Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2019

Noël en novembre

Noël,Nativité,grèves,cheminots,Black FridayJingle Bells ! Jingle Bells ! Les syndicats CGT et FO des transports publics ont accompli un miracle : ils ont avancé d’un mois les fêtes de Noël. Paniqués à l’idée que les consommateurs soient bloqués par les grèves, les grandes marques et les unions de commerçants ont avancé à la Sainte-Catherine leurs campagnes de pub, avalanches de promotions et décorations de Noël, désormais baptisé d’un joli mot anglais : Black Friday. Or, ce mercantile et obsédant Black Friday sans neige, sans crèche, sans messe de minuit et sans petits souliers, franchement c'est insupportable. Amis cheminots, par pitié, ne nous refaites jamais ce coup-là !  

26/11/2019

Macron en hausse ou en baisse ?

4570397-rost-quitte-le-plateau-de-cnews-opengraph_1200-2.jpgLa grande faiblesse des chaînes d’info, c’est leur manque d’imagination. Combien de fois, alors que telle ou telle actualité nouvelle se présente, leurs animateurs renoncent à monter un débat inédit sur un thème original pour rabâcher pour la millième fois, avec toujours les mêmes comparses, un café du commerce sur "Macron en baisse" (ou "en hausse", cela n’a aucune importance) orienté sur ses chances de réélection ? Faut-il souligner que le probable duel Macron-Le Pen en 2020 n’intéresse, pour le moment, qu’une centaine de journalistes parisiens paniqués à l’idée de sortir de leur zone de confort ? Un peu d’audace, les amis !

10:44 Publié dans Blog | Tags : medias, macron, débats, politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/11/2019

Etre de gauche en 2019

parti-socialiste.jpgQue reste-t-il de la gauche aujourd’hui ? A observer attentivement l’arène politique, à suivre les grands débats de l’heure, à lire trois ou quatre journaux par jour, je suggère une réponse. Etre de gauche, aujourd’hui, c’est dire du mal d’Eric Zemmour. A la télé, dans un meeting ou sur les réseaux sociaux, on dézingue - avec virulence - ce polémiste dont, en général, on n’a jamais lu une ligne. Et puis on reprend un verre, la conscience en paix. Est-ce stigmatiser mes amis de gauche que de leur faire remarquer qu’aller distribuer l’Huma à 5 heures du mat’ à la porte des usines, naguère, cela avait un peu plus de gueule ?

23/11/2019

Tremblez, bonnes gens !...

ApocFF_Daemons-Jun21-Feature2oas-320x320.jpgLes grands médias sont incorrigibles. Ils avaient saturé la planète médiatique à force d’annoncer avec fracas le premier anniversaire des Gilets jaunes, ce monstre du Loch Ness qui devait engloutir la République : ce fut le plus grand flop de l’histoire des mouvements sociaux. Depuis des semaines, du matin au soir, toutes les télés et les radios commentent avec des accents apocalyptiques la grève annoncée par la SNCF et la RATP, le 5 décembre, pour défendre leurs régimes de retraite. Tremblez, bonnes gens ! Question : pourquoi les médias annoncent-ils ainsi la fin du monde, tous les six mois ? Ne me dites pas que c’est pour faire de l’audience, ce serait vraiment désolant…

22/11/2019

Avant la grève des cheminots...

carte sncf.jpgEst-ce un hasard si la Cour des comptes a publié, quinze jours avant la grève du 5 décembre, un rapport sur la SNCF qui dénonce les voyages gratuits dont bénéficient les grands-parents, parents, conjoints et enfants des cheminots ? Les "sages" de la Cour ont calculé que cela concernait environ 1,3 million de personnes, et que cela coutait plus de 200 millions d'euros par an à la SNCF (en manque à gagner, bien sûr). L’avouerai-je ? Ne le répétez pas, mais il y a une vingtaine d’années, j’ai eu pour petite amie une cheminote… ce qui me valait, en effet, de voyager gratuitement en train ! Vous croyez que je devrais aller manifester le 5 décembre ?

