre du général vaut bien la Guerre des Gaules de César dont on a bassiné toute ma génération, je trouve inouï que ces syndicalistes-là en soient restés à la vision du général-dictateur caricaturé sur les affiches de mai 68. Un tel archaïsme borné fait froid dans le dos.

02/06/2010

La retraite des politiques

Il n'y a pas que les journalistes politiques qui considèrent que la retraite à 60 ans est un principe immuable (mon blog d'hier). Il y a, évidemment, les dirigeants des partis de gauche, qui s'y arcboutent comme s'il s'agissait d'un dogme sacré. Je pense notamment à Laurent Fabius (64 ans), Henri Emmanuelli (65 ans), Dominique Strauss-Kahn (61 ans), Henri Weber (66 ans), Georges Frêche (72 ans), François Patriat (67 ans), Gérard Collomb (63 ans), André Laignel (68 ans), Robert Hue (64 ans), Marie-George Buffet (61 ans), Daniel Cohn-Bendit (65 ans), et tous les jeunes sexagénaires qui, comme Martine Aubry ou Bertrand Delanoe, auront 62 ans en 2012 ! La retraite à 60 ans, c'est bien un dogme : c'est valable pour le peuple, pas pour les prêtres !

 


31/05/2010

On est les champions

Cocorico ! Allez hola ollé ! En football, hier, la glorieuse équipe de France a fait laborieusement match nul avec la Tunisie. En tennis, à Roland-Garros, il n’y a plus un seul joueur français dans la compétition. Dans une discipline reine, la chanson de variétés, le représentant français a été pulvérisé, samedi, lors du concours de l’Eurovision. La France a raison de se replier sur sa véritable spécialité, où elle triomphe parce que personne ne la lui dispute : la course de petits chevaux, version 2012, qui a encore mobilisé, ce lundi, les plus prestigieux journalistes du pays, avec cette polémique imbécile sur la comparaison Sarkozy-Madoff qui n’intéresse rigoureusement personne. En faux débats, rideaux de fumée, controverses artificielles et polémiques inutiles, on est les champions !   

 

30/05/2010

Un nonce très parisien

couvRoncalli-1.jpg"Mardi 15 mai 1951. – Ce matin, j’ai eu à déjeuner M. Queuille, chef du gouvernement, avec son directeur de cabinet, le président de l’Union française M. Fourcade,  les ministres Schuman, Letourneau et Schneiter, les ambassadeurs de Grèce, d’Irlande et de Belgique, le nouveau préfet de police (…). Tout s’est très bien passé". Je tombe sur ces quelques lignes, prises au hasard, en ouvrant Journal de France, l’agenda (édité en deux tomes par les éditions du Cerf) où le nonce apostolique Angelo Roncalli, futur Jean XXIII, notait ses entretiens du jour, comme il l’a fait pendant ses huit années de mission à Paris, de 1945 à 1953. Ce seul extrait, alléchant, montre que les temps ont bien changé…

29/05/2010

En écoutant Boissonnat

Jean Boissonnat chez Dominique Souchier, c’est toujours un moment de fraîcheur intellectuelle. Je retiens quatre idées de son intervention de ce samedi matin : 1. « Si on n’avait pas l’euro, l’Europe se serait retrouvée avec le mark pour monnaie, et elle aurait explosé depuis longtemps ». 2. « Il y a six mois, tout le monde trouvait l’euro trop cher pour vendre des Airbus ou des TGV : maintenant l’euro est à son prix ». 3. « Les syndicats le savent très bien : l’âge réel du départ à la retraite, en France, est le plus bas au monde ! » 4. « On peut se demander si le principe d’un âge légal du départ en retraite, en soi, est une bonne chose. » Il y a quand même des experts, très rares, qui font avancer le schmilblic...

