Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2008

L'indépendance en politique

Cotta.jpg "Passer de l’autre côté du miroir, pour un journaliste, est une expérience de choix, à défaut d’être nécessaire. Il y découvre qu’entre les deux camps opposés de la vie politique, il n’y a guère de place pour qui voudrait exercer son indépendance sans danger. (…) Le pire aspect des hommes politiques, au-delà des sourires, des sous-entendus, des bonnes paroles, ce qui fait les fait courir, c’est le pouvoir. Le pouvoir uniquement. La rage de le conquérir quand on ne l’a pas, la peur de le perdre quand on l’a..." Ce n’est pas moi qui parle, c’est Michèle Cotta qui introduit ainsi le tome II de ses Cahiers secrets de la Vè République (qui sortent chez Fayard). Ce n’est pas moi, donc, mais je signe, évidemment, des deux mains...

12/10/2008

Lénine, le retour !

A peine rentré de Rome, je reprends le cours de l’info. Le PS est en crise, le monde aussi. Toujours autant de bla-bla, toujours aussi peu de propositions. Et pourtant, si ! Un élu socialiste a émis, aujourd'hui, une proposition concrète ! Sans blague ! Tout à l’heure, sur Canal +, face à Anne-Sophie Lapix, le sénateur Jean-Luc Mélanchon, interrogé sur les moyens de résister à la crise mondiale, a expliqué, texto, qu’il fallait virer le journaliste Jean-Marc Sylvestre de la télévision ! Et l’envoyer, sans doute, dans un goulag lointain, comme au bon vieux temps du "socialisme réel" ! Voici qui est concret : bâillonnons, virons, exterminons tous les journalistes de droite, et la crise sera jugulée ! Cela va faire du monde à éliminer, vu que la droite, pour ce marxiste-léniniste pur et dur, englobe Bayrou et va jusqu’à Strauss-Kahn…

01/10/2008

La gauche au Sénat

Qu’est-ce que j’apprends ? Que le Sénat, cette prestigieuse voie de garage pour tous les battus aux législatives, serait une planque royale, un gâchis financier géant, un nid de privilèges insensés ? Je lis dans Le Monde que cette institution faite pour défendre la République et voter la Loi, paraît-il, viole tous les jours les règles élémentaires de la démocratie ?
Heureusement, cela va changer ! Quelques grandes voix de la gauche combattante et désintéressée comme Jean-Pierre Chevènement ou François Rebsamen, élus en septembre, vont rejoindre les Robert Hue, Dominique Voynet et autres Robert Badinter dans leur dur combat contre l’argent roi et, j’en suis sûr, vont spectaculairement refuser tous les avantages liés à leur nouveau mandat ! Sûr !

22/03/2008

Votez Verlaine !

Les urnes sont rangées, les maires sont élus, on va pouvoir effacer les traces sanglantes de milliers de guerres picrocholines souvent ridicules, et reprendre des relations adultes. Les campagnes électorales poussent à un manichéisme infantile. Alors que la gauche et la droite ne se distinguent, comme le disait ce matin sur Europe 1 le socialiste Jean-Paul Huchon, que sur des "nuances". La vraie distinction, en politique, est entre l’ouverture et le sectarisme. La première est la condition de la survie, la seconde est une régression débilitante. C’est à cela, décidément, qu’il faut juger les politiques. Cessons de dévaster les villages pour des brioches. Vive la nuance ! La nuance qui "seule fiance le rêve au rêve et la flûte au cor". Votez Verlaine.

14/02/2008

Le président jokari

Sale temps pour Sarko. Tout ce qu’il fait est mauvais, même quand il va dans le sens de ses adversaires : cela lui revient dessus comme au jokari. Le président pense que la société moderne ne se limite pas aux rapports marchands et que les croyants de toutes obédiences apportent un supplément d’âme et d’espérance au pays où ils vivent : c’est le très catholique Bayrou qui s’insurge le plus fort ! Il demande un rapport à Attali, un économiste de gauche : c'est la gauche lui rentre dedans avec le plus de violence ! Il invite la télévision publique à revenir au principe "télé privée, fonds privés ; télé publique, fonds publics" : c’est la gauche tout entière qui hurle au scandale ! Il souhaite que les écoliers de France se fassent les porteurs de la mémoire du drame hors normes que fut la Shoah : ce sont les enseignants qui s’étouffent d’indignation ! Tout cela est-il bien rationnel ?

