Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2019

Drouet, Nicolle, quel projet politique ?

gilets jaunes,mélenchon,le pen,démagogie,macronIl serait temps que les Philippot, Mélenchon, Le Pen et autres Dupont-Aignan cessent leur insupportable démagogie à l’égard de l’étrange Eric Drouet qui appelle à "marcher sur l’Elysée" et de l’inquiétant Maxime Nicolle qui rêve d’un "soulèvement national". La colère des gilets jaunes, au départ, était légitime et respectable, mais il faut bien admettre que le mouvement n’a pas su se doter de porte-parole crédibles, ni amorcer le moindre dialogue avec le pouvoir, ni bâtir l'esquisse d'un projet politique. "On ne nous écoute pas", "Macron démission", "Faut choquer l'opinion" et "On ne lâche rien", au bout de deux mois, cela commence à bien faire !

03/01/2019

Le bon vieux temps du PCF

Couv-simpl-jpg.jpgQuand j’étais étudiant, on apprenait que le Parti communiste exerçait, en France, une fonction "tribunicienne". Explication de texte : ses militants endiguaient la colère des petites gens, ses porte-parole l’exprimaient dans les meetings, ses élus la relayaient dans les médias et ses dirigeants la transformaient en une force électorale. Le PCF n’a pas été remplacé, on finirait presque par le regretter. Car les prolétaires en colère, aujourd’hui, ne savent plus ni écrire un tract, ni formuler une revendication, ni élire un délégué, ni organiser une manif. Georges Marchais, reviens ! La lutte finale tourne en eau de boudin !

30/12/2018

Macron, démission ?

Trump.jpgLe monde, en cette fin 2018, devient bigrement dangereux. Petit tour d’horizon, comme ça, mine de rien : le Brésil est désormais dirigé par un provocateur incontrôlable ; les États-Unis ont à leur tête un gougnafier immature ; un communiste impitoyable dirige la Chine ; un vieil ado paranoïaque règne sur la Corée du Nord ; la Russie est gouvernée par un nationaliste atrabilaire ; la Hongrie, par un mégalo autoritaire ; l’Italie, par un provocateur fascisant… Je ne sais pas pour vous, mais, excusez-moi, j’ai du mal à suivre les "gilets jaunes" : quand ils exigent la démission de Macron, c'est pour le remplacer par qui, exactement ?

00:06 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : macron, gilets jaunes, trump |  Facebook | | Lien permanent

27/12/2018

Priscillia, Leonarda, même combat !

priscillia.jpgEmmanuel Macron a commis une nouvelle erreur en répondant directement aux "gilets jaunes" par un tweet complaisant sur la hausse du prix du diesel. Il fallait s’y attendre : un des nombreux porte-parole autoproclamés du mouvement, Priscillia Ludosky, lui a aussitôt répondu, dans les médias, qu’il pouvait aller se brosser ! C’est exactement la faute politique que François Hollande avait commise en 2013 en répondant directement à la télévision à Leonarda, la jeune Rom expulsée au Kosovo, vous vous rappelez ? Combien de fois faudra-t-il rappeler que la démocratie directe, c’est la fin de l’Etat républicain !

25/12/2018

La pauvreté n'est plus ce qu'elle était

pauvre.jpg"A Noël, on avait droit à une orange", racontaient nos anciens. Il y a 50 ans, on pouvait vivre de peu et être heureux. Aujourd’hui, non. Voyez comme nos médias alternent cyniquement, depuis un mois, les reportages complaisants sur les "gilets jaunes" et de tonitruants spots de pub pour des voitures, parfums, voyages et autres smartphones plus chers les uns que les autres ! Hystérisation de la consommation, promesses mirobolantes à la télé, dilution des valeurs chrétiennes, individualisme exacerbé, banalisation du divorce, jalousie généralisée, fracture sociale irrémédiable et ponction fiscale excessive : il est où, l'bonheur, il est où ?

24/12/2018

A mort, les journalistes !

gilets jaunes,presse,journalistesSolidarité avec Anne Domy et Audrey Guiraud, les deux journalistes de France 2 Montpellier qui, à leur tour, ont été violemment agressées samedi par des "gilets jaunes" alors qu'elles couvraient un blocage sur l'autoroute A9. Voilà qui confirme, hélas, que ce mouvement à été peu à peu récupéré par des crétins incultes et violents qui, faut-il le souligner, discréditent définitivement leur cause. Casser la figure à des journalistes, c’est comme jeter des pavés sur des pompiers, c’est le summum de la bêtise. Et ce sont ces brutes épaisses, incapables de s’exprimer autrement qu’avec leurs poings, qui veulent restaurer la démocratie dans notre pays ?

23/12/2018

Les "gilets jaunes" au tournant

eric-drouet.jpgLa colère des pauvres, on l’a dit et répété, est légitime. Mais cette légitimité ne confère aux "gilets jaunes" ni privilège démocratique, ni expertise économique, ni supériorité politique, ni impunité judiciaire. De même que l’égalité en droit n’institue aucune égalité du savoir, de la compétence ou de l’expérience. Il vaudrait mieux pour les "gilets jaunes" que leurs porte-parole autoproclamés cessent d’insulter la République, de mépriser les élus, d’ignorer la Constitution, de dézinguer le chef de l’Etat, de propager des fake news, de justifier la violence et de se prendre pour le peuple. Car l’opinion est versatile, à bon entendeur !