28/05/2010

La crise arrive !

courbe d.jpgDiscuté avec l'ami Robert Hossein, hier soir, en allant voir Dominici au Théâtre de Paris (excellent Pierre Santini, soit dit en passant) : le monde du théâtre est très inquiet en constatant, depuis la rentrée de Pâques, une chute sensible des entrées un peu partout. Et pas seulement à cause des grèves. Dans la même veine, lu ce week-end dans mon journal local : dans l’Yonne, où j’habite, la fréquentation hôtelière a baisse de 4,3 % la saison dernière, et de 13,5 % pour la clientèle étrangère ! Dans la même série, lu dans Livres Hebdo de cette semaine : toutes les ventes de livres sont en baisse de 4,5 % au premier trimestre 2010, y compris les documents et la BD. Et si la crise, la vraie, celle qui va faire mal, était devant nous ?

 

25/05/2010

Une grève égalitaire

On peut tout demander aux Français du moment qu'ils sont traités à égalité. C’est pourquoi j’appuie la grève lancée pour le 27 mai par les syndicalistes CDFT,CGT, FSU et autres UNSA, destinée à ramener à la raison quelques centaines de milliers d’entrepreneurs, de commerçants, d'artisans (et d'éditeurs, suivez mon regard) qui ont des rendez-vous de travail, parfois coûteux, pour démarcher un client, négocier un contrat ou organiser le lancement d’un service : y en a marre de tous ces forcenés qui ignorent les RTT, les primes, la retraite à 55 ans, les réunions-syndicales-prises-sur-le-temps-de-travail et qui, pendant la crise, continuent de bosser 70 heures par semaines pour ne pas licencier un employé, virer un apprenti ou mettre la clef sous la porte ! Tous égaux, nom de Dieu !

 

19/05/2010

Le scandale Clotilde Reiss

 Clotilde Reiss est rentrée en France. A entendre les critiques acerbes de la plupart des dirigeants du PS, c’est un vrai scandale. Nicolas Sarkozy et le gouvernement se sont sûrement compromis dans quelques tractations pas convenables avec le régime de Téhéran, et il faut que cela se sache ! "C’est devenu une méthode de gouvernement que de prendre les gens pour des imbéciles", explique gravement le porte-parole du PS. Si la gauche revient au pouvoir en 2012, il doit être bien entendu que le successeur de Bernard Kouchner devra revenir sur tout cela, annuler les promesses honteuses et reprendre les négociations à zéro. Quant à la jeune Clotilde, elle reprendra évidemment le chemin des prisons iraniennes, non mais !

18/05/2010

Les Français n'ont pas confiance

D’après Le Monde, 77 % des Français n’ont pas confiance dans l’économie. Quand on entend à la télé et à la radio les "spécialistes" incapables de dire si l’euro est une bonne ou une mauvaise chose ; quand on n’arrive plus à compter le nombre de zéros de la dette qui pèse sur les épaules de nos enfants ; quand on voit dans quels tourbillons de milliards d’euros précaires s’inscrivent les centaines d’euros de nos futures retraites ; quand on comprend qu’un seul spéculateur américain ou chinois pèse davantage sur les marchés que le travail de toutes les industries françaises ; quand les dirigeants politiques, de droite comme de gauche, paraissent tellement largués par la réalité économique… Eh bien, on trouve que 77 %, c’est bien peu !

17/05/2010

Paroles, paroles...

"Paroles, paroles…" Ce qui mine la crédibilité des responsables publics, ce sont ces phrases toutes faites, si peu rassurantes, qui leur servent de déambulateurs quand la réalité sociale commence à tanguer. Ainsi quand le gouvernement jure de "mettre fin à la spécificité française en matière d'emploi des seniors". Ben tiens ! Alors qu’en France, 38 % des gens de mon âge travaillent (54 % en Allemagne, 62 % aux USA, 70 % en Suède) ! Ou quand le syndicat FO assure : "Toucher à la retraite à 60 ans, c’est niet !" Ben voyons ! Alors que la plupart de nos voisins, notamment l'Allemagne, tournent autour de 65 ans ! Voilà "des mots, encore des mots, les mêmes mots" qui remplissent les journaux et vident les bureaux de vote...  

