Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2011

MAM, démission ?

alliot-marie.jpgPourquoi Michèle Alliot-Marie démissionnerait-elle ? Les Frédéric Mitterrand, Eric Woerth et autres Bernard Kouchner ont-ils démissionné, eux ? La nouvelle devise de la République, c’est "J’y suis, j’y reste !" Il faut remonter à Jean-Pierre Chevènement pour voir un ministre quitter son poste de plein gré – encore était-ce pour divergence d’opinion avec le gouvernement où il siégeait. La France est un pays où un ministre peut multiplier les gaffes, susciter le scandale ou afficher son incompétence, cela n’a aucune importance ! Etonnez-vous que le métier politique, dans le récent sondage de France Soir sur les professions appréciées des Français, arrive tout en bas de la liste !

31/01/2011

Mauvaises pratiques

Fauteuil.jpgLa République est bonne fille. Sarkozy veut remercier quelques collaborateurs de l’Elysée ? Il les nomme au Conseil Economique et Social. Fillon veut recaser quelques-uns de ses ministres ? Il leur octroie des postes d’ambassadeur. Gérard Larcher, le président du Sénat, veut se débarrasser du sénateur Nicolas About, un centriste qui lui fait de l’ombre ? Il le nomme au CSA, hop !  On distribue déjà les portefeuilles ministériels pour des raisons purement politiciennes, sans tenir aucun compte des compétences des intéressés : il semble que cette désolante habitude se généralise…

27/01/2011

A 15 mois des présidentielles

strauss-kahn.jpgLu dans Le Monde un papier désopilant de l’ami Michel Noblecourt, qui pulvérise, mine de rien, tous les pronostics émis à 15 mois du scrutin présidentiel de 2012. Trois rappels : à 15 mois de la présidentielle de 1995, Balladur est quasiment élu, les sondages lui donnent 68 % des voix contre… Rocard (!) ; à 15 mois du scrutin de 2002, Jospin est donné gagnant dans tous les cas de figure (!!) ; et à 15 mois de l’élection de 2007, Ségolène Royal s’envole dans les sondages et bat le malheureux Sarkozy. Pfui ! Combien de sondages achetés en vain, combien d’articles jetés au panier, combien de forêt défrichées en pure perte, combien de débats télévisés prodigieusement inutiles !

19/01/2011

Je m'indigne aussi !

hessel.jpgJ'ai lu, poussé par la curiosité, le petit texte de Stéphane Hessel. C'est gentillet et plein de bonnes intentions. Cela ne peut pas faire de mal. Question : si j'avais écrit le meme texte, se serait-il vendu à 1 million d'exemplaires ? Evidemment non. Parce que je n'ai pas 93 ans, parce que je n'ai pas connu Jean Moulin, parce que je n'invite pas a voter pour Martine Aubry ? Pour faire un tel score, il faut apparemment etre très vieux, ancien diplomate, pro-palestinien et s'intéresser aux primaires du PS. Et accepter de voir vendre son livre 3 euros. L'édition n'est pas un métier facile. Il y a meme de quoi s'en indigner... 

15/01/2011

La faute de Rama Yade

rama-yade.jpgMon blog du 13 janvier était prémonitoire. J’apprends que le 29 janvier, Rama Yade sera une des vedettes de l’émission Stars en question, présentée par Patrick Sabatier sur France 2. Notre ambassadeur de France auprès de l’UNESCO (c’est son nouveau job) figurera entre Geneviève de Fontenay et Patrick Sébastien, deux emblèmes du bon goût français. La jolie Rama, qu'on a connue mieux inspirée, sombre donc, à son tour, dans le people le plus vulgaire, violant au passage les règles de la République (ben oui, le "devoir de réserve", c’est pour tous les ambassadeurs, pas seulement pour les hommes vieux, blancs et moches). Prochaine étape de sa carrière, une pub pour Ferrero Rocher ?