22:17 Publié dans Blog | Tags : sncf, cgt, cheminots, grève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/11/2019

C'est compliqué, la justice...

pédophilie,droit,Polanski,Cohn-Bendit,LibéSur le sujet de la pédophilie, relancé par l’affaire Polanski, l’émotion et l’indignation sont légitimes, naturellement, mais elles occultent souvent le droit. Notamment l’article 11 de la Déclaration universelle des droits de 1948 : "Nul ne sera condamné pour des actes qui, au moment où ils ont été commis, ne constituaient pas un acte délictueux". Or, dans l’Eglise, à l'école, dans le sport ou le cinéma, 90 % des abus dont on parle ont été commis à l’époque où la pédophilie était librement prônée par nombre d’intellectuels, de Daniel Cohn-Bendit à Gabriel Matzneff, sans parler du journal Libération qui avait ouvert ses colonnes au FLIP (Front de libération des Pédophiles). C'est compliqué, la justice...

20/11/2019

Dehors, les bonnes soeurs !

soeirs.jpgC’est la première conséquence spectaculaire de l’hystérisation par les médias du débat sur le voile islamique : pour la première fois depuis un peu plus de mille ans, en France, une vieille religieuse catholique s’est fait brutalement refouler d’une maison de retraite parce qu’elle ne voulait pas abandonner l’habit qu’elle porte depuis cinquante ans ! La directrice de l’établissement justifie cette discrimination inédite en disant, tenez-vous bien, que c’est "par respect des autres résidents" à qui, bien sûr, on n’a pas demandé leur avis. La France est en train de devenir complètement folle. Et, surtout, invivable, violente, inhumaine. Quelle tristesse.

19/11/2019

Convergence des luttes

manif etudiants.jpgVoilà une info rigolote. Les militants étudiants qui ont récemment manifesté contre la précarité vont rejoindre les grévistes du 5 décembre. Ces jeunes qui doivent travailler la nuit pour payer leurs études, qui galèrent avec des bourses minables, qui dorment dans des taudis pleins de cafards, etc, vont donc soutenir, dans leur lutte contre la réforme des retraites, les agents de conduite de la SNCF qui prennent leur retraite à 52 ans et touchent, à vie, une pension brute de 3.156 euros. Il faut saluer le désintéressement de ces jeunes qui, si les cheminots gagnent ce combat, n’auront qu’une pension au rabais, eux, en arrivant à 65 ou 66 ans !

18/11/2019

Censure à l'américaine

baillon-861x640.jpgJ’en rigole, dans mon coin de campagne, mais mes amis éditeurs parisiens me disent que j’ai tort de prendre cela à la légère. Insoumis, féministes, végans, antispécistes, militants LGBT et autres anticléricaux sont, en France, les importateurs plus ou moins conscients d’une judiciarisation à l’américaine qui fait peur – parce qu’elle permettra demain de saisir un juge pour faire effacer d’un livre telle phrase, telle expression, tel mot qui heurterait le "politiquement correct" en vigueur. Déjà, aux Etats-Unis, on n’édite plus un livre sans le faire corriger, par précaution, par des avocats spécialisés. Sylviane Agacinski, Alain Finkielkraut et Michel Houellebecq n’ont qu’à bien se tenir…

17/11/2019

Et la présomption d'innocence ?

censure,Polanski,droit,démocratieJ’irai évidemment voir le "J’accuse" de Roman Polanski. D’abord parce que c’est une œuvre, signée par un grand artiste. Ensuite parce la nouvelle affaire Polanski me met mal à l’aise, tant elle piétine un des principes fondamentaux de notre droit, la présomption d’innocence : "Tout homme est présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable" (art. 9 de la Déclaration des droits de 1789). Polanski est accusé ? Il est forcément coupable ! Je suis surpris qu’aucune chaîne de télé n’ait eu le courage, depuis l'affaire MeToo, de rediffuser le magnifique film de Cayatte, Les risques du métier (1967), avec Jacques Brel dans le rôle de l’instituteur accusé d’avoir violé une de ses élèves. Un oubli, sûrement.