16/05/2010

Le temps des vacances

Il y a des réformes dont on parle régulièrement et, curieusement, qu’on ne met jamais en pratique. Ainsi l’Institut Montaigne vient-il de rappeler l’intérêt qu’il y aurait à réduire de deux semaines les congés scolaires d’été, absurdement longs dans notre pays. Tous les spécialistes sont pour : cela permettrait d’alléger la charge de travail pendant le reste de l’année, de mieux respecter les rythmes biologiques des enfants, de combler la fracture sociale qui s’approfondit pendant les périodes de loisirs, etc, etc. Tout le monde est pour. Alors qu’est-ce qu’on attend ? Vous n’allez quand même pas me dire que les fonctionnaires de l’Education nationale bloquent, ou que les syndicats d’enseignants renâclent !

14/05/2010

Interdire les apéros géants ?

Les politiques sont de grands enfants. Voilà que Jean-Marc Ayrault, le maire de Nantes, hausse la voix et exige de Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur, qu'il se saisisse du "problème national" que sont les "apéros géants" convoqués sur Facebook ! Comme si les hommes politiques étaient des démiurges capables d’endiguer ces dizaines de milliers de jeunes quotidiennement rivés à leurs écrans qui ont besoin, de temps en temps, de se frotter à l’humain, à d’autres jeunes en chair et en os, pour se persuader qu’ils sont vivants. Les "apéros géants" s’inscrivent dans la ligne du Tour de France, des matchs OM-PSG, des gay prides, des spectacles de Johnny et des JMJ. La gauche va-t-elle exiger de la droite qu’elle interdise, comme naguère, tout rassemblement de plus de trois personnes ?

13/05/2010

Un Nick Clegg français ?

raffarin.jpgIntéressante, l’alliance entre les conservateurs et les libéraux britanniques. Encourageante pour l’économie sans doute, pour l’Europe sûrement. Croisons les doigts. Serait-ce le retour du centre droit ? En France aussi, il faudrait un Nick Clegg. Un homme qui, pour équilibrer un Sarko bonaparto-étatiste, soit réellement "libéral, centriste et européen", à la façon de Giscard au début des années 1970. Bayrou ? Trop tard, il est carbonisé. Morin ? Sympathique mais inexistant. Borloo ? Trop solitaire, sans doute. Villepin ? Il n’est ni libéral ni centriste ni européen. En fait, celui qui a le bon profil, c’est Raffarin. Mais ne le répétez à personne, je m’en voudrais de lui pourrir la vie !

 

10/05/2010

Cumul des mandats (suite)

Sénat.JPGLe dossier qui monte, en politique, c’est le cumul des mandats. D’abord parce que les élus locaux cumulards ne pourront bientôt plus continuer à différer 90 % des demandes de rendez-vous au prétexte qu’ils sont en réunion "ailleurs" ; ensuite parce que Martine Aubry en avait fait le symbole de la rénovation du PS et que les barons régionaux du parti, qui s’en tamponnent ostensiblement le coquillard, minent toute l’autorité de leur future candidate ; enfin parce que la démocratie française, à cause de ce blocage majeur, est en voie de sclérose généralisée. Les hommes politiques constituent la corporation la plus conservatrice de France !  

08/05/2010

Le meilleur mode de scrutin

On croyait que les Anglais, référence suprême en matière de démocratie, avaient inventé le système électoral le plus simple : "Tout le monde peut se présenter, on vote une fois et celui qui a le plus de voix a gagné". Eh bien non. L’actualité montre que l’invention du second tour n’était pas idiote. Mais, évidemment, à une condition : que le second tour de scrutin serve à départager les deux premiers arrivés, comme à la présidentielle en France. Sinon, ce ne sont que combinazzioni plus ou moins louches (apparentements, triangulaires, dose de proportionnelle, panachages) qui illustrent le vieil adage politicien : "Le meilleur mode de scrutin, c’est celui qui me permet d’être élu".