 

13/01/2011

Rama Yade muselée ?

yade.jpgDans la classe politique, on passe rarement par l’ANPE pour se recaser. Il existe des planques dorées qui servent à cela, comme le Conseil Economique et Social – dont c’est d’ailleurs la seule utilité visible. Il y a aussi les deux postes d’ambassadeurs en poste… à Paris : le premier, auprès de l’OCDE, a été dévolu à Roger Karoutchi. Le second, auprès de l’UNESCO, a été offert à Rama Yade. Le hic, évidemment, c’est qu’un ambassadeur, exactement comme un préfet, est strictement astreint au "devoir de réserve". Et c’est là que ça coince : qui peut imaginer une seconde que Rama Yade va disparaître des plateaux de télévision  jusqu’en 2014 ?

22/12/2010

Humour et politique

rire.jpgParmi les petites phrases retenues pour le prix de l’humour politique, cette année, je vote pour celle d’un député UMP de Seine-Maritime : "Vu de la Chine, le port du Havre ne travaille pas". Pas mal. Sur les dix ans passés, ma préférée reste ce propos rassurant et définitif tenu par François Bayrou pendant les présidentielles de 2007 : "Si je suis élu, rien ne changera en France !". Et toutes catégories confondues, dix ans plus tôt, j’avais adoré la phrase du ministre Hervé de Charette, président d’un petit parti dont lui-même a dû oublier le nom : "Ce n’est pas parce que nous sommes un parti charnière qu’il faut nous prendre pour des gonds !" Difficile de faire mieux.

21/12/2010

Uchronie giscardienne

vge.jpgSuis frappé par les nombreuses réactions admiratives après la prestation de Giscard chez Ruquier, samedi soir, à propos de son roman "uchronique" sur Napoléon en Russie. J’ai imaginé une "uchronie", moi aussi : et si Giscard, après 1981, avait été moins désinvolte à l’égard de ses propres supporters de l’époque – les Barre, Deniau, Fourcade, Simone Veil, François-Poncet, Madelin, Raffarin, Bussereau, Barrot, Longuet, Chinaud, Villiers, Bayrou, Sarnez, Léotard et tant et tant d’autres ? S’il avait su garder tous ces gens-là auprès de lui au lieu de les laisser tomber les uns après les autres, il serait peut-être encore à l’Elysée !

 

20/12/2010

Dur, dur, la langue de bois !

Langue_de_bois.JPGWikiLeaks pose une question dépassée : la transparence est-elle une bonne ou une mauvaise chose ? Le vrai sujet, c’est : comment gérer la transparence, critère obligé de la démocratie moderne ? L’autre jour, sur Canal +, Bayrou nie avoir tenu certains propos désolants ? Le lendemain, on lui passe l’enregistrement de son discours : mortel ! Sur M6, hier, Anne-Sophie Lapix interroge Martin Hirsch, grand ami de Kouchner : dans son livre sur les conflits d’intérêt, pourquoi a-t-il balancé Gérard Longuet, qui touchait des timbres-poste quand il était ministre, et occulté le cas de Christine Ockrent, nommée par son ministre de mari ? Dur, dur ! Pas besoin de WikiLeaks pour combattre la langue de bois...

12/12/2010

Huchon, l'exception ?

huchon.jpgJean-Paul Huchon pourrait bien perdre son fauteuil de président de la région Ile-de-France – c’est le Conseil d’Etat qui en décidera en janvier – pour avoir fait la pub de ses réalisations concernant les transports dans les six mois précédant les élections régionales où il remettait en jeu son mandat, ce qui est interdit. Fichu article 52-1 du code électoral, qui impose à tous les élus et à leurs dircoms – j’ai connu cela – une réglementation pas toujours rationnelle, certes, très contraignante aussi, mais voilà, c’est la loi ! Et elle s’applique aussi, en principe, à Jean-Paul Huchon. Ben oui, voilà, la loi de la République, c’est ça le problème, elle est valable pour tout le monde !