16/11/2019

Finkielkraut, au Goulag !

goulag.jpgLes nouvelles féministes vont-elles remplacer les bolcheviks et autres staliniens français que la chute du Mur, il y a trente ans, avait renvoyés à leurs chères études ? La dernière pétition lancée par ces folles furieuses exige l’interdiction du philosophe Alain Finkielkraut sur les ondes de France Culture ! Au pays de Voltaire et de Simone Weil, ces militantes n’ont qu’une obsession : interdire, bâillonner, faire taire, censurer ! Le but est d’éliminer, purement et simplement, tous les hommes qui ne sont pas de leur avis. Et comme leur porte-parole Caroline de Haas proclame "qu'un homme sur deux ou trois est un agresseur" (sic), cela risque de faire du monde : ne faudra-t-il pas, bientôt, réinventer le Goulag ?

15/11/2019

Municipales : l'absurde au pouvoir

Charny(halle).jpgComme s’ils ne s’étaient pas assez planté avec les usines à gaz antidémocratiques qu’on appelle "communautés de communes", les technocrates qui gouvernent la province depuis leurs bureaux parisiens ont reculé, cet été, les limites de l’absurde. A l’issue de leurs savants calculs, le futur conseil municipal de ma commune, Charny, dans l’Yonne, devra compter 55 membres - pour une population qui dépasse tout juste, après fusion avec treize petits villages alentour, les 5.000 habitants. Par comparaison, le conseil municipal d’Auxerre (35.000 habitants) comptera 39 membres. Celui de Joigny (9.500 habitants), 33. Et nous, je le répète : 55. C'est beau, l'administration.

14/11/2019

Solidarité avec la librairie Meura

Meura.jpgLu avec émotion le communiqué que la librairie Meura a publié après l’agression sont elle a été la victime, mardi, dans un amphithéâtre de l’université de Lille. Les jeunes imbéciles fascisants et incultes qui, terrorisant le libraire, ont méthodiquement détruit, déchiqueté, saccagé des piles de livres, doivent être condamnés par tous les démocrates, et pas seulement par les libraires, les éditeurs et les auteurs (y compris quand l’auteur est un certain François Hollande, qui a droit au respect, comme tous les autres). "Notre métier n’a pas de sens s’il ne permet pas la discussion des contraires et la formation d’esprits libres", écrit la libraire. Solidarité absolue avec elle !

13/11/2019

Le mur, la grève et le sacré

novembre-1989.jpgLa grève, en France, c’est religieux. C’est sacré. C’est irrationnel. Cela transcende le service dû à la population, les besoins des autres travailleurs, l’intérêt des artisans et des commerçants, les impératifs des personnes âgées ! Je me rappelle ce 10 novembre 1989, où des millions de gens se sont rué dans les kiosques à journaux pour savoir pourquoi et comment, la veille, le Mur de Berlin s’était ouvert… et qui furent très surpris de n’y point trouver Libération. Une catégorie de monteurs de pages, mécontente de ses conditions de travail, s’était soudain mise en grève, totalement indifférente au sort du monde ! La décence m’interdit de rapporter ici les réactions des journalistes…

12/11/2019

Jean-Paul II aux oubliettes

jp2-gorby.jpgLa façon dont la presse française, ce week-end, a méticuleusement occulté le rôle de Jean-Paul II dans la chute du Mur de Berlin est très étrange. Que l’Obs, par exemple, ait consacré un dossier de 48 pages à cet événement sans même citer le pape venu de l’Est, c’est fascinant ! Il a fallu que ce soit deux athées notoires, l’ex-dissident polonais Adam Michnik (dans son article du Le Monde du 8 novembre) et le Russe Andreï Gratchev, ex-porte-parole de Gorbatchev (à la Foire du livre de Brive le 9 novembre), qui rappellent au public français que le pape polonais fut un acteur majeur de cette fabuleuse histoire !