21/12/2018

Le "dégagisme", voilà l'ennemi ?

politique,gilets jaunes,macronMais où sont nos hommes politiques ? Je veux dire : les vrais, ceux qui viennent du peuple, ont gardé le contact avec le pays profond, ont une vision pour le pays, connaissent l’histoire de France, savent s’imposer auprès de l’administration ? Ce n’est pas avec des technocrates sans convictions, des débutants sans culture politique et des amateurs sans attache locale qu’on dirige un peuple ! Il est stupéfiant qu’après le choc des "gilets jaunes", les deux tiers des ministres soient toujours inconnus du grand public. Où sont les poids lourds de Giscard (Ponia, Barre, Monory), de Mitterrand (Defferre, Dumas, Mauroy), de Chirac (Pasqua, Debré, Balladur) ? Tous partis dans le privé ?

20/12/2018

1830, ou les leçons de l'Histoire

histoire,gilets jaunes,1830,livreLire "L’été des quatre rois" de Camille Pascal (paru chez Plon) permet de mieux comprendre la crise des "gilets jaunes". Les barricades de juillet 1830, élevées par une population excédée sans passé révolutionnaire, rappellent furieusement les samedis houleux de décembre 2018, avec le duc de Raguse dans le rôle de Castaner face aux lanceurs de pavés, Bayrou dans le rôle de La Fayette et, bien sûr, le duc d’Orléans dans celui de Macron, porté à la tête du pays en "dégageant" à la fois les légitimistes et les républicains ! D’ailleurs, Louis-Philippe, "en même temps" monarchiste et libéral, n’a-t-il pas remplacé Charles X parce que celui-ci avait obstinément refusé de "changer de cap" ?

18/12/2018

La démocratie directe, cette folie !

capture-d_c3a9cran-2016-06-09-c3a0-11-37-54.pngIl faut n’avoir jamais lu un livre d’histoire pour penser que la démocratie directe puisse être un progrès. C’est, depuis toujours, la porte ouverte à tous les totalitarismes ! Car la politique économique et sociale est évidemment trop complexe pour faire sérieusement l’objet de ces "référendum d’initiative citoyenne" (RIC) réclamés à cor et à cri sur les ronds-points dans une unanimité suspecte. Qui ne voit que le "peuple" exigera donc, tôt ou tard, le rétablissement de la peine de mort, l’interdiction des mosquées, le refoulement de tous les migrants et la sortie de l’Union européenne ? Joyeuse perspective !

16/12/2018

Et les gagnants sont...

point-de-blocage.jpgA qui aura profité la crise des "gilets jaunes" ? 1) Sur le plan politique, sans aucun doute, the winner is… Marine Le Pen ! Les derniers sondages montrent que le RN sera le grand gagnant, et de loin, lors des prochaines élections européennes. 2) Sur le plan international, the winner is… Donald Trump ! Le président américain ne s’est pas privé d’humilier publiquement, notamment sur le plan de l’écologie, un Macron en difficulté. 3) Enfin, sur le plan commercial,  the winner is… Amazon ! C’est vers la centrale de distribution américaine (qui ne paie pas d’impôts en France) que se sont tournés, pendant les blocages, des centaines de milliers de gens pour leurs cadeaux de Noël. Bravo à tous !

15/12/2018

Faire le tri entre les "gilets jaunes" ?

barrage-de-gilets-jaunes.jpgQu’il est difficile à cerner, ce mouvement des "gilets jaunes" ! D’un côté, il réunit petites gens et vrais pauvres délaissés par les élites, invisibles et déclassés totalement indifférents aux leçons de l’Histoire, aux finesses de la Constitution, à l’image de la France à l’étranger… et à la fatigue accumulée depuis un mois par les CRS ! D’un autre côté, ces militants minoritaires, incontrôlables, divisés et irrationnels s’abreuvent aux rumeurs simplistes, à la chaleur communicative des braseros et, surtout, aux réseaux sociaux – ces torrents de fake news alimentés par autant de fachos, d’anars et de politiciens qui veulent prendre leur revanche sur 2017 ! Pas simple de faire le tri…

14/12/2018

Un sondage révélateur...

sud radio.jpgLu sur le site de Sud Radio : "D'après un sondage Ifop-Fiducial pour Sud Radio et CNews, 51 % des sondés estiment que les Gilets Jaunes doivent poursuivre la mobilisation, contre 37 % qui souhaitent que les actions cessent. Surtout, 87 % des personnes qui se définissent comme Gilets Jaunes se prononcent pour la poursuite de la mobilisation. D'après ce sondage, 19 % de la population se définit comme Gilet Jaune. 51 % ne se sent pas Gilet Jaune mais soutient le mouvement. Et 30 % ne se sens pas Gilet Jaune." Quelqu’un a-t-il compris quoi que ce soit à ce charabia ? Dans un moment aussi grave, les gars, un peu de rigueur serait le bienvenu…

12/12/2018

La fin des "gilets jaunes" ?

policiers.jpgLes "gilets jaunes" doivent se rendre à l’évidence : mobiliser 80.000 agents des forces de l’ordre, samedi, ailleurs que sur les marchés de Noël serait une folie absolue. De deux choses, l'une : ou bien leurs leaders autoproclamés appellent clairement à la suspension du mouvement (et à l’annulation des manifs de samedi), et ils gardent une petite chance de relancer leurs actions de blocage en janvier ; ou bien ils maintiennent leurs mots d’ordre en dépit des nécessités antiterroristes, et la population lâchera aussitôt ces agitateurs irresponsables qui deviendront alors, en quelques jours, un banal groupuscule extrémiste.