03/12/2010

DSK, un choix cornélien

dsk.jpgLe dilemme de DSK est cornélien. D’un côté : diriger l’économie mondiale ; être l’égal des Américains et des Chinois ; n’avoir que des amis ; gagner une fortune. De l’autre : se faire hacher menu dans une campagne électorale assassine ; aller faire des meetings à Charleville-Mézières, Uzès et Vierzon ; voir toute sa vie intime passée au crible de Paris-Match, ses frasques passées dans le Canard Enchaîné, sa déclaration de revenus sur Mediapart ; habiter le très inconfortable palais de Elysée ; renoncer à passer ses week-ends à Marrakech et le reste de sa vie dans les palaces ; n’être plus interviewé que par Fogiel, Elkabbach et Pujadas ; être détesté par 30 millions de Français… C’est vrai, moi, à sa place, j’hésiterais !

02/12/2010

DSK, le retour ?

strauss-kahn_dominique.jpgSégolène candidate, super, c’est une jolie femme, c'est bon pour l'audimat, mais cela fait un peu rediff. Elle risque de lasser. Heureusement, les médias ont trouvé un nouveau feuilleton quotidien, fédérateur et populaire, façon Amour, gloire et beauté, qui va durer plus d’un an : Strauss-Kahn, le retour ou pas le retour ? J’aime bien la boutade d’Alain Madelin : DSK n’a besoin de se présenter aux présidentielles pour diriger la France, puisque le PS, s’il est vainqueur en 2012, mettra l’économie française, en quelques semaines, au niveau de la Grèce ou de l’Irlande – et que le FMI, en catastrophe, prendra la direction des opérations !

 

30/11/2010

Pour une surprise !...

segolene-royal.jpgPour une surprise, c’est une surprise ! C’était la Une des JT d’hier, c’est en Une des quotidiens ce matin. Les journalistes sont décoiffés, bouleversés par une nouvelle aussi sidérante. Si vous n’avez pas écouté les infos depuis hier, tenez-vous bien : Ségolène Royal est candidate à la présidence de la République ! Si ! Il faut reconnaître que personne ne s’y attendait. Martine Aubry, François Hollande et les 10 ou 12 autres dirigeants du PS candidats à la candidature pensaient tous, évidemment, bien sûr, qu’après avoir frôlé l’élection en 2007, Ségolène, à son âge, allait se ranger des voitures et se mettre au tricot, pépère, en Poitou-Charentes ! 

 

17/11/2010

Enfantillages journalistiques

ptts-chevaux.JPGLe remaniement n’est pas digéré que les médias, incorrigibles, reprennent leur ridicule course de petits chevaux. Dans Marianne, six colonnes sur "Fillon meilleur que Sarkozy en 2012" avec un sondage "exclusif" (!) donnant Fillon-Aubry à 51%-49% et Sarkozy-Aubry à 49%-51%. Marre de ces enfantillages si peu journalistiques : d’abord, 18 mois avant l’élection, un si petit écart n’a rigoureusement aucun sens ; ensuite, les estimations pour le second tour, c’est du pipeau ; enfin, tout le monde sait aujourd’hui qu’un sondage réalisé "en ligne" auprès de 910 internautes selon la méthode des quotas, cela n’a absolument aucune valeur ! 

 

15/11/2010

Un président sans histoire

liberté.jpgDepuis presque deux siècles, disait René Rémond, la droite française est composée de bonapartistes, de légitimistes et d’orléanistes. En évacuant la troisième tendance (les libéraux, les radicaux et les démocrates-chrétiens) sur laquelle reposait sa majorité, notre très pragmatique président rejette cet héritage. On n’est plus au XXè siècle ! La culture SMS et la gouvernance médiatique ne s’embarrassent pas de ces lointaines contingences. Mais peut-on diriger la France au mépris de son histoire, en se contentant d’un soupçon de Napoléon, d’une référence à Jaurès, d'un relent de colonialisme, d’un zeste de Latran, de deux louches de De Gaulle et d'un poil de Guy Môquet ?