01/02/2008

UMP : la gamelle du siècle

Selon les médias, la droite va se prendre la gamelle du siècle. Six semaines avant les municipales, Paris-Match (sondage IFOP) nous annonce qu'à Paris, Delanoë va écrabouiller Panafieu par 44 % contre 32 %. De son côté, le Figaro (sondage TNS-Sofres) nous prédit, à Lyon, une victoire au premier tour de Collomb sur Perben par 55-59 % contre 35 %. Pour sa part, le Nouvel Obs (sondage TNS-Sofres) prévoit qu’à Dijon, Rebsamen va pulvériser Dugourd par 56 % contre 35 %. Selon ces oracles, la droite va au platane. Trois pronostics, trois branlées en vue. Une cata, que dis-je, une berezina !
Scripta manent. Notons soigneusement ces chiffres afin de nous les rappeler le soir du premier tour. Comme ça, par simple curiosité. Pour rire.

19/05/2007

Le nouveau gouvernement

medium_Cadre_sarko.JPGIl est bon, le petit Nicolas ! Lui et son ami Fillon ont réussi à assurer grosso modo la parité entre hommes et femmes ; ils ont glissé quelques sourires qui feront vite oublier celui de Ségolène (Rachida Dati, Valérie Pécresse) ; ils ont tenu la promesse faite à Nicolas Hulot de nommer le n° 2 du gouvernement à l’écologie ; ils ont ringardisé d’un coup la classe politique sortante ; ils ont redécoupé les départements ministériels pour permettre une vraie réforme de l’Etat ; ils ont élargi à l’UDF avec l’ex-principal lieutenant de Bayrou (Hervé Morin) ; ils ont débauché trois socialistes, dont une icône de la gauche généreuse (Bernard Kouchner) et un pote à Hollande (Jean-Pierre Jouyet); et, last but not least, en la personne de son successeur (Martin Hirsch), ils ont nommé l’abbé Pierre au gouvernement !

12/05/2007

La mitterrandie vote Sarko

Quelle est la caractéristique commune des personnalités de gauche qui ont soutenu ou qui rallient Nicolas Sarkozy ? Facile : ce sont les plus proches compagnons de feu le président Mitterrand.
Après les entrechats sulfureux de Pascal Sevran, l'adhésion surprise de Roger Hanin, les confidences appuyées de Jacques Attali, l’adoubement auvergnat de Michel Charasse, les offres de service de Claude Allègre, les sourires rapaces d’Anne Lauvergeon, l’engagement discret de Georges-Marc Benamou, les compliments alcoolisés de Bernard Tapie, le changement de pied de Jacques Séguéla, c’est au tour d'Hubert Vedrine, qui fut l’un des plus intimes de l’ancien président, de réfléchir sur son éventuelle participation au futur gouvernement.
Et si Sarko, pour rire, allait escalader la riche de Solutré ?

17/03/2007

La gauche, la droite et la droite

Au jour le jour, les sondages traduisent de façon brouillonne les avancées et les reculs relatifs des différents candidats à l’Elysée. Mais sur une période longue, ils montrent aussi que la gauche, en France, pour la première fois depuis des temps immémoriaux, est en franche décrépitude.
Lors des présidentielles de 1974 et 1981, la droite et la gauche se partageaient l’électorat moitié-moitié, environ 50 % chacun. En 2002, on a constaté que la gauche (Jospin) représentait environ 1/3 des suffrages face à la droite (Chirac) et l’extrême droite (Le Pen), mais qu’elle disposait encore d'un appoint du côté de l’extrême gauche. Depuis quelques semaines, la gauche (env. 24 %) se retrouve approximativement à égalité avec la droite Bayrou (env. 24 %), la droite Sarko (env. 25 %) et l’extrême droite (env. 20 %), sans grandes réserves à l'extrême gauche - c’est-à-dire qu’elle ne représente plus qu’un quart de l’électorat. Bouleversifiant, non ?

03/10/2006

Bourdieu dézingue Ségo

Très drôle, cette vieille interview de Pierre Bourdieu qui circule sur le net où le défunt pape de la gauche mythique explique doctement que s'il y a quelqu'un, à gauche, qui est "de droite", c'est bien Ségolène Royal ! "A l'ENA, elle a choisi la gauche pour son plan de carrière, et il semble qu'elle ait eu raison" , raconte Bourdieu qui ajoute : "Si le critère gauche-droite est bien le rapport à l'ordre, Ségolène Royal est, sans conteste, de droite".
Encore le sociologue gauchiste n'avait-il pas entendu les propos de Ségo sur l' "ordre juste" ! Qu'aurait-il dit en l'entendant prôner le recours à l'armée dans le traitement de la délinquance ?
La question étant qu'à cette aune-là, c'est l'immense majorité des Français qui est "de droite"...