11/11/2019

Islamophobie : le comble de l'indécence

PHOTO.jpgFaut-il ne rien connaître à l’histoire, n’avoir jamais voyagé, n’avoir jamais lu de livres, n’avoir aucun juif dans son entourage, pour oser comparer la situation des musulmans de France avec celle des Juifs pendant la dernière guerre mondiale ! Mais quel crétin inculte a eu l'idée d'affubler d’une étoile jaune cette gamine participant à la marche contre l’islamophobie ? Et quelle honte pour la France qu’une sénatrice, Esther Benbassa, ait cautionné cette provocation indécente ! Déjà que la manifestation elle-même était une mauvaise action contre la République… mais une telle relativisation de la Shoah, non mais ! Franchement, les mots me manquent…

07/11/2019

Un peu cher, le mille-feuilles !

i40576-millefeuille-croquant.jpgLa France est vraiment la championne du monde du "mille-feuilles" territorial, et cela lui coûte bonbon ! J’apprends par L’Yonne Républicaine que les dirigeants de la Communauté de communes  dont fait partie la commune qui a absorbé mon village (!) ont l’intention de se faire construire un beau siège de deux étages, tout neuf et tout moderne. Coût : 2,8 millions d’euros, dont 62 % autofinancés ! Pour 40 fonctionnaires ! Dans un territoire rural très pauvre (chez moi, le revenu moyen par couple est de 1.800 euros), augmenter sensiblement les impôts locaux pour des choses pareilles risque de très, très mal passer…

06/11/2019

L'histoire, à quoi bon ?

Histoire,guerre froide,Mur de Berlin,télévsionIl paraît que la série Apocalypse, d’Isabelle Clarke et Daniel Costelle, hier, sur France 2, a fait un bide. Euphorisées par une société nantie, individualiste et mercantile, les jeunes générations ne veulent surtout pas qu’on leur explique que l’histoire est tragique. Or, la guerre de Corée, le Vietnam, la menace atomique, c’était hier ! C’est la chute du Mur de Berlin, le 9 novembre 1989, qui a marqué la fin de la guerre froide. A chaque époque ses atrocités inhumaines, ses folies meurtrières et ses drames épouvantables : nous, nous avons les gilets jaunes, le glyphosate et les grèves de cheminots…

05/11/2019

Mur de Berlin : le comment et le pourquoi

Cover Express.jpgJe suis frappé, à propos du 30è anniversaire de la chute du Mur de Berlin, par la tendance unanime des médias français à raconter "comment" le Mur est tombé, le 9 novembre 1989. Mais aucun ne se risque à dire "pourquoi", après une décennie de convulsions idéologiques, militaires, policières, religieuses et culturelles, les peuples de l’Est ont réussi à se libérer d’un système communiste dictatorial (sur le plan politique) et totalitaire (sur le plan social). Je n’ose pas imaginer qu’ils rechignent à parler du rôle majeur qu’a joué le pape Jean-Paul II dans ce processus. Allons, un peu d'audace, mes chers confrères ! N’ayez pas peur !

04/11/2019

Adieu à Marie Laforêt

8197.jpgLes chaines d’info ont mis du temps, hier, à se faire l’écho de la mort de Marie Laforêt. Sans doute les jeunes journalistes qui tenaient la barre en plein week-end de Toussaint ignoraient à quel point cette femme extraordinaire avait marqué la génération d’avant. Au cinéma (de Plein soleil à la Redevance du fantôme) ou à la radio (des Vendanges de l’amour à Ivan, Boris et moi), elle n’était pas une artiste comme les autres : ce grain de folie, ce charme fou, ce sourire en coin, cette distance subtile en faisait d’elle plus qu’une simple vedette : un mythe. Qui restera dans nos mémoires, contrairement à tant d’autres !