 

14/11/2010

RPR, le retour !

Rpr.JPGQue dire, à chaud, de la composition du nouveau gouvernement Fillon ? Que ce remaniement un peu bizarre profite d’abord aux dirigeants UMP issus du RPR (Juppé, Alliot-Marie, Bertrand, Ollier, Morano, Lefèvre, etc). Il fait la part de toutes les tendances néo-gaullistes : les séguinistes, les chiraquiens et les villepinistes. Le problème, c’est que les UMP "non RPR", les ex-UDF, se retrouvent majoritairement dehors (Borloo, Bussereau, Morin, Novelli, Létard, Daubresse, auxquels il faut ajouter Longuet). A dix-huit mois d’une campagne présidentielle qui va se jouer au centre, c’est un peu étrange, non ?

 

13/11/2010

Le PS va s'unir

poing_rose.JPGSi j’étais la droite, je ne me réjouirais pas des divisions de la gauche. Car les responsables du PS ne feront qu’un, à partir de la rentrée de septembre 2011, toutes divergences avalées, pour une raison simple : ils veulent TOUS gagner la présidentielle de 2012, et tant pis s’il faut rallier DSK ou Hollande ou Royal ou ma sœur. Cette génération de jeunes sexagénaires a tout juste goûté, sur la fin de l’ère Mitterrand, aux délices du pouvoir, et en cas d’échec en 2012, ils seraient condamnés, tous, à rester dans l’opposition jusqu’à 67, 70 ou 72 ans - perspective absolument, totalement, radicalement insupportable !


10/11/2010

Tous gaullistes !

de-gaulle.jpgHier, 40ème anniversaire de la mort du général : à écouter la télé et la radio, Charles de Gaulle était donc à la fois un grand président, un saint laïc, un héros, un surhomme, un modèle, un demi-dieu... Médias sans mémoire ! Mais où sont passé tous ceux qui le vilipendaient entre 1940 et 1944 ? Ceux qui ont fêté son départ en 1946 ? Ceux qui l’ont combattu, parfois violemment, comme François Mitterrand, en 1958-59 ? Ceux qui ne lui ont pas pardonné les accords d’Evian en 1962 ? Ils ont disparu, ces millions de Français qui le conspuaient en 1968 ? Et ceux qui, par leur vote majoritaire, ont provoqué son départ en 1969 ? 

 

08/11/2010

C'est la faute à qui ?

Villep.jpgJe me demandais aussi pourquoi, soudain, ce temps pourri et cette froide pluie d’hiver... Depuis dimanche matin, j’ai la réponse : c’est la faute à Sarkozy. Dominique de Villepin est formel, je l’ai bien entendu : les accidents de la route, la hausse du prix des clopes, le chômage des jeunes et le cancer du sein, c’est la faute à Sarkozy. Il est intelligent, Villepin, il faut donc le croire : l’alcoolisme en Bretagne, les explosions à Bagdad, la perte du sens civique dans les banlieues et l’illettrisme à la sortie du lycée, c’est aussi la faute à Sarkozy ! Et le fait que Villepin pète ainsi les plombs, c’est la faute à qui ?

07/11/2010

Ingratitude post-ministérielle

jean-pierre-jouyet.jpgNicolas Sarkozy n’aura pas eu de chance avec les ministres d'"ouverture". A chaque fois que l'un d'entre eux quitte son poste, en général pour un poste moins exposé mais tout aussi prestigieux, il se retourne aussitôt contre ses anciens collègues et tire dans le tas ! Alors que Martin Hirsch s'est fait délateur en dénonçant les cumulards du gouvernement, voilà que Jean-Pierre Jouyet explique, dans un livre, que l’ouverture est une "imposture" ! Bonjour l’ingratitude ! Je n’ose penser à tout ce que Sarkozy va prendre, l’an prochain, dans les livres de Bernard Kouchner, Fadela Amara et Eric Besson !