04/05/2010

Le Chirac du nord

 

 

Mauroy.jpgAu début de l’anecdote, les attaques du PS contre Jean Tibéri et ses "faux électeurs" de Paris en 2000. Au premier rang de ses détracteurs, la candidate locale Lyne Cohen-Solal commet une grosse erreur tactique : elle a bêtement oublié qu’elle-même a bénéficié, en 1992, d’un emploi bidon auprès de Pierre Mauroy, alors président de la Communauté urbaine de Lille. Résultat : dix-huit ans plus tard, Tibéri est toujours député-maire du Vè arrondissement de Paris, tandis que Pierre Mauroy, mis en examen, est renvoyé en correctionnelle pour cause de "détournement de fonds publics", comme un vulgaire Chirac ! La honte ! Ce n’est pas le scandale de Panama, certes, mais on a le droit d’en rigoler… 

 

23/04/2010

Région : des élus à vie ?

Trente jours après le second tour des régionales, certains élus ayant opté pour d’autres mandats, on peut estimer que la composition des conseils régionaux est définitive. C’est là qu’on se rend compte, tous partis confondus, de la professionnalisation de ce petit monde un peu irréel que j’ai découvert, en Bourgogne, il y a dix ans. Une décennie plus tard, je retrouve les noms d’Alain Cordier (Vert), Michel Neugnot (PS), Jean-Paul Anciaux (UMP), Edouard Ferrand (FN) et quelques autres, qui en sont donc, au minimum, à leur troisième mandat de conseiller régional ! Ces hommes-là ont-ils tant de génie qu’ils sont irremplaçables ? Comment voulez-vous, dans ces conditions, que la démocratie reste vivante dans nos régions ?

21/04/2010

Le jeu des petits chevaux (suite)

La suite de mon post d’hier, je l’emprunte à mon ami blogueur JLH, qui observe qu’aucun journaliste ne dit plus jamais : "Le Président, inquiet pour l’unité de la République, demande qu’on donne l’assaut à l’autarcie maffieuse qui gagne peu à peu les cités", mais : "Sarkozy nous refait du sécuritaire pour prendre les voix du FN." Qu’on ne dit plus : "La Présidente de la région Poitou-Charentes, émue d’une saine colère contre l’arbitraire administratif, répercute la protestation des sinistrés de Vendée devant des zonages ineptes qui ajoutent la rage au malheur" ; mais : "Après son succès aux régionales, Royal cherche à revenir dans la course des présidentielles". De la politique il ne reste plus que l'apparence. De Gaulle, reviens, ils sont devenus fous !

 

20/04/2010

Le jeu des petits chevaux

Marre de ce déluge incessant d’infos "confidentielles", de sondages bidons, de polémiques factices et d’éditoriaux insipides consacrés aux présidentielles de 2012. La "petite phrase" de l’un dans une interview, l’allusion de l’autre lors d’une conférence, le sondage qui donne l’avantage à l’un ou à l’autre. La plupart du temps, le traitement de cette éternelle course de petits chevaux – qui ne demande ni enquête ni talent ni culture – ne présente aucun intérêt. Mais, surtout, ce jeu médiatique interne qui excite le "micrososme" intéresse très peu les vrais gens, lesquels ont d’autres soucis, dans la vie, que de savoir si DSK se prêtera à des primaires, si Borloo jouera les appoints ou combien Villepin fera au premier tour. Vraiment, sincèrement, je vous jure, on s’en fout !!

 

19/04/2010

La retraite des uns...

L’actualité a failli me faire oublier de décerner le César de la langue de bois, la semaine dernière, à Gérard Larcher. Un chef d’œuvre, l’interview du président du Sénat à la Matinale de Canal Plus, jeudi ! Un modèle, un exemple : du rien, du déni, du blabla, du vide, au point que les deux journalistes se pinçaient pour ne pas éclater de rire ! Mais là où Larcher s’est surpassé, atteignant le sommet de cette discipline de haut niveau, c’est à propos des privilèges éhontés que détiennent les parlementaires en matière de retraite. Quoi ? Des privilèges ? Quels privilèges ? Larcher s’indigne : que voilà un procès bien "démagogique" (sic) ! Alors que, tenez-vous bien, les sénateurs ont augmenté leur cotisation de 5,68 % cette année ! J’en aurais pleuré ! De rire, bien sûr.