11/12/2018

L'économie, quelle importance ?

economie.jpgOn en rirait si la situation n’était pas aussi grave. Avez-vous remarqué le niveau incroyablement infantile des propos tenus sur les sujets proprement économiques par l’ensemble des protagonistes de la crise, à commencer, bien sûr, par les "gilets jaunes", mais pas que : CSG, ISF, brut, net, ratio, dette publique, taux réduit, revalorisation, PIB, etc ? Les Français sont connus, en Europe, pour être nuls en économie. A l’étranger, on explique ainsi nos étranges excès de violence : quand on ne comprend pas, on s’énerve, on hausse le ton, on tape du pied, et on hurle des slogans débiles : Ma-cron démission ! On ne lâ-che rien !

09/12/2018

Information : retour à l'âge de pierre

Eric-Drouet.jpgL’affaire des "gilets jaunes" aura au moins révélé à ceux qui en doutaient le véritable désastre politique et culturel que constitue, chez une forte majorité de nos concitoyens, la préférence pour les réseaux sociaux sur la presse classique. Depuis trois semaines, la France est submergée par une avalanche d’affirmations erronées, d’infos non vérifiées, de chiffres tronqués, de raisonnements imbéciles, de mots d’ordre invérifiables, de fake news insensées et de manipulations suspectes qui, bien sûr, exacerbent la haine, interdisent tout débat et attisent les tensions. Voltaire et Hugo, Jaurès et Camus, July et Tesson, au secours !

08/12/2018

Et maintenant ?

émeutes.jpgEt maintenant ? Maintenant que la France a perdu son crédit aux yeux du monde, que Macron n’a plus aucune chance de réformer l’Europe, que l'image de Paris est durablement abîmée, que la fin de l’année touristique est gravement plombée, que le commerce a dégringolé un peu partout en France, que le budget 2019 est d’ores et déjà compromis, que le retour de la croissance est remis aux calendes et que les mesures annoncées par le gouvernement vont encore creuser la dette, quelqu’un sait-il comment arrêter cet immense gâchis ? Marine ? Jean-Luc ? Des idées ?

07/12/2018

Une stratégie bien connue

manif.jpgLa politique est un éternel recommencement. Les plus de 60 ans connaissent par cœur le processus qui consiste, pour les "ultras" et autres "black blocs", à pousser les CRS dans leurs retranchements, si possible à en blesser un ou deux, afin qu’ils s’abritent derrière le principe de "légitime défense" pour frapper plus fort, tirer en l’air, voire tirer dans la foule. Objectif : que la mort d’un "gilet jaune", si possible un jeune, évidemment imputée à "l’Etat policier", pousse les autres manifestants, traumatisés, à une explosion de violences visant les bâtiments de la République, notamment l’Élysée. Tout cela est connu, avéré, évident. On devrait écouter davantage les plus de 60 ans…

06/12/2018

Il y a gilets jaunes et gilets jaunes...

gilets-jaun.jpgIl y a quand même quelque chose qui ne va pas. Comment se fait-il que sur les ronds-points de ma région, les "gilets jaunes" soient plutôt intelligents, souriants et sympathiques, tandis que leurs représentants sur les plateaux de télé soient généralement excités, incultes, inaudibles, jusqu’au-boutistes et hyper politisés ? Les gars des ronds-points ont-ils vu hier soir, sur BFM-TV, leur principal porte-parole appelant à monter sur Paris, samedi, pour investir l’Elysée ? Lui, à l'évidence, les taxes, le gasoil, l’ISF, tout ça, il s’en bat l’œil ! Le but du jeu, désormais, c’est de casser du flic, brûler des voitures, incendier des magasins et déstabiliser la République !

 

05/12/2018

Le visage de la France

Dessin-Valott.jpgLe visage qu’offre la France au reste du monde est très amoché. Scènes de guérilla dans la ville présumée la plus touristique du monde. Incapacité, pour les "gilets jaunes", au bout de trois semaines, de se doter du moindre porte-parole. Démagogie honteuse des partis d’opposition tous d’accord pour creuser la dette abyssale du pays. Irresponsabilité à peu près générale face au risque avéré de morts dans les manifs de samedi à Paris. Complaisance coupable des médias, sauf rares exceptions, face aux viols de la démocratie. Il est loin, déjà, le temps des gentils "gilets jaunes" en train de se griller des merguez sur les ronds-points !